jeudi 16 novembre 2017

J'aime la purée même quand il n'y a pas du bon beurre dedans ! Ma purée végan multicolore...

J'aime la cuisine verte, végétarienne ou végan, comme je l'ai déjà dit par ici parce qu'elle me pousse à cuisiner autrement, autres produits, autres manières de faire. Ce qui ne veux pas dire que je cherche obligatoirement à faire différemment, aujourd'hui, jour de purée. Pour la réaliser j'ai utilisé un presse purée et pas une scie sauteuse... ça aurait sans doute été plus original mais tellement moins pratique...

Par contre je n'ai pas pensé ma purée comme celle que j'aime tant avec des pommes de terre et du beurre dedans, beaucoup de beurre même... parce que si l'une me semble d'un réconfort total, une sorte de doudou dans lequel je pourrais même m'allonger, enfin à condition d'en faire vraiment beaucoup, l'autre m'a semblé pouvoir devenir un moment de fraîcheur plein d'énergie, ce qui par les temps qui courent...
C'est donc une purée végan et multicolore que j'ai décidé de réaliser aujourd'hui parce que la cuisine verte peut être pour moi bonne et belle et tout un tas d'autres choses ! Mais ça, on commence à sacrément s'en rendre compte et vraiment pas que moi.
Ma purée végan multicolore...
Ingrédients :
Pour les deux purées : 400g de patates douces violettes (sinon prenez des blanches ou des oranges mais là le côté bicolore...) - 400g de potimarron – 20cl de crème de coco – sel et poivre
Pour lui mettre sur la tête : 1 douzaine de brins de coriandre – 2 ou 3 càs de graines de grenade – 2 ou 3 càs de pistaches - ½ càc de curry – le zeste d'¼ de citron vert râpé très finement 
Commencez en pelant et coupant en cubes les patates douces et le potimarron. Faites-les cuire séparément chacun dans sa casserole d'eau bouillante légèrement salée, comptez une petite dizaine de minutes. Comme la cuisson va dépendre de la taille de vos cubes, vérifiez-la en plantant un couteau dans un cube de temps en temps, ça résiste c'est pas assez cuit, ça ne résiste plus c'est bon !
Égouttez le contenu des casseroles (vous allez alors vous rendre compte que le violet des patates douces a viré au bleu...) toujours séparément et remettez dans les casseroles puis faites un peu sécher à feu tout doux. Écrasez toujours séparément les deux purées, au presse-purée si vous avez, sinon au moulin à légumes mais surtout on évite le mixer plongeant. Personnellement j'ai pas mal insisté pour une fois pour faire une purée assez lisse mais ça c'est vous qui voyez. Salez et poivrez à votre goût.
Allongez ensuite avec la crème de coco jusqu'à obtenir la consistance désirée, ne mettez pas tout d'un seul coup, vous aurez peut-être trop. En tout cas une fois la bonne consistance obtenue, donnez un grand coup de fouet dans chacune des purées pour leur donner une jolie onctuosité.
Pendant la cuisson préparez le mélange à lui mettre sur la tête. Hachez grossièrement les brins de coriandre et les pistaches, puis mélangez tous les ingrédients dans un bol.
Servez les purées dans les assiettes, comme moi en lignes ou comme vous voulez puis terminez en laissant chacun se servir du contenu du bol à son goût !
Et si vous voulez retrouver ma version pommes de terre et beurre tout aussi bicolore cliquez sur le visuel si dessous.
https://doriannn.blogspot.fr/2016/10/si-tu-fais-de-la-puree-mets-du-beurre.html
Mais pourquoi, décidément ma 4 saisons du coin de la rue m'étonnera toujours... est-ce que je vous raconte ça...

mardi 14 novembre 2017

Direction Madagascar pour y découvrir la cuisine de là-bas ! Et mes mofo akondro au menu !

Je suis toujours étonné de découvrir des cuisines et encore des cuisines pour peu que l'on mette le nez hors de nos frontières... enfin pour ma dernière découverte il faut vraiment tendre le nez pour sentir les odeurs de cette cuisine-là puisque c'est en direction de Madagascar que mes envies se sont dirigées. Autant dire que la cuisine malgache était pour moi une véritable inconnue et qu'à part le romazava, ce ragoût plus qu'étonnant avec ses brèdes mafanes qui vous font plop plop plop ! dans la bouche, mes connaissances de cette cuisine s'arrêtaient presque là.
Mais comme j'ai la curiosité culinaire qui me prend assez facilement et que Pascale a attisé cette curiosité en me racontant ses voyages par là-bas pour accompagner Sesaam, et la drôle de cuisine qu'elle y a préparée avec les jeunes du centre... il n'en fallait pas beaucoup plus pour que je sois piqué, que je commence à y regarder de plus près et que je me lance dans cette cuisine lointaine aux noms qui sonnent comme une invitation au voyage.
Et donc voilà comment j'ai décidé de commencer en préparant des mofo akondro ou plus simplement dans le texte, des beignets aux bananes ! Une recette toute simple que j'ai juste eu envie de rendre un chouilla plus gourmande en lui ajoutant quelques petites choses sur la tête...
Mes mofo akondro
Ingrédients :
Pour les beignets : 2 bananes pas trop mûres (normalement on utilise des bananes plutôt mûres mais je trouve qu'elles sont déjà assez molles comme ça à l'intérieur des beignets) – 200g de farine – 50g de fécule de riz (on doit pouvoir utiliser de la fécule de maïs mais ça n'aura plus tout à fait le même goût) – 1càs de levure chimique – 90g de sucre en poudre – 1 œuf – 1 pincée de sel – 1gousse de vanille - de l'eau
Pour mettre dessus : 60g de chocolat noir (vous pouvez être moins raisonnable en quantité) – 3 ou 4 càs de copeaux de noix de coco
Commencez en mélangeant dans un saladier la farine, la fécule de riz, la levure chimique, le sucre en poudre et le sel. Coupez la gousse de vanille dans la longueur puis grattez-la au dessus du saladier. Fouettez l’œuf avec 15cl d'eau et versez peu à peu dans le saladier tout en mélangeant. Ajoutez de l'eau si nécessaire (ça sera sans doute nécessaire) jusqu'à obtenir une pâte bien épaisse, beaucoup plus qu'une pâte à crêpe, il faut que ce soit onctueux pour bien couvrir les morceaux de banane.
Coupez alors les bananes épluchées en morceaux, comme celle qui est coupée sur la photo, et trempez-les dans la pâte. Egouttez un peu, pas trop il faut que la pâte enrobe bien, en sortant les morceaux de banane, j'ai utilisé pour les sortir un pique à brochettes. Puis plongez-les dans un bain d'huile à 190°. Laissez dans l'huile jusqu'à ce que vos beignets soient joliment dorés. Attention le beignet est contrariant et va essayer de cuire d'un côté, vous allez donc devoir le forcer un peu pour qu'il dore de tous les côtés ! Soyez plus têtu que lui.
Une fois vos beignets cuits, égouttez-les puis disposez-les au fur et à mesure sur du papier absorbant.
Pendant la cuisson faites fondre le chocolat au micro-ondes et dès que les beignets sont prêts arrosez-les de chocolat et parsemez par dessus les copeaux de noix de coco.
Les mofo akondro ne seront jamais meilleurs qu'à la sortie « du feu » donc à dévorer sans attendre !
Il va vous rester de la pâte à beignet, donc deux choix, continuer à faire des mofo akondro ou allonger la pâte avec du lait jusqu'à obtenir une pâte assez liquide pour faire des crêpes avec la pâte restante, parce que bien sûr on ne jette pas !
L'atelier que nous proposons avec Sanjee pour Sesaam lors de notre journée « cuisiniers et blogueurs » autour des cookies et des muffins étant maintenant complet, je ne saurais trop vous conseiller de regarder du côté des autres ateliers, il y a des choses passionnantes à découvrir ! Si vous voulez vous joindre à nous  et aider Sesaam, pour tous les renseignements et les inscriptions c'est par là : Venez cuisiner avec nous !
Mais pourquoi, bon et si on continuait du côté de Madagascar... est-ce que je vous raconte ça...

dimanche 12 novembre 2017

De la relativité de la mesure culinaire et mon rougail saucisse pour en parler...

Oui, je sais j'ai souvent le titre un peu... un peu ! Mais il m'a semblé inévitable pendant que j'étais en train de préparer mon p'tit rougail saucisse qui doit beaucoup à Pascale et un peu à mes petits arrangements. Quand je prépare une recette il n'est pas rare qu'il y ait un bout de papier et un crayon pas loin pour y écrire ce que je prépare, histoire que je ne passe pas des heures à me demander devant mon assiette terminée mais comment j'ai bien pu préparer c'truc !
Et voilà donc que je commence ma recette en me taillant l'oignon et en le soupesant pour l'inscrire dans le marbre ou en tout cas sur le papier, j'hésite, j'hésite et vu leur taille, ils étaient plusieurs, j'écris 6 petits oignons... Ceux qui me connaissent un peu savent que j'ai une vie intérieure compliquée qui se déroule souvent à plusieurs voix, et là, à peine posé sur le papier mes 6 petits oignons, j'ai mes voix intérieurs qui ont commencé à se déchaîner...
C'est quoi « petit » ? qu'a demandé la première. Ben c'est petit ! qu'a répondu la deuxième. Ah oui petit c'est petit, t'es malin toi ! a repris l'autre... et un petit oignon c'est quoi, ça a la taille d'un pois chiche... d'un petit pois chiche ? Là, comme je sens que ces deux-là vont s'écharper pendant des heures sur la taille de l'oignon je décide de mettre le holà à toutes ces manigances et je barre petits à côté de mes oignons... mes 6 petits oignons deviennent 6 oignons, des oignons comme tout le monde quoi !
Sauf qu'en voyant la quantité une fois les oignons taillés je me dis que 6, si on en prend des gros... Je raye 6 et je passe à 3 ! Et là forcément j'entends la petite voix qui revient à la charge... Donc un p'tit c'est la moitié d'un grand ! Ça serait pas un peu stigmatisant envers les p'tits oignons ça ? Subitement je trouve que ma vie est bien compliquée quand je taille un simple foutu oignon !
Alors j'oublie, j'oublie les oignons et leur taille et je me remets avec bonheur à ma recette et une fois mes Montbéliard joliment taillées, j'écris sur le bout de papier, 4 saucisses fumées des belles Montbéliard ! Belles ? Belles ??? que j'entends alors...
Mon rougail saucisses...
Ingrédients : 4 belles saucisses de Montbéliard – 3 beaux oignons – 3 tomates grappe – 400g de tomates concassées - 1càs d'huile de tournesol - 3 gousses d'ail – 1càc bien pleine de gingembre frais râpé – ½ piment oiseau (ou si vous voulez un plat plus relevé) – 1càc de sucre roux – ½ càc de fleur de sel – ½ càc de curcuma - ¼ de càc de poivre moulu grossièrement – 2 feuilles de laurier - 2 oignons nouveaux – 12 tomates cerise – 6 brins de ciboulette – du zeste de combava (facultatif mais tellement bon...)
Commencez en faisant pocher les saucisses dans une casserole d'eau bouillante pendant une dizaine de minutes. Laissez-les ensuite tiédir puis coupez-les en tranches d'environ 1cm en biais (un bon centimètre mais faites comme si je n'ai rien dit !).
Émincez vos oignons assez finement, coupez les tomates grappe en huit.
Pelez l'ail et passez-le au presse-ail, émincez finement le piment. Mélangez dans un bol l'ail et le piment puis ajoutez le sucre, le sel, le curcuma et le poivre et mélangez le tout.
Versez l'huile dans une grande sauteuse et quand elle est bien chaude ajoutez les oignons et les saucisses et faites revenir le tout pendant environ 5 minutes en remuant de temps en temps, jusqu'à ce que les saucisses commencent à dorer.
Ajoutez alors le bol contenant le mélange parfumé et mélangez pendant une minute.
Ajoutez les tomates concassées, rincez la boite en la remplissant à moitié et ajoutez aussi le liquide dans la sauteuse, ajoutez les tomates grappe et le laurier, remuez le tout et portez à ébullition. Baissez ensuite le feu et faites blobloter à couvert pendant une vingtaine de minutes.
Enlevez alors le couvercle et prolongez la cuisson d'environ 5 minutes ou un peu plus si vous voulez une sauce plus serrée. 
Pendant ce temps émincez finement les oignons nouveaux, coupez les tomates cerise en petits morceaux et hachez assez finement la ciboulette puis mélangez les trois ingrédients.
Quand le rougail est prêt vous n'avez plus qu'à parsemer dessus le mélange précédent et terminer éventuellement par un peu de zeste de combava.
Ensuite avec du riz ça fait un joli voyage du côté de Madagascar...
Et n'oubliez pas que vous pouvez vous joindre à nous samedi prochain pour un réjouissant atelier en compagnie de Sanjee pendant lequel vous pourrez préparer avec nous...
Tous les renseignements sur l'atelier et plein d'autres sont là : Venez cuisiner avec nous !

Mais pourquoi, et puis d'abord elles étaient belles mes saucisses... est-ce que je vous raconte ça...

samedi 11 novembre 2017

Le menu de la semaine... Deux menus au... menu de la semaine 45

Et voilà c'est déjà la deuxième série de menus, je crois que je vois de moins en moins passer les jours, les semaines, les mois... et peut-être même les années. C'est quand même curieux cette propension qu'a le temps à te filer entre les doigts sans même que tu aies le moindre espoir de l'attraper ! Tiens, là à peine que je me retourne et voilà donc qu'une semaine m'a glissé entre les doigts ! Bon en même temps comme je m'amuse à composer ces menus que je vais donc vous proposer chaque semaine, je dirais donc comme l'autre, une de perdue... eh ben une de perdue !
https://doriannn.blogspot.fr/2016/10/et-si-on-mettait-les-moules-aux.htmlhttps://doriannn.blogspot.fr/2016/10/je-crois-que-decidement-jai-le-houmous.html
Vous l'avez sans doute remarqué ces derniers temps ma cuisine passe de plus en plus du côté vert de la force ! Du coup je me suis dit cette semaine qu'un p'tit menu totalement végétarien ça serait quand même pas mal, pas mal du tout même. Je vous laisse deviner quel est le menu végétarien, celui de droite ou celui de...
https://doriannn.blogspot.fr/2016/09/mes-boulettes-dagneau-la-persane-pour.htmlhttp://doriannn.blogspot.fr/2014/02/soupe-du-sud-aux-lentilles-et-pois.html
Voilà donc mes deux menus que vous n'êtes pas obligé de suivre bien sûr, à vous de prendre un peu dans l'un, un peu dans l'autre, ou de n'en utiliser qu'une partie selon vos envies et votre appétit ! Voilà donc deux propositions d'entrées, de plats et de desserts extraites de mes archives!
https://doriannn.blogspot.fr/2016/11/cuisinez-simple-cuisinez-bon-mon-gateau.htmlhttps://doriannn.blogspot.fr/2016/11/mon-financier-partager-lorientale-parce.html
Vous pouvez retrouver les recettes correspondantes en cliquant simplement sur les visuels.

Mais pourquoi, je sens que ça va être difficile de faire équilibré fin décembre... est-ce que je vous raconte ça...

vendredi 10 novembre 2017

Sesaam ouvre toi ! Et si on préparait des cookies au potimarron et chocolat ensemble ? Et plus si affinités...

J'ai toujours aimé les blagues Carambar et je pense que quand c'est possible il faut traiter les choses sérieuses avec... un chouilla d'humour, enfin quand c'est possible...
Du coup je n'ai pas résisté au ouvre-toi Sesaam pour la deuxième édition de notre « Cuisiniers et Blogueurs pour Sesaam » qui s'était donc déroulée en février dernier et revient le 25 novembre. En quelques mots Sesaam est une association qui a pour but de financer les études d'étudiants, du centre Akany Avoko Ambohidratrimo qui se trouve à Madagascar. Si vous voulez en apprendre plus sur l'association, vous trouverez toutes les informations sur le site de l'association par-là : L'association Sesaam ! 
Et donc comme l'année dernière l'association nous a mobilisé, Cuisiniers et Blogueurs, pour animer des ateliers de cuisine où vous pouvez vous joindre à nous, à petit prix, et ainsi passer un moment réjouissant en cuisinant avec les uns et les autres et faire une bonne action en même temps ! Comme quoi l'utile et l'agréable peuvent se marier avec bonheur... et vous pouvez compter sur nous pour l'ambiance amicale ! Si vous voulez tout savoir sur les cours, pour les programmes et les inscriptions c'est par-là que ça se passe : Venez cuisiner avec nous !
En ce qui me concerne je vous propose de venir réaliser en ma compagnie et celle de Sanjee des jolis cookies au potimarron et chocolat ! Et comme toute cette histoire repose sur la générosité des uns et des autres je me suis qu'une recette lors d'un atelier c'était bien mais deux... et donc nous préparerons aussi des... Je ne vous dis rien mais la photo du dessous va vous donner une idée assez précise...
En attendant je vous confie la recette des cookies et si vous venez vous découvrirez la deuxième recette... A suivre donc en votre compagnie !
Mes cookies au potimarron et chocolat !
Ingrédients : 200g de chair de potimarron en purée - 60g de sucre muscavado en poudre - 60g de sucre en poudre - 12 cl d'huile de coco - 1 œuf - 1 gousse de vanille - 240g de farine - 1 sachet de levure chimique - 1càc de cannelle en poudre - 1càc de mixed spices ou ½ de muscade en poudre – ½ càc de sel fin - 1 càc de bicarbonate de soude - 150g de chocolat noir haché grossièrement - 60g de noix de pécan hachées grossièrement
Mélangez dans un grand bol la farine, la levure, la cannelle, le mixed spices, le sel et le bicarbonate de soude.
Mélangez dans un saladier le potimarron, le sucre en poudre, le muscavado, l'huile de coco, l'œuf et la gousse de vanille fendue en deux et grattée.
Incorporez petit à petit le contenu du bol dans le saladier et mélangez jusqu’à obtenir une pâte homogène. Incorporez les pépites de chocolat et les noix de pécan et mélangez à nouveau.
Déposez des cuillerées de pâte de 45g environ sur une plaque allant au four recouverte de papier cuisson, puis faites cuire dans un four préchauffé à 180° pendant 12 à 15 minutes.
Laissez refroidir les cookies sur une grille avant de les déguster !
Mais pourquoi, bon donc nous allons aussi cuisiner des... est-ce que je vous raconte ça...

jeudi 9 novembre 2017

J'ai les p'tites graines qui me travaillent ! Mon pain multi-graines et rien d'autre ou presque...

J'adooooore les graines ! Les p'tites et les grandes, le lin et la courge, le sésame qu'il soit doré ou pas et le tournesol, le chia et le pavot... J'adooooore les graines ! D'ailleurs si vous aussi vous adorez d'autres graines... à votre bonne graine m'sieur dame, n'hésitez pas à me les indiquer que j'aille les découvrir d'un bon pas.
Bon généralement mon amour immodéré pour toutes ces petites choses se limite à les parsemer, quelques fois chichement d'ailleurs, sur mes salades et mes plats, sur mes desserts ou sur mes goûter... D'ailleurs pas plus tard qu'hier j'en couvrais joyeusement un cake que vous pouvez retrouver là : Mon cake très agrumes et petites graines... un cake qui a fini très mal dans l'estomac de mes affamés domestiques.
Et puis depuis un moment j'ai la graine qui s'affole un peu, depuis que j'ai vu en me baladant sur la toile que l'on pouvait faire des pains avec des graines et... et... et presque rien d'autre ! Du coup je suis parti avec une pelle et quelques sacs à la main et je suis revenu quelques heures plus tard encore plus chargé de sacs de graines comme un pingouin après les soldes chez un marchand de sardines en boîte. Ainsi équipé je n'avais plus qu'à trouver la recette de mes rêves, la recette de ce pain avec plein plein plein de p'tites graines !
Et je l'ai trouvée chez Sarah, sur son My New Roots, un blog que je ne saurais trop vous conseiller si vous aimez la fraîcheur et la gourmandise ! Allez donc voir son Farewell to Copenhagen Carrot Cake à peine publié et qui me fait déjà furieusement de l’œil et vous comprendrez. Et c'est donc sa recette que j'ai utilisée en la mettant à peine à ma sauce mais surtout en m'inspirant des tours de main de Sarah qui permettent de réaliser ce pain avec beaucoup beaucoup de graines sans mal.
Petite précision vous pouvez modifier l'équilibre des graines et des noix, puisqu'il y a aussi des noisettes et des pistaches dans ce pain, par contre vous ne pourrez pas vous passer du psyllium puisque c'est lui qui en fait la particularité et surtout sert de liant au pain. Vous pourrez assez facilement en trouver dans vos épiceries bio ou sur la toile, je l'ai moi-même commandé chez la dame qui se prend pour une amazone...
Mon pain multi-graines et rien d'autre ou presque...
Ingrédients : 90g de graines de tournesol – 60g de graines de lin – 30g de graines de courge – 90g de noisettes entières – 30g de pistaches – 2càs de graines de chia – 4càs de psyllium en poudre (ou 3càs si vous trouvez le psyllium en graines) – 1càs de sirop d'érable – 3càs d’huile de coco – 35cl d'eau tiède – 1càc de fleur de sel ou de sel fin
Mettez les graines lin dans un mixer et donnez quelques coups pour les broyer très rapidement, ajoutez les autres graines et redonnez un coup rapide de mixer.
Hachez très grossièrement les noisettes et les pistaches, un coup en travers c'est largement suffisant, ce n'est même pas obligatoire.
Mélangez les graines du mixer, les noisettes, les pistaches et le sel dans un saladier. Mélangez dans un grand bol le sirop, l'huile et l'eau tiède et versez le tout dans le saladier. Mélangez bien bien tout ça.
Versez dans un moule à cake assez large, il vaut mieux éviter les moules moins larges sinon le pain risque de ne pas bien cuire au centre. Personnellement j'ai mis une feuille de papier de cuisine au fond du moule et j'ai beurré et fariné, Sarah elle conseille les moules souples pour que le pain tombe facilement du moule. En tout cas tassez en insistant bien avec le dos d'une cuillère à soupe.
Là, vous oubliez le tout après avoir couvert avec un torchon propre pendant au moins deux heures mais je vous conseille de le laisser comme ça jusqu'au lendemain !
A ce moment-là enfournez et faites cuire dans un four préchauffé à 180° pendant 20 minutes. Sortez alors le pain du four, faites-le tomber sur une plaque et prolongez la cuisson pendant une quarantaine de minutes. Laissez-le ensuite complètement refroidir avant de le couper en tranches assez fines et juste passé au grille-pain avec un peu de beurre salé... vous risquez à votre tour de crier j'adoooore les graines !
Mais pourquoi, bon pour le prochain j'ajoute des fruits secs ou des épices ! est-ce que je vous raconte ça...

mercredi 8 novembre 2017

Les agrumes arrivent alors autant en profiter ! Mon cake très agrumes et petites graines...

Je ne vais pas mentir en disant que j'attends que le froid me gèle les plumes du croupion de pingouin... si si ça arrive quand le froid pique vraiment vraiment que j'ai un frissonnage ou deux de passage... Je n'attends donc pas ça dans la joie pour courir chercher chez ma voisine du quatre saisons les fruits qui arrivent quand le froid est donc venu. N'empêche que la saison des agrumes s'approche et j'aime vraiment bien les retrouver ! Parce que même si on a tendance aujourd'hui à trouver des agrumes de tout temps, ces fruits-là aussi ont une saison !
Du coup en voyant les étals se couvrir de jolis citrons bergamote ou de cédrats, des lointains yuzus ou d'un de mes préféré, ces mandarines odorantes que je n'échangerai vraiment pas contre une clémentine, et encore des pamplemousses ou des kumquats, même si pour ces derniers il faudra encore attendre un peu, en les voyant donc tous arriver, j'ai subitement eu envie de les passer à la casserole !
Et comme j'ai des envies de réconfort ces derniers temps, je me suis dit qu'un joli cake aux agrumes couvert de petites graines ça serait une bonne idée pour l'heure du thé, cette heure de bonheur et de réconfort que je passe avec ma couverture en chats sur les genoux...
Mon cake très agrumes et petites graines...
Ingrédients :
Pour le cake : 150g de sucre en poudre - 210g de farine - 1 sachet de levure chimique (11g) - 150g de beurre mou - 3 œufs jaunes et blancs séparés - 100g de yaourt brassé – 4càs de graines de courge – 2càs de graines de lin – 2càs de graines de sésame – 1càs de graines de chia – 2càc de zestes râpés très finement d'agrumes mélangés (j'ai utilisé un peu de chaque agrume utilisé pour leur jus)
Pour le sirop : le jus d'1 citron jaune - le jus d'1 citron vert - le jus d'1 orange - 90g de sucre en poudre
Commencez en mélangeant les jus de tous les agrumes.
Mettez alors les graines lin dans un mixer et donnez quelques coups pour les broyer très très rapidement, ajoutez les autres graines et redonnez un coup rapide de mixer.
Continuez en préparant le cake. Fouettez vivement dans un saladier le sucre en poudre et les jaunes d'œufs, insistez bien il faut que le mélange blanchisse. Ajoutez le beurre et le yaourt et mélangez bien. Ajoutez ensuite la farine et la levure et mélangez encore. Ajoutez 4càs de jus d'agrumes et les zestes et mélangez. Incorporez alors les blancs d’œufs délicatement avec une maryse.
Versez cette pâte dans un moule à cake beurré et fariné, le mien fait 12cm sur 22, et couvrez-la avec le mélange de graines puis enfournez dans un four préchauffé à 180° pendant 50 à 55 minutes.
Pendant ce temps préparez le sirop. Versez dans une petite casserole les jus restants en vérifiant qu'il vous en reste environ 15cl, sinon complétez avec un peu d'eau, ajoutez le sucre en poudre puis mélangez le tout. Portez à ébullition à feu vif puis prolongez à feu moyen pendant environ 5minutes, le temps que le sirop épaississe un peu.
Quand le cake est prêt sortez-le du four puis arrosez-le sans attendre avec le sirop à la cuillère.
Laissez refroidir dans le moule, puis démoulez avant de servir coupé en jolies tranches.
Mais pourquoi, bon le problème avec les couvertures en chats c'est pour se l'enlever des genoux ! est-ce que je vous raconte ça...

lundi 6 novembre 2017

Hygge la vague qui nous vient du froid continue à déferler ! Et mon gâteau de Brunswick !

Je vous ai déjà parlé de cette vague qui nous arrive du nord il y a quelques temps pour la sortie du livre de Birgit Dahl La cuisine hygge paru chez Solar que vous pourrez retrouver par là : Sois Hygge et mange des Kanelsnurrers les roulés à la cannelle et à la cardamome qui viennent du nord !
Mais vous savez ce que sont les vagues, personne n'en parle jusqu'à ce que... presque tout le monde en parle ! Et donc forcément comme nous arrivons maintenant plutôt dans la deuxième période revoilà déjà le Hygge, cet art de vivre qui prône la simplicité, la convivialité, le confort et le bien-être... en d'autres mots le bonheur paisible ! Le hygge revient avec un nouvel ouvrage plein de ce bonheur venant du Nord, Desserts Hygge de Brontë Aurel chez First Editions.
Ici tout est presque dit dans le titre puisqu'il s'agit de desserts, de desserts et encore de... desserts ! d'ailleurs très joliment illustrés par les photos de Peter Cassidy. Des desserts donc mais pas n'importe lesquels, les desserts qui viennent du Nord. Et je dois dire que dans ce domaine si quelques noms sonnent à mes oreilles, il y a surtout tout un tas d'inconnus à découvrir dans cet ouvrage, des inconnus qui risquent de bientôt finir dans mon estomac tant l'appétit qu'ils provoquent me semble irrésistible.
Je vais vous passer les noms venant du Nord que je serais bien incapable de prononcer, mais j'avoue que je ne vais pas résister longtemps aux biscuits en tout genre, comme les biscuits rien ou les biscuits rêve suédois, aux gâteaux vite prêts à partager, aux petits gâteaux raffinés, telles les tartes à la crème pâtissière, et encore aux gâteaux de fête, les impressionnantes pyramides ou aux pains et viennoiseries que propose l'ouvrage !
Pas plus que je ne vais résister au meilleur gâteau du monde, c'est en tout cas ce que disent les norvégiens... et vu le résultat je pense qu'il mérite au moins un regard alléché et sans doute plus sans modération !
Si vous voulez voyager en découvrant les plaisirs du hygge en version sucrée vous avez compris que ce livre-là m'a mis l'appétit en direction du grand Nord et qu'il risque de rester ouvert fort fort longtemps dans ma cuisine ! Mais c'est à vous de voir...
Il a été encore une fois difficile pour moi de choisir et c'est un peu par hasard et beaucoup par gourmandise que j'ai finalement choisi de m’arrêter sur la recette du gâteau de Brunswick pour illustrer cet article, une recette que j'ai encore une fois remise un peu à ma sauce...
Mon gâteau de Brunswick !
Ingrédients :
Pour le gâteau : 350g de farine - 25cl de lait tiède – 25g de levure fraîche ou 15g de déshydratée – 1càc de cardamome en poudre - 45g de sucre en poudre brun et parfumé – 90g de beurre mou – 1 jaune d’œuf – quelques pincées de sel
Pour la garniture : 120g de beurre mou – 150g de cassonade – 3càs de sirop d'érable (c'est du sirop de maïs dans la version originale) – ½ càc de cannelle en poudre – 1 gousse de vanille
Commencez par le gâteau, versez dans le bol d'un robot équipé d'un crochet le lait et la levure et donnez quelques tours de robot juste pour mélanger. Oubliez le tout une dizaine de minutes.
Ajoutez alors le sucre en poudre, la cardamome et le jaune d’œuf et mélangez le tout. Mélangez la farine et le sel et ajoutez petit à petit ce mélange dans la cuve tout en faisant tourner sans arrêt le robot. Quand toute la farine est incorporée, faites tourner le robot à vitesse moyenne pendant une dizaine de minutes. Couvrez alors le bol d'un torchon et laissez lever pendant une trentaine de minutes.
Pendant ce temps vous pouvez préparer la garniture. Mettez tous les ingrédients dans un saladier, le beurre, la cassonade, le sirop, la cannelle et la gousse de vanille coupée en deux et grattée et mélangez le tout. Réservez à température ambiante.
Déposez alors la pâte du gâteau sur un plan de travail généreusement fariné et pétrissez-la un peu puis donnez-lui la forme de votre moule, le mien fait environ 22cm sur 28. Déposez la pâte dans le moule après l'avoir beurré et fariné puis faites des trous pas trop profonds dans la pâte avec le pouce, ils vont se gorger de garniture !
Couvrez alors avec la garniture à la spatule, ne vous inquiétez pas ça semble beaucoup mais j'ai déjà diminué la quantité originale d'un tiers ! Couvrez alors le tout toujours avec un torchon et laissez lever une vingtaine de minutes.
Enfournez alors dans un four préchauffé à 180° pendant 25 à 30 minutes en surveillant la cuisson.
Après vous n'avez plus qu'à laisser refroidir et vous verrez qu'attirés par le parfum redoutable de ce gâteau vos gourmands ne vont pas tarder à arriver et vous le faire disparaître !
Vous pouvez le servir comme moi avec quelques framboises et quelques traits de sirop d'érable, mais rien d'obligatoire c'est juste de la gourmandise !
Mais pourquoi, et si la Finlande était ma prochaine destination d'ailleurs... est-ce que je vous raconte ça...

dimanche 5 novembre 2017

Rencontre chez Giovanni Rana avec la famille et Claudia Compagni une styliste stylée et nos tortellini aux saveurs d'automne au menu !

Ce n'est pas la première fois que je me retrouve du côté de Véronne en compagnie de la famille de Giovanni Rana, avec le patriarche bien sûr, mais aussi Gian Luca et Antonella, puisque j'ai eu la chance plusieurs fois de travailler avec cette marque qui sait conjuguer les pâtes fraîches farcies à toutes les sauces.
Et cette fois pour nous recevoir avec quelques amis blogueurs, Antonella avait mis les petits plats dans les grands, notamment après avoir demandé à chacun de nous de réaliser un plat avec une des spécialités de la marque.
Et pour répondre à sa demande ma première difficulté a forcément été de choisir... choisir quelle spécialité de Giovanni Rana j'allais entraîner dans cette aventure, par ici on ne se rend pas toujours compte de l'étendue des gammes de la marque, et puis choisir encore, les ingrédients et tout ce qui allait me servir à « mettre en scène » mon plat... Choisir, un de mes principaux problèmes...
Et Antonella avec sa générosité habituelle, sans le savoir, avait donc contribué largement à mon trouble en étalant sur de nombreuses tables de quoi me faire hésiter pendant des heures et des heures et des heures  ! Du coup j'ai décidé de faire ce que généralement je ne fais jamais, j'ai pris presque sans réfléchir, presque... les ingrédients et les plats, les planches et les rubans, des champignons par-ci des poires par-là... et c'est les bras chargés que je me suis retrouvé face à Claudia Compagni.
Claudia est styliste culinaire, de celles qui habituellement pensent, préparent, mettent en scène et photographient les plats pour la marque mais aussi pour de très nombreuses publications, revues et livres de cuisine bien sûr. C'était une première pour moi qui suis habitué à mettre en scène seul mes assiettes et mes ambiances et je dois dire que confier ça à quelqu'un d'autre... Mais comme j'aime aussi les rencontres.
En lui confiant mes ingrédients je me demandais à quelle sauce elle allait bien pouvoir... et je l'ai donc regardée commencer à cuisiner tout ça. Et curieusement petit à petit j'ai commencé, non pas à me dire que j'aurais fait autrement, mais bien que... qu'elle était en train de lire en moi comme un livre de cuisine ouvert ! Et quand elle a terminé de me cuisiner et mettre joliment en place tout cela, et qu'elle m'a tendu mon plat je n'ai pas pu lui dire autre chose que, je n'aurais pas fait autrement ! Je crois qu'à ce moment-là j'ai vu un sourire amusé dans ses yeux...
Tortellini aux saveurs d'automne
Ingrédients : 1 paquet de Tortellini pecorino et poivre Giovanni Rana – 4 ou 5 petits cèpes – 4 tranches bien fines de lard fumé – 3 ou 4 càs de noix - 1 poire – quelques feuilles de sauge – 1càs d'huile d'olive – 10g de beurre - sel et poivre
Nettoyez bien les cèpes puis coupez-les en deux. Coupez les tranches de lard en lamelles d'environ 1cm. Coupez la poire en deux, enlevez le cœur puis coupez-la en fines tranches. Concassez grossièrement les noix.
Faites cuire les tortellini selon les indications portées sur l'emballage, attention ça va très vite ! Égouttez-les rapidement puis réservez-les le temps de préparer la garniture.
Faites chauffer le beurre et l'huile d'olive dans une grande poêle à feu assez vif et quand le tout commence à être bien chaud, déposez-y les feuilles de sauge et les tranchettes de lard. Les feuilles de sauge vont très rapidement se raidir, enlevez-les alors et laissez le lard bien colorer avant de les enlevez aussi. Faites alors dorer les champignons et les poires dans le gras qui s'est maintenant bien parfumé. Quand les champignons et les tranches de poire sont bien dorés, retirez-les de la poêle.
S'il y a un peu trop de gras, environ 1càs retirez le surplus puis ajoutez les tortellini et réchauffez-les en les remuants dans la poêle. Ajoutez alors les champignons, le lard et la poire et mélangez rapidement le tout. Servez dans les assiettes, ajoutez enfin les feuilles de sauge et les noix et terminez par un ou deux tours de moulin de poivre.
Je n'ai pas non plus réalisé les photos qui illustrent cet article, elles ont été, elles aussi, réalisées par les équipes Giovanni Rana qui ont aussi du lire en moi...
Mais pourquoi, bon et maintenant si je cuisinais quelques pâtes tout seul... est-ce que je vous raconte ça...

samedi 4 novembre 2017

Le menu de la semaine... Deux menus au... menu !

Souvent les entrées, les plats, les desserts et différentes autres petites choses qui apparaissent par ici ne sont qu'une partie de l'iceberg, souvent une petite partie, composé par mes différentes productions culinaires. Du coup, au fil des jours je mixe les recettes, publié ici ou ailleurs pour réussir à mettre à ma table quotidienne des menus que j'essaie de faire le plus équilibré possible... le plus. 
https://doriannn.blogspot.fr/2017/10/mes-ptits-muffins-la-courgette-et-que.htmlhttps://doriannn.blogspot.fr/2017/10/coup-dfraicheur-sur-la-cuisine-youfood.html
Mais forcément comme mes recettes n'apparaissent pas toutes ici, il arrive que je ne publie ici que ce qui a complété mes menus quotidiens. Par exemple, si je prépare chaque jour une jolie soupe ou deux pour un livre à venir, comme ça a été le cas cet été... oui, si j'essaie ici de tenir compte de la saison quand on prépare un livre sur la soupe à paraître en hiver, il en va tout autrement et à la maison et on mange souvent des bonnes soupes bien chaudes et réconfortantes pendant tout l'été...
Quand je suis donc en position soupe, on retrouve par ici seulement une ribambelle de desserts et quelques rares entrées... Mes soupes étant déjà presque des repas, une p'tite sucrerie de plus c'est largement suffisant pour l'accompagner ! 
https://doriannn.blogspot.fr/2017/10/soupes-repas-mon-dernier-livre-est.htmlhttps://doriannn.blogspot.fr/2017/11/manger-bon-manger-bien-avec-cook.html
Ce qui fait que, quand vous passez par ici vous pouvez vous demander si pendant quelques fois plusieurs semaines je n'ai pas décidé de caraméliser les miens ! Alors donc que ce n'est qu'une partie de mon iceberg culinaire...
C'est pour ça que j'ai décidé de vous proposer chaque samedi un ou deux menus composés à partir de mes archives, archives récentes ou plus anciennes selon les recettes que j'aurais publiées mais menus complets et surtout de saison ! Et pour commencer donc, deux menus que vous n'êtes pas obligé de suivre bien sûr, à vous de prendre un peu dans l'un, un peu dans l'autre, ou de n'en utiliser qu'une partie selon vos envies et votre appétit ! Voilà donc deux propositions d'entrées, de plats et de desserts extraites de mes recettes du mois dernier, un mois relativement équilibrés et encore de saison !
https://doriannn.blogspot.fr/2017/10/vite-vite-il-en-reste-quelques-unes-mon.htmlhttps://doriannn.blogspot.fr/2017/10/sois-hygge-et-mange-des-kanelsnurrers.html
Vous pouvez retrouver les recettes correspondantes en cliquant simplement sur les visuels.

Mais pourquoi, bon et maintenant essayer d'allumer le BBQ sous la pluie... est-ce que je vous raconte ça...