samedi 13 août 2022

La Manuela une pizza parce que... parce qu'elle voulait une pizza à son nom...

J'aime bien passer sur les réseaux, enfin avec modération, et je picore souvent de l'un à l'autre, de l'oiseau bleu au 'stagram... et j'y découvre des gens quelquefois passionnants et d'autres fois... ou j'y retrouve de vieilles connaissances, la vie des réseaux quoi ! Des réseaux où tu ne sais pas de quoi va être fait ton moment... Et il y a comme ça d'autres réseauteurs, d'autres réseauteuses que j'aime bien retrouver comme Manuela (@manuelaRz sur Twitter) une graphiste et modèle à la fois, drôle et rafraîchissante avec qui j'aime papoter...

Je ne suis pas toujours très attentif à tout... ceux qui me connaissent diraient plutôt que je suis attentif à... pas grand chose. Ce n'est donc qu'au bout d'un moment que j'ai repéré sa drôle de bio sur le piaf bleu, J’aimerais qu’un jour, une pizza porte mon nom... ça m'a amusé...

Et comme il y a quelques temps j'écrivais un livre sur les pizzas... I Love Pizza chez Solar, il n'en fallait pas plus pour que la Manuela naisse en suivant ses indications.

Bon maintenant il ne nous reste plus qu'à trouver un pizzaïolo pour la prendre sur sa carte... enfin un, deux, trois... et après le monde ! En tout cas voilà la fameuse recette et n'hésitez à me dire si vous voulez la recette de ma pâte à pizza. Bon comme toujours mon conseil c'est d'aller chez votre boulanger et de lui commander de la pâte à pain.

Pizza Manuela

Les courses :

250g de pâte à pizza ou à pain – 8 cœurs d'artichaut – 120g de gorgonzola – 90g de mozzarella – une belle poignée de roquette – huile d'olive – sel et poivre

La cuisine :

Coupez les cœurs d'artichauts en deux puis égouttez-les bien sur du papier absorbant.

Égouttez bien bien la mozzarella et râpez-la avec une râpe à gros trous. Vous pouvez aussi la couper en bâtonnets.

Étalez la pâte à pizza et déposez-la dans un plat à pizza ou sur une plaque légèrement huilée puis couverte de papier cuisson.

Faites rapidement fondre le gorgonzola au micro-onde et étalez-le sur la pâte.

Parsemez par-dessus la mozzarella.

Déposez les cœurs d'artichaut en les enfonçant légèrement dans le fromage.

Hop au four pendant 12 minutes dans un four préchauffé à 240°C.

Quand elle est prête, servez, jetez la roquette sur la pizza, un filet d'huile d'olive, du sel et du poivre et à table avec Manuela...

Et si vous avez besoin d'une graphiste c'est par là : Manuela Graphiste

 

Mais pourquoi, je me demande si je ne vais pas être très pizza... est-ce que je vous raconte ça...

mardi 9 août 2022

Et si vous nous lâchiez la grappe avec vos tomates de… Les bonnes tomates sont arrivées ! Et petite salade aux tomates et tomates et quelques autres petites choses forcément !

L'année dernière je poussais déjà un long cri déchirant d'amour pour vous parler de mes tomates cœurs de bœuf préférées. Pour vous dire mon amour pour ces tomates là, enfin les vraies cœurs de bœuf, celles qui ont de drôles de tête et même pas toujours la forme de cœur d'ailleurs et une chair généreuse et légèrement sucrée. Et sûrement pas ces tomates creuses, acides à souhait aux côtes régulières que l'on trouve hélas maintenant partout aussi sous le nom de cœurs de bœuf !
Et cette année c'est toujours pareil et peut-être même pire, puisqu'à l'heure où les tomates de plein champs arrivent, eh bien je me rends compte qu'il n'y pas que les cœurs de bœuf qui sont recopiées en beaucoup beaucoup moins bien… Les tomates branches, celles dont on vous vend les branches au prix de la tomate, ont noirci dans certains cas et sont devenues des noires de Crimée, enfin elles ont attrapées juste leur couleur mais ni leur goût, ni leur saveur. D'autres branches sont devenues oranges et portent maintenant le nom de tomates ananas… et pas plus de goût ni de saveur, juste la couleur ! Et je crains que ce ne soit pas les dernières…
C'est à croire que ces producteurs-là pensent que le consommateur est attiré par un simple nom ou une simple couleur comme le pingouin par son iceberg et jamais ne se dit et s'ils me lâchaient la grappe avec leur tomates de…
Moi je suis plus optimiste et je pense qu'à force de prendre les enfants du bon dieu pour des pingouins sauvages, ils finiront pas laisser ces tomates-là dans leurs cagettes et s'en iront à leur marché acheter leurs tomates chez Arnaud par chez moi ou Franck un peu plus loin, en tout cas chez tous ces producteurs ou ces marchands respectueux qui eux ont le plaisir à la bouche quand ils vous disent presque comme un secret… la semaine prochaine j'ai les premières !
Et pour fêter ces tomates-là je me suis dit qu'une salade de tomates très… tomates que m'a confié Damien, un autre fou de tomates, et bien ça serait quand même une sacrée bonne idée.
Petite salade aux tomates et tomates et quelques autres petites choses
Ingrédients : 1 kg de tomates variées - 2 oignons nouveaux – un petit bouquet de basilic – des copeaux de vieux Conté
Pour la vinaigrette : 1 càc de moutarde à l’ancienne - 2 càs de vinaigre de vin - 4 càs d’huile d’olive - 2 càs d’huile de noix
Mélangez tous les ingrédients de la vinaigrette dans un bol.
Lavez et coupez les tomates en tranches épaisses.  Disposez les tomates à plat dans vos assiettes.
Disposez dessus les oignons coupés très finement et des feuilles de basilic.
Assaisonnez la salade avec la vinaigrette.
Parsemez par dessus de jolis copeaux de Comté sur les assiettes et dégustez sans attendre.
Tomatoes & co. salad
Ingredients: 1kg different kinds tomatoes - 2 spring onions - 1 small bunch basil - matured Comté cheese shavings
For the dressing: 1 tsp wholegrain mustard - 2 Tbsp wine vinegar - 4 Tbsp olive oil - 2 Tbsp groundnut oil
Mix all the dressing ingredients together in a bowl.
Wash and cut the tomatoes into thick slices. Place them flat in the plates.
Place on top, the onions, very finely sliced, and some basil leaves.
Pour the dressing over and top with some cheese shavings.
Serve immediately.
Mais pourquoi, bon les tomates c'est fait et si on s'occupait des autres légumes de saison maintenant… est-ce que je vous raconte ça…

lundi 1 août 2022

Y'a un couillon dans l'potager ! Mon tian en salade aux légumes du potager... ou presque !

Que c'est compliqué les fruits et les légumes qui poussent dedans la terre ! J'vous dis que ça ! Tiens, moi je pensais que cueillir des fruits était chose facile et ben que nenni comme disait l'autre ! Je pensais qu'il suffisait de lui regarder la tête, de le tâter gentiment et que là la révélation me frapperait très fort au coin d'un bon sens qui me ferait penser que c'est bon je peux me l'arracher de sa plante. Et depuis des années c'est ce que j'ai toujours fait avec les tomates quand j'ai eu la chance d'en planter et de les voir pousser ou plus souvent quand j'allais me tâter la tomate chez d'autres.
La tomate, c'est facile, c'est vert et ça passe au rouge et pour moi qui ai quelques origines au sud du sud, la bonne maturité des tomates, pour peu que je veuille les passer en salade, est juste juste entre les deux, pas à l'orange mais juste entre vert et rouge. Ça, c'est facile, j'maîtrise...
Sauf qu'une aubergine ça passe du petit mauve au grand mauve et une fois que c'est grand, d'ailleurs tu ne sais déjà pas quand ça arrête de grandir, une fois que c'est grand est-ce que c'est mûr ? Faut-il la toquer, la palper, la malaxer... pour le savoir ? Eh ben j'en sais foutrement rien !
Et encore pour l'aubergine ce n'est pas trop grave, au pire tu cueilles trop tôt et au lieu d'avoir une belle aubergine toute dodue tu en as une petite plus fluette, rien de grave...
Mais dans notre petit potager on a aussi planté topinambour et carottes... enfin carotte pour être précis. Et si ça pousse au dessus du sol, c'est la racine qui m'intéresse dans ces deux cas. Et comment tu sais qu'une racine elle est à point toi ? Comment ! Hein ? Hein ? Hein...
Et me voilà donc dans un nouveau tracas face à mon potager, est-ce que je dois risquer le trop tôt et découvrir des fruits du voyage de Gulliver chez les lilliputiens ou attendre attendre au risque du trop tard et de constater que la date de consommation est déjà périmée depuis longtemps.
Je sens donc que je vais me gratter tête bien longtemps avant de trouver une réponse à ma question.
En attendant je n'ai pas résisté aux aubergines, au petites tomates et aux herbes qui pendaient là en semblant me dire attrape-moi si tu peux !
Mon tian en salade aux légumes du potager...
Ingrédients :
Pour le tian essayez d'avoir des légumes de même diamètre c'est plus joli : 1 aubergine – 1 courgette – 2 tomates allongées – 2 oignons – 1 gousse d'ail – 4 branches de thym - 2càs d'huile d'olive – sel et poivre
Pour la salade avec : 1 belle poignée de tomates cerises – 1 vingtaine de feuilles de basilic – 1 vingtaine de feuilles de menthe – 90g de Salakis (ou d'une autre feta) – 1càs d'huile d'olive – 1càc de vinaigre balsamique – sel et poivre
Commencez en préparant le tian en coupant tous les légumes en tranches assez fines. Et mettez-les en les alternant dans un plat, pensez aussi à intercaler les gousses d'ail et un peu de thym. J'ai choisi un plat rond mais vous pouvez en prendre un carré et faire des lignes au final ça sera aussi bon !
Ensuite arrosez avec l’huile et enfournez pendant une heure dans un four préchauffé à 180°. Vérifiez alors la cuisson et poursuivez la cuisson 15 à 30 minutes selon l'état des légumes, j'ai poursuivi la cuisson pendant 20 minutes en ce qui me concerne. N'hésitez pas, si les légumes commencent à brunir trop fort, à couvrir avec un papier de cuisson puis d'un papier alu... jamais le papier alu direct sur les ingrédients par contre.
Après soit vous mangez le tian comme ça parce que c'est simplement déjà très très bon ou vous en faites une salade tiède comme moi, avec un p'tit blanc c'est... vous voyez ! En tout cas pour la version salade c'est tout simple vous faites glisser le tian sur une assiette, vous récupérez le jus et vous le mélangez avec l'huile et le vinaigre balsamique, un peu de sel et de poivre. Vous ajoutez sur le tian les tomates cerises coupées en deux, les herbes, le Salakis coupé en tranches et un peu émietté et vous arrosez le tout avec la sauce... côté p'tit blanc ne changez rien !
Mais pourquoi, bon et maintenant je fais quoi avec mon kilo de tomates cerises moi... est-ce que je vous raconte ça...

jeudi 21 juillet 2022

Escudella fresca pour découvrir la cuisine des îles Baléares...

Si on m'avait demandé de citer des recettes issues des îles Baléares avant de lire Islas, Saveurs des Baléares de Emma Warren paru chez Hachette cuisine, j'aurais cherché, cherché... avant de citer sans doute l'enseimada cette viennoiserie emblématique de ces îles et... je me serais gratter longuement la tête avant de dire, ils doivent bien faire des choses avec de la sobrassada cette étonnante charcuterie qui d'ailleurs vient plutôt de l'autre côté de la mer, du côté de Sicile... mais ça c'est une autre histoire. 

Donc en résumé, on peut dire que je ne savais rien de ces îles et ces cuisines avant d'ouvrir le livre. Et pourtant nous connaissons par contre pour beaucoup certains de leurs noms : Majorque, Minorque, Ibiza, Fromentera... Mais donc, pas leur cuisine.

Et autant le dire que la lecture de l'ouvrage a été une bonne surprise ! Bien sûr il y a des recettes avec de la sobrassada, et celle de l'iconique enseimada, mais il y a bien plus que ça concernant cette cuisine îlienne, une cuisine souvent inscrite dans les produits locaux. Légumes, fruits et poissons, volailles et charcuterie... sont à la fête dans ce très joli ouvrage qui est plus qu'un livre de recettes. C'est un véritable voyage dans ces îles que l'auteur s'attache à nous faire découvrir en dépassant sa gastronomie, un ouvrage qui m'a donné finalement l'envie d'aller y voir de plus près, et sans doute d'oublier les a priori que j'avais à leur sujet.

Et aujourd'hui je vous propose une soupe que les majorquins préparent tout au long de l'année en utilisant les légumes de saison et quelque charcuterie locale qui ici, par facilité, sera remplacée par un peu de lard ou de pancetta.

Escudella Fresca

Les courses

2 ou 3 tomates allongées (et si elles sont rondes tout va bien aussi) - 1 cuil. à soupe d'huile d'olive – 90g de poitrine de porc en tranches très fines – 4 cébettes – 2 petites carottes – 1 petite branche de céleri (du cœur du céleri) – 2 gousses d'ail – ½ bulbe de fenouil – 3 tiges d'origan – 3 lamelles de zeste de citron (enlevez bien la partie blanche) – 3 feuilles de laurier – 75cl de bouillon de légumes – 90g de haricots verts – 90g de petits pois – 6 tiges de ciboulette – sel et poivre

La cuisine :

Pelez les tomates, épépinez-les puis coupez-les en 8 morceaux. Coupez la poitrine de porc en petits carrés. Pelez les carottes si nécessaire (pas la peine si elles sont nouvelles), coupez-les en deux puis en tranches. Équeutez les haricots verts puis coupez-les en tronçons. Émincez les cébettes et le céleri assez finement. Coupez les gousses d'ail en tranches. Coupez le fenouil en petits dés.

Faites chauffer l'huile à feu moyen dans une cocotte et faites-y revenir la poitrine, les carottes, les cébettes et l'ail, jusqu'à ce que le tout commence à dorer.

Ajoutez les tomates et remuez une minute ou deux. Ajoutez le céleri, le fenouil, le zeste de citron, l'origan et le laurier. Salez, poivrez et continuer de faire cuire une petite dizaine de minutes en remuant régulièrement.

Ajoutez le bouillon, portez à ébullition puis ajoutez les haricots et faites cuire deux ou trois minutes. Ajoutez les petits pois et poursuivez jusqu'à ce qu'ils soient cuits, à peine deux ou trois minutes de plus.

Au moment de servir parsemez la ciboulette coupée finement.

Mais pourquoi, tiens si j'essayais de préparer une enseimada d'ailleurs... est-ce que je vous raconte ça...

samedi 16 juillet 2022

Salade au concombre tapé à l'asiatique ! Une recette pour se défouler avant de déguster...

Enfin dans l'histoire c'est surtout le concombre qui va déguster... Une manière de le préparer qui pourra toujours vous servir à d'autres occasions si jamais vous partez en voyage avec un concombre et que vous avez oublié votre couteau. Bon il vous faudra quand même trouver un objet contondant pour lui apprendre la vie ! En tout cas, quoi qu'il en soit de cette curieuse manière de faire, cette recette est très rafraîchissante et brûlante à la fois. Alors n'hésitez pas, direction la cuisine maintenant...

Salade au concombre tapé à l'asiatique !

Les courses :

1 concombre - 3 cuil. à soupe de vinaigre de riz noir (ou blanc !) - 3 cuil. à soupe de sauce soja (attention on évite la sauce soja sucrée) - 1 cuil. à soupe d’huile de sésame (vous pouvez être plus généreux!) - 1 cuil. à soupe de sucre cassonade – ½ cuil. à soupe de graines de sésame doré – ½ piment oiseau (ou plus suivant vos envies de piquant piquant) - 3 gousses d’ail - 6 tiges de coriandre – 3 tiges de cives

1 rouleau à pâtisserie !

La recette :

Commencez en préparant la sauce.

Passez l'ail épluché au presse-ail. Mettez dans un bol, ajoutez la cassonade et écrasez le tout avec le dos d'une cuillère à soupe. Ajoutez le vinaigre et mélangez bien pour dissoudre le sucre. Ajoutez la sauce soja, l'huile de sésame et le piment haché finement et mélangez bien le tout.

Là, vous prenez le rouleau et... vous assommez sans hésitez le concombre sur toute sa longueur !

Ensuite c'est tout simple on déchire le concombre en petits morceaux d'environ 2cm... rien de précis on déchire ! Mettez les morceaux dans la marinade et mélangez bien.

Au frais une paire d'heures !

Hachez très grossièrement la coriandre et émincez finement les cives. Au moment de servir parsemez-les sur le concombre, parsemez les graines de sésame et... à table !

Merci à François-Régis Gaudry pour cette recette aussi réjouissante à préparer que gourmande à déguster ! Vous pouvez d'ailleurs retrouver sa vidéo par là : Comment tabasser le concombre...

Mais pourquoi, je ne vous dirais pas à qui j'ai pensé en tapant le concombre... est-ce que je vous raconte ça...

mardi 12 juillet 2022

Tarte d’été Beurre Charentes-Poitou AOP et Chabichou du Poitou AOP et légumes colorés... histoire de marier deux jolies AOP...

Nous avons la chance par chez-nous d'avoir de bien beaux produits dont certains sont protégés par des AOP. Dans ce domaine du côté des Charentes-Poitou et du Poitou il y a de bien belles choses à cuisiner et parmi elles, deux produits qui sont devenus iconiques de ces régions, le beurre Charentes Poitou AOP et le Chabichou du Poitou AOP ! 

 

Élaboré à partir de pur lait de chèvre, le Chabichou du Poitou a la forme spécifique d’un petit tronc de cône, dit « bonde » par analogie avec la pièce de bois obturant autrefois les barriques. Dans ce petit fromage à la croûte blanche, parfois teintée d’îlots gris bleu, et à la saveur légèrement salée, c’est tout le goût du savoir-faire et du terroir poitevin qui est caché.

Quant au beurre Charentes Poitou AOP avec son goût inimitable de noisette, il est fabriqué exclusivement à base de crème de lait provenant des départements de la Charente, Charente-Maritime, Deux Sèvres, Vienne et Vendée. Et grâce à une lente phase de maturation biologique de la crème propre au beurre AOP Charentes-Poitou, sa personnalité s’affirme.

Aujourd'hui c'est donc avec ces deux produits que j'ai réalisé ma petite recette du jour !

Tarte d’été Beurre Charentes-Poitou AOP et Chabichou du Poitou AOP et légumes colorés...

Les courses :

Pour la pâte :

- 250 g de farine - 120 g de beurre Charentes-Poitou AOP - 1 œuf - 5 cl d'eau - ½ cuil. à café de sel

Pour la garniture :

- 1 Chabichou du Poitou AOP - 10 cl de crème liquide entière - 2 œufs - 2 petites courgettes - 1 poivron ½ (si possible de couleurs différentes) - ½ aubergine - 1 oignon - 2 gousses d'ail - 1 cuil. à café d'origan séché - 2 cuil. à soupe d'huile d'olive - 2 tiges de basilic effeuillées - Sel et poivre

La cuisine :

Coupez le beurre en dés. Mettez la farine, le sel et le beurre dans la cuve d'un robot équipé d'un crochet. Mélangez jusqu'à obtenir un mélange sablé.

Ajoutez l'œuf et l'eau, puis mélangez à nouveau jusqu'à obtenir une pâte homogène(vous pouvez aussi réaliser cette pâte à la main).

Roulez la pâte en boule et mettez-la dans du film alimentaire. Placez-la une heure au réfrigérateur.

Pelez et émincez les gousses d’ail. Pelez l’oignon. Coupez les extrémités de l’aubergine et de la courgette. Équeutez et épépinez les poivrons. Coupez les légumes en dés.

Faites cuire l’ail, les légumes et l’origan dans une casserole avec l’huile, pendant une dizaine de minutes à feu moyen en remuant de temps en temps.

Préchauffez votre four à 180°.

Étalez la pâte puis couvrez-en un moule à tarte beurré et fariné.

Écrasez ½ Chabichou à la fourchette. Mélangez-le avec la crème liquide et les œufs.

Versez dans le moule.

Ajoutez les légumes. Coupez le reste du Chabichou et répartissez-le parmi les légumes.

Enfournez la tarte une trentaine de minutes. Parsemez les feuilles de basilic sur la tarte au moment de servir.

Article sponsorisé

Mais pourquoi, et si on se faisait une babka avec les mêmes produits ? est-ce que je vous raconte ça...

mercredi 29 juin 2022

Mon lapin confit au romarin et l'ail... parce que c'est l'été !

Facile, saine et inattendue pourrait être la devise de la cuisine du lapin. En effet le lapin se cuisine de nombreuses façons souvent aussi simples que savoureuses. De plus il est riche en protéines mais pauvre en lipides. Râble, gigolette, cuisse ou filet, chaque morceau permet de surprendre par le nombre de recettes possibles tout en restant donc sain et facile à cuisiner.

Et aujourd'hui je vous propose un lapin confit qui va vous embaumer la cuisine ! Il faut dire qu'il y a dans ce plat bien des herbes qui vont produire un bouquet de senteurs... et bien nourrir le lapin qui va confire tout doucement avant d'arriver sur la table. Et vous verrez que l'odeur suffit à attirer tous les gourmands de la maison.

Lapin confit au romarin et l'ail

Les courses :

- 1 lapin entier découpé - 2 têtes d'ail nouveau - 4 échalotes - 4 feuilles de laurier - 2 tiges de thym

4 tiges de romarin - 4 étoiles de badiane - 3 càs d'huile d'olive - 75cl de vin blanc – 1 càs de miel liquide – 1 càs de vinaigre de cidre - sel et poivre 

La cuisine :

Préchauffez votre four à 150°.

Coupez les têtes d'ail et échalotes en deux.

Salez et poivrez les morceaux de lapin.

Déposez-les dans une cocotte. Ajoutez l'ail, le laurier, le thym, le romarin et les étoiles de badiane.

Arrosez avec le miel, le vin blanc, le vinaigre et l'huile d'olive.

Enfournez pendant une heure. Sortez du four et retournez la viande dans le jus. Prolongez la cuisson 45 minutes. Retournez de nouveau la viande ajoutez les échalotes et enfournez de nouveau 45 minutes. En fin de cuisson, le jus doit être court et le lapin se défaire.

Article sponsorisé


Mais pourquoi, je me demande si je ne me ferait pas des pâtes et lapin... est-ce que je vous raconte ça...

lundi 27 juin 2022

Poulet en cocotte à la tomate... parce que la tomate et moi...

Je mangerais une bonne tomate sur la tête d'un... non d'ailleurs je préfère d'autres endroits pour déguster une jolie tomate aux fesses généreuses et au goût d'été. Mais malgré cette passion pour ce fruit-là quand il est frais et que je vais le cueillir dans mon jardin ou le chercher sur quelques étals où je sais trouver des vraies bonnes tomates de plein champ... donc malgré cette passion, il m'arrive aussi régulièrement d'ouvrir des boîtes de tomates pour préparer mes petits plats.

Et d'abord pour une simple raison, parce que dans certaines de ses boîtes-là, les tomates sont bonnes et même très bonnes et pratiques à utiliser... alors je ne m'en prive pas.

Comme aujourd'hui où je vous propose de préparer un joli poulet qui va rougir de plaisir en compagnie des tomates pelées Mutti.

Poulet en cocotte à la tomate...

Les courses :
1 poulet fermier - 800 g de tomates pelées Mutti - 45 g d’olives noires dénoyautées - 150 g de vin blanc sec - 3 oignons - 2 carottes - 2 branches de céleri - 2 gousses d’ail - 3 brins de thym - 3 feuilles de laurier - 1 cuil. à café de graines de fenouil - 30 g d’huile d’olive – des feuilles de basilic avec générosité – Sel et poivre

La cuisine:

Levez le poulet : cuisses, hauts de cuisse et filets.

Faites rôtir la carcasse au four à 180 °C pendant 20 minutes. Hachez gros une carotte, une branche de céleri et un oignon. Mettez dans une casserole avec la carcasse, couvrez d'eau. Faites frémir 40 minutes à couvert. Passez au chinois et réservez.
Dans une grande sauteuse ou une cocotte, faites chauffer le reste d’huile et faites saisir chaque partie du poulet sur toutes les faces jusqu'à ce que la peau soit bien croustillante. Réservez.

Dans la même cocotte, faites fondre les deux autres oignons et la branche de céleri restante finement émincés avec la carotte restante taillée en petits cubes et la moitié l’huile. Laissez revenir une quinzaine de minutes pour qu’ils soient dorés et fondants. Salez, poivrez et ajoutez l’ail coupé en deux, le laurier, le thym et les graines de fenouil.

Ajoutez les morceaux de poulet, mouillez avec le vin blanc et laissez évaporer. Sortez alors les filets et réservez-les.
Ajoutez les Tomates Pelées avec leur purée en les écrasant à la fourchette. Ajoutez aussi
les olives. Versez le bouillon de volaille jusqu'à couvrir les morceaux de poulet, couvrez et laissez cuire à feu tout doux 25 minutes avant d’ajouter les filets et de poursuivre la cuisson 20 minutes. Laissez reposer 10 minutes hors du feu avant de servir avec des feuilles de basilic.

Mais pourquoi, et une recette de spaghettis à la tomate ça vous tente ? Est-ce que je vous raconte ça...

jeudi 16 juin 2022

Mon effiloché de lapin aux orecchiette et au vert...

Facile à cuisiner le lapin fait partie de ces viandes que l'on peut préparer de tellement de façons qu'il revient régulièrement dans ma cuisine surtout pour la simple des raisons, son goût ! J'ai toujours aimé sentir une casserole de lapin odorer ma cuisine...

En plus grâce aux différentes découpes proposées autour du lapin, cuisses, râbles, filets, gigolettes... sa préparation se révèle souvent aussi facile que le résultat est gourmand et comme en plus il est peu calorique... Tout ça l'entraîne donc régulièrement dans ma cuisine !

Et aujourd'hui c'est une recette de saison que je vous propose, un lapin effiloché aux orecchiette aux légumes, aux herbes et au pesto... un lapin qui passe donc au vert !

Effiloché de lapin aux orecchiette et au vert

Les courses :

- 1kg de lapin (râbles et cuisses) - 1 càs d'huile d'olive - 100g de petits pois - 100g de fèves – 12 tomates cerises - 2 carottes - 1 branche de céleri - 1 oignon - 1 gousse d'ail

- 3 feuilles de laurier - 6 tiges de basilic - 6 tiges de persil plat - 4 càs de pesto - 160g de pâtes du type orecchiette - 50cl de bouillon de volaille - Sel et poivre 

La cuisine :

Dans une sauteuse, faites dorer les morceaux de lapin de tous les côtés dans l'huile d'olive bien chaude.Salez et poivrez le lapin et réservez-le.

Faites revenir pendant 5 min dans la même poêle, les carottes et le céleri taillés en petits cubes, et l'oignon et l'ail haché. 

Ajoutez le bouillon et le laurier. Déposez les morceaux de lapin, couvrez et portez à ébullition. Baissez le feu et faites cuire à petits bouillons environ 1 heure. Ajoutez du bouillon si nécessaire.

Retirez le lapin de la sauteuse, laissez tiédir, puis effeuillez-le avec deux fourchettes.

Mettez la chair effeuillée dans la sauteuse, ajoutez les petits pois, les fèves et les tomates cerises coupées en deux et faites cuire une dizaine de minutes.

Pendant ce temps faites cuire les pâtes.

Ajoutez dans la sauteuse les herbes hachées grossièrement, le pesto et les pâtes. Mélangez bien et laissez 2 minutes sur le feu en remuant de temps en temps.

Article sponsorisé

Mais pourquoi, et si on se faisait une deuxième recette de... est-ce que je vous raconte ça...

samedi 7 mai 2022

Mes cookies aux fraises du Périgord IGP… parce qu’elles sont maintenant sur vos étals !

Une des questions que je pose le plus souvent à cette époque de l’année est toute simple… Il reste des fraises ??? Dès que les premières fraises du Périgord IGP sont arrivées, je demande et redemande la même chose… et si on me répond non, je file aussi sec à mon quatre saisons d’à côté pour refaire mon stock… Pas question d’en manquer !

Cultivée en pleine terre au cœur de la Dordogne dans un territoire de prédilection, la Fraise du Périgord IGP fait son grand retour !

Il s’agit de la première fraise européenne à détenir l’Indication Géographique Protégée (IGP), grâce à la particularité de son terroir : sa bonne exposition au soleil, son ouverture sur l’océan et ses sols légers riches en humus. Elle est récoltée à maturité à même le sol par des fraisiculteurs passionnés.

Et aujourd’hui avec ces belles du Périgord j’ai eu envie de préparer des cookies à la… fraise !

Cookies aux fraises du Périgord IGP

Les courses : 120g de fraises du Périgord IGP (choisissez des fraises bien fermes) - 120g de beurre mou - 90g de sucre en poudre - 60g de sucre de canne en poudre - 300g de farine - 1 cuil. à café de levure chimique - 1 œuf - 1 cuil. à soupe d'extrait de vanille - ¼ de cuil. à café de sel fin

La cuisine  :

Équeutez les fraises puis coupez-les en petits cubes.

Coupez le beurre en cubes.

Préchauffez votre four à 180°C.

Fouettez dans la cuve d'un batteur le beurre et les deux sucres jusqu'à ce que le tout blanchisse.

Ajoutez l’œuf et incorporez-le.

Tamisez ensemble la farine et la levure. Ajoutez-les dans la cuve du batteur ainsi que le sel et l'extrait de vanille et mélangez jusqu'à obtenir une pâte homogène, n'insistez pas trop.

Ajoutez les fraises et incorporez-les délicatement à l'aide d'une spatule.

Séparez la pâte en parts d'environ 50g. Roulez-les en boules puis aplatissez-les légèrement entre vos paumes.

Déposez les cookies sur une plaque couverte de papier sulfurisé.

Enfournez une quinzaine de minutes.

Mais pourquoi… et d’ailleurs il reste de fraises ? est-ce que je vous raconte ça...