vendredi 24 mars 2017

Hop hop direction le Salon du Livre ! Je vous attends là-bas !

Si je ne suis pas en retard dans quelques minutes je pars pour le Salon du Livre, où à l'invitation du Salon, avec quelques autres Pascal Ory, sociologue de la culture et de l’alimentation, Christine Lambert, auteure de "Tu ne mettras point de glaçons dans ton whisky" et Tatiana Levha, cheffe au restaurant Le Servan... nous allons discuter autour d'un bien drôle de thème, « La cuisine, ça fait mauvais genre ! »... une rencontre qui sera sera animée par Karine Papillaud, journaliste au Point.
Et tout cela se passe donc bien sûr au Salon du Livre sur la Scène Cuisine et Bien-être (U 68) entre 15 et 16h. Et après je serai en dédicace avec mon p'tit dernier paru chez Larousse, Dorian, père au foyer 5 bouches ¾... vous connaissez la suite ! juste juste après...
Alors si vous passez par-là n'hésitez pas à venir me voir, peut-être à discuter avec nous ou juste juste me faire un p'tit signe de la main et ça c'est déjà tellement bien ! Alors à tout à l'heure !

Mais pourquoi, ne pas oublier mon entrée... ne pas oublier... est-ce que je vous raconte ça...

mercredi 22 mars 2017

Un Régal aux œufs ! Cinq recettes pour vous mettre l’œuf dans l'assiette sinon rien...

Après les crêpes c'est donc autour de l’œuf que la rédac'chef et l'équipe de Régal  m'ont demandé de plancher. Et comme l’œuf a toujours été un de mes petits plaisir au quotidien forcément... En plus je dois dire que j'ai toujours un plaisir qui me fait presque rougir de joie à tourner les pages de Régal en y trouvant mes p'tites recettes !
Du coup des œufs, des œufs depuis l'entrée nichés dans des avocats ou dans leur moule à muffins en passant par des plats, en navettes croustillantes ou voyageant du côté de l'Ecosse jusqu'au dessert avec une recette en trompe l’œil. Donc des recettes d’œufs d'ici ou d'ailleurs mais des œufs et encore des œufs à tous les étages ! Et si vous voulez retrouver ces recettes vous pouvez bien sûr feuilleter le dernier numéro du magazine ou simplement cliquer sur les visuels pour retrouver les recettes sur les pages du site de Régal !
http://www.regal.fr/recettes/entrees/oeufs-cocotte-au-fromage-et-aux-herbes-13075
 http://www.regal.fr/recettes/entrees/oeufs-en-nid-davocat-13072http://www.regal.fr/recettes/entrees/petits-pains-navettes-farcis-aux-oeufs-13073
 http://www.regal.fr/recettes/entrees/le-veritable-scotch-egg-13074
http://www.regal.fr/recettes/desserts/biscuits-sables-de-paques-13076
Mais pourquoi, je me demande comment je préfère les œufs... je les aime surtout souvent finalement ! est-ce que je vous raconte ça...

mardi 21 mars 2017

Mon gâteau très très z'agrumes ! Parce que j'aime les z'agrumes !

Souvent avec les enfants j'évite de parler du temps d'avant du temps où j'avais leur âge ou un peu moins parce que souvent ils me regardent alors avec des yeux tout ronds, un peu comme si je leur disais que j'avais l'habitude de prendre le thé avec Louis XIV pendant mon enfance... enfin des fois je me demande s'ils ne me voient pas même plutôt traquer le sanglier avec Clovis... C'est dire s'ils m'imaginent vieux !
Du coup je leur ai bien dit une fois ou deux que chez nous les oranges c'était un truc plutôt rare et que ça nous paraissait exotique mais comme en plus de me trouver bien bien vieux, ils m'ont aussi regardé comme si je venais de tourner un remake des misérables, j'ai vite laissé tomber... N'empêche qu'alors on avait alors l'exotisme plus restreint et que les agrumes nous paraissant quand même venir de pays bien bien lointains... mais bon ça c'était avant !
Et depuis, quand la belle saison n'est pas arrivée, j'ai toujours tendance à me cuisiner l'agrume, le citron et l'orange et aujourd'hui bien d'autres ! Comme aujourd'hui un gâteau à qui j'ai décidé de donner un côté très très z'agrumes !
Mon gâteau très très z'agrumes !
Pour le gâteau : 240g de beurre mou – 240g de sucre en poudre – 4 œufs - 300g de farine à gâteau – 60g d'écorce de citron confit
Pour le dedans : 20cl de crème liquide entière bien froide – 120g de mascarpone – 2càs de lemon curd – 4càs de jus de citron – 4càs de sucre en poudre
Pour le dessus : du sucre glace
Commencez en préparant le gâteau ou plutôt les gâteaux puisqu'il en faut deux. On peut aussi ne faire qu'un gâteau et le couper en deux mais je trouve que plus le gâteau est gros moins il cuit au centre pendant que les côtés eux commencent à brûler...
Hachez très finement les écorces de citron confit.
Mettez dans la cuve d'un batteur le beurre coupé en cubes et le sucre en poudre et fouettez jusqu'à faire blanchir le mélange. Ajoutez les œufs un par un et mélangez bien entre chaque œuf. Après les œufs, ajoutez la farine et mélangez bien jusqu'à obtenir une pâte onctueuse.
Ajoutez l'écorce decitron et mélangez une dernière fois.
Séparez la pâte en deux de mettez-en la moitié dans un moule beurré et fariné d'environ 22cm de diamètre. Enfournez pendant 35minutes. Quand le premier gâteau est cuit démoulez-le et laissez-le refroidir sur une plaque pendant que vous faites cuire le suivant. Laissez aussi refroidir le 2e une fois cuit.
Quand les gâteaux sont bien froids préparez un sirop. Faites chauffer le jus de citron et le sucre dans une petite casserole jusqu'à ce que le sucre soit bien fondu puis retirez du feu.
Enlevez le sommet du dessus des deux gâteaux puis arrosez-les avec le sirop.
Vous pouvez alors vous occuper de la chantilly.
Fouettez ensemble la crème liquide et le mascarpone jusqu'à obtenir une chantilly bien ferme. Ajoutez alors la marmelade et remuez, ne fouettez pas sinon la chantilly risque de retomber.
Vous pouvez utiliser une poche à douille ou une cuillère, en tout cas étalez la chantilly sur un des gâteaux, sur le côté coupé puis déposez l'autre par dessus, le côté coupé aussi vers la chantilly.
Terminez en saupoudrant le dessus avec du sucre glace bien généreusement.
Vous pouvez déguster !
Mais pourquoi, je vais peut-être éviter de leur expliquer les anciens francs... déjà que les nouveaux... est-ce que je vous raconte ça...

lundi 20 mars 2017

Mon apéro Tomme de Savoie au pesto parce que j'ai croisé une Tomme sur les routes de... Savoie !

J'ai toujours aimé aller me balader sur les route de par ici ou de plus loin pour aller voir de plus prêt comment les gens qui s'occupent de ce qu'on met dans nos assiettes, vivent et préparent toutes ces choses que nous dévorons donc ensuite. Parce que c'est finalement c'est seulement comme ça que l'on sait de quoi les choses sont faites. Et puis toutes ses personnes sont souvent accueillantes et prêtes à vous ouvir leur porte et leurs ateliers parce qu'ils ont envie de montrer et de partager...
Et cette fois c'est donc sur les routes de Savoie que je me suis retrouvé avec une joyeuse bande de blogueuses et de blogueurs, Alex, Delphine, Laétitia et David, et nos gentils accompagnateurs, une joyeuse bande quoi ! Mais ça je vous en reparlerai en vous montrant un peu tout ce que nous avons découvert là-haut.
Aujourd'hui j'ai juste enviede partager une première recette attrapée quand Alexandra à commencé à parler de Tomme de Savoie et de pesto... A ce moment-là le traqueur de recette que je suis c'est dit, celle-là je ne risque pas de l'oublier ! et à peine revenu je sens qu'elle va très vite venir se poser sur ma table à l'heure de l'apéritif ! Et aussitôt dit aussitôt fait voilà donc ma version d'une recette toute toute simple à grignoter en bonne compagnie !
Mon apéro tomme de Savoie au pesto
Ingrédients : 1 ou 2 belles tranches de Tomme de Savoie d'environ 1cm d'épaisseur – 3 ou 4 tiges de basilic effeuillé – 6 belles feuilles d'ail des ours – 2càs d'amandes effilées – 6cl d'huile d'olive – sel et poivre
Préparez le pesto. Mettez dans un petit mixer le basilic, l'ail des ours et les amandes et mixez le tout assez finement. Ajoutez l'huile, salez et poivrez et mixez de nouveau. Versez le pesto dans un bol.
Coupez le fromage en jolies cubes, il faut des jolies cubes pour bien sentir aussi le goût de la Tomme. Mettez les cubes de fromage dans un saladier et ajoutez 1 ou 2 càs de pesto, il n'en faut pas trop juste pour qu'il vienne parfumer le fromage, puis mélangez bien. La il n'y a plus qu'à servir en parsemant s'il vous en reste quelques feuilles de basilic sur le fromage.
Mais pourquoi, c'est curieux mais j'ai une vielle chanson dans la tête... une chanson du Tom Tom Club... est-ce que je vous raconte ça...

dimanche 19 mars 2017

Mon Kalecannon parce que la cuisine irlandaise ne craint pas d'être revi... remise à ma sauce !

Je n'ai jamais aimé le verbe revisiter, même avant que la cuisine ne s'en empare et le mette à toutes les sauces... Parce qu'aujourd'hui en cuisine on revisite à tour de bras, on revisite les pâtisseries, on revisite les entrées et les plats... C'est à croire que l'ingrédient ou la préparation qui n'a pas été revisité mérite à peine de rester dans nos assiettes. Et pourtant ces « revisitations » donnent d'après moi certaines fois des résultats bien moins intéressants que l'original.
Parce qu'en plus de revisiter, on déstructure aussi certaines fois au passage et la jolie tarte au citron ou le généreux pâté en croûte ne ressemble parfois plus qu'à des petits tas de chaque ingrédient juste étalé le long de l'assiette. Je n'aime pas les revisitations mais pour autant je n'ai jamais pensé que la cuisine devait rester figée, enfermée dans les carcans de la tradition parce que je pense toujours qu'il faut s'amuser en cuisine. Ce n'est peut-être qu'une histoire de mots et de manière de faire finalement...
Et donc pour cette nouvelle balade irlandaise j'ai eu envie de mettre à ma sauce le colcannon en le faisant devenir un kalecannon !
Mon kalecannon
Ingrédients : 800g de pommes de terre à purée (difficile de trouver par ici des pommes de terre irlandaises du coup j'ai utilisé des …) - 30 cl de lait – 60g de beurre demi-sel – 150g de kale – 2 oignons nouveaux – 2 càs de graines de courge - poivre
Commencez en préparant la purée. Faites cuire les pommes de terre sans les éplucher dans une grande casserole d'eau salée jusqu'à ce qu'elles soient bien bien cuites, comptez une quinzaine de minutes. Épluchez-les puis passez-les au presse-purée. Remettez la purée dans la casserole faites doucement chauffer et ajoutez le lait bien chaud en remuant vivement. Ajoutez ensuite 45g beurre coupé en morceaux toujours en remuant vivement. Si vous avez un excès de courage vous pouvez même fouetter la purée en fin de préparation.
Occupez-vous ensuite du kale et des oignons. Enlevez les côtes des feuilles de kale et coupez-les en bandes d'environ 1cm. Emincez assez finement les oignons nouveaux.
Faites chauffer les 15g de beurre restant dans une sauteuse et quand il est chaud faites-y revenir le kale à feu bien vif en remuant presque constamment pendant 3 minutes. Ajoutez les trois quarts de l'oignon et poursuivez la cuisson 2 minutes en remuant souvent. Retirez du feu, poivrez puis remuez.
Versez la purée dans un plat puis le mélange de kale à l'oignon et mélangez le tout, pas la peine d'insister. Il ne vous reste plus qu'à parsemer sur le dessus les oignons mis de côté et les graines de courges et à déguster en regrettant que la Saint Patrick ne se déroule qu'une fois par an.
Vous pouvez retrouver la recette correspondant au visuel ci-dessous, un autre colcammon à ma manière simplement en cliquant sur la photo.
http://doriannn.blogspot.fr/2012/05/direction-lirlande-parce-que-le-premier.html
Mais pourquoi, une Saint Patrick par mois ça serait mieux non ? est-ce que je vous raconte ça...

samedi 18 mars 2017

Naan et curries, petit voyage dans la cuisine indienne et mon curry patates douces et chou-fleur !

La cuisine et moi c'est une vieille histoire, presque la plus vieille dans le domaine de la cuisine, comme je l'ai déjà raconté par ici, puisque mon premier livre de cuisine était déjà un ouvrage consacré aux recettes de par là-bas. Un livre que j'ai cuisiné, cuisiné, cuisiné... au point qu'un jour j'ai même commencé à le cuisiner, un jour d'étourderie, une habitude chez moi, où le fameux livre était posé sur ma gazinière quand je l'ai allumée...
Et depuis forcément je continue à m'intéresser à la cuisine qui vient de là-bas en attendant qu'un jour j'aille y voir de plus près. Comme souvent c'est donc d'abord dans les assiettes que mes voyages se déroulent et cette fois encore, c'est un bien joli voyage que j'ai découvert à travers les pages de Naan et curries, le dernier venu de Sandra Salamandjee paru chez Mango.
Je ne vais pas vous cacher que Sandra est une amie, ceux qui passent par ici le savent depuis longtemps, à force de croiser quelques unes des recettes que j'ai eu la chance de faire avec elle et mes lectures répétées de ses ouvrages. Mais la qualité de ses livres ne tient pas à ça, seulement au talent de cette cuisinière à nous proposer une cuisine indienne sur un fil tendu entre tradition et modernité ! Et encore une fois c'est le cas à travers ces deux incontournables de la cuisine indienne, les naans et les curries, les plats et le pain avec lequel on va aller traquer la moindre trace de sauce au fond de l'assiette.
Les pains dans son ouvrage sont variés, depuis les plus classiques, au fromage ou à la viande hachée jusqu'aux moins connus, puri ou idli et les curries sont aussi à cette image, nous rappelant notamment que cette cuisine-là est une des plus belles cuisines végétariennes, une autre manière de montrer que certaines modernités s'ancrent bien dans d'autres traditions ! Alors n'hésitez pas, si comme moi l'Inde qui se mange vous met l'appétit au garde à vous, à ajouter le nouveau livre de Sandra à votre collection de livres culinaires en attendant le prochain !
Et moi pour illustrer ce livre j'ai justement eu envie d'une recette végétarienne du curry à la patate douce et au chou-fleur que j'ai mise un peu à ma sauce...
Mon curry de patate douce et de chou-fleur
Ingrédients : 2 patates douces – 400g de chou-fleur – 40cl de lait de coco – 1càs de concentré de tomate – 10cl d'eau – 2càc de curry (Sandra utilise du curcuma) – 2càc de farine – 1càc de graines de fenouil – 1càc de graines de cumin – 1càc de graines de moutarde – 1douzaine de feuilles de curry – 2càs d'amandes – quelques feuilles de menthe – 1cive - 2càs de ghee - sel et poivre
Commencez à peler puis couper la patate douce en cubes et détailler le chou-fleur en bouquets.
Mélangez les légumes, mélangez le curry et la farine et versez sur les légumes et mélangez.
Faites chauffer le ghee dans une grande sauteuse et mettez-y les légumes après leur avoir enlevé l'excès de farine épicée.
Laissez à feu assez vif jusqu'à ce que les légumes commencent à colorer.
Mélangez l'eau et le concentré de tomate puis versez dans la sauteuse, ainsi que les graines de fenouil, de cumin et de moutarde et les feuilles de curry. Mélangez bien sur le feu pendant 2 ou 3 minutes.
Ajoutez le lait de coco et mélangez avant de baisser un peu le feu. Couvrez et prolongez la cuisson une douzaine de minutes en remuant de temps en temps. Il faut que les légumes soient cuits à point mais pas trop!
Juste avant de servir parsemez sur le curry les amandes grossièrement hachées, les feuilles de menthe et la cive assez finement émincée.
Mais pourquoi, bon les voyages dans les assiettes c'est bien mais... est-ce que je vous raconte ça...

mercredi 15 mars 2017

Mes Irish shortbreads... En attendant la Saint Patrick !

C'est bientôt la Saint Patrick et en cherchant sur la toile quelle recette de par là-bas, d'Irlande, j'allais bien pouvoir vous proposer en attendant, j'ai fini par tomber sur une recette de shortbread... de shortbread irlandais. Une recette qui avait tout pour me plaire.
Sur le coup j'ai bien senti que ces deux mots... enfin qu'il y avait quelque chose qui me semblait curieux sans trop réussir à trouver pourquoi j'avais un petit vélo qui commençait à tourner en me disant donc que quelque chose... Et puis j'ai annoncé fièrement chez moi que j'allais faire des shortbread pour la Saint Patrick et là Marie juste dit ah bon il est écossais celui-là ?
Mais c'est bien sûr ! que je me suis dit, c'est ce qui me semblait curieux habituellement le shortbread est pour moi; certes un plaisir aussi fondant que croustillant mais surtout écossais ! Alors je suis parti chercher ce qui faisait la particularité de ceux qui venaient d'Irlande et c'est au détour d'une recette de David Lebowitz que cette différence m'est apparue, que j'ai vu la lumière, le beurre bien sûr ! Le beurre irlandais qui donne son goût particulier à ces shortbreads qui pouvaient maintenant devenir irlandais !
Mes Irish shortbreads...
Ingrédients : 180g de farine – 60g de Maïzena – 90g de sucre en poudre, plus un peu pour la fin – 210g de beurre demi-sel irlandais bien froid (vous pouvez bien sûr aussi utiliser un beurre doux) – ½ càc d'extrait de vanille
Mettez dans la cuve d'un batteur la farine, la Maïzena et le sucre en poudre et fouettez rapidement juste pour mélanger les ingrédients. Ajoutez ensuite le beurre coupé en morceaux et l'extrait de vanille et faites tourner le tout à petite vitesse jusqu'à ce qu'une pâte commence à se former, elle doit à peine commencer à se former, n'insister pas trop. Si votre beurre est bien bien froid ça va prendre un petit moment mais ne vous inquiétez pas ça va finir par s'amalgamer.
Retirez la pâte et étalez-la dans un moule à tarte de préférence avec un fond amovible, d'environ 24cm beurré et fariné. Pour étalez la pâte écrasez-la avec la paume de la main puis lissez doucement toujours à la main.
Enfournez une cinquantaine de minutes à 150° en surveillant, il ne faut pas que ça brunisse trop.
Sortez du four et à ce moment-là découpez des parts, j'aurais dû faire des parts plus petites, j'en ai fait 8 mais je pense que 12 c'est bien aussi. Coupez délicatement c'est encore très chaud et assez friable.Une fois découpé vous pouvez saupoudrer assez généreusement la pâte avec du sucre en poudre. Laissez alors complètement refroidir. Vous n'avez plus ensuite qu'à démouler et vous verrez ils sont bien bons ces shortbreads... irlandais !

Mais pourquoi, bon et le jour d'après encore l'Irlande ? est-ce que je vous raconte ça...

lundi 13 mars 2017

Et si je refaisais une balade dans la cuisine irlandaise ? Irish scones aux fruits secs !

J'ai quelques pays qui font particulièrement battre mon cœur et mon estomac... je me suis d'ailleurs souvent demandé si chez moi, à l'intérieur, seuls deux ou trois organes fonctionnaient, le cœur, l'estomac et éventuellement un bout d'cerveau. Quoi qu'il en soit de intérieur il y a des pays qui comptent plus que d'autres, et l'Irlande en fait forcément partie.
Il faut dire que depuis des années je me balade avec un bout de caillou attrapé par là-bas, souvenir d'une promenade sur les terres irlandaises, un bout de pierre qui avec le temps a pris bien des coups. Parce que pour ceux qui ne l'auraient pas encore remarqué je ne suis pas le garçon le plus attentif du monde à ses petites affaires et comme le caillou en question voyage dans une des poches, il a le voyage qui n'est pas de tout repos. Et avec les années il a donc perdu en route quelques parties mais il continue de m'accompagner jours après jours.

Du coup cette semaine où l'Irlande va fêter la Saint Patrick, et pas que l'Irlande d'ailleurs, j'ai quelques camarades qui subitement se sentent très irlandais, eux aussi devant une pinte le 15 mars de chaque année... Donc cette semaine je me suis dit qu'une petite balade dans la cuisine de là-bas, ça serait une bonne idée !
Et pour commencer cette semaine, une petite gourmandise, pour le thé, pour le petit-déjeuner, pour... de nombreuses occasions au final, des scones avec quelques fruits secs dedans, croquants et sentant le bon beurre d'Irlande !
Irish scones aux fruits secs !
Ingrédients : 320g de farine – 45g de sucre en poudre -1càc de baking powder (que vous trouverez très facilement dans une enseigne... anglaise) – 30g de raisins secs et autant de cranberries (ou juste l'un ou l'autre ou des myrtilles séchées c'est bien aussi) – 90g de beurre de préférence irlandais (on trouve assez facilement la marque Kerrygold en grande surface) -1 œuf – 12cl de lait (normalement c'est du buttermilk mais par ici... d'où l'ingrédient suivant) et un peu de lait de plus pour badigeonner les scones – 1càc de jus de citron
Commencez en vous occupant du lait. Mélangez-le avec le jus de citron et laissez reposer une dizaine de minutes, le lait va alors épaissir.
Mélangez dans un saladier la farine, le sucre en poudre, le baking powder et les fruits secs. Ajoutez le beurre coupé en morceaux et mélangez du bout des doigts jusqu'à obtenir un sablé grossier, pas la peine de trop insister.
Mélangez le lait qui a donc épaissi et l’œuf et ajoutez tout ça dans le saladier. Mélangez le tout, rapidement n'insistez pas non plus. Étalez la pâte de manière à avoir un rond de pâte d'environ 3 ou 4 cm d'épaisseur. Coupez la pâte avec un cercle d'environ 7cm de diamètre et déposez vos ronds de pâte au fur et à mesure sur une plaque couverte de papier sulfurisé. Quand vous ne pouvez plus couper la pâte roulez-la en boule, étalez-la de nouveau et découpez de nouveaux scones tant que ça sera possible, j'en ai fait une dizaine.
Badigeonnez les scones avec le lait puis enfournez dans un four préchauffé à 180° pendant 25 à 30 minutes.
Une fois vos scones joliment dorés vous pouvez les laisser refroidir sur une grille le temps de vous demander avec quoi vous allez bien pouvoir les tartiner...
Mais pourquoi, d'ailleurs ça fait longtemps que je n'ai pas mis les pieds par là-bas... est-ce que je vous raconte ça...

samedi 11 mars 2017

La guinguette d'Angèle testée et... Chou-fleur et carottes parfumés croustillants !

Depuis quelques temps je ressors un peu de ma grotte culinaire et je retourne même jusqu'à la capitale pour y respirer un peu l'air du temps. Et en me promenant un peu dans quelques quartiers je me suis rendu compte que l'offre de ce qui se mange debout, assis et sans doute un jour couché est en train de changer à vitesse grand V dans certaines rues de notre capitale.
Peu à peu les p'tits bistrots de quartiers et les jambons beurres se font rares et apparaissent de plus en plus de drôles de petites boutiques souvent furieusement bio et vertes et quelquefois même tirant sur le vert vert, le végan. Dans ces nouveaux endroits on découvre souvent des jeunes gens, des filles et des garçons, dans l'air du temps qui font une cuisine qui a le même air...
Et du coup je me suis dit que ça serait peut-être une bonne idée d'en parler de temps en temps par ici et de dire en toute partialité, l'impartialité dans le domaine de la bouffe personnellement je n'y crois qu'à moitié, ce qui rentre par la bouche étant tellement personnel... Donc ça ne sera que mon avis sur un tout petit bout de ce que l'on peut trouver dans ces endroits en espérant que ça vous donnera envie ou pas d'y aller voir à votre tour.
Et la première adresse que j'ai eu envie de tester c'est La Guinguette d'Angèle, une des deux guinguettes d'ailleurs puisqu'elles sont maintenant deux, que j'ai donc testée et... furieusement approuvée !
La première fois, je suis passé devant sans même trouver la guinguette, il faut dire que si on n'y prête pas attention, on peut facilement passer à côté du 34 de la rue Coquillière tant l'endroit est petit, tout tout petit. Enfin on peut le louper quand ce n'est pas l'heure des repas parce qu'à cette heure-là par contre, difficile de louper la queue de mangeurs qui s'alignent sur le trottoir. D'ailleurs ne vous inquiétez pas de cette queue, le service est aussi rapide qu'aimable !
Et donc un jour suivant je me suis arrêté là et j'en suis reparti avec deux jolis plats, un dhal de lentilles vertes à la patate douce, au potimarron et au lait de coco, avec des oignons et du garam massala et la lunch box du jour composée quinoa aux amandes, poulet chirashi, crème de petits pois à la menthe, patate douce rôtie aux épices… J'aurais pu aussi repartir avec soupe et boisson et quelques autres petits plaisirs parce que tout me faisait envie, mais pour une fois j'ai été raisonnable... Et tout ça à un prix très raisonnable compte tenu de la qualité puisque pour un menu complet vous vous en tirez pour 12euros.

Une fois devant les plats, j'ai trouvé que tout ça était terriblement frais, joliment épicé et si je n'avais pas retenu les miens j'aurais pu à peine goûter... 
Adresse donc testée et furieusement approuvé ! Et comme je suis reparti aussi avec le livre d'Angèle Ferreux-Maeght Délicieusement Green paru chez Marabout ça m'a donné envie de mettre à ma sauce une des recettes de la jolie et talentueuse cuisinière !
Chou-fleur et carottes parfumés croustillants !
Ingrédients : 1 petit chou-fleur – 6 petites carottes nouvelles – 1 belle poignée d'amandes (dans la recette originale c'est 2 poignées) – 2càs de graines de courges – 2càs d'un mélange de petites graines (tournesol, sésame, lin...) - 1càc de thym frais - 2càs d'huile d'olive - poivre
Pour le gomasio : 20g de graines de sésame doré – 4g de gros sel
Commencez en préparant le gomasio. Versez les graines de sésame et le sel dans une poêle et faites rapidement dorer le tout quelques minutes. Quand les graines commencent à sauter dans la poêle c'est signe qu'il faut l'enlever ! Mettez le tout dans un mixer et mixez grossièrement.
Vous aurez trop de gomasio, donc réservez-le dans un pot et gardez-le dans un endroit sec, vous verrez que vous trouverez vite de nombreuses occasions de l'utiliser.
Coupez le chou-fleur en bouquets et coupez les carottes en deux dans la longueur. Faites-les rapidement cuire dans une grande casserole d'eau, rapidement c'est 2 ou 3 minutes pas plus et égouttez-les bien.
Mettez les légumes dans un plat à four. Arrosez avec l'huile d'olive et mélangez.
Hachez très grossièrement les amandes, mélangez-les avec les graines de courges et les autres graines et parsemez le tout sur les légumes. Couvrez d'une feuille de papier de cuisson puis d'une autre d'alu et mettez dans un four préchauffé à 180° pendant 15 à 20 minutes selon que vous aimiez croquant ou pas. Retirez les papiers puis passez sous le grill, j'ai oublié ce passage dans mon plat et ça manquait... et faites rapidement dorer, très rapidement ! Ensuite il n'y a plus qu'à assaisonner avec le gomasio et le thym et éventuellement 1càs d'huile d'olive de plus et à déguster.
Vous pouvez retrouver les Guinguettes d'Angèle pour le Take away au 34 rue Coquillière et 2 rue du Général Renault dans le 11è, un nouvel endroit où vous pourrez d'ailleurs vous poser pour y déjeuner. Et surtout vous pouvez découvrir les menus qui changent tous les jours sur la page Facebook de la Guinguette là : Demandez le menu !

Mais pourquoi, en plus j'aime bien l'idée de la guinguette... est-ce que je vous raconte ça...