mercredi 22 janvier 2020

Mes dinner rolls au pulled chicken et avocat ! Parce que j'ai toujours aimé les titres longs...

Il y a des noms de recettes que j'aime bien parce qu'ils enrobent ou claquent d'abord sous la langue avant de réjouir les palais. Dinners rooooolls et puuuulled chicken font partie de ceux-là, enfin je trouve... Et du coup j'ai eu envie de les associer tous les deux pour obtenir des petits pain très très parfumés et fondant en diable. 
Et donc on va maintenant s'occuper du pulled chicken, cette viande qui va cuire tout tout doucement avant d'être effilochée et de se gorger de toute la sauce qui l'entoure. Pour cela j'ai choisis d'utiliser une nouvelle fois mon Crock-pot, ce mijoteur qui aime les cuissons longues et les cuissons tranquilles. Longues pour que les aliments se gorgent de goût pendant la cuisson et tranquilles parce qu'une fois lancée vous pouvez aller boire des cafés comme moi et l'oublier aucun risque que ça brûle !
Mais bien sûr vous pouvez aussi réaliser la recette dans une simple cocotte à feu tout tout tout doux. Il vous faudra juste un peu plus de surveillance.
Mon pulled chicken parfumé !
Ingrédients :4 blancs de volaille – 12cl de sauce barbecue – 12cl de coulis de tomates – 45g de cassonade – 4 feuilles de laurier – 5 tiges de persil - sel et poivre
Pour le mélange d'épices et d'herbes : ½ càc de basilic séché – ½ càc d'origan séché – ½ càc de thym séché – ½ càc de graines de fenouil - ¼ de càc de flocons de piment – 1 càc d'ail séché
Commencez en mettant tout ce qui compose le mélange d'épices et d'herbes et un peu de sel et de poivre dans un mortier et écrasez le tout au pilon. Couvrez les blancs avec ce mélange et laissez reposer une paire d'heures au frigo pour commencer le parfumage de la viande.
Mélangez la sauce barbecue, le coulis de tomate et la cassonade dans le fond du Crock-pot ou d'une cocotte. Déposez les blancs dans cette sauce et remuez-les, ajoutez les feuilles de laurier et redonnez un coup de poivre, ça fait pas d'mal !
Mettez le couvercle et lancez votre Crock-pot en puissance élevée pendant 3 heures, oui ça fait quand même pas mal de cafés ! Une fois que vous ne pourrez plus en boire une goutte... de café, retirez le couvercle et à l'aide de deux fourchettes effilochez bien la viande et repartez pour 30 minutes de cuisson cette fois sans le couvercle.
Une fois la viande prête parsemez le persil finement haché et mélangez.

Et voilà maintenant on peut finir par...
Mes dinner rolls au pulled chicken et avocat !
Ingrédients pour 4 personnes : 4 dinner rolls – 400g de pulled chicken – 1 avocat – 1 ou 2 tiges de basilic thaï – 4 càs de graines de grenade – quelques pousses d'oseille rouge (ou d'autres petites feuilles) – huile d'olive – vinaigre balsamique
Coupez l'avocat en 4 dans la longueur puis en fines tranches.
Coupez les pains en deux.
Déposez ¼ d'avocat en spirale sur 4 fonds de pain. Arrosez-les d'un filet d'huile d'olive et de quelques gouttes de vinaigre. Déposez quelques pousses puis le pulled chicken. Terminez en parsemant les feuilles de basilic et les graines de grenade et en refermant vos dinner rolls.
Vous n'avez plus qu'à ouvrir la bouche très très grand !
Mais pourquoi, j'aurai tellement aimé avoir une très très grande bouche... est-ce que je vous raconte ça...

mardi 21 janvier 2020

Mes dinner rolls parce que je ne renonce pas au pain !

Je ne renonce pas au pain même si... Mon problème ce n'est pas de faire du pain, dès que je suis en train de pétrir une miche j'ai le regard vide de plaisir. Et j'adore autant sentir son odeur qui embaume la maison pendant sa cuisson et quand je viens le poser sur la table. J'aime aussi quand il est à peine tiède, encore tout croustillant, et que je me le coupe en tranches pour l'avaler dans la minute. Je ne renonce pas au pain à cause de tout ça même si...

Même si donc le lendemain généralement ça se gâte et que le joli pain de la veille est souvent devenu bien plus dur et a perdu son croustillant et sa belle odeur... Le pain maison, j'ai toujours trouvé que c'est tout de suite ou pas !
Et encore une fois je trouve que les dinner rolls que j'ai enfin préparés, ça faisait longtemps que ces pains-là me faisaient envie, tout juste sortants du four sont moelleux moelleux moelleux... alors que quelques temps plus tard... Donc ceux-là particulièrement sont à consommer pas longtemps après leur sortie du four. Et ils se révèlent en sandwich des alliés terriblement savoureux... mais ça c'est une autre histoire que je vous raconte très vite ! D'abord le pain !
Mes dinner rolls...
Ingrédients : 10g de levure de boulanger déshydratée – 45g de sucre en poudre – 12cl d'eau tiède – 650g de farine T55 – ½ càc de fleur de sel (vous pouvez aller jusqu'à 1càc) – 20cl de lait tiède – 90g de beurre fondu et un peu de beurre fondu de plus pour la fin – 2 œufs
Mélangez l'eau, le sucre en poudre et la levure dans un bol et laissez reposer une dizaine de minutes.
Versez la farine et le sel dans un grand saladier. Faites un petit volcan et versez le lait, le beurre et les œufs rapidement battus, mélangez le tout puis mélangez avec la farine avec une cuillère. Vous obtiendrez une pâte assez collante, c'est normal !
Laissez reposer la pâte pendant 2h en posant un torchon sur le saladier.
Videz la pâte sur un plan de travaille généreusement fariné. Coupez douze parts de tailles égales, ça fait des parts d'une centaine de grammes. Formez rapidement des boules, aplatissez-les puis repliez en pinçant pour reformer une boule. Terminez en boulant, c'est-à-dire en faisant rouler la boule de pâte sur le plan de travail avec la main, en mettant le côté pincé en dessous.
Placez les boules au fur et à mesure dans un plat d'environ 25x30 cm couvert de papier sulfurisé. A ce moment-là vous pouvez saupoudrer un peu de fleur de sel sur les pains.
Enfournez dans un four préchauffé 180° pendant une vingtaine de minutes. Personnellement quand j'enfourne je vaporise un peu d'eau sous le plat, ce n'est pas obligatoire.
Sortez du four et brossez au pinceau les dinner rolls avec un peu de beurre fondu.
Si vous ne les mangez pas tout de suite, c'est là qu'ils seront le meilleur, conservez-les sous un torchon.
Mais pourquoi, et maintenant on met quoi dedans ? est-ce que je vous raconte ça...

dimanche 19 janvier 2020

Ma soupe aux haricots généreux ! Parce que moi aussi j'peux avoir froid... un peu...

Ceux qui me connaissent le savent mon surnom de pingouin de l'ouest ou du sud selon qu'on indique mon lieu d'habitation ou celui de mes origines n'est vraiment pas surfait. Je dois avoir deux pulls depuis... quelques lustres et curieusement on les dirait à peine sortis du magasin, curieusement. Par contre mes tee-shirt au cœur de l'hiver frémissent d’effroi quand j'avance ma main vers eux parce qu'ils savent qu'ils vont m'accompagner dans mes sorties et qu'ils reviendront aussi frais qu'un croupion de pingouin sortant de la Baltique !
Et pourtant il y a des jours... certes rares où un petit frisson me prend. Bon généralement les autres habitants de la maison sont déjà en train de claquer des dents rien qu'à me voir en train de boire mon café en tee-shirt sur le balcon. N'empêche que quelquefois donc j'ai deux ou trois poils du croupion qui se redressent et alors je lance un ho ho il fait presque frais, ça sent la soupe !
Et alors que je rentre pendant que les autres vérifient que quelques ours blancs ne m'accompagnent pas. Je sens que cette histoire de petite soupe semble plaire à tous, si je me fie à leurs hochements de tête frénétiques !
Et comme j'avais repéré une jolie recette de haricot et jambonneau dans un magazine que j'avais attrapé il y a peu en faisant mes courses, je me suis dit que c'était le moment de les régaler avec ce joli plat que voilà !
Ma soupe aux haricots généreux !
Ingrédients : 1petit jambonneau cuit (le mien faisait 250g, il peut être un peu plus gros) – 3 carottes – 3 petits oignons – 3 gousses d'ail – 3 branches de thym – 3 feuilles de laurier - 20g de beurre – 50cl de bouillon de volaille – 400g de haricot blancs cuits au naturel - quelques tranches de baguette joliment dorées – poivre – quelques brins de ciboulette
Pelez les oignons puis coupez-les en quatre. Coupez les gousses d'ail en deux sans les éplucher. Pelez les carottes et coupez-les en morceaux.
Faites chauffer le beurre dans une casserole, ajoutez les oignons, l'ail, le thym et le laurier et faites revenir le tout pendant 5 minutes. Ajoutez le jambonneau coupé en quatre et remuez une minute. Ajoutez les carottes et le bouillon, portez à ébullition puis prolongez la cuisson à feu moyen et à couvert une dizaine de minutes.
Ajoutez les haricots sans les égoutter, poivrez généreusement portez de nouveau à ébullition puis prolongez la cuisson à feu moyen et à couvert une vingtaine de minutes.
Retirez le couvercle et prolongez la cuisson 5 ou 10 minutes selon la consistance des haricots que vous souhaitez.
Défaites un peu le jambonneau, servez puis terminez en parsemant la ciboulette.
Mais pourquoi, bon vu la chaleur c'est bientôt l'été et l'heure de migrer au nord... est-ce que je vous raconte ça...

samedi 18 janvier 2020

Mes biscuits cuillère presque comme des Pim's ! Parce que des fois un toc conduit à...

Il y a des choses auxquelles je ne sais pas résister... Tiens, les Pim's, il n'y a pas que ça bien sûr, mais ça... Il suffit que j'ouvre un paquet et me voilà transformé en rongeur maladif à l'attaque. J'ai quelques tocs, deux fois rien d'ailleurs, bon trois, quatre ou cinq fois rien ça fait toujours rien ! Et donc quand je mange certaines choses c'est toujours pareil.
Ces biscuits-là par exemple je commence toujours par dégager le tour donc en mode castor frénétique, juste le bord sans attaquer la confiture, surtout pas ! Et une fois que le bord est bien bien net, un p'tit coup de dent pour faire une forme de lune et deux autres coups de dents pour manger la lune... C'est toujours toujours comme ça que je les mange.
Et forcément à peine fini le premier que l'œil du castor se met à frémir à l'idée d'attaquer un nouveau tour... et puis un autre et puis un autre et puis... C'est curieux j'ai beau secouer le paquet on dirait qu'il ne reste plus rien ! Curieux, curieux...
Et du coup alors que j'étais en train de m'étaler en rond une fournée de biscuits à la cuillère mon œil de castor s'est mis à frémir ! Curieux, curieux...
Ces biscuits ressemblent d'ailleurs autant à des macarons qu'à des Pim's, mais rien ne vous empêche de les faire à la manière des vrais, avec un seul biscuit et le chocolat par dessus la confiture...
Mes biscuits cuillère presque comme des Pim's !
Ingrédients : 4 œufs - 120g de sucre en poudre - 90g de farine T45 – de la marmelade d'orange – 120g de chocolat au lait (ou noir) – du sucre glace
Séparez les blancs et les jaunes des œufs puis mettez les blancs dans la cuve d'un batteur muni d'un fouet. Fouettez doucement jusqu'à ce qu'ils commencent à mousser joliment puis accélérez un peu la vitesse et ajoutez le sucre en pluie. Quand vous aurez une belle meringue bien brillante, ajoutez les jaunes et mélangez très rapidement. Ajoutez la farine et mélangez délicatement à la maryse. Videz la pâte dans une poche à douille.
Faites des disques de pâte sur une plaque couverte de papier sulfurisé, il vous en faudra sans doute plusieurs. Poudrez les biscuits de sucre glace,attendez un peu, le sucre va fondre sur les biscuits, puis poudrez de nouveau de sucre glace.
Enfournez dans un four préchauffé à 180° pendant douze à quinze minutes selon la taille des biscuits.
Sortez la plaque du four, décollez délicatement vos biscuits, déposez-les sur une grille et laissez-les sécher.
Quand ils sont bien froids regroupez les biscuits par deux en faisant attention aux tailles. Réchauffez la marmelade pour la faire fondre et déposez-en une couche sur la moitié des biscuits, ça fait en gros une cuillère à café à chaque fois. Laissez sécher la marmelade une minute ou deux puis refermez les biscuits l'un contre l'autre.
Faites fondre le chocolat au micro-ondes puis trempez les biscuits d'un côté et faites sécher avant de les déguster, enfin si vous pouvez attendre ! Sinon on s'en met un peu sur les doigts mais le plaisir...
Mais pourquoi, tiens comment je mange les barquettes déjà... est-ce que je vous raconte ça...

vendredi 17 janvier 2020

Apéro'toile chèvre saumon roquette et olives ! Pour oublier l'étoile des...

Je pense que tout le monde a déjà eu une fois, ne serait-ce qu'une fois, un de ces trucs lancinant qui vous coure dans la tête sans vouloir en ressortir, comme une ritournelle qui pourrait vous revenir encore et encore à l'esprit... C'est curieux comment ce genre de comptines peut s'installer et ne plus vouloir partir, un peu comme ces invités qu'on aimerait voir rentrer mais qui... Il y a un tas de choses comme ça que dont on aimerait se débarrasser, mais rien à faire !
Et cette fois-ci je crois que je n'ai même pas eu le temps de me demander ce que j'allais préparer pour l'apéro de ce soir avant que... étoile des... Je ne saurais donc jamais quel neurone c'est allumé en premier, celui qui c'est dit tient et pour l'apéro je préparais une... ou celui qui c'est mis à chanter furieusement... étoile des... neiges !!!
En tout cas voilà une étoile dont les branches ont été dévorées en moins de temps qu'il n'en faut pour chanter..
Apéro'toile chèvre saumon roquette et olives
Ingrédients : 2 rouleaux de pâte feuilletée – 150g de chèvre frais - 60g de pousses de roquette – 90g de saumon fumé – 30g d'olives noires dénoyautées - 1 jaune d’œuf – poivre
Lavez et séchez les feuilles de roquette, mettez-les dans un mixer, ajoutez les olives puis mixez le tout. Ajoutez le saumon coupé en morceaux et redonnez un coup de mixer. Ajoutez le chèvre frais en morceaux, poivrez et mixez de nouveau.
Étalez le contenu du mixer sur un disque de pâte feuilletée en laissant environ 2cm tout autour.
Recouvrez avec la deuxième pâte et appuyez sur les bords pour sceller le pourtour.
Déposez un petit verre au centre de la pâte. Découpez des rayons autour du verre pour former 16 parts. Prenez deux bandes côte à côte et tournez-les dos à dos de manière à former deux tortillons. Faites rejoindre les pointes deux par deux et soudez-les ensemble. Faites de même avec les autres bandes.
Avec un pinceau, badigeonnez l'étoile du jaune d’œuf mélangé avec une cuillère à soupe d'eau.
Enfournez dans un four préchauffé à 180° pendant une trentaine de minutes en vérifiant la cuisson.
Mais pourquoi, mon cœur amoureux s'est prit au piège.. est-ce que je vous raconte ça...

jeudi 16 janvier 2020

Stoemp aux feuilles de chou-fleur parce que le compost...

J'ai souvent de bonnes intentions, beaucoup de bonnes intentions et... Depuis quelques temps il y a dans mon jardin quatre jolis bacs potagers dont j'avais l'intention de m'occuper et... Bon, je ne suis pas le seul à avoir des intentions à la maison et par chance les autres sont un peu plus tenaces que moi au niveau de l'intention.
Et pourtant j'avais fait acte de bonne volonté, je me suis équipé en graines, nombreuses les graines même, je pense que je dois avoir de quoi re-végétaliser la moitié du Sahara en terme de graines... Enfin le problème c'est que du sachet à la terre y'a quand même un foutu bout de chemin qui, lui, est bien semé... d'embûches !
De la même manière, toujours pour nourrir ce projet potager, nous avons installé un composteur dans un coin du jardin. «  Nous » est une manière généreuse pour moi de m'impliquer dans une réalisation où ma participation se résume à dire, « et si on mettait un composteur dans l'jardin ? » Mais bon on ne peut pas toujours être cruel avec soi-même... les autres le font déjà tellement bien.
Le problème avec un composteur, c'est que tu le remplis, tu le remplis... en te disant qu'un jour il finira bien par être plein et qu'un si grand composteur pour si peu de potager... tu risques de te planter la tomate sur une montagne de compost, enfin quand il sera prêt, mais ça c'est une autre histoire...
Du coup tu te dis aussi que si tu peux le nourrir un peu moins de toutes ces jolies épluchures tu trouverais peut-être une solution d'ici qu'il n'en puisse plus... ou d'ailleurs plus justement, que d'autres viendront te tirer cette épine du pied, parce que toi tu as surtout... des intentions.
Et en voyant le chou-fleur que j'avais épluché pour faire ma pizza au... chou-fleur, je me suis dit que ces feuilles du dedans, pas les plus dures du dehors, mais donc les plus tendres finiraient bien mieux dans un stoemp qu'au compost !
Stoemp aux feuilles de chou-fleur
Ingrédients : 800g de pommes de terre – 200g de carottes – 300g de feuilles de chou-fleur (n'utilisez que les feuilles du centre pas les feuilles les plus dures de l'extérieur, pour celles-là le compost... ) – 100g de beurre - 2 feuilles de laurier – 4 branches de thym – sel et poivre
Lavez, séchez puis émincez très finement les feuilles de chou-fleur, donc vous coupez en très très fines tranches. Faites chauffer une grande casserole d'eau légèrement salée et faites-y cuire le chou-fleur 5 minutes. Égouttez le chou-fleur et réservez-le.
Pelez et coupez en rondelles les carottes puis faites-les aussi cuire dans une casserole d'eau salée puis égouttez-les.
Pelez puis coupez les pommes de terre en gros morceaux puis faites-les cuire dans une grande casserole d'eau salée avec les feuilles de laurier et les tiges de thym. Égouttez les pommes de terre.
Faites chauffer la moitié du beurre dans une casserole, ajoutez le chou-fleur et faites-le revenir pendant 3 minutes puis réservez-le.
Mettez les pommes de terre et les carottes dans la casserole, ajoutez le beurre restant et écrasez le tout au presse-purée. N'insistez pas trop un stoemp sans morceaux ce n'est pas un stoemp !
Quand c'est assez écrasé ajoutez le chou-fleur, mélangez, puis rectifiez en sel et poivre et mélangez une dernière fois.
La prochaine fois j'ajouterai peut-être 5cl de lait chaud après avoir écrasé pour rendre tout ça plus onctueux...
Mais pourquoi, bon et il reste quoi d'autre à sauver dans mes placards ? est-ce que je vous raconte ça...

lundi 13 janvier 2020

Jamie Oliver enfin Veg ! Et sa pizza au chou-fleur à ma manière !

On peut dire que je l'attendais celui-là, le nouveau Jamie Oliver consacré à la cuisine végétarienne, titré VEG et paru chez Hachette Cuisine. Bon, certains diront que j'attends toujours les nouveaux Jamie Oliver depuis, depuis... depuis 2006 quand je l'ai découvert dans le petit écran et que je me suis jeté aussi sec sur la Cuisine de Jamie son tout tout premier livre. Il faut dire aussi que ceux qui passent par ici de temps en temps le savent, moi et la cuisine britannique et du coup celle de Jamie Oliver, c'est une vieille passion ! Et pourtant tout n'avait pas commencé sous les meilleurs hospices... 
Il faut dire que j'ai commencé à manger de l'autre côté du Channel en un temps où on ne mangeait pas des petits pois mais deux ou trois petits pois, c'était largement suffisant pour s'étouffer, où il valait mieux fermer les yeux avant d'entreprendre un pie pour ne pas voir ce qui allait en sortir et qui était souvent visqueux et gluant à souhait...On allait à l'époque en Angleterre pour découvrir les tous des derniers albums des meilleurs groupes du monde, on se nourrissait de vinyle mais surtout surtout pas d'autre chose !
Heureusement ensuite sont arrivés quelques dynamiteurs des traditions, Jamie Oliver bien sûr, mais aussi bien d'autres, et maintenant quand je passe à Londres je sais que je risque de manger 4 ou 5 fois par jour et si ce n'est pas plus, c'est seulement par manque de temps. Et comme la cuisine végétarienne aujourd'hui est incontournable j'attendais donc depuis longtemps de voir ce qu'il avait à dire dans ce domaine, j'avais même l'impression qu'il aurait dû nous faire attendre un peu moins longtemps !
En tout cas c'est du Jamie Oliver pur jus, sa cuisine reste toujours aussi gourmande, inspirée et «  jetée » dans les assiettes avec ce je ne sais quoi de bordel auquel forcément je suis plus que sensible ! Et pour fêter enfin l'arrivée ce livre j'ai eu envie de mettre une des ses pizzas un peu à ma sauce...
Sa pizza au chou-fleur à ma manière
Ingrédients : 400g de pâte à pain – 300g de chou-fleur en petits bouquets – 2 oignons - 20g de beurre – 10g de farine – 20cl de lait chaud – 1càc de moutarde en poudre Coleman – ¼ de cube de bouillon de légumes – 60g de gouda (s'il est un peu vieux c'est mieux) - 1 ou 2 càs de graines mélangées - sel et poivre
Faites cuire les bouquets de chou-fleurs 5 minutes dans une casserole d'eau bouillante salée puis égouttez-les bien.
Étalez la pâte à pain et glissez-la sur une plaque couverte de papier sulfurisé.
Pelez les oignons et émincez-les finement.
Faites chauffer doucement le beurre dans une casserole, ajoutez les oignons et faites-les revernir doucement jusqu'à ce qu'ils commencent à dorer. Ajoutez alors la farine, la moutarde et le bouillon émietté, salez et poivrez, remuez puis versez le lait petit à petit en fouettant doucement. Quand vous aurez versé tout le lait, laissez épaissir quelques minutes puis ajoutez le chou-fleur, mélangez et laissez sur le feu 2 ou 3 minutes.
Retirez la casserole du feu, versez le gouda et mélangez.
Versez le contenu de la casserole sur la pâte.
Enfournez dans un four préchauffé à 210° pendant une quinzaine de minutes. Sortez la pizza du four, parsemez les graines mélangées par dessus et remettez au four jusqu'à ce que la pizza soit bien dorée, environ trois minutes.
Mais pourquoi, et qu'est-ce qu'on fait des feuilles de chou-fleur ? est-ce que je vous raconte ça...

dimanche 5 janvier 2020

Petite pizza fraîcheur du dimanche midi aux crevettes parce que j'aime l'odeur de la pâte qui cuit...

Pendant quelques temps je me suis essayé au pain et aux différentes pâtes servant à d'autres préparations proches du pain comme la pizza. Certaines fois avec succès et d'autres... et il n'est pas dit que j'aie de nouveau des envies de me pétrir la miche cette nouvelle année. 
Certaines fois j'ai retrouvé des jolis pains ronds dans mon four, des pains à la mie aérée et au goût parfumé et d'autres fois... peut-être qu'à un moment ça a peut-être pu ressembler à du pain sauf qu'à la fin ça avait plus de la brique, une brique avec des formes différentes mais dure dure comme... le mur où elle pourrait trouver sa place. Et réussi ou bien bien loupé des fois c'est la même recette qui m'a servi ou en tout cas j'ai eu l'impression que c'était la même sauf donc que le résultat... 
L'art du pain est parfois bien compliqué !
En tout cas le dimanche matin je n'ai pas envie de me lancer dans une cuisine compliquée alors c'est au boulanger que je demande de m'arracher une ou deux boules de pâte à pain pour ma pizza familiale du jour.
Et aujourd'hui j'ai eu envie d'une pizza entre fraîcheur et produits de la mer à mettre sur ma table dominicale !
Petite pizza fraîcheur du dimanche midi aux crevettes
Ingrédients : 400g de pâte à pain (vous pouvez la commander à l'avance chez votre boulanger) – 2 boules de mozzarella – 1 petit oignon rouge – 1 gousse d'ail – 1 douzaine de belles gambas cuites - 3 ou 4 càs de crème fraîche – 1 càs d'œufs de poisson (là c'était des œufs de lompe mais la prochaine fois j'utiliserai sans doute des œufs de truite) – 1 poignée de mâche et de roquette mélangées – 1 dizaine de brin de ciboulette - poivre
Égouttez la mozzarella puis coupez-la en tranches et déposez les tranches sur du papier absorbant.
Pelez puis émincez l'oignon, pelez puis passez l'ail au presse-ail. Mettez le tout dans un saladier.
Hachez grossièrement la mozzarella puis ajoutez-la dans le saladier et mélangez rapidement le tout.
Étalez la pâte sur un plan de travail fariné puis glissez-la sur une plaque couverte de papier sulfurisé.
Étalez le mélange du saladier sur la pâte et enfournez le tout dans un four préchauffé à 210° pendant 15 à 18 minutes en surveillant, il faut que la pâte et la garniture soient joliment dorées.
Pendant ce temps coupez les gambas dans l'épaisseur. Fouettez la crème rapidement pour la détendre un peu, j'ai ajouté un peu d'eau, 1càc, mais ce n'est pas obligatoire, ajoutez en tout cas les œufs de poisson et mélangez très rapidement.
Dès que la pizza est bien dorée, sortez-la du four, parsemez dessus les crevettes que vous aurez réchauffé au micro-ondes et les feuilles de mâche et de roquette, terminez en jetant dessus la crème aux œufs de poisson et en donnant un tour de moulin à poivre. Mangez sans attendre !
Mais pourquoi, et pourtant j'avais dit que je ne referais pas de levain... est-ce que je vous raconte ça...

jeudi 2 janvier 2020

Gâteau à l'ananas et la noix de coco... parce que mes placards je viderai cette année !

Janvier est souvent le moment des grandes résolutions, enfin des grands espoirs d'arriver à en tenir une au moins une pendant l'année... ou au moins les premiers mois... enfin quelques jours, ça serait déjà pas mal ! 
Bon, cette année j'ai renoncé à quelques marronniers poussant régulièrement sur le terreau de mes espoirs. Je n'ai donc pas décidé de ne pas grossir et de faire attention à tout ça tout ça tout... de toute matière je ne grossis plus depuis que j'ai trouvé une solution imparable pour ça, la pioche ! Mais non je ne m'enlève pas le gras à coup d'pioche... la pioche c'est pour la balance, un bon coup bien net et bien sec, et hop les problèmes de poids sont réglés !
J'ai bien pensé à la pioche pour régler un de mes autres problèmes, la clope, mais après avoir éparpillé quelques cendriers... Je me suis dit que passé le bonheur d'éclater ces fâcheux compagnons ça ne faisait pas vraiment avancer les choses et donc là, va falloir trouver autre chose.
Et c'est pareil pour mon autre gros gros problème, les stocks de ce qui se mange qui remplissent placards et frigos, étagères et congélos... Je suis bien parti la pioche à la main histoire de voir si quelques coups ne m'arrangeraient pas le rangement mais après une rencontre de l'ustensile avec une boîte de sardine, j'ai aussi pensé que ça ne faisait pas non plus avancer grand chose... Enfin si ce n'est le plaisir de mes chats à faire quelque peu le ménage à coup de langue râpeuse sur le carrelage parfumé à la sardine...
Du coup je n'ai plus qu'une solution pour vaincre cette invasion, il faut que je me vide un par un chacun des ingrédients qui peuplent les placards ! Et comme il fallait commencer par un bout, je me suis dit que cette boîte d'ananas quelque peu poussiéreuse... mais encore bonne... pour commencer...
Gâteau à l'ananas et la noix de coco
Ingrédients : 1 boîte d'ananas au sirop - 30g de noix de coco déshydratée - 210g de farine - 4 œufs - 240g de beurre bien mou – 210g de sucre de canne blond - 1 sachet de levure chimique – 150g de sucre en poudre – 1càs de rhum blanc – 1càs de jus de citron vert
Versez les 150g de sucre en poudre dans une casserole et ajoutez 3cl d'eau. Faites chauffer le tout à feu moyen jusqu'à ce que le sucre soit fondu et commence à peine à prendre une jolie couleur de caramel clair.
Versez alors dans un moule beurré d'environ 24cm de diamètre. Laissez refroidir puis étalez dessus les tranches d'ananas.
Faites alors la pâte du gâteau. Séparez les jaunes et les blancs des œufs. Fouettez les blancs en neige puis versez-les dans un saladier.
Fouettez alors les jaunes et le sucre de canne blond, ajoutez le beurre et fouettez encore, ajoutez la farine, la levure et la noix de coco déshydratée et fouettez une dernière fois.
Ajoutez un tiers des blancs à cette pâte et mélangez vivement. Ajoutez ensuite le reste des blancs et incorporez-les délicatement.
Versez la pâte dans le moule, sur les tranches d'ananas, et enfournez 50 minutes dans un four préchauffé à 180°.
Pendant ce temps, versez le sirop de la boîte d'ananas dans une casserole, ajoutez le rhum et le jus de citron et faites réduire le tout pendant une dizaine de minutes.
Quand le gâteau est cuit sortez-le du four et arrosez-le avec le sirop, moi je fais ça au pinceau mais on doit pouvoir simplement le verser.
Laissez reposer le temps que le sirop pénètre bien puis démoulez le gâteau.
Mais pourquoi, bon et après je passe à la boîte suivante ? est-ce que je vous raconte ça ?

lundi 30 décembre 2019

Douze mois de cuisine... Douze recettes pour une année très cuisinée !

Je n'aime pas compter... bon il faut avouer que je n'ai jamais été très doué pour les comptes, les retenues et les virgules ont toujours été mes ennemis dès lors qu'il s'agissait de chiffres. Du coup compter les plats et les repas, les ingrédients et les recettes faites au cours de l'année... ça ne m'a jamais passionné. Une fois je me suis bien amusé à compter le nombre d’œufs que je pouvais passer en un an et puis en voyant le nombre de poules nécessaires pour atteindre ce nombre grandir, grandir au fil de mes comptes... Je me suis arrêté en imaginant mon jardin rempli d'une forêt de poulettes sans même arriver à finir de... compter mes œufs.
Donc encore une année avec beaucoup de cuisine, mais pas seulement et heureusement, une année avec aussi beaucoup de rencontres et d'échanges. Ce qui finalement est sans doute ce qui m’intéresse le plus dans toute cette cuisine.
Une belle année donc que je résume en douze recettes cuisinées, des recettes que vous pouvez retrouver en cliquant sur les photos !
https://doriannn.blogspot.com/2019/07/mon-trifle-passionne-framboises.html
 https://doriannn.blogspot.com/2019/03/buf-strogonoff-pour-le-retour-des.htmlhttps://doriannn.blogspot.com/2019/07/ma-brouillade-du-sud-et-table-le-retour.html
https://doriannn.blogspot.com/2019/11/notre-buche-potimarron-et-chocolat.html
 https://doriannn.blogspot.com/2019/10/voyage-en-direction-de-seville-le-pays.htmlhttps://doriannn.blogspot.com/2019/04/salade-de-poulpe-qui-pique-histoires.html
https://doriannn.blogspot.com/2019/11/la-grande-bleue-le-livre-de-yoni-saada.htmlhttps://doriannn.blogspot.com/2019/05/mes-plats-de-cote-plus-que-parfumes-et.html

https://doriannn.blogspot.com/2019/02/mes-ptits-chaussons-aux-pommes.html


https://doriannn.blogspot.com/2019/08/mes-pancakes-au-lait-damande-et-au.html
En j'en profite pour vous souhaiter la bonne fin d'année, mesdames messieurs, en espérant que l'on se retrouve l'année prochaine pour de nouvelles aventures aussi culinaires qu'amicales !

Mais pourquoi, un poulailler c'est pas une si mauvaise idée d'ailleurs... est-ce que je vous raconte ça...