dimanche 19 mai 2019

Le veau façon gravlax au cidre de Benjamin Darnaud à ma manière...

Je croise Benjamin Darnaud depuis... Lors de notre dernière rencontre quelqu'un lui a parlé de sa lointaine participation à Top Chef et un peu comme si c'était déjà dans une autre vie, il a compté jusqu'à arriver à dire... c'était il y a dix ans, déjà ! Et c'est vrai qu'il est bien loin ce temps-là pour lui qui a connu bien d'autres expérience depuis.
J'aime bien croiser Benjamin parce que j'apprécie sa cuisine aussi inspirée que décomplexée et que je sais qu'avec lui il y a toujours autant de bonnes recettes que d'éclats de rire. Et comme je n'étais pas passé depuis longtemps dans sa maison, du coté de la rue de Lancry où il a trouvé un équilibre que le titre du lieu résume bien, Viande & chef, une boucherie donc mais pas que... Je me suis dit que c'était une bonne occasion de le retrouver pour découvrir les associations qu'il allait nous proposer entre sa cuisine et le cidre Val de Rance.
Et je dois dire que je n'ai pas été déçu, ni en terme de bonne humeur, ni de bonne cuisine !
J'ai aimé ses rillettes de veau au cidre que j'ai étalé généreusement sur du pain, j'ai croqué avec plaisir ses rouleaux de printemps au cidre et surtout surtout j'ai failli rester toute la nuit pour finir son plat de côte de bœuf accompagnée d'une salade de fenouil-citron et boulgour de raisin vinaigré au cidre ! Une recette que je vous proposerai sans doute un jour...
Et bien sûr j'ai aussi aimé son veau façon gravlax au cidre, que j'ai goûté et re-goûté sur place dans sa version aux baies de genièvre, poivre et coriandre que je vous propose maintenant dans une autre version plus personnelle !
Le veau façon gravlax au cidre de Benjamin Darnaud à ma manière...
Ingrédients :
Pour préparer : 300 à 400g de rond de sous noix de veau bien épluché (demandez à votre boucher) – 100g de sel – 200g de sucre en poudre – 5 cl de cidre brut Val de Rance – 1càc de graines de coriandre – 1càc de graines de fenouil – 1càc de baies roses - ¼ de càc de poivre en grains – 2 tiges de feuilles d'origan frais – 2 tiges de thym frais
Pour servir : 4 tige de coriandre fraîche effeuillée – 1 tige de thym frais effeuillé – 1càs d'huile d'olive
Mettez les épices, coriandre, fenouil, baies roses et poivre dans un mortier et écrasez le tout grossièrement.
Mélangez dans un saladier le sel et le sucre puis ajoutez le contenu du mortier et les herbes, l'origan et le thym. Arrosez le tout avec le cidre puis mélangez de manière à obtenir une pâte grossière. Mettez la viande dans le saladier et couvrez-la bien avec la pâte.
Là vous pouvez au choix mettre la viande dans un sachet pour la mettre sous-vide ou simplement dans un sachet congélation fermant bien. Dans les deux cas mettez-y la viande et le reste du contenu du saladier et refermez. Mettez au frais pendant 2 ou 3 jours.
Sortez la viande du sachet et passez-la rapidement sous l'eau pour la nettoyer, puis séchez-la bien.
Coupez-la alors en très très fines tranches, déposez-les sur une assiettes, en chiffonnade comme moi, ou comme un carpaccio, parsemez les feuilles d'origan et de thym et arrosez avec l'huile d'olive. Filmez et mettez au frais pendant une heure. Sortez du frigo 10 minutes avant de déguster ! 
Et comme vous avez ouvert une bouteille de cidre vous pouvez bien sûr servir le reste avec ce veau façon gravlax.
Vous pouvez retrouver Benjamin Darnaud 38 rue de Lancry dans le 10e arrondissement parisien.
« L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération. »

Mais pourquoi, surtout ne pas oublier d'acheter du plat de côte... est-ce que je vous raconte ça...

vendredi 17 mai 2019

Curry de gambas et saumon... parce que je suis toujours furieusement épicé...

Quand je dis que je vais faire un plat furieusement épicé, il y a toujours quelqu'un qui tord le nez et me dit que les plats pour lesquels il faut appeler les pompiers... eh ben c'est pas trop son truc ! Et là d'expliquer pour la 352 952 fois qu'épicé ne veut pas forcément dire que la bouche de mes convives va entrer en fusion mais juste que bien des goûts vont accompagner mon p'tit plat, bien des goûts épicés !
Forcément le piment et quelques autres petits plaisirs piquants peuvent mettre le palais en ébullition mais ce n'est vraiment vraiment pas le seul effet que peuvent provoquer les épices dans les bouches.
Elles peuvent aussi réconforter, parfumer, réjouir, ensoleiller et provoquer de bien beaux voyages lointains, lointains...
Et le curry que j'ai eu envie de préparer avec les épices Albert Ménès, un curry à préparer en quelques minutes, m'a encore une fois fait partir bien loin de chez moi juste en soulevant le couvercle de la casserole où mon petit curry commençait à frémir...
Curry de gambas et saumon
Ingrédients : 300g de gambas – 2 pavés de saumon (400g environ) – 30 cl de lait de coco – 10 cl de crème de coco – 1 gousse d’ail - 4 oignons nouveaux émincés finement – 20 g de ghee ou de beurre - 4 tiges de coriandre effeuillées – 2 feuilles de laurier – 2 càs d’amandes hachées grossièrement - 1 càc de citronnelle Albert Ménès - ½ càc de gingembre en poudre Albert Ménès - 1 càs de curry vert Thaï en poudre Albert Ménès - sel et poivre
Dans un bol, versez le lait de coco chaud, ajoutez la citronnelle et laissez infuser 1 à 2 heures puis filtrer pour récupérer seulement le lait de coco.
Faites chauffer le ghee dans une grande poêle puis ajoutez l’ail, le laurier et les 2/3 des oignons nouveaux et faites revenir le tout 3 à 4 minutes sans faire colorer.
Ajoutez le saumon coupé en cubes et faites-le rapidement colorer 2 à 3 minutes en remuant régulièrement. Ajoutez les gambas et les épices, mélangez et faites colorer les gambas rapidement.
Ajoutez le lait de coco infusé, mélangez et laissez cuire encore 2 à 3 minutes à couvert.
Servez dans les assiettes et finissez en parsemant les feuilles de coriandre, le reste d’oignons nouveaux et les amandes.
Mais pourquoi, d'ailleurs j'ai rendez-vous avec un piment moi... est-ce que je vous raconte ça...

jeudi 16 mai 2019

Mes p'tites madeleines aux framboises parce que maintenant je ne choisis plus vraiment mes recettes...

Comme bien des blogueuses... et quelques blogueurs, le moment de choisir une recette est un moment comment dire... compliqué ! Fut un temps j'étais un collectionneur compulsif de recettes à faire et je me retrouvais, je ne pense pas que je sois le seul, avec des « marque-ta-page » plein mes dizaines de livres, avec des dizaines d'onglets ouverts un peu partout sur la toile, et des bouts de recettes copiées sur des post-it, des papiers ou même certaines fois au dos de mes mains... quand tu n'as que ça, tu fais avec !
Et puis à force d'avoir des milliers de recettes en attente j'ai commencé à renoncer et à devenir très très spontané. Et maintenant quand j'ai un coup de cœur, je fais ou je ne fais pas et si je ne fais pas j'oublie, avant parfois de retomber sur la même recette et de me redemander si...
Du coup cet après-midi en passant chez Tiphaine, je passe souvent chez elle me mettre l'appétit en effroi tant ses recettes me tapent directement au ventre, donc en passant chez elle après avoir traîné dans mon jardin, je suis tombé sur ses madeleines à la confiture et là je me suis rappelé de ces premières framboises... Et comme je n'avais pas encore assez chaud j'ai allumé les fourneaux et je me suis fait madeleine !
Mes p'tites madeleines aux framboises
Ingrédients pour une vingtaine de madeleines : 120g de beurre fondu – 90g de sucre en poudre – 2 gros œufs – 2càs de lait – 150g de farine – ½ sachet de levure chimique – 1 vingtaine de framboises
Tiphaine n'a pas utilisé les ingrédients dans le même ordre que moi,parce qu'en fait je me suis trompé en suivant sa recette et ça a très bien marché... de la à penser que l'ordre...
Fouettez le beurre avec le sucre en poudre, ajoutez les œufs et le lait et fouettez encore. Ajoutez la farine tamisée et la levure et cette fois mélangez bien à la spatule.
Mettez votre pâte au frais au moins une heure.
Beurrez vos moules même s'ils sont en silicone. Avec le dos d'une cuillère à soupe tapissez-les d'un peu pâte. Déchirez une framboise en deux de manière à l'étaler et déposez-la sur la pâte. Remplissez avec de la pâte de manière à couvrir la framboise. Il faut que la pâte arrive juste à hauteur du moule.
Remplissez toutes les alvéoles de la même manière.
Avec un couteau ou une spatule ramassez tout ce qui déborde des moules, la pâte doit donc être totalement lisse à hauteur du moule.
Enfournez dans un four préchauffé à 220°, baissez de suite à 200° et faites cuire 5 minutes. Baissez ensuite à 180° et poursuivez la cuisson 5 à 7 minutes, les miennes c'était 7.
Il ne vous reste qu'à les laisser refroidir dans leur moule puis sur une grille. Ne les mettez pas trop vite sur une grille sinon elles vont prendre sa forme.

My raspberry madeleines
Ingredients for 20 madeleines: 120g melted butter - 90g caster sugar - 2 large eggs - 2 Tbsp milk - 150g flour - 5g baking powder - 20 raspberries
Beat the butter and sugar. Add the eggs and milk and beat again. Add the sifted flour and baking powder and mix with a spatula this time.
Put the batter in the fridge for an hour.
Brush the moulds with butter, even if they are made of silicone. With the back of a spoon, coat the bottom of each mould with batter. Tear a raspberry in half to make it flat and put it on the batter. Add more batter to cover the raspberry. It should just fill the mould.
Repeat with all the madeleines.
With a knife or spatula, scrape the batter that’s run out of the moulds so that it is perfectly flat and even on top, up to the rim.
Put in the oven — preheated at 220°C/430°F — and immediately turn it down to 200°C/390°F. Bake for 5 minutes and turn down to 180°C/350°F and bake for another 5 or 7 minutes. Mine needed 7 minutes.
When they’re done, let them cool down in their moulds and then on a rack. Don’t put them too soon on the rack or the wires will imprint.

Mais pourquoi, bon je râle tout de suite à cause de la chaleur ou j'attends... un peu... est-ce que je vous raconte ça...

lundi 13 mai 2019

Mon tartare printanier aux condiments... parce que j'aime condimenter ce qui se mange !

Il y a des mots que j'aime plus que d'autres en cuisine, je ne sais pas toujours pourquoi, juste parce qu'ils sonnent bien ou parce qu'ils évoquent plein de choses pour moi... le pourquoi n'est pas toujours le plus important. Et le mot condimenter fait partie de ces mots-là !
Celui-là je l'aime bien parce qu'il apporte ce qui nous importe tellement en cuisine, le goût ! Condimenter, c'est apporter quelques chose de plus, comme cette force inattendue au premier hot dog que j'ai mangé du temps de mes culottes courtes et qui m'a mis la bouche presque en feu pour la première fois de ma vie. Ce n'est pas celui-là qui m'a coûté quelques larmes étonnées au coin des yeux qui m'a fait aimer les condiments, mais c'est sans doute celui qui m'a fait comprendre à quel point ils pouvaient changer ce que l'on mangeait. Et depuis je condimente, je condimente, je...
Et en participant à un dîner printanier que nous a proposé de partager Maille, pendant lequel Sandra nous à cuisiné un joli tartare de poisson à sa façon, je me suis attrapé l'envie d'en faire un autre tout aussi printanier en version végétarienne !
Mon tartare printanier aux condiments...
Ingrédients :
Pour le tartare : ½ pomme verte – ½ pomme rouge – ¼ de fenouil – 1 douzaine de framboises – 4 tiges de menthe – 8 tiges de coriandre effeuillées – 8càs de noix - 1càs de condiment balsamique blanc Maille
Pour la sauce : 3càs de moutarde Fins gourmets pointes d'épices Maille – 4càs de crème liquide – 1càs de condiment balsamique blanc Maille – sel et poivre
Mélangez tous les ingrédients de la sauce.
Coupez les deux pommes et le fenouil en tout petits cubes, mettez le tout dans un saladier et arrosez-les avec la càs de condiment balsamique. Hachez les noix et ajoutez-les dans le saladier.
Ajoutez les feuilles de menthe et de coriandre et mélangez-les rapidement.
Arrosez de sauce et mélangez le tout. Coupez les framboises en petits morceaux.
Servez le tartare et parsemez dessus les morceaux de framboises.
Article sponsorisé
Mais pourquoi, et si maintenant je me condimentais aussi un tartare de poisson... est-ce que je vous raconte ça...

Les Shrek's cookies au thé matcha de Nicolas ! parce que dedans j'dois avoir… moins que mon âge !

C'est curieux les garçons, à partir du moment où ils portent des culottes courtes, les jambes grandissent et pendant ce temps dans la tête des fois…

Du coup en voyant les cookies de Nicolas je n'ai pas pu m'empêcher de penser à… Shrek !
Comme tout le monde j'ai mes p'tits blogs que je visite et revisite souvent. Mais j'aime aussi me perdre de blog en blog à la recherche de nouvelles inspirations, de nouvelles personnes, un blog c'est d'abord pour moi celle ou celui qui est derrière, à découvrir.
Et c'est comme ça en me baladant que j'ai découvert un jour le blog de Nicolas, Ma cuisine à moi. Et dès cette première, il a basculé de ceux rencontrés au hasard à ceux que je visite régulièrement. Il faut dire qu'en cuisine comme dans beaucoup d'autres domaines les affinités font que l'on se sente mieux avec certains qu'avec d'autres, et nos cuisines ont, je trouve, d'incontestables affinités, différentes mais aussi avec comme un parfum qui se ressemble. En plus comme j'ai eu la chance de le rencontrer du côté de Barcelone et que le garçon a les mêmes qualités que sa cuisine…
Et l'autre jour en passant chez lui, en voyant ses cookies au thé matcha, je me suis dit ceux-là il me les faut… peut-être en imaginant qu'un monstre vert viendrait les partager avec moi…
Les Shrek's cookies au thé matcha
Ingrédients : 120g de chocolat blanc haché assez grossièrement – 30g de pistaches émondées hachées très finement (presque en poudre) – 45g de sucre en poudre – 45g de cassonade blonde – 1 œuf – 120g de beurre mou demi-sel - 180g de farine – 1càc rase de levure chimique – 1càs de thé matcha (donc en poudre)
Versez le beurre mou dans un saladier, ajoutez les sucres et mélangez bien. Ajoutez l'œuf et mélangez encore puis ajoutez la farine, la levure, le thé matcha, le chocolat et presque toutes les pistaches et mélangez bien le tout une dernière fois. Vous pouvez bien sûr faire tout ça avec votre robot.
Filmez et mettez au frais une bonne demi-heure. 
Faites alors des petites boules d'environ 60g, j'ai toujours eu un faible pour les gros cookies (les gros sur la photo font 90g... et le petit devant 30g). 
Ecrasez-les légèrement et disposez-les sur une plaque couverte de papier de cuisson. 
Répartissez le reste de pistaches hachées sur les cookies. Faites cuire une quinzaine de minutes (un peu plus pour les 90g) dans un four préchauffé à 180°. 
Après attendez au moins que les cookies soient tièdes,  ou froids… mais je vous préviens, résister jusqu'à ce qu'ils soient froids, c'est difficile ! Après thé et...
Et surtout n'hésitez pas à aller voir la version de Nicolas plus furieusement matcha et bien sûr ses autres recettes !

Mais pourquoi, bon et après le vert si on passait au rose… est-ce que je vous raconte ça…

lundi 6 mai 2019

Mes travers de porc marinés au cidre brut... parce que la saison des barbecues est ouverte !

Généralement les barbecues fleurissent dans les jardins dès que la chaleur fait monter le mercure vers le rouge flamboyant et quand à la fin de la journée on a toutes les chances d'avoir la même couleur qu'un homard à point ! Chez moi il en va un peu autrement, puisque forcément mettre un pingouin sous un soleil de plomb, ce n'est pas vraiment conseillé à moins de vouloir le retrouver bouillu foutu transformé en flaque d'eau...
Du coup j'ouvre la saison des barbecues souvent beaucoup plus tôt que mon voisinage que je vois quelquefois lever le nez en se demandant d'où peuvent provenir ces effluves de sardines qui viennent leur titiller le museau. Bon maintenant je suis plus raisonnable que du temps où même la pluie ne m'arrêtait pas pour essayer de lancer une flambée, enfin ce sont les échecs qui m'ont rendu raisonnable, mais donc une petite fraîcheur, comme ces derniers jours, ne m'arrête vraiment pas, il fait tellement bon au coin du barbecue !
Et pour ouvrir cette saison j'ai eu envie d'un des grands classiques du barbecue, le travers de porc ! Un travers associé au cidre brut Val de Rance, un cidre qui ne manque ni de corps, ni de parfums, un cidre que j'ai donc associé dans la marinade et qui l'accompagnera aussi dans les verres !
Mes travers de porc marinés au cidre brut...
Ingrédients : 1 travers de porc d'environ 1k500 – 20cl de cidre brut Val de Rance – 1oignon nouveau – 3 gousses d'ail - 10cl de ketchup – quelques gouttes de Tabasco – 1càs d'huile d'olive – 1càs de miel liquide – ½ càc de paprika – 2 tiges de thym effeuillées – 3 feuilles de laurier - sel et poivre
Coupez le travers de porc en trois ou quatre morceaux puis quadrillez le coté chair.
Coupez en tranches fines l'oignon nouveau, écrasez les gousses d'ail avec le plat d'un couteau.
Versez dans un grand bol, le cidre, l'oignon et l'ail, le ketchup et le tabasco, l'huile d'olive, le miel, le paprika, le laurier et le thym, salez, poivrez et mélangez.
Posez les morceaux de travers dans un grand plat, couvrez les travers avec une partie de la marinade, retournez la viande et versez le reste de marinade.
Filmez le plat et placez au réfrigérateur pendant 4 heures. Vous pouvez également préparer cette marinade la veille.
Préparez un barbecue bien chaud. Égouttez la viande, posez-la sur la grille et faites-la dorer assez rapidement. Remettez la viande dans la marinade et laissez baisser la température de votre barbecue. Remettez alors la viande sur la grille et faites-la cuire une vingtaine de minutes en la retournant régulièrement en surveillant bien la cuisson. La viande ne doit plus dorer mais cuire à cœur.
Vous pouvez mettre le reste de marinade dans une casserole et la laisser réduire un peu en la posant dans un coin du barbecue.
« L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération. »
Article sponsorisé

Mais pourquoi, je devais pas me fumer le filet au barbecue moi d'ailleurs... est-ce que je vous raconte ça...

dimanche 5 mai 2019

Nos petits biscuits et pâte à sucre... Parce que cuisiner à deux c'est quand même mieux !

Je cuisine beaucoup beaucoup beaucoup, je l'ai déjà dit par ici et je cuisine très très très souvent seul. Bon je ne compte pas celles qui me tiennent compagnie pendant ces journées, mes trois charmantes bestioles à pattes et à poils, parce que même si nous discutons de biens des choses, quand je reviens sur nos parlotages, c'est surtout moi qui parle et elles qui écoutent...
Du coup quand on vient sonner la porte de ma cuisine avec l'intention d'y cuisiner en ma compagnie forcément j'en ai mon croupion de pingouin qui n'en peut plus de frétiller ! Et cette fois c'est Kate que vous pouvez retrouver sur son blog joliment sucré, Do You Cake, qui est venue frapper à ma porte avec quelques paniers bien garnis et la ferme intention, j'étais consentant et même demandant, de m'entraîner à la découverte de la pâte à sucre...
Utiliser la pâte à sucre demande de la précision, un peu d'ordre, et de la... précision, des choses dont je ne suis pas forcément le mieux équipé ! Mais Kate est patiente et dégage une bonne humeur terriblement contagieuse, heureusement, ce qui fait que j'ai pu la suivre, beaucoup moins vite qu'elle, un peu moins précisément qu'elle... un peu ! Et après bien des rires et des parlotages où cette fois je n'étais pas celui qui parlait le plus, et bien sûr de la cuisine partagée, à la fin de l'après-midi nous avions quelques très jolis biscuits, mes premiers pas dans la pâte à sucre !
Une première avec elle qui j'espère ne sera vraiment vraiment vraiment pas la dernière...
Nos petits biscuits et pâte à sucre...
Ingrédients :
Pour les biscuits : 280g de farine – ½ càc de levure chimique – ¼ càc de sel – 120g de beurre à température ambiante – 200g de sucre en poudre – 1 œuf – 1càc d'extrait de vanille
Pour les décors : De la pâte à sucre blanche, rouge et verte – des toutes petites billes de sucre blanches
Mélangez dans un saladier la farine, la levure et le sel.
Fouettez le sucre et le beurre dans le bol d'un batteur jusqu'à ce que le tout soit bien mousseux.
Ajoutez l’œuf et l'extrait de vanille dans le batteur et incorporez le tout.
Tout en fouettant doucement ajoutez alors la farine peu à peu.
Roulez la pâte en boule, écrasez-la et emballez le disque dans du film alimentaire au moins deux heures ou jusqu'au lendemain.
Sortez la pâte du frigo et laissez-la se réchauffer un peu pendant une dizaine de minutes.
Étalez la pâte sur votre plan de travail légèrement farinée au rouleau à pâtisser sur une épaisseur d'environ ½ cm. Découpez les biscuits à l'aide d'un emporte-pièce d'environ une dizaine de centimètres de diamètre et déposez-les sur une plaque couverte de papier sulfurisé. Recommencez tant qu'il y a de la pâte.
Enfournez une quinzaine de minutes dans un four préchauffé à 160° jusqu'à ce que les bords soient dorées.
Quand les biscuits sont cuits laissez-les complètement refroidir.
Malaxez la pâte blanche, il faudra faire de même avec chaque pâte à sucre, sinon elle est trop dure, puis étalez-la finement. Découpez des cercles de la même taille que les biscuits. Badigeonnez un peu d'eau au pinceau un côté de la pâte à sucre et posez ce côté sur le biscuits. Appuyez légèrement de manière à bien les faire adhérer.
Malaxez, étalez puis découpez à l'emporte-pièce une fraise dans de la pâte rouge et collez-la de la même manière. Et faites de même pour ajoutez les feuilles en pâte à sucre verte.
Terminez en ajoutant des toutes petites billes de sucres pour décorer les fraises, là il faut de la précision et de la patience ! Et surtout avoir l'aide de Kate...
Mais pourquoi, et la prochaine fois opération cornes de gazelles... est-ce que je vous raconte ça..

vendredi 3 mai 2019

Mes cinnamon roll pancakes... parce que le matin peut être aussi gourmand que joyeux !

Le matin est un vrai problème pour moi, même si depuis que j'ai quitté l'adolescence, donc il y a fort fort longtemps, je ne me réveille plus à des heures où les autres finissent leur goûter... Bon comme en ces temps lointains je me couchais souvent à l'heure où les autres prenait leur premier café, il fallait bien compenser. Néanmoins, même si maintenant je me lève beaucoup beaucoup plus tôt, c'est toujours avec la sensation que je ne devrais pas avoir les fesses posées sur une chaise si tôt matin, mais bien être enroulé en boule sous ma couette comme l'escargot dans sa coquille.
Du coup il m'arrive d'être pendant ces premiers moments, un peu absent.
Il me faut alors deux choses pour que ma journée démarre dans le bon sens, du café pour connecter mes neurones, un petit déjeuner étonnant, gourmand et joyeux, pour que mes neurones, enfin vivant, se mettent à trouver que la journée risque d'être bien belle !
C'est ce que j'ai essayé de préparer ce matin pour accompagner le jus pétillant pomme nature de Sous le Pommier. Une marque qui propose donc ce pétillant mais aussi jus de pomme nature et jus pomme poire, des jus produits du côté de la Bretagne, garantis sans pesticide, insecticide, herbicide, fongicide et sans ajout de sucre ni additif. Du fruit, du fruit, que du fruit donc !
Et en cherchant ce qui irait bien avec ce jus pétillant aux pommes je me suis dit que la cannelle... C'est comme ça que quelques temps plus tard ma table du petit déjeuner se couvrait de jolis cinnamon roll pancakes et de bien d'autres petites choses pour commencer cette journée qui semblait donc devoir être bien belle !
Mes cinnamon roll pancakes...
Ingrédients :
Pour les pancakes : 150g de farine – 2càc de levure chimique – 25cl de lait – 1càs d'huile de colza (ou d'une autre huile « neutre ») - 1 œuf – du beurre pour cuire les pancakes
Pour coller dessus : 45g de beurre fondu – 75g de sucre brun en poudre – ½ càc de cannelle en poudre
Pour coller dessus dessus : 1càc de blanc d'œuf – ½càc d'extrait de vanille – 3 ou 4 càs de sucre glace
Commencez en préparant la pâte à pancake. Mélangez dans un saladier la farine et la levure chimique. Ajoutez le lait, l'huile et l'œuf battu et mélangez le tout jusqu'à obtenir une pâte homogène.
Mélangez ensuite dans un bol le beurre fondu, le sucre brun et la cannelle. Laissez reposer un peu et re-mélangez vivement. N'hésitez pas à recommencer jusqu'à ce que le mélange commence à blanchir.
Mélangez enfin dans un autre bol le blanc d'œuf, l'extrait de vanille et le sucre glace.
Mettez le sucre parfumé à la cannelle dans une poche à douille munie d'une douille fine. Certains utilisent un sac plastique et coupent l'extrémité d'un angle pour remplacer la poche à douille.
Faites chauffer une poêle à feu moyen, versez une belle louche de pâte, ça fait des pancakes très généreux en taille, vous pouvez bien sûr les faire plus petits. Faites une spirale de sucre parfumé à la cannelle sur le dessus de la pâte et laissez cuire le pancake jusqu'à ce que le dessous soit joliment doré.
Retournez alors le pancake vivement et laissez-le colorer également de ce côté. Si le sucre disparaît c'est normal ! Il a été en grande partie absorbé par les pancakes et la spirale reste visible en creux. Nettoyez rapidement à la poêle entre chaque pancake avec du papier absorbant.
Recommencez avec le reste de la pâte, encore une fois les miens étaient très généreux donc j'en ai fait 5.
Une fois tous déposés sur les assiettes vous pouvez les arroser avec le mélange au sucre glace, à votre goût !
Mais pourquoi, et si on parlait de l'heure du goûter maintenant... est-ce que je vous raconte ça...

lundi 29 avril 2019

Mes ch'tis financiers... parce que j'aime bien la chicorée !

C'est curieux comment une odeur ou un goût peut vous marquer même si l'histoire que vous partagez avec n'a pas forcément bien commencé... C'est un peu ce qui s'est passé entre moi et la chicorée !
Je crois déjà en avoir parlé par ici... A l'époque de mes culottes courtes, ma mère faisait le plus mauvais café du monde en faisant bouillir dans une grande casserole d'eau du café grossièrement moulu et de la chicorée en grain et en te tournant tout ça à la cuillère en bois jusqu'à ce que ça prenne une couleur... comment dire... maronnasse, ça correspond assez bien, avant de filtrer le tout.
Ce n'était pas bon, ça ressemblait à du café avec un drôle de goût qu'on aurait lavé à grande eau, le matin c'était notre quotidien avec plein de lait. On se fait à tout... surtout quand on n'a pas le choix.
Et pourtant même si je ne trouvais pas ça bon du tout, j'aimais déjà l'odeur de cette chicorée que je trouvais plus douce que le café qui me semblait alors bien âcre... j'ai bien changé depuis.
Et c'est une odeur que j'ai toujours aimé retrouver, enfin sous une autre forme !
Si vous ouvrez mes placards il y a d'ailleurs toutes les chances que vous tombiez face à face avec un flacon de chicorée liquide entre quelques autres choses... Une chicorée que j'aimais juste avec du lait chaud, mais ça c'était avant comme disait l'autre, quand je buvais encore du lait. Une chicorée qui accompagne maintenant régulièrement mes pâtisseries familiales, cake ou cheesecake, ganache ou mousses.
Et aujourd'hui comme je viens de découvrir une nouvelle chicorée liquide Avec plaisir ! Avec plaisir c'est la marque mais aussi ce que je me suis dit en goûtant cette nouvelle venue estampillée bio, et cultivée, séchée, torréfiée et conditionnée en France. Et comme j'aime autant la chicorée que les financiers...
Mes ch'tis financiers...
Ingrédients : 1 ou 2càc de chicorée liquide - 150g de beurre doux - 45g de poudre d'amande – 45g de poudre de noisette - 180g de sucre glace – 60g de farine – 150g de blanc d'œuf – des noisettes entières (je vous conseille d'utiliser plutôt des noisettes émondées)
Passez la poudre d'amande et de noisette au mixer, et comme je ne voulais pas qu'elle finisse en pâte collée aux parois de l'engin je l'ai mélangée avec le sucre glace avant de mixer le tout et ça a bien fonctionné.
Mettez le beurre dans une poêle et faites-le grésiller à feu assez vif jusqu'à ce qu'il devienne noisette. Attention noisette pas noir, sinon on recommence ! Ensuite filtrez-le. Pour cela j'utilise une passoire couverte de gaze, ça permet de récupérer toutes les impuretés.
Mettez dans un saladier le sucre glace mélangé avec les poudres d'amande et de noisette et la farine et mélangez bien le tout.
Ajoutez les blancs d'œufs et mélangez, ne fouettez pas, mélangez. Ajoutez le beurre et la chicorée liquide et mélangez de nouveau. Laissez reposer le temps d'un café tranquille, une demi-heure au moins.
Déposez la pâte dans des petits moules ronds. Personnellement je beurre même si ce sont des moules en silicone. Et déposez une noisette sur chaque financier, pas la peine de l'enfoncer, elle va faire ça comme une grande pendant la cuisson.
Enfournez dans un four préchauffé à 180° pendant une douzaine de minutes. Le temps dépendant comme toujours du four et du moule vérifiez après votre première fournée.
Recommencez autant de fois que nécessaire.
Laissez tiédir ou refroidir et mangez sans attendre c'est comme ça que c'est meilleur, enfin en ce qui me concerne mais il ne faut pas oublier que les financiers étaient des gâteaux de voyage donc qui se gardent aussi... enfin si vous résistez !
Mais pourquoi, tiens ça fait longtemps que je n'ai pas fait un ch'ti cheesecake... est-ce que je vous raconte ça...

samedi 27 avril 2019

Pains à burger l'ultime recette... Obsession quand tu nous tiens !

J'ai en cuisine des p'tites obsessions, je tente, je tente... Et souvent je suis content du résultat de ces tentatives mais aussi souvent en pleine période de joie, alors que j'ai mon croupion de pingouin qui frétille sauvagement, j'entends une petite voix à peine perceptible au début. Et puis j'y prête plus attention et là je l'entends me dire... et si... et si... tu pouvais faire mieux encore !
Alors je recommence une fois, deux fois, dix fois... certaines recettes.
C'est comme ça que, par exemple, je suis depuis fort fort longtemps à la recherche du riz cantonais de mes rêves, d'un cookie aussi chewy que croustillant et de l'ultime recette de pain à burger. De ces buns, moelleux en diable, dans lesquels je pourrais y mettre... ça je verrai plus tard quand j'aurai enfin ma recette, La recette.
Et en me baladant sur la toile, je suis tombé sur les pains à burgers d'une gourmande chez qui j'aime passer parce que ses recettes parlent directement à mon estomac et parce que Tiphaine ressemble à ce qu'elle cuisine. Une cuisine fraîche, sans artifices inutiles, inspirée et donc foutument gourmande... Du coup quand j'ai lu dans son article, je pense avoir mis la main sur le graal ! En parlant d'un buns de rêve qu'elle traque aussi. Je me suis dit qu'il fallait que je tente de déguster ce graal histoire de voir si nous avons vraiment les mêmes goûts...
Pains à burger l'ultime recette...
Ingrédients : 500 g de farine T55 - 8g de levure déshydratée (Tiphaine utilise 15g de levure fraîche de boulangerie) - 7g de sel fin – 30g de sucre en poudre – 20cl d'eau tiède (environ 30°) – 6cl de lait tiède (environ 30°) – 60g de beurre à température ambiante – 1 œuf – 1 jaune d'œuf – des graines de sésame et des graines de courge
Versez dans la cuve d'un batteur muni d'un crochet, l'eau, le lait et la levure, donnez quelques tours de batteur pour mélangez le tout et laissez comme ça une dizaine de minutes.
Ajoutez l'œuf rapidement battu et le sucre en poudre et donnez quelques tours de batteur.
Ajoutez la farine puis le sel et faites tourner le batteur jusqu'à ce que la pâte soit formée puis poursuivez pendant trois minutes de plus.
Ajoutez alors un tiers du beurre toujours en faisant tourner le batteur à petite vitesse, quand il commence à entrer dans la pâte, montez un peu la vitesse jusqu'à ce que le beurre disparaisse dans la pâte. Recommencez de la même manière pour incorporer les deux autres tiers de beurre restant.
Continuez de battre la pâte pendant une dizaine de minutes.
Formez alors une boule avec la pâte, déposez-la dans la cuve, couvrez-la d'un film alimentaire et laissez reposer une paire d'heures.
Découpez la pâte en 8, j'ai essayé d'en faire un plus gros mais en 8 c'est déjà bien.
Repliez les morceaux de manière à obtenir des jolies boules puis faites-les rouler sous la paume de la main pour finir de les former.
Déposez-les au fur et à mesure sur une plaque couverte de papier sulfurisé. Ecrasez-les alors, dès que vous les posez sur la plaque, avec le plat de la main, il faut bien écraser.
Quand toutes les boules sont sur la plaque couvrez d'un torchon et laissez lever une nouvelle paire d'heures.
Fouettez le jaune d'œuf avec 2 càs d'eau et badigeonnez les boules de pâte au pinceau. Parsemez alors les graines de sésame ou de courge.
Enfournez dans un four préchauffé à 190° pendant une quinzaine de minutes, ils doivent alors être joliment dorés. Laissez-les alors refroidir sur une grille.
Là vous n'avez plus qu'à chercher ce que vous allez mettre dedans !
Mais pourquoi, et si... et si... est-ce que je vous raconte ça...