jeudi 29 avril 2021

Salade d'asperges à l’avocat aux oranges et noix de pécan parce que l'Asperge des Landes IGP vous attend sur les étals !

Comme chaque année l'asperge des Landes IGP vous attend donc sur les étals... Et c'est un de mes plaisirs de voir revenir ces produits que j'attends chaque année ponctuer le temps qui passe.

 
Obtenue en 2005, L’I.G.P. Asperges des Sables des Landes (Indication Géographique Protégée) garantit aux gourmands, l’origine des Landes de ce légume délicieux. Son origine est garantie par la maîtrise de la traçabilité, des aspergeraies jusqu’à l’assiette, offrant ainsi une source inépuisable de plaisirs et de saveurs.

Premier légume primeur du printemps, l’Asperge des Landes IGP est le trésor de son terroir des Landes.

Et aujourd'hui je vous propose de passer en cuisine pour réaliser une salade tout en fraîcheur !

Salade d'Asperges des Landes IGP à l’avocat aux oranges et noix de pécan

Les courses :

1 vingtaine d’Asperges des sables des Landes IGP - 1 orange - 1 avocat et demi - 2 c. à soupe d’huile de tournesol - 1 c. à soupe de jus de citron vert - 1 c. à café de zeste de citron vert finement râpé - 1 c. à café de moutarde - 2 tiges de basilic effeuillées - 45 g de noix de pécan - Vinaigre balsamique - Sel et poivre

La cuisine :

Pelez les asperges et faites-les cuire 5 minutes dans une grande casserole d’eau frémissante

légèrement salée. Égouttez-les puis posez-les sur du papier absorbant.

Levez les suprêmes d’oranges.

Hachez grossièrement les noix de pécan.

Mixez ensemble la chair d’un avocat, l’huile, le jus de citron, la moutarde, du sel et du poivre.

Coupez en tranches la chair du demi-avocat restant et citronnez-les.

Répartissez la crème d’avocat dans les assiettes, déposez les asperges, les suprêmes d’oranges, les

tranches d’avocat, les noix de pécan et les feuilles de basilic.

Parsemez le zeste de citron vert et versez un filet de vinaigre balsamique.

Article sponsorisé 

Mais pourquoi, et si on cuisinait des fraises maintenant ? est-ce que je vous raconte ça...

dimanche 25 avril 2021

Ma socca-pizza parce que j'avais envie de partir plein sud !

La cuisine du sud m'a toujours attirée... c'est un peu comme quand tu envoies un roll-mops en direction d'un pingouin, après il y a toutes les chances pour qu'il se mette à la voltige sur le premier iceberg venu... Et moi, de la même façon, quand tu mets le sud dans mon assiette... bon j'évite la voltige mais le cœur y est ! 

Du coup quand on m'a proposé de partir direction plein sud pour un petit échange de recettes... il ne me restait plus qu'à choisir ce que j'allais cuisiner. Et j'ai décidé d'associer la socca et la... pizza en espérant que les puristes... surtout que mes recettes sont toujours autant à ma manière ! Et peut-être que ceux qui cherchent des recettes sans gluten se diront que ce n'est pas une si mauvaise idée.

Ma socca-pizza

Les courses :

Pour la socca :

125g de farine de pois chiche - 22 cl d'eau - 1/4 de càc de sel - 2 càs d'huile - 2 tiges d'origan effeuillées - poivre

Pour la pizza :

6 oignons nouveaux (le blanc, gardez le vert pour une salade) - 1 vingtaine de tomates cerises - 4 tranches de fromage de chèvre frais - 1 douzaine de cœurs d’artichauts à l'huile - 1 vingtaine de petites olives noires à l'huile - 2 tiges d'origan effeuillées - 2 tiges de basilic effeuillées - huile d'olive - sel et poivre

La cuisine :

Commencez à préparer la pâte pour la socca. Versez l'eau et le sel dans un saladier puis ajoutez la farine tout en fouettant. Ajoutez l'huile, l'origan, un peu de poivre et mélangez. Laissez reposer une heure.

Idéalement il faudrait cuire la socca dans un four au feu de bois... j'ai choisi de la faire cuire à la poêle et le résultat a été tout à fait satisfaisant, la prochaine fois j'essaierais le four...

Du coup un peu d'huile dans une poêle et à feu vif ! Versez la pâte et faites la bien dorer des deux côtés. Il faut qu'elle soit croustillante dehors et un peu fondante dedans.

Préparez ensuite la garniture.

Émincez les oignons. Coupez les tomates en deux et les cœurs d'artichauts en deux ou quatre. Coupez les tranches de fromage en morceaux.

Faites chauffer un filet d'huile à feu moyen dans une poêle, et faites-y revenir les oignons jusqu'à ce qu'ils deviennent transparents. Ajoutez les cœurs d’artichauts et montez le feu. Dès que les oignons et les cœurs d'artichauts commencent à dorer ajoutez les tomates et faites revenir rapidement.

Déposez la socca sur une plaque puis garnissez-la avec le contenu de la poêle. Ajoutez le fromage et passez le tout rapidement sous un gril bien chaud.

Au moment de servir ajoutez les olives et les feuilles d'origan et de basilique.

Mais pourquoi, et si on partait vraiment vers le sud... un jour... est-ce que je vous raconte ça...

jeudi 22 avril 2021

P'tites charlottes pain d'épices et mangue passionnée... Parce que c'est pas encore l'été mais...

Cette période de l'année est une période curieuse sur nos étals. Sans doute parce que certains, comme moi, se sont un peu fatigué des produits de l'hiver et que par ailleurs il n'est pas encore temps pour ceux de l'été... Les fesses entre deux chaises, ou plus précisément entre deux saisons en quelque sorte, il en va comme ça du printemps...

Du coup j'ai choisi de préparer aussi un dessert entre deux, entre le pain d'épices réconfortant qui nous fait encore penser à la fraîcheur d'il y a à peine quelques semaines et la couleur de la mangue et du fruit de la passion pour mettre quand même un grand coup de soleil dans tout ça !

P'tites charlottes pain d'épices et mangue passionnée...

Les courses :

- 1 paquets de tranches de pain d'épices - 20 cl de crème liquide entière - 2 càs de sucre glace- 1 feuille de gélatine - 1/2 mangue assez mûre - 2 fruits de la passion - 1 càs de sucre en poudre

La cuisine :

Mettez à tremper la feuille de gélatine dans un bol d'eau froide.

Commencez en préparant un sirop en vidant les fruits de la passion dans une casserole, ajoutez le sucre en poudre et 2 càs d'eau. Portez à ébullition puis baissez le feu et laissez cuire trois minutes. Filtrez et réservez.

Mixez finement la chair d'une demi-mangue. Mettez dans un bol, faites chauffer rapidement au micro-ondes. Égouttez la gélatine, ajoutez-la à la mangue, mélangez bien et laissez refroidir.

Fouettez la crème liquide et le sucre glace en chantilly bien ferme.

Ajoutez la moitié de la mangue et mélangez délicatement.

Pour monter mes charlottes j'ai utilisé des emporte-pièces d'environ 7cm de diamètre et 4 cm de haut, s'ils sont plus grands ou plus petits ajustez la taille des disques que vous allez maintenant découper. Découpez 4 disques dans des tranches de pain d'épices d'environ 1cm de moins que votre emporte-pièce, donc pour moi 6 cm.

Mettez ces disques au fond des emporte-pièces. Découpez quelques tranches de pain d'épices en bâtonnets d'environ 1,5cm de largeur. Garnissez les emporte-pièces avec ces bâtonnets en les mettant droits les uns à côté des autres. Comme le disque de pain d'épices est plus petit, il va de soi que les bâtonnets vont jusqu'au fond, le disque servant à les tenir.

Quand tous vos emporte-pièces sont garnis de pain d'épices, mettez une petite cuillère à soupe de mangue au fond de chaque charlotte. Avec un pinceau badigeonnez alors les côtés avec du sirop au fruit de la passion. Garnissez enfin avec la chantilly parfumée à la manque à l'aide d'une poche à douille.

Vous pouvez ajouter quelques petits cubes de mangue sur tout ça... Et hop au frais une paire d'heures pour que toutes ces saveurs se mélangent gentiment... Vous n'avez plus qu'à démouler et à déguster !

Mais pourquoi, bon il me tarde quand même de retrouver fraises, pêches et cerises... est-ce que je vous raconte ça...

lundi 19 avril 2021

Mes hot dogs à l'italienne ! Troisième et dernière étape mes saucisses italiennes en sauce tomate...

Après un week-end pendant lequel j'ai passé plus de temps à regarder les p'tits oiseaux, la tasse de café à la main, qu'à de m'occuper de cuisine voilà donc la dernière étape de mes hot dogs à l'italienne, mes saucisses italiennes en sauce tomate et du coup ce qu'il vous restera ensuite à faire pour les déguster !

Mes saucisses italiennes en sauce tomate...

Les courses :

4 saucisses italiennes au fenouil (on en trouvait chez M&S mais c'était avant...) - 1 càs d'huile d'olive - 6 oignons nouveaux (seulement le blanc) - 2 gousses d'ail - 400g de concassé de tomate - 2 branches d'origan frais effeuillées - 2 branches de thym frais effeuillées - 1 càc de sucre en poudre - 1/2 càc de graines de fenouil - sel et poivre

La cuisine :

Coupez les oignons en deux puis émincez-les. Pelez les gousses d'ail, coupez-les en deux puis enlevez le germe et émincez-les finement. Pillez grossièrement les graines de fenouil au pilon.

Chauffez l'huile dans une sauteuse et faites-y colorer les saucisses. Retirez-les de la poêle et mettez-y l'oignon et l'ail et faites revenir à feu moyen en remuant régulièrement jusqu'à ce que l'oignon devienne translucide.

Ajoutez alors la tomate et 10cl d'eau, ajoutez aussi les herbes, le fenouil et le sucre en poudre, salez et poivrez. Déposez les saucisses dans cette sauce et faites cuire le tout jusqu'à ce que les saucisses soient cuites à point et que la sauce ait bien réduit.

Vous avez maintenant tous les ingrédients !

Fendez les ciabattas en deux, tartinez un peu de la sauce tomate des saucisses, garnissez avec la garniture végétale puis déposez une saucisses et un peu de sauce et terminez avec un peu de garniture végétale et quelques feuilles d'origan et de basilic.

Mais pourquoi, bon et un hot dog à l'asiatique... est-ce que je vous raconte ça...

vendredi 16 avril 2021

Mes hot dogs à l'italienne ! Deuxième étape ma p'tite garniture végétale...

Après les pains d'hier, direction la cuisine pour continuer la préparation de mes p'tits hot dogs à l'italienne et pour cette fois s'intéresser la p'tite garniture végétale qui va l'accompagner... une garniture que vous pouvez aussi décider de dévorer comme une petite salade sans autre forme de procès...

Ma p'tite garniture végétale...

Les courses :

1 douzaine de tomates cerises - 6 oignons nouveaux (le blanc) - 1 gousse d'ail - 1/2 poivron rouge - 4 branches de thym effeuillées - 4 branches de basilic effeuillées - 1 càs d'huile d'olive - 1/4 de concombre - sel et poivre

La cuisine :

Coupez les tomates en quatre. Coupez les oignons en deux puis émincez-les. Pelez l'ail, coupez-le en deux puis émincez-le. Épépinez le demi-poivron, coupez-le en trois puis en lanières. Coupez le concombre en tranches épaisses puis en petits cubes.

Faites chauffer l'huile dans une poêle, mettez-y les oignons et le poivron, salez, poivrez puis ajoutez 5cl d'eau. Faites revenir jusqu'à ce que l'eau se soit évaporée et que l'oignon soit translucide. Retirez la poêle du feu, ajoutez les tomates et mélangez le tout. Laissez tiédir.

Ajoutez le concombre et les herbes et mélangez.

Normalement cette garniture va servir à composer mon hot dog à l'italienne mais elle peut aussi devenir une très jolie salade... un p'tit trait de vinaigre balsamique et hop !

Mais pourquoi, bon et demain on continue... est-ce que je vous raconte ça...

jeudi 15 avril 2021

Mes hot dogs à l'italienne ! Première étape les ciabattas sans pétrissage...

J'aimerais pouvoir dire que je panifie dans le bonheur, que le levain n'a plus de secret pour moi et que je ne suis plus passé à la boulangerie depuis... à l'époque ils retournaient encore les champs à la main... Et bien non, ce n'est pas le cas ! 

Et pourtant il y a peu de chose que je trouve plus agréable que de masser une pâte de pain, bon normalement on dirait plutôt pétrir, mais je trouve ça tellement sensuel, cette pâte rebondie, moelleuse dans laquelle on enfonce les mains...

Bon, j'aime bien ça mais le pain ne me le rend pas toujours ! Du coup j'insiste quand même de temps en temps mais en regardant toujours mes préparations d'un œil méfiant. Cette fois encore je l'ai suivi du coin de l’œil jusqu'à la fin et cette fois, bonne surprise, mes ciabattas étaient juste comme je les imaginais pour qu'elles finissent en hot dogs à l'italienne... mais ça je continue à vous le raconter demain. D'abord le pain !

Les ciabattas sans pétrissage

Les courses pour 4 ciabattas :

- 30 cl d'eau légèrement tiédie - 8 g de levure fraîche de boulanger - 4 cl d'huile d'olive - 400 g de farine T55 - 6 g de fleur de sel

La cuisine :

Versez l'eau dans un plat, ajoutez la levure émiettée, remuez et oubliez une dizaine de minutes dans un endroit plutôt chaud. Personnellement j'ai une table pas loin d'un radiateur qui est encore allumé... et ça le fait.

Ajoutez l'huile, puis la farine, puis le sel. Mélangez le tout avec une maryse, attention qu'il ne reste pas de petits paquets de farine au milieu de la pâte.

Étalez la pâte dans le plat, filmez puis laissez tranquille 30 à 40 minutes.

Là, vous allez regarder les visuels et je vous explique. A l'aide de la maryse rabattez un côté vers le centre, environ un tiers, puis faites de même avec le côté opposé. Comme vous le voyez la pâte est maintenant au centre. Rabattez le troisième côté vers le centre, toujours environ un tiers puis rabattez le dernier côté. Vous avez donc une sorte de carré de pâte au centre du plat.

Filmez et laissez tranquille une nouvelle fois 30 à 40 minutes.

Au bout de ce temps la pâte s'est étalée et vous allez recommencer deux fois l'opération. Le pain c'est de la patience...

Faites alors tomber la pâte sur une table bien farinée et quand je dis bien fariné, on n'hésite pas ! Retournez la pâte puis formez un rectangle approximatif. Coupez 4 bandes, j'ai utilisé une spatule mais une corne c'est bien aussi. Déposez les bandes de pain, attention c'est mou... mais avec la spatule ça le fait, sur une plaque couverte de papier de cuisson. Relevez légèrement le papier de cuisson entre les pains, regardez le visuel, pour qu'ils ne collent pas. Et devinez quoi ? vous couvrez d'un torchon et laissez lever... 30 à 40 minutes.

Enfournez dans un four préchauffé à 240°C en remplissant la lèche-fritte avec un peu d'eau. Baissez tout de suite à 210° et laissez cuire 20 à 25 minutes.

On se retrouve demain pour la suite...

Mais pourquoi, après j'aime bien aussi mon boulanger... est-ce que je vous raconte ça...

vendredi 9 avril 2021

Nos p'tits cakes au chou-fleur et tomate parce que décidément le végétal ça peut être bien bon !

Quand on doit choisir avec Nicolas nos petites recettes pour nos journées de cuisine à travers l'écran, je sais bien qu'il va arriver avec au moins un plat végétarien et lui sait que je vais lui coller de la viande dans au moins une de mes propositions... 

Mais comme le garçon est assez doué pour nous trouver de la recette appétissante en diable, je me retrouve régulièrement à le suivre dans sa cuisine végétarienne, ce qui fait la joie de mes filles quand par chance elles passent par là. Et pour tout vous dire, ça fait aussi ma joie parce que finalement je m'y fait bien bien à tous ces jolis plats débordant de végétal !

Et cette fois Nicolas nous a trouvé du côté de chez Stacey, dans sa cuisine virtuelle Posh in progress, une bien belle recette toute simple... du Cauliflower Cheddar Cakes que nous avons à peine remise à notre sauce, et que j'ai choisi d'entomater en parlant de sauce !

Nos p'tits cakes au chou-fleur et tomate

Les courses :

Pour les cakes (une douzaine) :

- 350g de chou-fleur en bouquets - 150g de cheddar - 2 œufs - 2 belles branches de thym effeuillées - 1 càc de ras el hanout - Sel et poivre

Pour la sauce :

1 boite de tomates concassées - 4 oignons nouveaux - 1 gousse d'ail - 2 càs d'huile d'olive - 2 tiges de thym effeuillées - 2 tiges d'origan effeuillées - 1 càc de sucre en poudre - sel et poivre

Pour préparer les cakes c'est tout simple, coupez le chou-fleur en petits morceaux puis mixez jusqu'à obtenir une sorte de semoule de chou-fleur. Faites-le en plusieurs fois si vous avez décidé de sortir comme moi un mixer de taille moyenne.

Stacey conseille à ce moment-là de passer le chou-fleur pendant 2 minutes au micro-ondes, on ne l'a pas fait mais j'essayerai la prochaine fois, à vous de voir.

Mettez alors le chou-fleur dans un torchon et tordez lui le cou le plus fort possible, au torchon ! Le jeu consiste à enlever le plus de liquide possible du chou-fleur, vous allez voir qu'il y en a beaucoup.

Mettez le contenu du torchon dans un saladier et ajoutez le cheddar râpé, les œufs, le thym et le ras el hanout, salez, poivrez et mélangez le tout.

Répartissez ce mélange dans des moules à muffins, une douzaine, que vous aurez beurrés et farinés très généreusement, c'est important sinon ça colle. Tassez bien dans les moules !

Enfournez 25 à 30 minutes dans un four préchauffé à 180°. Si vous avez un four à chaleur tournante glissez vos moules plutôt vers le haut du four pour que les cakes aient les fesses bien dorées...

Pendant ce temps préparez la sauce. Émincez les blancs des oignons et gardez le vert pour une petite salade. Pelez et émincez l'ail. Mettez l'huile dans une grande sauteuse et faite revenir l'oignon et l'ail jusqu'à ce que ça commence à peine à colorer. Ajoutez la tomate et la moitié de la boite en eau. Ajoutez les herbes et le sucre, salez et poivrez, mélangez bien et laissez blobloter tout doucement jusqu'à obtenir une sauce qui a joliment épaissi.

Versez la sauce dans un plat, démoulez les cakes et déposez-les dedans.

Attention mes cakes n'ont pas été faciles à démouler, du coup si je refais, je mettrai un disque de papier de cuisson au fond de chaque moule.

Une peu de thym et d'origan frais sur le tout et... à table !

Mais pourquoi, bon j'ai un riz aux lentilles quelque part moi... est-ce que je vous raconte ça...

jeudi 8 avril 2021

Nos p'tits beignets très parfumés... les mandazis ! Parce que finalement quand je ne cuisine pas... eh ben j'cuisine...

Souvent on me demande mais qu'est-ce tu fais quand tu ne cuisines pas ? Plus précisément ce qu'on veut savoir c'est ce que je fais quand je ne cuisine pas... visiblement ! Quand mes p'tites recettes n'apparaissent pas ici ou là, sur mon blog, les réseaux, un magazine ou un livre... Quand il semble donc que je ne cuisine pas.

Là, généralement je me racle la gorge et puis avant de répondre ben j'cuisine...

Souvent s'en suit un bon nombre de discutailles pour m'expliquer que je n'ai pas bien compris la question, que oui que non, ce n'est pas quand mais plutôt quand pas... avant de me reposer la même question.

Et là droit dans mes bottes, tel un Bartleby culinaire je répète moi aussi... ben j'cuisine.

Généralement à ce moment-là mon interlocuteur comprend que j'ai bien bien compris sa question et confirme alors ce que j'essaie de lui dire depuis le début... Ah ben alors tu cuisines tout l'temps ?

Eh ben oui c'est exactement ça, quand je ne cuisine pas finalement je cuisine....

Et aujourd'hui jour où j'étais un peu en pause, je me suis dit que finalement ce qui ne serait pas mal c'est que je cuisine un peu avec mon ami et complice Nicolas, logique !

Après avoir choisi quelques recettes, chacun devant son écran, direction la cuisine parce que finalement, lui et moi c'est quand même ce que nous préférons faire.

Nos p'tits beignets très parfumés... les mandazis !

Les courses :

- 450 g de farine - 200 g de lait de coco - 5 g de levure de boulanger déshydratée - 90 g d'eau tiède -

90 g de sucre en poudre - 1 œuf - 1/2 à 1 càc de sel - 1/2 càc de cardamome en poudre - 1/4 càc de gingembre en poudre - 1/4 càc de cannelle en poudre - 30g de noix de coco déshydratée en poudre - de l'huile de friture - du sucre glace

La cuisine :

Mélangez dans un saladier l'eau, le lait de coco, le sucre et la levure. Laissez reposer 5 minutes. Ajoutez l’œuf et mélangez.

Versez le sel, la farine, les épices et la noix de coco en poudre dans un autre saladier ou dans le bol d'un robot équipé d'une feuille. Ajoutez le contenu de l'autre bol et mélangez.

Formez une boule avec la pâte, mettez-la dans un saladier. Couvrez d’un film alimentaire et laissez lever une heure et demie à température ambiante (enfin il faut que l'ambiance soit assez chaude...).

Préchauffez votre huile de friture à 160° C.

Étalez la pâte au rouleau sur un plan de travail légèrement fariné de manière à obtenir un rectangle d'environ 2 cm d'épaisseur. Coupez des bandes de 3 cm puis des carrés de 3 cm de côtés.

Déposez les carrés de pâte dans l'huile, n'en mettez pas trop, et faites-les dorer environ 5 minutes en les retournant régulièrement.

Égouttez les mandazis puis déposez-les sur une plaque couverte de papier absorbant. Recommencez autant de fois que nécessaire.

Saupoudrez de sucre glace juste au moment de servir.

Attention : La quantité d'épices dépend de leur fraîcheur... si elles sont un peu passées comme les miennes ou si le flacon vient d'être ouvert il faut ajuster... Sinon vous pouvez aussi parfumer le sucre glace avec quelques pincées de cardamome, de gingembre et de cannelle si ça manque de parfums.

Mais pourquoi, bon et si je cuisinais un peu finalement... est-ce que je vous raconte ça...

jeudi 1 avril 2021

Nos thumbprints au chocolat et très pistaches pour me réconforter le café...

Je suis un buveur invétéré de café, demandez à tout ceux qui m'ont proposé un p'tit café et vous verrez que pas un seul ne dira que j'aie jamais dit non... Ce plaisir de boire du café, du bon café de préférence, a commencé il y a fort fort longtemps bien après que j'aie survécu au café de ma mère, cette eau vaguement parfumée au café et à la chicorée. Et bien sûr comme à l'époque, alors que je devenais quelque chose entre un post-ado et un pré-adulte, je ne savais pas me faire cuire un œuf, je ne savais pas non plus me faire un café.

Mes premiers cafés je les ai donc dégustés en usant quelques zincs avec mes coudes puis assez rapidement attablé à un endroit indispensable, une terrasse de café ! La terrasse de café a longtemps été pour moi un endroit à tout faire, un endroit pour glander le nez au vent, mon bureau de travail ou de lectures et malheureusement aussi une remise ou je rangeais quelques râteaux de passage... Enfin tout ça c'était il y a fort fort longtemps.

Et du coup en attendant la réouverture de ces lieux indispensables, j'ai besoin de me réjouir le café avec quelques gourmandises ! Et quand mon ami, complice en cuisine, Nicolas est arrivé avec une petite recette de biscuits trouvée sur le site de Lindsay au titre réjouissant Love & Olive Oil, j'ai forcément craqué de bonheur pour ces Chocolate Pistachio Cream Thumbprints. Et voilà comment hier nous les avons mis un peu à notre sauce, chacun de notre côté, Nicolas et moi, à travers nos écrans...

Nos thumbprints au chocolat et très pistaches

Les courses :

Pour les biscuits au chocolat :

- 150 g de beurre mou - 120 g de sucre en poudre - 1 jaune d’œuf - 1/2 càc d'extrait de vanille - 150 g de farine T55 - 30 g de cacao en poudre - 60 g de pistaches émondées

Pour la garniture :

- 60 g de chocolat blanc - 45 g de pâte de pistache

La cuisine :

Hachez les pistaches, sans trop insister, il ne faut surtout pas les réduire en poudre.

Fouettez le beurre et le sucre en poudre dans un saladier (vous pouvez aussi comme moi utiliser un robot pâtissier), jusqu'à faire blanchir le mélange.

Ajoutez le jaune d’œuf et l'extrait de vanille et fouettez de nouveau.

Ajoutez la farine et le cacao en poudre et mélangez jusqu'à obtenir une pâte homogène.

Faites des petites boules d'environ 25g de pâte.

Roulez-en la moitié dans les pistaches hachées, personnellement je n'ai roulé que la moitié de la boule pour ne pas en mettre sous le biscuit. Écrasez les boules très légèrement avec la paume de la main puis déposez-les sur une plaque couverte de papier de cuisson.

Faites un creux avec le bout d'un doigt au centre de chaque biscuit.

Enfournez une douzaine de minutes dans un four préchauffé à 180°.

Pendant ce temps faites fondre le chocolat blanc au micro-onde et mélangez-le avec la pâte de pistache.

Sortez les biscuits du four puis à l'aide d'une cuillère approfondissez le trou qui a dû partiellement se refermer, à ce moment je déconseille fortement de le faire avec le doigt.

Laissez complètement refroidir.

Déposez sur chaque biscuit un peu de crème à la pistache. Attention la crème reste onctueuse et ne durcit pas totalement, donc ne les empilez pas ! En même temps ça se mange très très rapidement...

Mais pourquoi, café et journaux sur une terrasse... est-ce que je vous raconte ça...

samedi 27 mars 2021

Petits pots de crème au chocolat de Carole parce que les bonnes adresses...

Les bonnes adresses, qu'elles soient en vrai ou virtuelles, me posent toujours la question du partage... Je suis toujours entre deux, une petite voix angélique me dit de les partager à tous parce que si tu aimes les autres peut-être aussi... Et une autre beaucoup plus diabolique qui me dit de la garder bien au chaud, bien cachée pour que personne ne la voie, elle est à moi ma précieuse ! Et j'oscille comme ça entre les deux, entre le bon et la brute... 

Bon, souvent je me dis que si j'ai réussi à trouver ce petit restaurant tapi au fin fond d'une ruelle, d'autres y arriveront sans doute eux aussi, d'autres vont bien finir par se perdre par-là... ou pas me glisse alors à l'oreille le mesquin de service. L'avantage c'est que comme j'ai une mémoire de bulot quand j'arrive avec ma p'tite adresse trouvée par le plus hasardeux des hasards et que je veux la partager, ma bouche s'ouvre et... et c'était où déjà ? A côté d'une place et puis tu tournes à droite à gauche... bon comme je confonds l'un et l'autre c'est peut-être aussi à gauche à droite.

Du coup mon interlocuteur qui se pensait à deux doigts de noter une bonne petite adresse me regarde un peu affligé, range papier et crayon et on passe à autre chose.

Et pour les adresses virtuelles c'est à peut près la même chose, j'ai 325 625 dossiers et sous-dossiers de sous-dossiers où je " range " les petites pépites" que j'ai croisées. Il faut donc que je compte plus sur la chance que sur mes " rangements " quand je cherche à retourner sur tel ou tel blog ou sur tel ou tel compte sur les différents réseaux.

Heureusement il y a certaines de mes adresses virtuelles où je retourne encore et encore ce qui fait qu'à force j'arrive à ne plus les oublier ! C'est comme ça que je n'ai aucun mal à retrouver la cuisine de Carole, son Alter Gusto, où je me perds très régulièrement. C'est comme ça que j'ai retrouvé une petite crème dont elle m'avait parlée et qui m'a tout de suite fait de l’œil ! Une crème dont vous pouvez donc retrouver la recette originale chez Carole là, Petits pots de crème au chocolat & mascarpone et que j'ai à peine remise à ma sauce aujourd'hui !

Petits pots de crème au chocolat de Carole

Les courses :

- 50cl de lait entier – 4 jaunes d’œufs - 45g de sucre en poudre (j'ai baissé la quantité et c'est très peu sucré, moi j'aime mais... vous pouvez augmenter) - 30g de maïzena - 20g de cacao en poudre non sucré (si vous voulez des crème moins terriblement chocolatées, oubliez...) - 180g de chocolat noir (j'ai pris du Nestlé Bio) - 90g de mascarpone - 1càc de café lyophilisé en poudre

La cuisine :

Hachez grossièrement le chocolat.

Mélangez le mascarpone avec 2càs de lait pour éviter les grumeaux.

Mettez les jaunes d’œufs et le sucre en poudre dans une casserole et fouettez jusqu'à ce que le tout blanchisse.

Faites chauffer le lait au micro-ondes et versez-le dans la casserole en filet tout en fouettant.

Ajoutez le cacao en poudre, le café lyophilisé et la maïzena diluée dans le lait et fouettez de nouveau.

Hacher grossièrement le chocolat noir à l’aide d’un couteau.

Mettez la casserole sur le feu à feu moyen et faites épaissir en remuant au fouet presque sans arrêt, ça va assez vite, donc on ne lâche rien !

Retirez du feu, ajoutez le chocolat haché et fouettez doucement jusqu'à ce qu'il soit complètement incorporé puis faites de même avec le mascarpone.

Versez dans des verres et filmez au contact puis au frais pour... le temps que vous résisterez !

Il y a plein d'autres jolies recettes chez Carole par-là, 8 recettes de crèmes au chocolat ( express ou rapide ) n'hésitez pas ses recettes sont inratables !

Mais pourquoi, et avec une p'tite chantilly au mascarpone... est-ce que je vous raconte ça...