samedi 18 août 2018

Mes trois recettes de tiramisu sont dans le nouveau Cuisine Actuelle de septembre !

Mes aventures culinaires m'ont conduit à avoir bien des occasions que je n'aurais jamais imaginées le premier jour, ce jour curieux où en trois clics j'ai ouvert ma cuisine virtuelle. Il faut dire que côté clic je n'étais pas très doué à l'époque... et aujourd'hui encore... et que la toile restait alors pour moi une sorte de nébuleuse que je n'identifiais pas très bien et dont surtout je n'imaginais pas où elle irait, ni elle, ni moi d'ailleurs. 
C'est peut-être parce que ça ne m'a paru avoir aucune conséquence que le dernier clic que j'ai fait répondait à cette curieuse question, voulez-vous valider votre blog ? A ce moment-là, comme pour me prévenir de ce qui pourrait arriver j'ai cru lire voulez-vous vraiment vraiment vraiment valider votre blog...
Cheesecake tiramisu café
Et c'est donc comme ça que presque 13ans plus tard, j'ai eu la chance de faire une foultitude de rencontres, d'écrire une vingtaine de livres et de voyager dans la presse culinaire, celle qui finalement me tient tellement à cœur, celle dont les écrits finissent sur du papier... Et depuis quelques temps j'ai maintenant rejoint Cuisine Actuelle où je tiens une rubrique où je peux m'amuser à mettre à ma sauce différentes recettes, souvent classiques, enfin avant mon passage...
Bâtonnets glacés au tiramisu
Ce mois de septembre vous pourrez ainsi retrouver dans les pages de ce numéro haut en goûts et couleurs trois recettes où je m'amuse avec le tiramisu ! Cheesecake tiramisu café, Bâtonnets glacés au tiramisu, Mon petit tiramisu matcha vegan sont au menu et vous pourrez donc les retrouver dans les pages du magazine... et je vous souhaite un bon appétit !
Mon petit tiramisu matcha vegan
Mais pourquoi, l'année prochaine ça fera deux septennat... je me demande si je vais me représenter pour un troisième... est-ce que je vous raconte ça...

mardi 14 août 2018

Tarte tatin aux pêches blanches au goût d'enfance... Parce que les enfants aimeront s'en souvenir... j'espère !

Les pêches comme les tomates, comme les cerises... enfin comme quelques autres petites choses, représentent vraiment vraiment l'été ! Et forcément je reste comme un suricate aux aguets devant les étals en attendant qu'elles arrivent. Et si j'ai récemment découvert de nouvelles variétés qui m'ont mis l'estomac en position dévoreur, je garde une petite affection particulière pour les pêches blanches...
Et comme je sens que l'été est déjà à deux doigts de nous filer entre les mains, je n'ai pas voulu le laisser passer sans faire une tarte aux pêches... une tarte tatin aux pêches blanches avec un goût d'enfance pour qu'eux aussi se souviennent que l'été c'est le temps des pêches et qu'il faut toujours profiter des choses avant qu'elles...
Tarte tatin aux pêches blanches au goût d'enfance...
Ingrédients :
Pour le caramel : 90g de sucre en poudre - 60g de beurre - 10cl de crème liquide entière - quelques pincées de fleur de sel
Pour le reste : 6 jolies pêches blanches assez fermes – 12 pralines roses – 1 rouleau de pâte sablée
Commencez par le caramel. Versez le sucre en poudre dans une casserole et ajoutez 2càs d'eau et puis faites cuire pendant environ 5 minutes jusqu'à ce que le tout prenne une jolie couleur caramel.
Retirez alors du feu et ajoutez le beurre en morceau en fouettant puis la crème bien chaude toujours en fouettant et en faisant très attention aux projections. Réservez.
Coupez la pâte à la taille de votre moule, vous pouvez ajouter un petit demi centimètre de diamètre.
Coupez 5 pêches en 2 et la dernière en quartiers, ils vous serviront pour combler les trous autour des demi-pêches, ôtez le noyau puis pelez-les délicatement.
Dans le fond d’un moule d'environ 22cm de diamètre, versez la moitié du caramel, répartissez les pêches par-dessus de façon à ce qu’elles occupent tout l’espace. Servez vous des quartiers pour bien combler tous les espaces
Enfournez dans un four préchauffé à 210° durant 5 minutes puis sortez du four.
Déposez la pâte sur les pêches en rentrant les bords de la pâte si possible vers l’intérieur puis piquez la pâte avec une fourchette. Attention de ne pas vous brûler, le moule est bien sûr... chaud.
Faites cuire de nouveau une quinzaine de minutes.
Laissez refroidir 3 minutes, déposez une assiette sur la pâte et au-dessus d’un bol penchez l’ensemble légèrement afin de faire couler l’excédent de liquide. Attention, ce qui va couler est chaud chaud ! donc prudence !
Laissez de nouveau refroidir pendant 3 minutes puis retournez l’ensemble et ôtez le moule délicatement, laissez tiédir ajoutez pralines roses hachées par-dessus et servez en accompagnant du caramel restant.
Mais pourquoi, tiens je n'ai pas encore mangé de cerises cette année moi... est-ce que je vous raconte ça...

samedi 11 août 2018

Carpaccio de melon chèvre et miel et petit retour sur mes recettes au melon...

L'été a été encore une fois très melon par ici, ça devient une habitude avec le retour des melons Le Rouge Gorge, et les petites recettes que je prépare avec. Et donc aujourd'hui une dernière recette pour cette saison avec une nouvelle fois l'envie de voir le melon sortir de ses préparations et de ses présentations habituelles ! Puisqu'il s'agit pour cette fois de donner un air de carpaccio à notre melon ensoleillé !
Vous pourrez retrouver les autres recettes proposées cet été simplement en cliquant sur les visuels.
Carpaccio de melon chèvre et miel
Ingrédients : ½ melon Le Rouge Gorge – ½ crottin de chèvre bien sec – 1càs de pignons de pin – 2 ou 3 tiges de basilic effeuillées (prenez-le de préférence à petites feuilles) – 3càs de miel liquide - 1càs d'huile d'olive – 1càc de citron vert – du zeste citron vert - sel et poivre
Coupez le melon en deux et enlevez les graines. Pelez le melon puis coupez-le en tranches très fines.
Déposez les fines tranches de melon sur une assiette en les disposant en « chiffonnade » comme sur le visuel. Taillez le fromage en copeaux avec un économe au-dessus de l'assiette.
Mélangez le miel liquide, l'huile d'olive et le citron vert dans un bol, salez, poivrez et mélangez encore. Versez le tout sur le melon.
Hachez grossièrement les pignons et parsemez-les sur l'assiette, parsemez aussi les feuilles de basilic et le zeste de citron vert. Dégustez sans attendre.
Vous pouvez retrouver de nombreuses autres recettes de melon sur le site Le Rouge Gorge ainsi que sur la page Facebook des melons toujours mûrs à point là : Le Rouge Gorge
Article sponsorisé
 
Mais pourquoi, bon l'été n'est pas fini on peut encore manger du melon un bon moment... est-ce que je vous raconte ça...

vendredi 10 août 2018

Le cookie géant vegan d'Estelle cuit à la... au four !

Des fois quand je tombe sur une recette au détour de mes voyages sur la toile, il arrive qu'elle réponde à plusieurs de mes préoccupations en même temps. Tiens par exemple, après qu'elle m'ait fait un joli clin d’œil sur son compte Instagram, je suis repassé par le blog d'Estelle et je suis tombé en pâmoison devant son cookie géant végan cuit à la poêle. D'abord parce qu'il a provoqué quelques bruits subits dans mon estomac, signe d'une furieuse mise en route de mon appétit, mais aussi parce qu'une de mes merveilles n'ayant pas un four digne de ce nom, elle recherche donc des recettes à réaliser sans... four ! Du deux en un parfait donc... enfin au premier abord...
Sauf que moi j'suis un gazier depuis toujours, ce qui veut dire que je cuis au gaz à la flamme vive et que ces gâteaux cuits à la poêle demandent beaucoup beaucoup de délicatesse !
Bon je suis un garçon très très délicat mais ma gazinière est plus forte pour saisir, frire et faire sauter que pour la flamme en douceur. Du coup je me suis gratté la barbe, parce que le cookie en question me faisait furieusement envie, et j'ai commencé à imaginer un procédé me permettant de le cuire quand même sans four même si j'ai bien senti que la tâche allait... c'est à ce moment-là, tout à ma réflexion qu'au loin il m'a semblé qu'une de mes petites voix intérieures essayait de me dire quelque chose...
Alors j'ai commencé à me faire la pâte pendant que je menais ma recherche et que je me suis d'abord dit qu'un p'tit diffuseur sous la poêle... pas encore assez ! Alors un p'tit diffuseur et au-dessus un bain marie et la poêle, c'est bien ça un bain marie que je me suis dit ensuite pendant que je versais les ingrédients dans un saladier.
Oui mais l'eau, l'eau risquait de me vaporiser le cookie ! Et si je ne mettais pas d'eau... hein pas d'eau c'est bien ! Curieusement plus je malaxais la pâte, plus je sentais la tension monter, c'est qu'il fallait que je trouve quand elle serait prête ! Un p'tit diffuseur, un bain marie sans eau, une poêle, un couvercle et une... une couverture dessus ! C'est bien ça non ? Non ! Elle va brûler la couverture si elle tombe dans le feu... Et plus je m'emballais et moins j'entendais ce que disais la p'tite voix du dedans...
Et quand à la fin j'étalais un peu nerveusement la pâte, les yeux proches de la sortir leur orbite, un peu de farine... un peu partout et la sueur prête à dégouliner du nez ! J'ai trouvé enfin ! Un p'tit diffuseur, un bain marie sans eau une poêle et moi j'me le couve sur le couvercle en tenant la couverture dessus ! J'vais me le couver le cookie ! J'vais...
J'étais prêt à crier victoire quand je me suis demandé ce qu'elle disait finalement la p'tite voix alors je l'ai écouté me répéter... S'il te fait si envie fais le four couillon... fais-le au four... couillon !
Des fois je tombe sur une recette qui répond parfaitement à une de mes préoccupations... me réjouir l'appétit !
Le cookie géant vegan d'Estelle cuit à la... au four !
Ingrédients : 90g de purée d'amande complète bio - 45g de muscovado en poudre - 120g de farine T65 bio - 60g de poudre d’amandes - 20g de graines de chia – 6g de levure chimique – 12cl de crème d'avoine – 1 pincée de sel – 4càs de noisettes (sans la coque ! Précise Estelle) – 30g de chocolat noir (ou au lait)
Commencez en concassant le chocolat noir et les noisettes grossièrement.
Mélangez ensuite dans un saladier la purée d'amande, le muscovado et la crème d'avoine et dans un autre la farine, la poudre d'amande, les graines de chia, la levure chimique et le sel. Mélangez ensuite le contenu des deux saladiers.
Étalez votre pâte en disque sur une plaque couverte de papier sulfurisé, un cercle d'environ 20cm, la pâte ne s'étalant pas c'est la taille qu'aura votre cookie, si vous vous voulez faites plus large mais il sera plus fin.
Parsemez alors le chocolat et les noisettes et appuyez un peu sur la pâte pour faire rentrer tout ça dedans. Ensuite il suffit de couver... de mettre dans un four préchauffé à 180° pendant 18 à 20 minutes selon le degré de cuisson souhaité.
Et si vous voulez vous le tenter à la poêle allez chez Estelle, elle a plein de conseils à vous donner en plus, c'est là : Cookie vegan géant sans four
Mais pourquoi, bon couver l'cookie faut quand même y réfléchir... est-ce que je vous raconte ça...

mardi 7 août 2018

Ma salade de concombre parfumée ! Et voyage en Thaïlande en compagnie d'une affamée !

Parler de livres de cuisine, de livres de recettes est quelque chose d'assez difficile tant la première chose qu'on attend c'est de savoir s'il est bon... Et dire qu'un livre est bon sans l'avoir dégusté en entier... Parler du livre d'Anne Coppin Food Trotter Thaïlande paru aux éditions Umai n'est pas difficile, c'est presque impossible !
J'ai eu beau essayer, essayer et ré-essayer, je ne sais pas par quel bout prendre ce livre tant il est riche, divers, gourmand, passionnant... en un mot indispensable et pas seulement si vous projetez d'aller en Thaïlande, juste si les mots cuisine et Thaïlande s'associent dans votre esprit à un moment ou un autre, il vous est déjà indispensable.
J'ai eu la chance, moi qui voyage plus souvent dans mes assiettes que dans la réalité, d'aller par là-bas pendant quelques temps et je peux avouer que j'ai plus appris sur cette cuisine en quelques pages, je n'ai pas encore complètement terminé son ouvrage, que lors de tout mon séjour et pourtant j'en ai vu et j'en ai goûté... des choses et des choses.
Parce que ce livre est tout à la fois livre de voyage bien sûr, mais aussi d'histoire et d'histoires, de conseils, sur les plats les plus thaïs, les plus savoureux, les plus... sur les manières dont est cuisiné tout ça et même sur les manières de manger. Mais encore aussi un fantastique voyage dans les ingrédients et les marchés et la street food et... et une mine de conseils et d'astuces, pour acheter, pour conserver, pour repérer les bons restaurants, pour... et si je ne m'arrête pas je vais remplir des pages et des pages... riche, divers, gourmand et passionnant que je vous dis !
Et si je n'ai pas réussi à vous transmettre ma passion pour le livre d'Anne, prenez-le en main et ouvrez la page 374, et vous verrez que son sourire, lui, finira de vous convaincre et vous partirez avec le livre et le même sourire... vous partirez chez vous ou en Thaïlande qui sait !
Et pour illustrer cet article, par les temps qui courent par chez nous, j'ai eu envie d'une salade à ma manière avec quelques ingrédients de par là-bas, une salade tout en fraîcheur et parfums... comme une invitation à voyager une nouvelle fois...
Ma salade de concombre parfumée
Ingrédients : 1 petit concombre bio de par ici – 4càs de cacahuètes salées – 2 oignons nouveaux - 2 tiges de basilic thaï – 2 tiges de menthe effeuillées – 2càs d'huile neutre – 1càs de jus de citron vert – 1càc de nam pla (ou de nuoc nam) - ½ càc de sauce sriracha (comme toujours l'indispensable L'intrépide) – Et si vous ajoutez un piment pour autre chose que faire joli comme moi, hachez-le finement !
Coupez le concombre en fines tranches, hachez grossièrement les cacahuètes et émincez finement les oignons nouveaux.
Mélangez dans un bol l'huile, le jus de citron vert, le nam pla et la sauce sriracha.
Déposez dans un plat les tranches de concombre, l'oignon et les herbes en les alternant. Arrosez de sauce puis terminez en parsemant les cacahuètes. Dégustez sans attendre.
L'ensemble des photos sont extraites de mon déplacement par là-bas...
Mais pourquoi, bon et retourner en Thaïlande en évitant la saison très très trop chaude c'est une idée... est-ce que je vous raconte ça...

lundi 6 août 2018

Et si on retrouvait le goût de l'échalote ? Salade tiède de pommes de terre et béarnaise très échalote !

J'ai toujours eu une faiblesse pour l'échalote sans doute à cause de sa jolie couleur et de son goût relevé et doux en même temps, un peu comme si elle amenait un peu de douceur dans un monde de brutes, dans le monde de l'oignon qui trop souvent la remplace à mon avis... enfin même si l'oignon est aussi mon ami en cuisine.
Et pour utiliser les petites échalotes tradition qui m'attendaient tranquillement accrochées au frais j'ai eu envie de retrouver une sauce que bien des cuisiniers craignent, la sauce béarnaise ! Il faut dire que celle-là a fait trembler bien des amateurs, moi le premier, avec son sabayonage qui peut quelquefois tourner à l'omelette et ainsi terminer tout espoir de sauce onctueuse.
Et pourtant avec un peu de patience et d'habitude cette sauce-là ne résiste pas aux cuisiniers du quotidien que nous sommes et surtout surtout pourrait bien se retrouver dans bien d'autres plats qu'une simple viande grillée. C'est en tout cas ce que je vous propose aujourd'hui en préparant une salade tiède, à manger dès que la fraîcheur sera revenue, de pommes de terre et béarnaise très échalotes !
Mais avant d'attaquer la salade et la béarnaise direction le beurre clarifié qui servira à confection la sauce !
Beurre clarifié
Ingrédients : 250g de beurre (c'est beaucoup plus qu'il n'en faut pour la sauce mais c'est plus facile comme ça et ça se garde très bien au frigo!)
Mettez le beurre dans une petite casserole et faites-le fondre à feu tout doux ou au bain marie si vous ne voulez pas prendre de risques, pendant 15 à 20 minutes. Petit à petit la caséine du beurre va remonter et former une mousse et le petit lait lui va tomber au fond. Là encore deux solutions, écumer le dessus à la cuillère puis verser délicatement la partie jaune du beurre dans un récipient et laisser le petit lait au fond de la casserole. Ou comme moi de verser le tout délicatement dans un tupperware en plastique, après au frais jusqu'au lendemain. Enfin vous grattez le dessus pour enlever l'écume vous démoulez et vous enlevez le petit lait, il faudra aussi sans doute gratter un petit peu et vous obtenez alors un joli pain de beurre clarifié comme sur ma photo (enfin comme vous le voyez une petite goutte de petit lait était restée enfermée...) !
Une fois le beurre clarifié prêt, réservez-en 10cl pour la sauce et 3cl pour faire sauter les pommes de terre, et le reste au frais !
Salade tiède de pommes de terre et béarnaise très échalote !
Ingrédients : 6 échalotes traditionnelles –500g de petites pommes de terre primeur d'origine France –  2 jaunes d’œufs mélangés avec 2càs d'eau – 4 tiges d'estragon – 8 tiges de cerfeuil – 7,5cl de vin blanc sec – 2,5 de vinaigre de cidre – 15cl de beurre clarifié - sel et poivre
Commencez en préparant les pommes de terre. Portez à ébullition une grande casserole d'eau salée et faites cuire les pommes de terre pendant 8 à 10 minutes à reprise d'ébullition, pas la peine de les éplucher, il suffit juste de les laver rapidement.
Coupez alors les pommes de terre, faites-les dorer dans une poêle bien chaude avec 5cl de beurre clarifié puis réservez-les.
Effeuillez les herbes puis hachez-les toutes séparément. Ne jetez surtout pas les tiges !
Hachez finement toutes les échalotes.
Mettez 10cl de beurre clarifié à fondre tout doucement.
Mettez les tiges des herbes et un tiers des échalotes dans une casserole avec le vin blanc et le vinaigre et un peu de poivre, et faites réduire le tout jusqu'à ce qu'il vous reste environ 2càs de liquide. Retirez alors les queues des herbes et laissez tiédir le liquide.
Ajoutez les œufs battus avec l'eau et remettez à feu tout doux, il faut que vous puissiez toucher la casserole sans vous brûler sinon c'est trop chaud ! Et fouettez, fouettez, fouettez ! Vous allez alors voir le tout devenir mousseux puis onctueux, quand vous soulevez le fouet et que ça forme un ruban c'est à point !
A ce moment-là on retire du feu et on ajoute les 10cl de beurre clarifié en filet tout en fouettant, là vous allez obtenir normalement une jolie émulsion... la sauce est presque prête ! Vous n'avez plus qu'à ajouter un autre tiers de l'échalote et la moitié des herbes et à remuer une dernière fois.
Vous pouvez alors mettre deux belles cuillères à soupe de sauce au fond des plats puis les pommes de terre et enfin parsemer dessus les échalotes et les herbes restantes !
Et si vous aussi vous êtes très échalotes vous pouvez retrouver d'autres recettes et apprendre bien des choses sur le site de l'échalote traditionnelle !
Mais pourquoi, bon et si on s'attaquait à d'autres sauces ? est-ce que je vous raconte ça...

dimanche 5 août 2018

A l'ombre du figuier il fait bon surtout avec ma salade de melon jambon burrata et basilic à la main...

Si le sol n'était pas aussi loin de mes... enfin si je n'avais pas le genou un peu fatigué, je passerais sans doute beaucoup beaucoup plus de temps avec les fesses dans l'herbe à l'ombre d'un figuier. Bon enfin peut-être pas tant que ça, mais plus en tout cas, j'oublie toujours que l'herbe comme le reste de la nature peut être hostile voir très hostile !
Tiens, pour ceux qui ne croiraient pas que c'est le cas, je me souviens encore du jour où je devisais les pieds dans l'herbe et le nez levé et... et... Vous avez sans doute déjà ressenti cette drôle de sensation qui... on ne sait pas vraiment quoi ni comment mais on sent que quelque chose ne semble pas aller comme elle devrait. On se demande alors quoi, on regarde un peu autour pour voir si par hasard un satellite ne serait pas en train de finir sa vie dans votre direction et puis non rien de ce côté, rien vers le haut, rien ni derrière, ni devant, rien sur les côtés non plus.
Et pourtant la sensation devient de plus en plus présente, elle devient même irritante, grattante, démangeante ! Alors je me suis dit regarde tes pieds, il ne reste plus que ça des fois qu'une taupe soit en train de se gratter la couenne sur ta chaussure. Et c'est la que j'ai vu une de mes jambes changer de couleur, un peu comme si je me remontais une chaussette, enfin plutôt comme si la chaussette remontait toute seule ! Une chaussette avec plein plein de petite pattes qui semblait décidée à coloniser ma jambe, une chaussette composée au moins de la moitié de la fourmilière sur laquelle j'avais mon pied posé depuis que je devisais...
Vous imaginez si ce n'est pas le pied que j'avais mis là mais autre chose en m'asseyant pour me déguster le melon ! Quand je vous dis que la nature peut être cruelle !
Ma salade de melon jambon burrata et basilic
Ingrédients : 1 melon Rouge Gorge - 4 tranches très fines de jambon de Parme - 2 tiges de basilic effeuillées – 1 burrata - 2 càs d’huile d’olive – 1càc de vinaigre balsamique – sel et poivre
Mélangez dans un bol l'huile d'olive, le vinaigre balsamique, du sel et du poivre.
Coupez le melon en deux, retirez les pépins puis à l’aide d’une cuillère parisienne faites des petites billes de melon. Gardez la chair de melon pour faire par exemple un agua fresca.
Déchirez la burrata en 4 parts à peu près égales et répartissez-la dans les 4 petits bols puis ajoutez une tranche de jambon déchirée en morceaux. Ajoutez ensuite les billes de melon, arrosez de sauce puis parsemez les feuilles de basilic.
Vous pouvez retrouver de nombreuses autres recettes de melon sur le site Le Rouge Gorge ainsi que sur la page Facebook des melons toujours mûrs à point là : Le Rouge Gorge
 Article sponsorisé

Mais pourquoi, c'est fou ce que ça s'attache les fourmis... est-ce que je vous raconte ça

vendredi 3 août 2018

Tartes aux pêches comme une tarte Bourdaloue pour s'amuser avec les recettes de nos régions...

Quand Charles & Alice m'a proposé de m'amuser amicalement à revoir une recette de ma région, en participant comme d'autres blogueuses et blogueurs à un tour de France gourmand, en détournant donc un peu cette recette et en utilisant un de leurs produits, je me suis sauvagement gratté la barbe...

Je crois que je pourrais citer des recettes de bien des régions et même de bien des pays mais d'un coup en citer quelques-uns de par chez moi, de cette région parisienne où je vis depuis toujours... ça m'a semblé bien plus difficile. Bon forcément il y a bien une pelletée de choses qui me sont venues à l'esprit, mais le jambon beurre, le croissant, le p'tit noir ou la baguette, le croque-monsieur ou la soupe à l'oignon c'était vraiment pas fait pour m'arranger ! Je cherchais bien sûr un dessert et un dessert fruité en plus...
J'ai donc éliminé aussi Paris-Brest et Opéra, le Moka et Saint-Honoré... et à force de me gratter je me suis dit que j'allais peut-être aller voir sur la toile avant de m'être complètement déplumé le menton. Et c'est là que la lumière est venue en retrouvant cette tarte inventée il y a fort fort longtemps dans 9e arrondissement où elle est née du côté de la rue... Bourdaloue !
Tartes aux pêches comme une tarte Bourdaloue
Ingrédients : 3 belles pêches blanches ou entre blanche et de vigne comme les miennes – 1 pot de Dessert aux fruits Pommes Pêches sans sucre ajouté Charles & Alice - 1 pâte sablée – 1 blanc d'œuf – 2càs d'amandes effilées - 60g de beurre mou - 60g de sucre en poudre - 60g de poudre d'amandes – 1 petit œuf - 15g de Maïzena – 2càs de gelée de coing ou d'une autre gelée à votre goût – quelques petites feuilles de menthe
Commencez par faire cuire votre pâte. Couvrez votre cercle à pâtisser comme moi ou plus simplement un moule beurré et fariné avec votre pâte. Mon cercle faisait 24cm de diamètre. Couvrez-la d'une feuille de papier sulfurisé ou comme moi de la feuille d'emballage (attention vérifiez qu'elle peut bien passer au four !). Puis remplissez la feuille de farine comme moi, ou de poids de cuisson ou de haricots secs, en tassant bien. Enfournez et faites cuire une douzaine de minutes dans un four préchauffé à 180°. Sortez votre moule du four, retirez le papier rempli de farine puis badigeonnez très légèrement votre fond de tarte de blanc d'œuf au pinceau.
Remettez-la au four, faites-la cuire 3 minutes de plus puis sortez du four.
Mettez dans un saladier, le beurre, le sucre en poudre, la poudre d'amande, l'œuf et la Maïzena et fouettez le tout.
Coupez les pêches en deux et enlevez le noyau, attention elles ne doivent pas être trop mûres, puis pelez-les et coupez-les en tranches.
Étalez au fond de la tarte le pot de pommes pêches, couvrez avec un peu de crème d'amande au fond du moule, déposez les pêches en les étalant un peu en éventail puis versez le reste de crème d'amande de manière à combler les trous juste à hauteur des pêches. Attention la crème va un peu gonfler alors pas trop ! Terminer en parsemant les amandes effilées.
Faites cuire pendant une trentaine de minutes dans un four chauffé à 160° (chaleur tournante), vérifiez la cuisson, il vous faudra peut-être comme moi ajouter une dizaine de minutes.
Sortez du four, faites chauffer la gelée de coing au micro-onde, badigeonnez-la au pinceau délicatement sur la tarte puis laissez refroidir.
Au moment de servir parsemez les petites feuilles de menthe...
Vous pouvez retrouver le tour de France de gourmand Charles et Alice et découvrir toutes les autres recettes sur leur page Facebook

Mais pourquoi, et dans mes Yvelines d'ailleurs c'est quoi les spécialités ? est-ce que je vous raconte ça...

mercredi 1 août 2018

Mes p'tites gaufres pour les écureuils qui aiment le chocolat à déguster au pied des framboisiers...

La cuisine à l'extérieur est quelque chose pour moi de pas très naturel, quand tu aimes TA cuisine comme moi, le simple fait d'aller cuisiner dans le jardin, à quelques mètres de mes jolis fourneaux eh bien je dois avouer que ça ne me semble donc pas très naturel du tout du tout ! Loin des fourneaux, loin du cœur disait l'autre... enfin un truc comme ça...
Sauf que voilà la chaleur, la terrible chaleur, je pourrais même dire puisque en ce moment on atteint presque le point de fusion d'un pingouin comme moi, du coup me voilà parti avec mon gaufrier dans l'jardin avec la ferme intention de me dorer la gaufre sous les arbres et d'aller ensuite les déguster au pied des framboisiers histoire de me rafraîchir la... framboise !
Mes p'tites gaufres pour les écureuils qui aiment le chocolat à déguster au pied des framboisiers...
Ingrédients :
Pour environ 8 gaufres très généreuses ! Toujours avec la recette de Philippe Conticini que j'ai à peine remise à ma sauce... : 350g de farine (Philippe en utilise 315g mais j'ai eu la main un peu lourde et comme ça a bien fonctionné...) - 25g de sucre en poudre - 10g de cassonade en poudre - 1 pincée de sel – 120g de lait - 1 œuf entier (environ 60 g) - 25g de levure fraîche (ou 2 càc de levure sèche) - 220g de beurre bien mou - 180g de sucre perlé (Philippe en utilise 200g et si vous ne trouvez pas de sucre perlé, vous pouvez aussi utiliser du sucre grains à chouquettes.)
Pour la ganache : 120g de chocolat noir grossièrement haché – 120g de crème liquide entière (vous pouvez aller jusqu'à 150g si vous voulez quelque chose de plus coulant)
Pour les écureuil et les framboisiers : 4càs de noisettes légèrement torréfiées et grossièrement hachées – des framboises (environ 150g)...
Commencez en mettant la levure dans un bol, ajoutez la moitié du lait tiédi et laissez comme ça pendant une dizaine de minutes.
Mettez dans la cuve d'un batteur équipé d'un crochet la farine, le sucre en poudre, la cassonade et le sel et battez juste le temps de mélanger. Ajoutez le lait à la levure et le lait restant, l’œuf et le beurre mou et battez tout ça pendant une dizaine de minutes.
Mettez la pâte dans un saladier légèrement fariné et laissez lever entre 30 à 45 minutes selon la température, aujourd'hui c'était 30.
Incorporez ensuite le sucre perlé à la pâte en malaxant bien le tout et laissez la pâte au frigo une trentaine de minutes.
Découpez alors la pâte en morceaux d'environ 150g pour de très très belles gaufres ou moins si vous voulez des gaufres plus petites, en tout cas roulez le morceau de pâte en boule et aplatissez-la un peu avant de la passer au gaufrier, un gaufrier pour gaufres liégeoises bien sûr ! Et recommencez autant de fois que nécessaire.
Pendant que vous faites les gaufres faites aussi la ganache. Mettez le chocolat dans un petit saladier et portez la crème à ébullition au micro-ondes. Versez la crème sur le chocolat posez une assiette sur le tout et laissez comme ça pendant 3 minutes. Ensuite fouettez le tout doucement en commençant par le centre jusqu'à émulsionner le tout.
Les gaufres sont prêtes, la ganache aussi, il n'y plus qu'à arroser les gaufres de ganache, les parsemer de noisettes et aller vite vite au pied des framboisiers ! ou jeter sur les gaufres celles que vous aurez acheté...
Mais pourquoi, et si je dormais là d'ailleurs... enfin si la nature n'était pas si hostile ! est-ce que je vous raconte ça...

mardi 31 juillet 2018

Salade fraîcheur aux pommes de terre et crevettes ! Parce que c'est pas un temps à se mettre au ragoût !

Je ne vais pas vous parler une fois de plus de ma passion pour les climats friquets... voire très friquets, voire même carrément polaires ! Donc j'aime le froid et les plats qui me rafraîchissent du dedans et c'est curieux quand je dis que je vais faire une p'tite salade de pommes de terre justement pour ça... Eh bien il arrive que ça tique, que ça me dise que la pomme de terre quand y fait chaud c'est peut-être pas... 
Depuis longtemps en cuisine j'ai abandonné les grands discours et je préfère m'amener avec des petits plats que je tends à mes interlocuteurs en l'accompagnant d'un simple tu goûtes et après tu parles ! C'est peut-être un peu définitif comme méthode mais bon ça m'évite l'argument et en général ça conclut la conversation d'un bon bon... qui veut tout dire et surtout qu'au final je n'avais peut-être pas si tort que ça.
Et cette fois encore ma petite salade de pommes de terre a recueilli quelques bon bon... rassurants !
Salade fraîcheur aux pommes de terre et crevettes !
Ingrédients : 500g de petites pommes de terre primeur d'origine France (j'ai utilisé des petites roses) – 1 vingtaine de gambas décortiquées – ½ pomme verte – 1 petit bol de fenouil (j'ai utilisé les tiges coupées en très fines tranches et j'ai gardé le cœur pour le braiser) – des pluches de fenouil (vous pouvez aussi utiliser des pluches d'aneth si votre fenouil est déplumé) – 3càs de yaourt à la grecque - 2càs d'huile d'olive – 2càs de jus de citron vert – du zeste de citron vert - sel et poivre
Portez à ébullition une grande casserole d'eau salée et faites cuire les pommes de terre pendant 12 à 15 minutes à reprise d'ébullition, pas la peine de les éplucher, il suffit juste de les laver rapidement. Attention la cuisson des pommes de terre dépend vraiment de leur taille, du coup je ne saurais trop vous conseiller de bien surveiller la cuisson en les piquant de temps en temps avec la pointe d'un couteau.
Pendant que les pommes de terre cuisent, retirez le boyau noir des gambas en taillant le dos sur toute la longueur.
Quand les pommes de terre sont presque presque cuites jetez les crevettes dans l'eau et prolongez la cuisson pendant une minute ou deux. Si vous n'êtes pas sûr de vous, pas de problème vous pouvez d'abord cuire les pommes de terre puis les crevettes.
En tout cas quand les pommes de terre et les crevettes sont cuites, égouttez-les puis mettez-les dans un grand saladier d'eau bien froide, n'hésitez pas à ajoutez des glaçons pour refroidir les pommes de terre.
Égouttez bien le tout puis coupez les pommes de terre en deux ou en tranches selon leur taille, normalement si ce sont des petites primeur, en deux ça doit le faire.
Mettez les pommes de terre et les crevettes dans un grand plat.
Coupez la pomme verte en 4, enlevez le trognon puis coupez en quartiers. Arrosez tout de suite d'1 càs de jus de citron vert. Puis ajoutez dans le plat.
Ajoutez aussi le fenouil en fines tranches et remuez le tout.
Mélangez dans un bol le yaourt, l'huile d'olive, le jus de citron vert restant, un peu de sel et de poivre. Ajoutez dans le plat et remuez délicatement le tout.
Terminez en parsemant sur le plat les pluches de fenouil et le zeste de citron vert râpé très très finement.
Et si vous voulez plus d’idées recettes autour de la pomme de terre primeur, vous pouvez retrouver là : ma recette de pommes de terre primeur sautées aux deux saumons et à la feta et plein d'autres par là :  recette-pomme-de-terre.com
Mais pourquoi, je me referais bien encore une autre salade avec des p'tites pommes de terre primeur... est-ce que je vous raconte ça...