dimanche 21 septembre 2014

Le dimanche ça boulange ! P'tits pains à l'ail et aux herbes…

Ça fait quelques dimanches que je ne me suis pas amusé à faire du pain.

Mais en fin de semaine, je pars en vadrouille pour une dizaine de jours qui vont me faire passer par Londres, Barcelone et Bruxelles, je vous en reparle d'ailleurs très vite, une dizaine de jours pendant lesquels je vais être donc loin de chez moi, j'ai eu envie de refaire du pain. Un peu comme si je voulais laisser cette odeur, celle du pain, jusqu'à mon retour, un peu comme si je voulais les empêcher de m'oublier trop vite…
La recette du jour qui va embaumer votre cuisine je la dois à Jen chez qui j'ai trouvé une recette de  délicieux easy garlic parmesan butter breadsticks que j'ai remis un peu à mon goût et à nos mesures. D'ailleurs si vous avez un moment, n'hésitez pas à passer chez Jen, sur Carlsbad Cravings, elle vous donnera autant envie de croquer la vie que ses recettes !
P'tits pains à l'ail et aux herbes…
Ingrédients : 450g de farine – 30cl d'eau tiède – 1càs de levure de boulanger déshydraté – 1càs de miel liquide assez neutre – 1càc de cristaux de sel ou de sel fin - 60g de parmesan râpé très fin – 60g de beurre - 6 tiges de persil, de basilic et d'origan – 1 gousse d'ail - poivre
Mettez dans un mixer les feuilles de toutes les herbes et l'ail, et mixez finement le tout.
Mélangez avec le parmesan.
Commencez par verser dans la cuve d'un batteur équipé d'un crochet, l'eau, la levure et le miel. Donnez quelques tours de batteur puis laissez reposer 5 minutes.
Ajoutez la farine et le sel puis faites tourner le batteur pendant 5 minutes à petite vitesse.
Ajoutez un tiers du mélange d'herbes, d'ail et de parmesan et donnez quelques tours de batteur.
Versez la pâte sur une table bien farinée et partagez-la en 8 parts. Faites une boule avec chaque part.
Etirez ensuite les boules en longueur de manière à obtenir des ficelles d'environ 25cm et laissez reposer une dizaine de minutes.
Pendant ce temps faites chauffer une plaque à four d'environ 28cm sur 40 et quand elle est bien chaude posez-y le beurre coupé en morceaux. Il va donc fondre.
Posez sur la plaque beurrée les ficelles de pâte et retournez-les pour les beurrer de tous les côtés.
Parsemez sur les ficelles les deux tiers du mélange d'herbes, d'ail et de parmesan.
Enfournez dans un four préchauffé à 200° pendant une vingtaine de minutes en surveillant bien la cuisson.
Quand c'est cuit laissez tiédir et dégustez encore croustillant. Je n'ai pas fait le teste, tout à été mangé à peine sorti du four, mais je ne pense pas que ce pain se garde trop longtemps, juste le temps d'un apéritif donc…

Mais pourquoi, bon une valise pour dix jours c'est un camion non ??? est-ce que je vous raconte ça…

samedi 20 septembre 2014

Une p'tite pintade ma… poulette ? Pintade fermière rôtie aux herbes aromatiques et frites de légumes d'automne…

La pintade est une drôle de volaille, trop souvent méconnue, que l'on regarde chez moi avec envie mais aussi sans trop savoir comment la passer à la casserole.
La pintade vient donc rarement se perdre par chez moi. Et pourtant j'ai de bien bons souvenirs de chacune de nos rencontres. Je la trouve savoureuse, généreuse et moelleuse quand elle est bien préparée… mais comment la préparer ? reste bien la question qui me tracasse…
Du coup quand les volailles Label Rouge m'ont proposé de passer à la casserole la petite pintade comme elles l'avaient fait avec le poulet, en me proposant donc de tester une recette en la refaisant à l'identique ou presque, celles du poulet sont , et encore . Je me suis dit que c'était l'occasion de grossir ma rachitique collection de recettes de pintade et peut-être aussi de vous demander vos recettes à vous, histoire d'imaginer celle qui me permettra ma prochaine rencontre avec une pintade !
Pintade fermière rôtie aux herbes aromatiques et frites de légumes d'automne…
Ingrédients : 1 pintade fermière Label Rouge (1,5 kg environ) - 2 oignons - 600 g de citrouille - 1 patate douce - 5 gousses d’ail coupées en deux - 400 g de châtaignes en boîte - 2 càs de graines de courge - 1 botte de romarin et thym - Sel et poivre – de l'huile d'olive - Huile végétale pour friture
Préchauffez votre four à 180°C.
Mettez la pintade dans un plat creux, garnissez-la avec les herbes et 2 gousses d'ail, salez et arrosez d'un filet d'huile d'olive.
Enfournez et laissez cuire pendant 1h15 environ. Arrosez régulièrement avec le jus de cuisson.
Pendant ce temps, préparez les garnitures : épluchez les oignons et coupez-les en lamelles épaisses, coupez la citrouille et la patate douce en tranches.
Dans une casserole bien profonde, faites chauffer l’huile à 160°C et faites frire les tranches de légumes, l’ail restant et les châtaignes. Egouttez sur du papier absorbant.
Faites griller les graines de courge dans une poêle à sec.
Répartissez les légumes sur un plat, parsemez les graines de courge, déposez la pintade par dessus et terminez en l'arrosant avec son jus de cuisson et en la poivrant généreusement.
Si la recette s'est révélé savoureuse, je pense quand même que la prochaine fois je ferai dorer mes légumes au four sur une plaque couverte de papier sulfurisé avec juste un filet d'huile plutôt que de les faire frire.
Si vous voulez vous faire une idée sur les conditions d'obtention du Label Rouge c'est par là que vous trouverez toutes les réponses : Volaille Label Rouge

Mais pourquoi, bon et après la pintade c'est qui qui va passer à la casserole hein hein ??? est-ce que je vous raconte ça…

vendredi 19 septembre 2014

Le vendredi c'est retour vers le futur… Cuisiner moins pour profiter plus ! Petites boulettes parfumées et tomates…

Cette fin de semaine c'est notre petit festival de par chez nous, d'ailleurs si vous voulez venir vous trouverez tous les renseignements là : Le Toumélé festival, et comme c'est un festival en plein air…

Forcément nous avons souvent un œil qui traîne sur la météo et l'œil en question a failli en tomber par terre plusieurs fois lors de cette semaine, espanté qu'il était au vu des prévisions.
Et pourtant je le sais que ces prévisions changent vingt, trente fois, tout l'temps quoi ! je le sais mais c'est comme un besoin de regarder, d'imaginer le pire pour en fin de compte s'éventer nerveusement à quelques heures du début, tellement il fait chaud et beau par ici ! Je le sais mais bon j'vais quand même jeter un dernier œil…
Et comme il n'est pas question de perdre du temps, je me suis dit qu'aujourd'hui une petite recette tout en parfum et faite presto presto c'est exactement ce dont j'avais envie !
Petites boulettes parfumées et tomates
Ingrédient : 500g de viande d'agneau hachée – 100g de courgette râpée – ½ oignon râpé – ½ piment doux râpé – 1 bouquet de basilic haché – 1 boîte de dés de tomate – 100g de féta – huile d'olive - sel et poivre
Mélangez dans un saladier la viande d'agneau, la courgette, l'oignon, le piment et le basilic.
Formez des boulettes de la taille d'une grosse noix, salez et poivrez-les.
Mettez une poêle à bon feu avec un beau filet d'huile d'olive.
Ajoutez les boulettes et faites-les très rapidement dorer, il ne faut pas trop attendre sinon la viande va durcir.
Ajoutez les dés de tomates et finissez la cuisson de la viande en la remuant bien régulièrement. Encore une fois, il faut cuire rapidement pour ne pas trop dessécher la viande.
Juste au moment de servir émiettez la feta sur le plat et ajoutez quelques belles feuilles de basilic et un tout petit filet d'huile d'olive.

Mais pourquoi, juste une toute toute petite dernière fois… est-ce que je vous raconte ça…

jeudi 18 septembre 2014

4 ingrédients sinon rien et si la cuisine simple était de retour par ici… Des p'tits flans mon coco ???

Souvent quand j'ai la chance de rencontrer une de mes lectrices…
Malheureusement je n'ai jamais rencontré de lecteur, les seuls garçons que j'aie jamais rencontrés sont ceux qui partagent la vie de mes lectrices. Ceux qui viennent me voir discrètement à un moment de la conversation que j'ai avec leur Elle et qui me glissent alors un c'est bien c'que vous faites, avec un air de canard tourmenté avant de préciser, mais vous pourriez pas parler un peu moins de vos défauts parce qu'elle n'arrête pas répéter en vous lisant, c'est bien tous les mêmes, tous ! Et elle insiste bien sur le tous ! 
Je prends alors le même air de canard tourmenté pour essayer de le rassurer, mais en même temps je sens bien qu'il devine que je n'ai pas encore fini ma longue liste, que mes turpides de garçons sont encore bien nombreuses…
Après il s'en retourne à son mutisme laissant son Elle me raconter sa relation avec mon petit chez moi. Quand Elles me racontent j'écoute attentivement les histoires, les recettes, les réussites et les petites désillusions culinaires, les petits reproches, les trop de ci et pas assez de ça, mais aussi les encouragements et la petite phrase… ça loupe pas, il y a toujours un moment où la petite phrase arrive… La petite phrase qui dit à sa manière quand même des fois des recettes plus simples ça serait quand même bien…
Et curieusement comme je n'ai pas l'impression d'avoir une cuisine compliquée quand je reviens à la maison, je dis à Marie, toi tu trouves pas que ma cuisine est compliquée hein hein…. C'est un vieux truc de garçon ça je crois, nos questions ne sont pas vraiment des questions, je ne veux pas qu'elle me réponde vraiment, je veux juste qu'elle me rassure… Malheureusement à ce moment-là je me rends compte qu'elle aussi sait prendre ce fameux air de canard tourmenté…
Du coup revoilà par ici une recette 4 ingrédients sinon rien comme celle que vous pouvez retrouver dans 750g le mag' dont le dernier numéro vient d'ailleurs de sortir… j'vous en reparle très vite !
Des p'tits flans mon coco ?
Ingrédients :
Pour les flans : 30cl de lait de coco – 150g de sucre en poudre – 6càs de noix de coco déshydratée – 5 œufs moyens
Pour le caramel : 180g de sucre en poudre
Versez le lait de coco et le sucre dans une casserole et portez à petite ébullition à feu moyen, poursuivez ensuite la cuisson pendant 5minutes toujours à petite ébullition. Retirez du feu et laissez complètement refroidir.
Cassez les œufs dans un saladier et mélangez-les sans insister.
Ajoutez le mélange lait de coco et sucre et mélangez toujours sans insister. Passez le tout à travers une passoir, moi je trouve ça beau… vous me direz, au dessus d'un autre saladier.
Mettez le sucre pour le caramel et faite-le fondre à feu assez doux. Attention quand on fait du caramel on reste prêt du feu !
Quand il a pris une jolie couleur versez-le dans six ramequins, puis sans attendre ajoutez la noix de coco déshydratée. Versez ensuite la crème délicatement par dessus.
Déposez les crèmes dans un plat avec un fond d'eau chaude puis enfournez dans un four préchauffé à 180° pendant une trentaine de minutes.
Laissez refroidir et dégustez. Personnellement je n'ai pas pris le risque d'essayer de démouler, de toute manière je n'ai pas eu le temps, ils ont été mangé avant !

Mais pourquoi, bon faut quand même que je retravaille mon air de canard tourmenté moi…  est-ce que je vous raconte ça…

mardi 16 septembre 2014

Juste parce que je ne savais pas si j'avais soif ou j'avais faim… Doufrui qui'smange et qui'sboit pêche myrtille et herbes…

Quand il fait chaud comme aujourd'hui, j'ai à peu près aussi faim qu'un ours après deux jours d'hibernation. Il n'y a que les aliments qui peuvent me rafraichir un peu que j'imagine finir finalement dans ma bouche… bon à vrai dire quand je pense à des myrtilles bien surgelée je me vois plus en me roulant, en me baignant dedans qu'en me préparant une p'tite boisson.
Mais le prix de la myrtille étant ce qu'il est par ici et l'idée de sortir de ce bain avec une jolie couleur lie de vin me font redevenir raisonnable et penser que finalement juste les boire…
Enfin presque les boire puisque cet après-midi j'ai hésité longuement entre une compote minute toute fraîche et un onctueux smoo… doufrui ! Et au final à force d'hésiter j'ai choisi de faire un peu des deux mais diablement frais de toute manière !
Doufrui qui s'mange et qui s'boit pêche myrtille et herbes…
Ingrédients : 4 ou 5 nectarines ou pêches blanches – 150g de myrtilles surgelées – le jus d'1/2 citron et un peu de zeste – 2 petites bananes naines bien mûres (ou ½ pas naine) – 1càs de sirop d'érable - une quinzaine de feuilles de menthe et autant de basilic thaï (si vous n'avez pas de basilic thaï ajoutez un peu de menthe mais ne remplacez pas par du basilic de chez nous)
Lavez les nectarines, coupez-les en quatre puis en tranches.
Mettez les nectarines dans un mixer et ajoutez les myrtilles (réservez-en quelques-unes), le jus et le zeste du citron, les bananes naines en tranches, le sirop et les herbes ciselées.
Mixez le tout, pas trop si vous voulez manger ou beaucoup si vous voulez boire.
Versez dans des petits verres et parsemez par dessus quelques myrtilles, quelques feuilles et quelques tranches de pêches.
Après vous pouvez faire un moitié-moitié avec du yaourt ou avec du muesli ou un trois tiers avec les trois, ça c'est à vous de voir ! 



Mais pourquoi, finalement il n'en faut pas tant que ça pour un bain… est-ce que je vous raconte ça…

lundi 15 septembre 2014

Goûter d'enfance et roulé fondant moelleux au chocolat !

Je l'ai déjà très souvent dit par ici, mes goûters d'enfance se ressemblaient jour après jour et étaient invariablement composés de pain et de chocolat ! Et c'était aussi lassant que rassurant…
Heureusement comme j'avais quelques amis, cette routine était brisée dès que j'allais chez eux et que je tombais à l'heure du goûter. La découverte de la variété de ce qu'on pouvait trouver chez les autres me laissait toujours comme une impression d'être un explorateur arrivant dans une tribu lointaine aux habitudes plus que curieuses. J'essayais de ne rien montrer mais je pense que les tu sais tu peux en prendre que l'on me précisait régulièrement indiquaient que mon étonnement était quand même quelque peu visible… quelque peu !
Le problème c'est que d'autres fois ces mêmes amis venaient aussi goûter à la maison et que là il n'y avait toujours que du pain et du chocolat.
Heureusement j'avais trouvé une ruse pour ne pas laisser penser que c'était mon ordinaire le lundi, le mardi, le mercredi… enfin de tous les jours. A l'heure de la faim de 4heures je lançais avec un air un peu ennuyé, ma mère n'a pas dû avoir le temps de faire les courses, tu veux que je te fasse un casse-croûte avec une tablette de chocolat ?
C'est curieux comme le quotidien des uns peu devenir l'extraordinaire des autres… Je n'ai jamais reçu le moindre refus à cette proposition…
Quoi qu'il en soit de mes goûters d'alors, quand Carré frais et Banania m'ont proposé d'essayer de réaliser un goûter d'enfance en utilisant ces deux marques historiques, je me suis demandé ce que j'aurais aimé trouver sur la table de mes quatre heures et je me suis dit qu'un joli roulé fondant et moelleux au chocolat aurait bien remplacé cet éternel pain et chocolat !
Roulé fondant moelleux au chocolat !
Ingrédients :
Pour la crème : 150g de Carré Frais – 3càs de Banania – 90g de crème liquide entière
Pour le roulé : 4 œufs, blancs et jaunes séparés – 100g de farine – 100g de sucre glace
Commencez en réalisant la crème. Versez dans la cuve d'un batteur le Carré Frais et la crème liquide entière et fouettez le tout jusqu'à obtenir une chantilly légère et aérée. Commencez en fouettant doucement puis accélérez un peu la vitesse pour finir la crème.
Ajoutez le Banania et mélangez délicatement le tout avec une spatule.
Versez dans un petit saladier et réservez au frais le temps de préparer le roulé.
Versez les jaunes d'œufs dans un saladier, ajoutez le sucre et fouettez jusqu'à obtenir un mélange onctueux et aéré. Tamisez la farine au dessus du saladier et ajoutez-la délicatement.
Fouettez les blancs d'œuf en neige bien ferme puis incorporez-les à la pâte, toujours délicatement.
Etalez la pâte sur une plaque couverte de papier sulfurisé.
Enfournez la plaque dans un four préchauffé à 180° pendant une quinzaine de minutes.
Humidifiez légèrement un torchon, étalez-le puis retournez le biscuit dessus. Tirez doucement sur la feuille de papier sulfurisé pour la décoller.
Roulez le biscuit dans le torchon, déroulez-le, coupez les bords sur environ 1cm puis déposez le biscuit sur une feuille de film alimentaire. Couvrez-la avec la crème puis roulez de nouveau en vous aidant avec le film. Fermez le film puis mettez le tout au frais pendant une bonne heure.
Au moment de servir enlevez le film alimentaire et saupoudrez de sucre glace avant de couper de belles tranches.
Et comme j'ai un lot de goodies Carré Frais et Banania à vous offrir c'est très simple laissez-moi un commentaire en précisant votre dessert d'enfance préféré et mon hamster, de sa main encore innocente, tirera au sort un ou une gagnante parmi vos commentaires ! Vous avez jusqu'à mercredi 17 septembre à minuit pour participer ! A vous de jouer !
Article sponsorisé

Mais pourquoi, et dire que je continue encore à manger du pain et du chocolat à 4heures… bon c'est plus le même chocolat… est-ce que je vous raconte ça…

dimanche 14 septembre 2014

Biscuits à l'avoine et au gingembre ! Entrez dans l'épicerie du monde le rayon Royaume Uni est ouvert par Marie Grave !

Dire que j'aime et que j'ai toujours aimé l'Angleterre me parait aussi facultatif qu'un pingouin a besoin de préciser qu'il prend son pastis avec deux glaçons ! deux ou trois d'ailleurs…
Et à chaque fois qu'un livre est consacré à la cuisine de là-bas, comme le pingouin devant son pastis glacé, je bas des pattes avant ! Par contre je dois avouer que souvent les livres d'ici consacrés à la cuisine de là-bas…
Mais cette fois je savais, il faut dire que je l'attendais ce petit livre de Marie Grave avec des photos de Christelle Tanielian, cette Epicerie du monde consacrée au Royaume-Uni qui parait à La Plage, je savais donc que celui-là j'allais l'aimer. Je savais que j'allais l'aimer parce que cette petite collection ne propose pas qu'une suite de recettes consacrée à 10 produits typique du pays visité.
Elle raconte l'épicerie du pays visité et nous apprend donc ainsi à nous servir de tel ou tel produit, mais plus que ça, il nous raconte des fois son histoire, souvent son usage et puis d'autres fois plein plein d'autres choses.
Par contre ce n'est pas parce qu'il n'y a pas que ça, qu'il n'y a pas de recettes ! Et dans ce domaine on se promène entre les grands classiques et tout un tas de petites recettes du quotidien qui n'arrivent que rarement par ici. C'est ainsi que vous pourrez préparer Bubble & Squeak, Baked Beans, Earl Grey cake ou Carrot Cake et bien d'autres choses, et découvrir une cuisine britannique vraiment vraiment trop méconnue par ici et très très simple à réaliser !
Personnellement d'ailleurs je trouve qu'un deuxième tome… Il reste bien des choses à découvrir par là-bas ! Un peu comme ces biscuits à l'avoine et aux noisettes trouvés dans l'ouvrage que j'ai décidé de mettre à mon goût en lui donnant un petit goût d'exotisme et de gingembre !
Biscuits à l'avoine et au gingembre
Ingrédients : 90g de flocons d'avoine – 45g de noisettes – 30g de gingembre confit - 90g de farine de blé complète – 1càc de bicarbonate de soude – 60g de beurre demi-sel bien froid – 60g de sucre de canne blond en poudre – 3càs de lait
Commencez en passant les noisettes dans un four préchauffé à 150° pendant une dizaine de minutes. Frottez-les ensuite dans un torchon pour faire tomber les peaux.
Coupez le gingembre confit en fines tranches puis hachez-le grossièrement.
Versez les flocons d'avoine et le gingembre dans un mixer et mixez jusqu'à pratiquement réduire les flocons d'avoine en poudre.
Ajoutez dans le mixer les noisettes, la farine, le bicarbonate et le sucre et mixez de nouveau assez rapidement, les noisettes doivent juste être hachées finement pas réduite en poudre.
Ajoutez le beurre et mixez encore rapidement jusqu'à ce que la pâte se transforme en sablé grossier.
Ajoutez enfin le lait et tournez jusqu'à ce que la pâte s'amalgame.
Terminez de rendre la pâte homogène en la mélangeant très rapidement puis filmez-la et mettez-la au frais une heure.
Etalez ensuite la pâte en une couche d'environ un demi centimètre d'épaisseur et taillez-y des cercles avec un verre, la taille c'est vous qui voyez, vous pouvez même faire deux tailles comme moi, une pour les grandes bouches et une… pour moi.
Déposez les découpes sur une plaque couverte de papier sulfurisé, faites des trous dans les biscuits avec une fourchette (regardez la photo) et enfournez dans un four préchauffé à 180° pendant une quinzaine de minutes.
Ensuite laissez refroidir sur une grille et si jamais vous avez encore du courage vous pouvez coller ces biscuits deux par deux avec du chocolat noir et après… Good save the Queen !
Ouvrage offert

Mais pourquoi, en plus ça pourrait être l'épicerie britannique et puis la galloise et puis l'écossaise et puis… c'est pas une bonne idée ça Estérelle ??? est-ce que je vous raconte ça…

samedi 13 septembre 2014

Une pavlova c'est bien, deux pavlovas c'est… Pavlova exotique et passionnée !

La pâtisserie est quelque chose que je laisse volontiers aux… pâtissiers !
Il faut dire que quand je passe à la Pâtisserie des rêves ou dans d'autres lieux de perdition du même type je me dis pourquoi ? Pourquoi essayer alors qu'ils savent si bien faire et que c'est si bon. Et je rentre les bras chargés de pâtisseries en même temps que j'oublie mes dernières velléités pâtissières…
Par contre m'amuser en cuisine et faire des gâteaux et des sucreries toutes simples ou juste un peu plus compliquées mais pas trop quand même, ça oui, ça je ne peux pas m'en empêcher.
Et la pavlova est en bonne place dans ce domaine pas loin de la pâtisserie mais beaucoup beaucoup plus facile. Et comme avant hier c'était déjà pavlova par chez moi et qu'il me restait un peu d'envie je me suis dit qu'aujourd'hui… aussi !
Pavlova exotique et passionnée !
Ingrédients :
Pour les meringues : 4 blancs d'œufs (j'ai utilisé des œufs d'environ 65g) – 200g de sucre en poudre – 1càc de vinaigre (j'ai utilisé du vinaigre de riz autant à cause de la couleur que du goût) – 1 gousse de vanille
Pour la crème : 45cl de crème liquide entière – 2càs de mascarpone – 1càs de noix de coco déshydratée
Pour les fruits de la passion : 3 fruits de la passion – 3càs de sucre en poudre – 3càs d'eau
Commencez en préparant les meringues.
Fendez la gousse de vanille en deux et grattez-la au dessus du sucre puis mélangez bien les grains et le sucre.
Fouettez les œufs en neige légère, pas trop serrés donc.
Ajoutez le sucre en pluie tout en continuant à battre et battez jusqu'à obtenir une meringue lisse, onctueuse. Ne battez pas trop vite et insistez bien !
Ajoutez le vinaigre et mélangez délicatement.
Sur une plaque couverte de papier sulfurisé, faites huit petits disques de pâte puis montez un peu les côtés.
Préchauffez un four à 160° enfournez les plaques puis baissez le four immédiatement à 110°/120° (la meringue c'est fragile et chaque four fonctionnant à sa manière à vous de trouver la température juste entre 110° et 120° !) et laissez cuire pendant 1 heure. Eteignez le four, ouvrez-le et laissez refroidir vos meringues.
Pendant ce temps préparez le coulis. Versez le contenu des fruits de la passion dans une petite casserole et ajoutez le sucre et l'eau. Portez à ébullition à feu moyen et faites blobloter pendant 5minutes (surveillez bien il n'y a pas grand-chose dans votre casserole et donc ça risque de brûler !). Filtrez le coulis puis ajoutez quelques graines, pas trop.
Terminez en préparant la crème. Versez la crème liquide et le mascarpone dans un batteur et montez le tout en chantilly, plus tout sera froid plus la chantilly prendra bien.
Ajoutez la noix de coco et mélangez très délicatement avec une spatule.
Vous pouvez maintenant monter les pavlovas. D'abord les meringues, de la crème, du coulis et éventuellement quelques pincées de noix de coco.


Mais pourquoi, jamais deux sans trois ??? est-ce que je vous raconte ça…

vendredi 12 septembre 2014

Le vendredi c'est retour vers le futur… Petit croustillant aux poivrons et aux œufs parce que décidément Yotam Ottolenghi écrit des livres indispensables !

En ce moment je suis en train de ranger un peu mes livres de cuisine… un peu !
En gros quand je range je fais des piles et des piles de livres que je classe avec un système très au point, quand la pile semble sur le point de tomber j'arrête de monter ! Bon le problème c'est qu'il n'y a aucun ordre dans mes piles et que forcément le livre que je veux c'est régulièrement celui qui est tout tout tout en bas de la pile… y'a pas ça marche à tous les coups.
Et avec les livres que je veux à un moment ou un autre je refais des piles ! logique. Et j'ai constaté que certains livres voyageaient plus régulièrement d'une pile à l'autre, des livres comme ceux de Yotam Ottolenghi et particulièrement son superbe et indispensable Jérusalem.
C'est pour ça que ce matin en cherchant ma recette, celle que j'allais remettre au goût du jour, je me suis dit forcément Yotam Ottolenghi, surtout que la recette en question va tellement bien avec le soleil ambiant !
Petit croustillant aux poivrons et aux œufs
Ingrédients pour un croustillant pour deux : 2 poivrons rouges – 4 ou 5 petits poivrons orange – 1 piment – 1 oignon – 1 ou 2  brins de thym effeuillés – ½ càc de cumin en grains – ½ càc de coriandre en grains – ½ càc de fenouil en grains – 3càs de crème liquide entière – 1 trait de citron – 2 œufs et un jaune – un rectangle de pâte feuilletée d'environ 15X30 – quelques tiges de persil plat – de l'huile d'olive - sel et poivre
Enlevez la queue du poivron, coupez-le en deux, égrainez-le puis coupez le en bandes d'environ 1cm.
Coupez les petits poivrons et le piment en deux puis égrainez-les.
Pelez puis émincez l'oignon.
Versez tous les grains dans un bol et à l'aide d'un pilon écrasez-les rapidement.
Dans un saladier versez les poivrons, petits et grands, le piment, l'oignon, les grains et le thym. Arrosez avec 2 belles cuillères à soupe d'huile, salez et mélangez.
Versez le tout dans un plat et enfournez dans un four préchauffé à 210° pendant une trentaine de minutes. Surveillez bien et n'oubliez pas que vos légumes vont encore cuire sur le croustillant.
Piquez votre pâte à la fourchette puis badigeonnez le tour avec le jaune d'œuf.
Mélangez la crème liquide avec le citron mélangez, elle va épaissir.
Etalez-la au centre de la pâte puis répartissez dessus le mélange de légumes, n'oubliez pas de laissez un peu de place pour les œufs.
Enfournez dans votre four, toujours à 210° pour une douzaine de minutes.
Déposez les œufs au milieu des poivrons et remettez au four pour 6 à 8 minutes de plus, juste pour que les œufs soient cuits à votre goût.
Terminez en parsemant par dessus le persil grossièrement haché et arrosez le tout d'un filet d'huile.
Crispy puff pastry with sweet peppers and eggs
Ingredients for 2: 2 red peppers - 4 or 5 small orange peppers - 1 chili pepper - 1 onion - 1 or 2 sprigs of thyme, leaves picked - 1/2 tsp cumin seeds - 1/2 tsp coriander seeds - 1/2 tsp fennel seeds - 3 Tbsp single cream - 1 dash lemon juice - 2 eggs + 1 egg yolk - a rectangle of puff pastry 15x30cm - a few sprigs flat leaf parsley - olive oil - salt and pepper
Cut the stem off the red peppers. Cut them in 2, take the seeds off and cut them into 1cm slices.
Halve the orange peppers and chili pepper and take the seeds off.
Put all the seeds in a mortar and quickly crush them with a pestle.
In a large bowl, put the sweet peppers (red and orange), the chili pepper, the onion, the seeds and the thyme. Add 2 generous Tbsp of olive oil. Salt and mix.
Put it all in a dish and place in the oven, preheated at 210°C/410°F, for 30 minutes. Keep an eye on them and don't forget they will cook again on the crunchy pastry.
Stab the puff pastry with a fork and brush the sides with the egg yolk.
Mix together the single cream and lemon juice. It will thicken. Spread it in the middle of the pastry and add the veggies on top. Leave some room for the eggs.
Put back in the oven, still at 210°C/410°F, for about 12 minutes.
Place the eggs amongst the peppers and put back in the oven for another 6 to 8 minutes. Just so the eggs are cooked as you like them.
Sprinkle some roughly chopped parsley and a dash of olive oil.

Mais pourquoi, et si je montais des pyramides de livres maintenant… est-ce que je vous raconte ça…

jeudi 11 septembre 2014

J'adooooore la Pavlova ! Le livre de Trish Deseine et nouvelle pavlova chocococafé !

J'adooooore la Pavlova ! sinon il n'y en aurait pas tant par ici où il y a des pavlovas par ci et des pavlovas par là et et et… J'adooooore la Pavlova !!!

Et Trish Deseine fait partie de ces auteurs qui un jour m'ont fait penser que la cuisine pouvait aussi être faite pour moi. Du coup un livre entre Trish et Pavlovas c'est pour moi comme si on proposait un iceberg de glaçons à un pingouin pour l'heure de l'apéro et je ne peux pas m'empêcher de battre des pattes avant !
Le livre de Trish Deseine Pavlovas publié dans la collection Les petites recettes de Hachette va vous permettre de faire le tour de cette irrésistible sucrerie qu'est la pavlova. D'abord en trouvant une recette de base parfaite pour atteindre à la fois ce croquant et ce fondant qui caractérise la belle aérienne. Et puis une tripotée de recettes et de bonnes idées, d'associations quelquefois classiques comme les fraises et la pistache ou le chocolat blanc et le fruit de la passion… enfin relativement classiques. Et d'autres plus originales encore et dont je rêve déjà comme la roulade de pavlova ou celle au lemon curd et celle…
Si vous voulez découvrir les pavlovas et toutes leurs possibilités je ne saurais donc que vous conseiller ce petit livre, malin et bien tentant, qui vous fera entrer au pays de la gracieuse gourmandise et vous permettra ensuite de vous lancer dans vos propres pavlovas !
Et comme forcément j'avais irrésistiblement envie de pavlovas je me suis largement inspiré de la pavlova cappuccino de Trish, pour en faire une nouvelle à mon goût !
Pavlova chocococafé !
Ingrédients : 6 blancs d'œufs (j'ai utilisé des œufs d'environ 65g) – 300g de sucre en poudre – 1càs de vinaigre (j'ai utilisé du vinaigre de riz autant à cause de la couleur que du goût) – 1 ½ càs de cacao en poudre – 30g de chocolat noir haché fin – 45cl de crème liquide entière – 2càs de mascarpone – 1càc de café lyophilisé – 3càs d'amandes effilées légèrement dorées
Commencez par fouetter les œufs en neige légère, pas trop serrés donc.
Ajoutez le sucre en pluie tout en continuant à battre et battez jusqu'à obtenir une meringue lisse, onctueuse. Ne battez pas trop vite et insistez bien !
Ajoutez le vinaigre et mélangez délicatement.
Séparez la meringue 1tiers - 2 tiers.
Ajoutez le chocolat et le cacao dans les deux tiers.  
Sur une plaque couverte de papier sulfurisé faites trois beaux cercles de pâte puis montez un peu les côtés .
Faites de même sur une autre plaque avec le tiers restant, forcément vos cercles vont être plus petits !
Préchauffez un four à 160° enfournez les plaques puis baissez le four immédiatement à 120° et laissez cuire pendant 1 heure. Eteignez le four, ouvrez-le et laissez refroidir vos meringues.
Versez la crème liquide et le mascarpone dans un batteur et montez le tout en chantilly, plus tout sera froid plus la chantilly prendra bien.
Diluez le café soluble avec 1càc d'eau tiède et versez le sur la chantilly, mélangez sans insister pour que la crème soit seulement marbrée.
Vous pouvez maintenant monter les pavlovas. D'abord les pavlovas au chocolat, de la crème, les pavlovas nature (vous pouvez d'ailleurs les aromatiser d'un peu de vanille), les amandes effilées et un peu de cacao en poudre…
La pavlova n'est vraiment pas le plus raisonnable des desserts… mais c'est tellement bon !
Ouvrage offert

Mais pourquoi, et d'ailleurs si je m'en faisais une aux fruits… mais à quoi ??? est-ce que je vous raconte ça…