samedi 1 août 2015

Tarte très croustillante choco-noisette ! Chocolat comme un chef un livre à dévorer...

Quand je regarde ma bibliothèque culinaire, celle qui couvre plus d'un mur chez moi, et que je m'intéresse de plus près aux livres consacrés au chocolat je me dis que même au bout d'une vie je ne pourrai pas faire toutes les recettes contenues dans ces ouvrages-là. Cela dit je n'ai jamais résisté à un p'tit nouveau...

Il faut dire que le chocolat dans le monde du livre de cuisine tient une place à part, une part terriblement importante ! Et dans ce domaine il y a du très très bon et du...
Chocolat comme un chef l'ouvrage paru dans la collection L'école de la cuisine chez Hachette Cuisine, que l'on doit à Thomas Feller, accompagné d'Aline Princet et Jésiel Maxàn, est indéniablement à classer dans les bons et même dans les très bons.
Curieusement il y a quelques années j'aurais sans doute pesté, râlé contre un tel ouvrage et ses pas à pas, mais à l'époque je cuisinais moins et je ne savais encore qu'ainsi on peut sauver bien des préparations, en voyant exactement le résultat attendu !
Organisé autour de trois thèmes, les basiques, les incontournables et les recettes pour épater, l'ouvrage propose une cinquantaine de recettes bien menées et bien faites. Ce que j'aime dans cet ouvrage c'est que les recettes sont proposées sans esbroufes inutiles, sans chichiteuses mises en scène, sans présentations excessives contrairement à de trop nombreux ouvrages consacrés au chocolat. On se dit là que ce qu'on va préparer va ressembler à ce que montre l'ouvrage et ça c'est bien agréable... enfin à une ou deux recettes près qui me font douter, mais je réglerai ce doute en les essayant...
Et donc si vous cherchez un ouvrage sur le chocolat bien fait, agréable et gourmand ce Chocolat comme un chef pour devenir celui-là ! Et pour confirmer cette impression je me suis inspiré d'une des recettes de l'ouvrage que j'ai remise un peu à ma sauce... et l'impression a été plus que confirmée...
Tarte très croustillante choco-noisette !
Ingrédients :
Pour la pâte sucrée (attention il vous en restera une bonne moitié mais cette pâte se congèle très bien, sinon préparez-la avec la moitié des ingrédients...) : 250 g de farine T65 - 90g de sucre glace - 30g de poudre de noisette – 1 belle pincée de sel – 1 œuf - 150g de beurre froid
Pour le croustillant : 90g de cassonade en poudre (utilisez de la cassonade fine ou donnez lui un coup de mixer pour la réduire en poudre fine) – 120g de noisette entière décortiquées grossièrement concassées – 60g de chocolat au lait
Pour la ganache au chocolat : 15cl de crème liquide entière – 240g de chocolat noir (la prochaine fois je tenterai d'utiliser du chocolat au lait) – 30g de beurre
Commencez en préparant la pâte sucrée. Travaillez ensemble, soit au batteur avec la feuille soit à la main, la farine, le sucre glace, la poudre de noisette, le sel et le beurre coupé en morceaux.
Il faut obtenir un sablage plutôt fin. Ensuite ajoutez l'œuf, et continuez à travailler la pâte jusqu'à obtenir une pâte bien souple et homogène. Filmez et réservez au frais pendant une heure.
Tapissez un moule à tarte beurré et fariné d'environ 24cm de diamètre avec la pâte sucrée étalée assez finement. Couvrez de papier de cuisson puis remplissez de farine (la farine permet de ne pas marquer la pâte contrairement aux haricots ou aux billes de cuisson) et enfournez dans un four préchauffé à 170° pendant une dizaine de minutes. Sortez le moule du four, retirez le papier de cuisson et la farine et remettez au four pendant une nouvelle dizaine de minutes. Laissez ensuite complètement refroidir.
Préparez le croustillant. Versez le sucre dans une casserole et faites-le fondre en caramel. Le caramel ne doit pas être trop foncé, juste blond c'est parfait. Quand il est à point retirez du feu, ajoutez les noisettes, mélangez bien puis versez le tout sur une feuille de papier de cuisine et laissez refroidir.
Faites fondre le chocolat au lait.
Cassez grossièrement les noisettes caramélisées puis mettez-les dans un mixer et mixez rapidement, les noisettes doivent être hachées mais pas trop fin. Prélevez un tiers de ces noisettes et mettez-les dans un saladier. Continuez de mixer le reste jusqu'à obtenir une pâte, ajoutez le chocolat fondu et mixez de nouveau. Versez aussi dans le saladier et mélangez.
Etalez ce mélange sur le fond de tarte en une fine couche. Attention ça colle plus aux doigts qu'à la pâte, donc patience et écrasez doucement avec le plat de la main pour ne pas casser le fond.
Préparez alors la ganache. Cassez le chocolat en morceaux et mettez-le dans un petit saladier. Faites chauffer la crème liquide au micro-ondes puis versez-la sur le chocolat, couvrez avec une assiette et laissez reposer pendant 3 minutes. Mélangez alors le tout doucement. Si le chocolat n'est pas complètement fondu passez rapidement le tout au micro-ondes. Une fois le chocolat et la crème mélangés ajoutez le beurre en morceaux et mélangez encore très rapidement.
Couvrez la tarte de ganache et mettez-la au frais une paire d'heures avant de la déguster... si vous avez le courage d'attendre une paire d'heures de plus c'est mieux mais...
Prix 19,60 Euros
Ouvrage offert

Mais pourquoi, bon une fois les doigts mis dans le chocolat ça va être dur de les ressortir... est-ce que je vous raconte ça...

vendredi 31 juillet 2015

Le vendredi c'est retour vers le futur... Truffes au chocolat et Guinness parce que le mois d'août va être furieusement chocolat !

Ayé je m'en suis revenu de Berlin, de ce drôle de pays où il pousse plus de saucisses que de plans de cacao. Je m'en suis revenu avec une furieuse envie attrapée là-bas que je n'ai pas réussi à combler, une furieuse envie de chocolat !
Faut dire que par là-bas on mange, assez bien même, mais côté chocolat c'était un peu morne pleine. Oui je sais je pourrais m'attraper des envies de jarret fumant ou bière mousseuse, mais je n'arrive pas à avoir l'envie à la demande et je dirais même que des fois...
Il m'arrive d'avoir envie de moules frittes en arrivant du côté de Barcelone ou churros con chocolate à peine le pied posé à Eathrow... Il m'arrive d'avoir l'envie contradictoire avec le lieu où mes pieds sont posés... et donc à Berlin j'avais envie de chocolat ! Et comme je ne fais pas partie de ceux qui pensent qu'une envie n'est jamais aussi bonne que quand elle n'est pas assouvie, du coup août sera furieusement chocolat !
Et donc pour finir juillet j'ai cherché une recette dans mes archives avec plein de chocolat dedans une recette qui m'a fait voyager du côté de... Dublin !
Truffes au chocolat et Guinness
Ingrédients : 250g de chocolat noir – 10cl de crème liquide entière – 2cl de Guinness – ½ càc de zeste d'orange râpé très fin – de la noix de coco déshydratée légèrement dorée
Versez dans un bol la crème et la Guinness et dans un petit saladier le chocolat haché grossièrement.
Faites chauffer la crème et fondre légèrement le chocolat. Ajoutez le zeste d'orange à la crème.
Versez la crème bien chaude sur le chocolat, couvrez et laissez comme ça trois minutes.
Mélangez bien le tout puis mettez au frais jusqu'à ce que le mélange soit froid mais pas complètement dur, sinon vous n'arriverez pas à rouler les truffes.
Prélevez l'équivalent d'une petite cuillère à soupe de pâte, roulez entre les paumes des mains, attention faites vite ça fond ! De toute manière vous allez finir avec les mains bien encholatées mais il parait que les masques au chocolat c'est bon pour la peau !
Quand vous avez fini toutes les truffes roulez-les dans la noix de coco puis laissez au frais deux bonnes heures.
Et vous verrez que le petit goût de Guinness et celui de l'orange… vous verrez !
Mais pourquoi, tiens j'irais bien manger des sardines à... Dublin moi... est-ce que je vous raconte ça...

Et si les brebis étaient de retour ? Le fromage de brebis en beignet, pâte de coing pour le deuxième rendez-vous...

Depuis quelques années les brebis à travers des petites vidéos « L’instant Gourmand Pur Brebis Pyrénées », passent par ici... les brebis et donc les fromages que l'on peut fabriquer grâce au lait des bestioles en question.
Au sommaire de chacune de ses émissions vous retrouverez :
Une recette à base de fromage de brebis présentée par un chef et agrémentée de deux pastilles informatives sur la production et les spécificités du fromage Pur Brebis.
Et au sommaire de la première émission vous allez donc retrouver...
La recette du chef : « Le fromage de Brebis en beignet, pâte de coing
- Une production de 4 saisons : zoom sur la production du fromage de Brebis, avec Jean-Claude Iribarren, Berger, producteur de Lait de Brebis
- Un sacré fromage : toutes les particularités du fromage de Brebis décrypté par Laëtitia Gaborit, Meilleur Ouvrier de France fromager

Le fromage de brebis en beignet, pâte de coing
Ingrédients pour 4 personnes: 60g de Pur Brebis Pyrénées - 20cl d’eau - 50g de lait - 25g de pâte de coing - 15g de fromage de brebis râpé - 8 feuilles de riz chinoises - 5g de maïzena - 1 paquet de 150g de préparation pour tempura - Mesclun de salade (mélange de salades) - 2càc d’huile de noix - 2càc de cerfeuil
Beignets de brebis
Couper le fromage de brebis et la pâte de coing en petit dès. Dans une casserole, mettre le lait à bouillir. Détendre la maïzena avec un peu de lait et verser sur le lait bouillant. Cuire pendant 3 minutes sans cesser de fouetter. Retirer  du feu, ajouter le brebis râpé, assaisonner de sel et de poivre gris. Débarrasser et laisser tiédir. Une fois que le mélange est tiède, ajouter les dés de brebis et de coing. Ramollir les feuilles de riz en les passant quelques secondes dans de l’eau tiède. Mettre au centre de la feuille de riz un tas de mélange brebis, coing, refermer à l’aide d’un morceau de ficelle. Réserver à température ambiante. Mélanger la farine à tempura avec l’eau et réserver.
Pâte de coing
Couper des rectangles de pâte de coing (0.5 cm de large et d’épaisseur sur 5 cm de long).
Finition et présentation
Passer légèrement dans la farine les petites boules de feuilles de riz avec le fromage et la pâte de coing. Les tremper dans le tempura et les faire colorer dans une friteuse à 170 °C. Les retirer sur du papier absorbant, saler. Retirer l’excédent de feuilles de riz avec la ficelle. Réserver au chaud. Dans l’assiette, poser un carré de fromage de brebis, poser dessus le beignet chaud. A côté faire un trait fin de poudre de noix, puis un trait de brebis râpé et un rectangle de pâte de coing. Ajouter le mesclun de salade, un cerneau de noix et planter dedans 2 croustillants de fromage de brebis. Décorer avec quelques pluches de cerfeuil.
Et si vous voulez plus d'informations, d'autres recettes et un tas d'autres choses... c'est par là que ça se passe : Fromages de brebis des Pyrénées.

Mais pourquoi, ça se confirme j'aime bien les brebis... est-ce que je vous raconte ça...

mardi 28 juillet 2015

Et si les brebis étaient de retour ? Le Burger à la Bascou pour le premier rendez-vous...

Depuis quelques années les brebis à travers des petites vidéos « L’instant Gourmand Pur Brebis Pyrénées », passent par ici... les brebis et donc les fromages que l'on peut fabriquer grâce au lait des bestioles en question.
Au sommaire de chacune de ses émissions vous retrouverez :
Une recette à base de fromage de brebis présentée par un chef et agrémentée de deux pastilles informatives sur la production et les spécificités du fromage Pur Brebis.
Et au sommaire de la première émission vous allez donc retrouver...
- La recette du chef : « Le Burger à la Bascou »
- La vie du berger : 24 heures dans la vie d’un berger... Avec Jean-Claude Iribarren, Berger, producteur de Lait de Brebis
- Pur Brebis Pyrénées, un jeu d’enfant : témoignages de jeunes enfants, et conseils de dégustation du fromage de Brebis avec Laëtitia Gaborit, Meilleur Ouvrier de France fromager
Le burger à la Bascou
Ingrédients pour 4 personnes: 200g de lamelles de Pur Brebis Pyrénées - 240g d’échine de porc (8 fines tranches de 30g) - 120g de courgettes en rondelles marinées - 120g de poivrons rouges confits - 120g de chorizo coupé en chiffonnade - 40g de roquette - 8 guindillas (piment vert doux) - 4 pains pour burger - piment d’Espelette

Faites griller les fines tranches d’échine de porc et posez-les sur une plaque une fois grillées. Disposez sur chaque tranche de porc les lamelles de brebis. Séparément faites légèrement chauffer les courgettes, les poivrons, le chorizo, le porc avec le fromage et les pains à burger. Découpez les guindillas en rondelles. Coupez les pains en deux et appliquez sur chacune des faces la roquette, le poivron confit, les courgettes, l’échine de porc au Pur Brebis et le chorizo. Finir avec les guindillas et une pincée de piment d’Espelette.
Et si vous voulez plus d'informations, d'autres recettes et un tas d'autres choses... c'est par là que ça se passe : Fromages de brebis des Pyrénées 

Mais pourquoi, je me demande si j'ai pas un p'tit faible pour les brebis moi... est-ce que je vous raconte ça...

lundi 27 juillet 2015

Parce qu'à moi subitement il a fini par me manquer... Dix idées chocolat pour vous mettre le chocolat en folie !

C'est curieux comme ce qu'on n'a pas peut devenir ce qu'on voudrait mais alors vraiment vraiment... vraiment !
Je suis depuis quelques jours à Berlin. Je découvre une ville et forcément ce qu'elle mange. Et je découvre du bien bien et du... plus étonnant, mais ça je vous en parlerai peut-être plus tard. Mais à force de goûter, manger de trucs et des machins, du salé et du sucré... des choses de par ici, une petite voix a commencé à raisonner tout au fond comme un p'tit vélo qui se met en route... 
Elle était à peine audible au début, je n'arrivais même pas à entendre ce qu'elle me chuchotait et puis c'est venu de plus en plus fort, jusqu'à ce que ça devienne un cri qui vient de l'intérieur comme disait l'autre... ch... cho... choco... chocolat ! Chocolat !!! Chocolat bordel ! j'avais le chocolat qui m'manquait !
Et donc demain je pars dans les rues de Berlin à la recherche du chocolat perdu comme d'autres à la recherche de l'Arche, en espérant que la chasse sera bonne. Et en attendant, je me suis dit qu'une petite série d'idée terriblement au cas ou vous ayez la même envie ça ne pourrait pas faire de mal...

Si vous voulez retrouver les recettes de ces petites choses très chocolatées cliquez simplement sur les photos !
Mais pourquoi, comment on dit chocolat en allemand d'ailleurs... est-ce que je vous raconte ça...

vendredi 24 juillet 2015

Le vendredi c'est retour vers le futur... Des p'tits flans mon coco ? Parce qu'avec 4 ingrédients ont peut faire bien des choses...

Des fois j'ai des drôles d'idées comme celle de cuisiner avec 4 ingrédients... Avec 4 ingrédients différents pour chaque recette bien sûr et pas un de plus ! Et comme mon éditeur qui m'a dit banco ! quand je lui ai proposé, cette drôle d'idée va se transformer en livre en septembre... Mais septembre est encore bien loin, il y a encore un été à finir.
En attendant je me suis dit que remettre au goût du jour une ces recettes avec peu d'ingrédients ça ne serait pas si mal que ça. Et c'est comme ça que j'ai retrouvé cette recette de flan coco avec 4 ingrédients et rien de plus dans mes archives !
Des p'tits flans mon coco ?
Ingrédients :
Pour les flans : 30cl de lait de coco – 150g de sucre en poudre – 6càs de noix de coco déshydratée – 5 œufs moyens
Pour le caramel : 180g de sucre en poudre
Versez le lait de coco et le sucre dans une casserole et portez à petite ébullition à feu moyen, poursuivez ensuite la cuisson pendant 5minutes toujours à petite ébullition. Retirez du feu et laissez complètement refroidir.
Cassez les œufs dans un saladier et mélangez-les sans insister.
Ajoutez le mélange lait de coco et sucre et mélangez toujours sans insister. Passez le tout à travers une passoir, moi je trouve ça beau… vous me direz, au dessus d'un autre saladier.
Mettez le sucre pour le caramel et faite-le fondre à feu assez doux. Attention quand on fait du caramel on reste prêt du feu !
Quand il a pris une jolie couleur versez-le dans six ramequins, puis sans attendre ajoutez la noix de coco déshydratée. Versez ensuite la crème délicatement par dessus.
Déposez les crèmes dans un plat avec un fond d'eau chaude puis enfournez dans un four préchauffé à 180° pendant une trentaine de minutes.
Laissez refroidir et dégustez. Personnellement je n'ai pas pris le risque d'essayer de démouler, de toute manière je n'ai pas eu le temps, ils ont été mangé avant !

Mais pourquoi, bon j'aimerais quand même voir septembre arriver vite vite... est-ce que je vous raconte ça...

And the winneuses are... Et elles recevront chacune un coffret collection Sauterne Maille...

Merci d'abord à tout ceux et celles qui ont participé à ce petit jeu et merci pour vos idées moutarde, certaines de ces idées risquent de finir très très vite dans ma cuisine !
Et après que mon hamster ait mis sa main innocente dans le chapeau contenant tous vos noms voilà les trois gagnantes qui en sont ressorties ! Elles recevront donc chacune très prochainement un coffret collection Sauterne Maille... Et je vous donne rendez-vous prochainement pour d'autres surprises Maille... à suivre !
Hélène Keskonmangemaman
Je crois que mon utilisation préférée de la moutarde , c'est avec de la moutarde à l'ancienne avec ses grains un peu croquants, dans une sauce avec des oignons rissolés et des andouillettes bien grillées, le tout adouci par une touche de crème , je peux presque sentir l'odeur de l'andouillette quand on la grille sur le grill en fonte , 18 heures normal , apéro barbecue ^^ 
Merci pour ce joli concours , je suis curieuse de ce que donne le vinaigre de Sauterne (arf , quand même en faire du vinaigre.... c'est que j'aime bien le boire moi le Sauterne :p )
chouchie
J'en utilise des pots et des pots tout le temps . Déjà avec une bonne viande rouge c'est indispensable . Ensuite j'ai plusieurs recettes comme le saumon au miel , sauce soja et moutarde ou côtes de boeuf marinées au whisky et moutarde ( et oui ) . Vinaigrettes en tout genre bien sûr, dans les croques monsieur et même dans les quiches , mélangées avec la crème et les oeufs ;)
J'ai fais de la moutarde au miel une fois et je peux te dire qu'elle est vite partie ! Il n'y a que dans les desserts que je n'ai pas testé, hihi
Sinon ta recette est fort tentante et je goûterai bien cette moutarde au Sauternes !
Christine Sanchez
Bonjour
c est christina sanchez de facebook
la moutarde est essentielle pour ma vinaigrette ..mon lapin roti au four... mon poulets aux olives ..je ne peux pas m en passer et si possible de Maille..
Merci pour ce concours delicieux

Mais pourquoi, le plus difficile c'est de plaquer le hamster pour qu'il ne parte pas en courant... est-ce que je vous raconte ça...

jeudi 23 juillet 2015

Du vin sur les marches... Et si ça reparlait de vin par ici ! Petite balade du côté du Château Magnol et Margaux Thomas Barton Réserve sur les marches...

Quand on s'intéresse un tant soit peu au vin, quelque soit d'ailleurs sa connaissance de la chose, visiter un château comme le Château Magnol est souvent un moment passionnant d'où l'on ressort souvent plus riche de quelques connaissances et avec le souvenir de dégustations qui vous marquent les papilles bien bien longtemps après que les verres soient vides.
Visiter un château comme le Château Magnol est donc souvent un moment passionnant surtout si on a la chance de pouvoir se perdre dans ces caves et d'y être accompagné par un passeur ou une passeuse de connaissances qui n'hésite pas à expliquer, expliquer, expliquer... et à faire goûter !
Château Magnol est un château et un vin mais aussi le siège de Barton & Guestier une des plus vieilles maisons de vins bordelais, une maison qui ne manque ni de références, ni de diversité. Et c'est donc un de ces vins que j'ai décidé d'inviter sur mes marches, le Margaux Thomas Barton Réserve.
Parler de vin est souvent quelque chose de difficile par chez nous parce que l'on pense souvent que l'on n'a pas les connaissances, pas les mots, que l'on peut dire ce qu'il ne faudrait pas... J'en ai souvent vu plus d'une ou d'un resté muet n'osant même pas dire simplement qu'il est bon ce petit verre ou que celui-là n'est pas pour moi et pourtant... 
Pourtant parler de vin peut être aussi simple que de parler d'un plat pour peu que l'on oublie un peu les mots et les conventions et que l'on se laisse aller à affirmer son plaisir, ses goûts ou ses sensations.
C'est en tout cas comme ça que je parlerai du vin de nouveau par ici dans cette nouvelle rubrique, " Du vin sur les marches ", simplement parce que c'est là devant chez moi que j'aime souvent boire mon vin, de préférence accompagné de quelques copains et quelquefois de charcutailles.
J'aime boire le vin là sur mes marches, parce que c'est un endroit simple, sans cérémonial où l'on peut juste prendre du plaisir et c'est donc souvent des vins faciles à boire, pas toujours des vins de soif, mais souvent, dont je remplis les verres. Du coup y inviter ce vin-là pouvait sembler contradictoire parce que, lui, aime la table plus que la solitude d'un verre bu sans autre forme de procès.
Mais les marches ne servent pas qu'à boire...
Du coup pour profiter avec plaisir de ce vin à la couleur et au goût profond et riche, une côte de bœuf s'est retrouvé curieusement à griller pas loin... Et quand ce vin généreux en fruit, aux tanins maîtrisés, s'est retrouvé marié avec le bœuf grillé, croustillant et fondant... Ce fut une bien belle soirée que nous avons passée.
Il vous en coûtera toutefois 24,95 pour rencontrer ce Margaux Thomas Barton Réserve chez Nicolas où je suis allé chercher cette bouteille et d'où je suis parti également avec un Saint Julien de la même maison sous le bras, un vin qui sans doute un autre jour...
L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. Consommez avec modération.


Mais pourquoi, et si c'était maintenant du côté de Fronton que j'allais chercher mon prochain vin moi... est-ce que je vous raconte ça...