samedi 15 février 2020

Mon risotto d'hiver à la courge pour conclure une année de cuisine au vin...

Depuis un an, avec quelques autres je suis ambassadeur de la Villageoise en cuisine, et nous avons tous ensemble pendant cette année vécu quelques aventures autour de la cuisine au vin. Nous avons bien sûr cuisiné, autour de rencontres, de défis ou d'ateliers, entre nous et avec vous. Depuis, la paupiette n'a plus de secret pour moi, cette recette que nous avons choisie ensemble et que j'ai eu l'occasion de cuisiner à plusieurs reprises. Bien des aventures donc...
Mais maintenant il est temps de passer la main à celle qui va reprendre ma place et représenter la région parisienne. Et c'est avec joie que je lui passe le témoin, à celle que je connais depuis... fort fort longtemps, Nadia du blog Paprika ! Qui, je n'en doute pas, va vous régaler avec ses recettes !
Quant à moi je vous propose une dernière recette, un risotto d'hiver à la courge !
Mon risotto d'hiver à la courge
Ingrédients : 10cl de vin blanc bio La Villageoise en cuisine – 90cl de bouillon de légumes chaud - 240g de riz à risotto – 240g de butternut coupé en petits cubes – 250g de champignons mélangés – 120g de pois chiches égouttés – 1 oignon – 1 gousse d'ail - 30g de parmesan râpé – 30g de beurre – 2càs d'huile d'olive – 6 feuilles de sauge – 2 feuilles de laurier - sel et poivre
Pelez puis puis hachez finement l'oignon et l'ail.
Nettoyez les champignons et coupez-les en tranches.
Déposez les cubes de butternut sur un plaque couverte de papier de cuisson, arrosez avec 1 càs d'huile d'olive, salez, poivrez puis faites cuire une quinzaine de minutes dans un four préchauffé à 180° en surveillant la cuisson.
Chauffez 10g de beurre dans une poêle et faites-y dorer les champignons mélangés avec l'ail après les avoir salés et poivrés puis réservez-les.
Faites chauffer la càc d'huile d'olive restante dans une grande casserole, déposez-y les feuilles de sauge pendant quelques secondes le temps qu'elles se raidissent et retirez-les. Mettez l'oignon dans la casserole et faites revenir jusqu'à ce qu'il devienne translucide sans coloration. Ajoutez alors le riz, mélangez bien et laissez sur le feu 2 ou 3 minutes en remuant régulièrement.
Versez le vin blanc bio La Villageoise en cuisine et les feuilles de laurier et attendez que le vin s'évapore complètement en remuant de temps en temps. Ajoutez ensuite deux louches de bouillon et remuez doucement jusqu'à ce que le bouillon soit complètement absorbé. Recommencez l'opération jusqu'à ce que le riz soit cuit à point, comptez une vingtaine de minutes.
Ajoutez alors le butternut, les champignons et les feuilles de sauge, les 20g de beurre restant et le parmesan, couvrez la casserole et laissez reposer trois minutes.
Mélangez bien le tout et servez sans attendre.
Article sponsorisé
L'abus d'alcool est dangereux pour la santé à consommer avec modération. 
Mais pourquoi, je me demande quel va être son premier plat... est-ce que je vous raconte ça...

jeudi 13 février 2020

Mon fish parfumé and chips ! Parce que j'aime quand ça croustille et que ça parfume sauvage !

Je crois que le fish and chips pourvu qu'il soit bon fait partie de ces choses pour lesquelles je suis capable de marcher longtemps... très longtemps ! Il m'est même arriver de penser que lorsque je vais du côté de Bruxelles c'est aussi pour y déguster encore une fois un des meilleurs que je n'ai jamais goûté... je n'y vais pas que pour ça, loin s'en faut, mais aussi pour ça ! 
Et comme lors du Salon de l'Agriculture je vais cuisiner des produits de la mer sur le stand de Pavillon de France lors d'une rencontre amicale en compagnie de Céline... Où d'ailleurs je vous donne rendez-vous le 26 février prochain, si vous passez par-là n'hésitez pas à passez nous voir ! Je vous donne très vite tous les renseignements pour nous retrouver...
Donc comme la cuisine maritime va être à l'honneur à cette occasion, je me suis dit que c'était peut-être l'occasion de préparer un fish and chips comme je les aime, aussi croustillant que parfumé !
Et pour cela je vous propose deux versions de chapelure, l'une avec le dukah de Nicolas et l'autre avec mon mélange cajun.
Mon fish and chips
Ingrédients : 4 beaux filets de sole (vous pouvez aussi utiliser d'autres poisson comme le plus classique cabillaud) – 500g de pommes de terre à frites – 8 càs de panko – 4 càs de farine – 1 œuf – et au choix 2càs de dukah de Nicolas et 4 tiges de coriandre hachées ou 2càs de mon mélange cajun et 4 tiges de persil haché – de l'huile de friture
Coupez les filets de sole en deux dans la largeur et s'ils sont aussi beaux que les miens encore en deux mais cette fois dans la longueur. Vous avez alors 8 morceaux.
Mettez de la farine dans une assiette creuse. Fouettez l'oeuf dans une deuxième assiettte. Mélangez dans une troisième le panko vos épices au choix et l'herbe qui va avec.
Vous allez alors passer les morceaux de poisson dans la farine, dans l'oeuf et enfin dans la chapelure en insistant bien à chaque fois.
Pelez, coupez en deux puis en tranches assez épaisses les pommes de terre. Vous pouvez aussi les tailler en frites. Faites-les cuire dans un bain d'huile à 140° jusqu'à ce qu'elles commencent à être cuites mais sans qu'elles soient trop dorées. Retirez-les du bain et reservez-les.
Montez la température de l'huile à 180° et faites-y cuire les poissons panés pendant 3 minutes. Retirez-les puis mettez les frites jusqu'à ce qu'elles soient bien dorées.
Vous pouvez servir votre fish and chips avec les sauces de votre choix, plein plein de sauces de préférence comme à Bruxelles...
Le dukah de Nicolas
Ingrédients : 20g de graines de tournesol décortiquées et non salées - 30g de noisettes entières - 20g d'amandes - 5g de graines de fenouil - 15g de graines de coriandre - 20g de sésame blanc - 5g de graines de cumin - 10g de graines de sésame blanc – sel
Mettez les noisettes et les amandes dans une poêle et faites-les dorer quelques minutes en remuant souvent. Laissez-les refroidir puis mettez-les dans un mixer.
Mettez les graines de fenouil, de cumin et coriandre dans cette poêle. Ajoutez le sésame blanc et torréfiez-les quelques minutes en faisant très attention, ça peut brûler ! Laissez refroidir et ajoutez -les dans le mixer. Ajoutez aussi quelques pincées de sel.
Mixez par à-coups, sans trop insister.
Dans un mortier, écrasez le poivre vert. Ajoutez-le dans le mixeur avec le sésame noir, le sel et le cumin noir. Mixez rapidement juste pour que le tout se mélange.
Mon mélange cajun
Ingrédients : 2càc de paprika (j'ai utilisé du paprika fumé par gourmandise) – 2càc d'origan séché – 1càc de thym séché – 2càc d'oignon séché – 1càc d'ail séché – ½ càc de poivre moulu (pas trop fin enfin si vous aimez) – ¼ càc de flocons de piment (ou un peu moins si vous voulez un mélange plus doux) - 1càc de fleur de sel (vous pouvez allez jusqu'à deux)
Pour la recette il n'y a rien de plus facile, vous mettez tout dans un bol et vous mélangez.
Mais pourquoi, je me demande ce que l'on va préparer avec Céline... est-ce que je vous raconte ça...

mardi 11 février 2020

Le marbré chocolat au lait et pépites de chocolat de Valérie parce qu'il est facile et... bon !!!

L'autre jour à la maison ça ressemblait un peu à une ruche... Une ruche avec quelques abeilles venues pour cuisiner, cuisiner, cuisiner... Nicolas, Céline et Valérie étaient donc venus se mettre derrière les fourneaux mais pas seulement. Ces rencontres sont d'abord des occasions de passer des foutus bons moments et d'échanger autour de nos pratiques. Chacun de nous apporte ses petits cailloux et au final le tas de petites pierres que nous mettons en commun nous permet à chacun de grandir. 
Et dans le domaine de l'organisation, je pense que les autres abeilles de ce jour-là seront d'accord, c'est sans conteste le caillou de Valérie qui pèse beaucoup, beaucoup plus que celui des autres. Il n'y a pas que dans ce domaine qu'elle brille mais particulièrement dans ce domaine, surtout face à moi. Parce que, pour ce qui est de l'organisation, mon gravillon semble bien bien petit face à son rocher ! 
Et ce jour-là elle est arrivée avec un joli cake à la main pour nous permettre de nous mettre en action sans attendre que la première recette arrive. Parce que ces jours-là nous permettent donc aussi de confronter nos points de vue, une autre façon d'avancer !
Et voilà donc ce cake mis en image à ma façon, que vous pouvez retrouver chez Valérie et sans doute bientôt chez nos deux autres complices.
Le marbré chocolat au lait et pépites de chocolat de Valérie
Ingrédients : 1 tablette de chocolat au lait pâtissier - 5 œufs - 120g beurre - 120g farine - 1 sachet levure chimique - 45g sucre - 1 sachet pépites chocolat au lait
Préchauffez le four à 180°. Faites fondre le beurre au micro-ondes.
Dans un saladier, mélangez le beurre fondu, le sucre, la farine, la levure et les œufs.
Séparez la pâte à gâteau dans 2 saladiers.
Faites fondre le chocolat au lait au micro-ondes, versez-le sur l'une des pâtes à gâteau et mélangez le tout.
Versez les pâtes dans un moule beurré et fariné en alternant les couches de pâte sans et avec chocolat. Terminez en faisant quelques zigzags en plantant la pointe d'un couteau dans la pâte.
Enfournez pour 40 minutes. Sortez le gâteau du four et parsemez les pépites de chocolat dessus.
Laissez refroidir avant de démouler.
Mais pourquoi, je sens que la prochaine recette va être de Nicolas... est-ce que je vous raconte ça...

dimanche 9 février 2020

Ma salade quinoa et potimarron parce que l'hiver c'est aussi le temps des salades composées !

Quand je pense salade composée, souvent la première chose que j'imagine c'est une belle grosse tomate un peu verte ! Une tomate comme celle que je mangeais chez l'oncle au fin fond du sud du sud de l'Espagne, dans ce pays rude et sec où la tomate est nourriture et rafraîchissement, deux choses qui manquent par là-bas. Sauf que forcément quand après je regarde la date sur le calendrier je me dis que pour ces tomates ça ne va pas être tout de suite maintenant... à moins d'aimer les trucs à peau dure et la chair sans goût. La tomate, la bonne, il va falloir l'attendre encore quelques mois.
Il faut donc que je pense à autre chose parce qu'il n'est pas question de me passer des salades composées même pendant cette mauvaise saison.
Du coup après avoir pensé aussi à quelques autres ingrédients que j'attendrai jusqu'à l'été, on ne se refait pas, j'ai commencé enfin à imaginer ma salade avec des ingrédients beaucoup plus de saison. Et c'est comme ça que j'ai décidé d'associer une de mes courges préférée, le potimarron et le quinoa et bien sûr quelques autres petites choses...
Ma salade quinoa et potimarron
Ingrédients : 180g de quinoa – 240g de potimarron coupé en petits cubes – ½ oignon rouge – ¼ de pomme verte - 30g de noix de pécan – 2càs de graines de grenade – 2càs de raisin secs - 2càs de graines de courge – 4 petit bouquet de coriandre – 3càs d'huile d'olive – 1càs de moutarde - 1càs de d'orange – 1càs de jus de citron vert – quelques pincées de curry - sel et poivre
Faites tremper les raisins secs dans un verre de thé chaud.
Faites cuire le quinoa en suivant les indications portées sur l'emballage puis égouttez-le bien et versez-le dans un saladier.
Répartissez les cubes de potimarron sur une plaque couverte de papier sulfurisé, arrosez-les avec une cuillerée d'huile d'olive et faites-le cuire dans un four préchauffé à 180° pendant une vingtaine de minutes en surveillant la cuisson. Une fois cuit ajoutez-le dans le saladier.
Coupez l'oignon en 4 puis en fines tranches et ajoutez-le dans le saladier. Ajoutez aussi les raisins secs après les avoir séchés dans du papier absorbant, les noix de pécan très grossièrement hachées, les graines de grenade et les graines de courge et mélangez le tout.
Mélangez dans un bol les 2càs d'huile d'olive restante, les jus d'orange et de citron, la moutarde, le curry et un peu de sel et de poivre. Arrosez la salade avec cet assaisonnement et mélangez.
Effeuillez la coriandre et parsemez-la sur la salade et dégustez sans attendre !
Mais pourquoi, je l'attends quand même avec impatience le temps des tomates... est-ce que je vous raconte ça...

vendredi 7 février 2020

Mon petit sauté à la dinde parce que finalement je la fréquente peu... la dinde !

Je fréquente peu la dinde en cuisine, je m'en suis rendu compte en essayant de me souvenir quelles recettes à base de ce volatile j'avais bien pu déjà préparer. Parce que j'ai eu beau chercher et à part une ou deux recettes datant d'il y a fort fort longtemps je n'ai rien trouvé.

Du coup cette nouvelle recette je l'ai confiée à l'Omnicuisseur Vitalité pour que cette viande, qui a la réputation de devenir bien trop sèche à la cuisson, reste aussi savoureuse que juteuse et ça a bien été le cas !
Mon petit sauté à la dinde
Ingrédients : 1kg 2 de sauté de dinde (cuisse de dinde coupée en petits cubes) - 400g de tomates concassées – 1càs de concentré de tomate – 1 tige de céleri – 2 carottes – 1 oignon rouge – 2càs d'huile d'olive - 2 gousses d'ail – 4 feuilles de laurier – 4 tiges de thym – 1càc de sucre en poudre - 1/2 càc de zeste de citron râpé finement - sel et poivre
Lavez, séchez puis coupez le céleri en fines tranches. Pelez puis coupez l'oignon en petits cubes. Mélangez le céleri et l'oignon et réservez-en 4càs.
Pelez les carottes puis coupez-les en petits cubes.
Versez l'huile d'olive dans la grande cocotte puis les morceaux de dinde, le céleri, la carotte, l'oignon, l'ail, le laurier et le thym, salez, poivrez et mélangez bien le tout.
Ajoutez les tomates concassées, le concentré de tomates et le sucre en poudre qui va réduire l'acidité de la sauce tomate et mélangez de nouveau.
Fermez la cocotte puis faites cuire 30 minutes au maxi en haut et en bas. Retournez la cocotte puis poursuivez la cuisson pendant 30 minutes au mini en haut et en bas.
Après avoir servi le sauté dans les assiettes parsemez dessus le mélange réservé de céleri et d'oignon et le zeste de citron.
Mais pourquoi, bon et si maintenant je trouvais d'autres recettes de dinde ? est-ce que je vous raconte ça...

mercredi 5 février 2020

Mon p'tit plat de carottes entre houmous et salade parce que je continue à vider les frigos...

J'achète souvent des carottes nouvelles, souvent juste parce que je trouve belle la longue chevelure de ces carottes-là... et depuis que j'ai essayé le pesto de fanes de carottes et que j'ai trouvé ça fort fort bon j'ai en plus une bonne raison de les préférer. Bon, le problème c'est que quand j'achète une botte c'est juste parce que j'ai besoin d'une carotte ou deux dans telle ou telle recette et rarement de la botte entière, il me reste donc régulièrement de la carotte dans l'frigo qui agonise là pendant... longtemps ! Au mieux, quand je les retrouve, elles finissent dans une soupe à tout, cette soupe qui permet de tout passer mais donc le goût... manque cruellement de personnalité, et des fois, plus rares, elles ont le ramollissement tel que c'est le compost qui les attend !
Aujourd'hui j'ai donc retrouvé un reste de botte, enfin pour dire vrai je pense qu'il devait seulement manquer une carotte qui avait dû passer dans un joli fond aromatique... difficile donc de parler de restes et il fallait vraiment que je m'en occupe, les belles orangées commençant à pencher sérieusement.
Du coup je me suis dit qu'un plat qui rendrait aimable et une partie de notre anatomie plus rose, ça serait une bonne idée ! Et voilà comment maintenant il ne reste plus de carottes dans mon frigo !
Mon p'tit plat de carottes entre houmous et salade
Ingrédients : 1 botte de carottes – 1 petite boîte de pois chiches – 1càs ou 2 de tahini – 90g d'épeautre - 60g de feta – 1 douzaine d'œufs durs de caille (vous pouvez aussi utiliser des œufs de poulette coupés en morceaux) – 8càs d'olives noires dénoyautées à l'huile d'olive - 4càs de pistaches grossièrement hachées – 1 gousse d'ail – 2 tiges de menthe effeuillées – 4càs d'huile d'olive – 2 càs de jus de citron – ¼ de càc de harissa - sel et poivre
Faites cuire l'épeautre selon les indications portées sur l'emballage.
Frottez les carottes puis coupez-les en tranches. Faites-les cuire dans une casserole d'eau légèrement salée et quand elles sont cuites mais encore bien croquantes prélevez-en la moitié et jetez-les dans un saladier d'eau froide et laissez cuire les autres jusqu'à ce qu'elles soient bien bien cuites puis égouttez-les.
Pelez l'ail et mettez-le dans un mixer, ajoutez la moitié plus cuite des carottes, les pois chiches, le tahini, 2càs d'huile d'olive, 1càs de jus de citron, la harissa, du sel et du poivre et mixez le tout jusqu'à obtenir un houmous à la consistance... moi j'aime quand il n'est pas trop mixé, d'autres quand il est bien lisse, là c'est à vous de voir !
Mélangez les autres carottes, les moins cuites, avec l'épeautre dans un saladier. Mélangez l'huile d'olive restante avec le jus de citron restant, 1càc de houmous, du sel et du poivre pour obtenir une jolie sauce. Ajoutez dans le saladier, ajoutez aussi les olives et la feta émiettée et mélangez rapidement.
Servez le houmous sur les assiettes, moi j'aime bien le servir sur un côté comme là, en forme de croissant de lune et ajoutez à côté le contenu du saladier. Déposez enfin sur les assiettes les œufs de caille coupés en deux, les feuilles de menthe et terminez en parsemant les pistaches.
Mais pourquoi, bon j'espère que je n'ai oublié aucune carotte ! est-ce que je vous raconte ça...

lundi 3 février 2020

Les tickets restaurant ça peut aussi être à la carte  !

Pour autant que je m'en souvienne à chaque fois que j'ai été embauché, à ce moment où on te décrit ce que tu vas devoir à l'entreprise et ce qu'elle te propose en échange, il y a toujours une question que j'ai glissée en fin d'entretien pour savoir si... en demandant donc... Et on a des tickets restaurant ? Par chance j'ai souvent travaillé dans des endroits où effectivement on pouvait avoir des tickets restaurant, j'ai d'ailleurs remarqué que quand on me répondait oui c'était souvent avec un petit sourire complice comme pour dire on peut et c'est important.  
Je pratique donc depuis fort fort longtemps le ticket restaurant et je n'ai jamais trouvé qu'il s'agissait seulement d'une monnaie d'échange pratique qui permet de manger à moindre frais, c'est bien sûr ça mais pas seulement. 
Et  aujourd'hui les tickets restaurant en vous proposant de passer à la carte vont vous permettre encore plus de simplicité et de services  !
C'est ma première carte Ticket Restaurant Edenred et forcément je me suis demandé si sa prise en main serait aussi facile que de tendre un ticket. Et après usage il me paraît difficile de faire plus simple. 
J'ai commencé en téléchargeant l'application MyEdenred, vous pouvez aussi vous inscrire sur site, j'ai choisi l'application puisque ma carte va me suivre ainsi dans tous mes déplacements. Trois clics plus tard, il ne faut vraiment pas plus que ça, j'étais enregistré et je n'avais plus qu'à découvrir comment l'utiliser et quels nouveaux services elle allait me permettre et ça tombait bien puisque je ne savais pas où déjeuner à midi.
Je travaille souvent chez moi mais je suis aussi souvent dehors en rendez-vous et je ne sais pas toujours où déjeuner rapidement sans perdre des heures à chercher une table ou à savoir qui peut me livrer où je suis, parce que maintenant on peut aussi se faire livrer... je vous en reparle. Du coup j'ai choisi d'utiliser la géolocalisation depuis chez moi et je me suis rendu compte que je ne connaissais pas toute les possibilités qui s'offrent à moi  ! Et pourtant j'habite dans un village depuis très longtemps...
Et voilà comment ce midi je vais me faire livrer mon repas et découvrir un nouveau fournisseur de repas. Parce que la carte permet aussi de se faire livrer et de payer avec  ! Sans doute pour coller un peu plus à nos habitudes et à ces repas que nous prenons sur les lieux de travail pour toutes sortes de bonnes raisons, une réunion à poursuivre, un quartier où il n'y a pas grand chose ou juste un manque d'envie de sortir un jour de pluie... Quelques temps après j'étais livré et j'ai payé avec ma carte au centime près ce que j'ai commandé !
En effet plus besoin de réfléchir et de compter s'il va rester ou pas sur un ticket, plus la peine de commander plus ou moins pour ne pas perdre la monnaie, là c'est donc au centime près dans la limite de votre crédit. Manger deviens encore plus facile grâce à cette carte que vous ne risquez pas de perdre puisqu'elle restera chez vous, l'application suffit  ! 
Et reste toujours aussi conviviale puisque ce midi-là je n'avais pas envie de manger seul et que j'ai commandé pour deux... Vous pouvez retrouver tous les renseignements sur le site Edenred France, que vous soyez employé  ou employeur.
Article sponsorisé
Mais pourquoi, tiens et demain je mange où  ? est-ce que je vous raconte ça…

dimanche 2 février 2020

Ma p'tite soupe d'hiver croustillante parce que j'aime tout ce qui me craque sous la dent !

On a tous nos marottes en cuisine, ça peut être un ingrédient que l'on aime particulièrement, une manière de cuire les choses, la vapeur, le wok, la braise... ou un ustensile, le petit couteau au manche foutu mais qui... ou le moulin à légumes de mamie ou... il y a tant et tant de petites choses auxquelles on tient. Moi, c'est le craquant sous la dent qui me travaille l'envie ! Beaucoup ont remarqué que les amandes effilées volent bas en direction de mes desserts pour leur apporter ce fameux croquant et il en va de même pour beaucoup d'autres ingrédients.
Sauf que ce qui est facile avec les desserts, les faire craquer et croquer, ne l'est pas toujours avec d'autres types de plats, comme la soupe par exemple. Du coup en préparant ma p'tite soupe d'hiver, celle qui a parfumé la maison hier soir, je me suis furieusement gratté la tête pour trouver ce que je pouvais y ajouter pour réjouir la dent ! Et après m'être dit que des jolis croûtons ça serait pas mal, je me suis dit que quelques graines de sarrasin bien torréfiées ça serait encore mieux.
Ma p'tite soupe d'hiver croustillante
Ingrédients : ½ butternut – 1 tige de céleri – 1 poireau – 50cl de bouillon de légumes – ½ càc de curry en poudre – 20g de beurre – 4 càs de graines de sarrasin - de la crème de coco – des tranches de pain grillées – des feuilles de coriandre - sel et poivre
Pelez, enlevez les graines puis coupez en cubes le butternut. Émincez en tranches fines le céleri et le poireau puis lavez le tout.
Faites chauffer le beurre dans une casserole et faites-y revenir le mélange céleri et poireau pendant 5 minutes à feu moyen en remuant régulièrement. Ajoutez le butternut et le curry, mélangez bien et faites revenir pendant 3 minutes toujours en remuant régulièrement.
Ajoutez le bouillon de légumes, salez et poivrez, portez à ébullition, baissez le feu puis poursuivez la cuisson une vingtaine de minutes à couvert. N'hésitez pas à ajouter un peu d'eau si nécessaire.
Pendant ce temps mettez le sarrasin dans une poêle et faites-le torréfier à feu moyen en le remuant régulièrement, comptez 5 minutes.
Quand la soupe est cuite mixez-la au mixer plongeant, je n'ai pas trop insisté pour qu'il reste encore des morceaux mais là, c'est à vous de voir. En tout cas ajustez en liquide à votre goût.
Servez la soupe, déposez les croûtons, parsemez les feuilles de coriandre et arrosez avec de la crème de coco.
Mais pourquoi, et quand ça croustille déjà on en rajoute ? est-ce que je vous raconte ça ?

vendredi 31 janvier 2020

Mon coquelet à la sauce diable aussi fondant que croustillant !


Ceux qui me connaissent un peu savent que je voue presque un culte au poulet rôti, peut-être parce que déjà du temps de mes culottes courtes c'était un rendez-vous du dimanche, de tous les dimanches, peut-être aussi parce que c'était finalement un des rares rendez-vous gourmands chez nous puisque ce n'était pas ma mère qui cuisinait... Du coup, ce rendez-vous d'alors est aussi devenu un rendez-vous à la maison, plus souvent du samedi, pour aller chercher mon poulet à notre petit marché, souvent, ou pour le cuisiner moi-même de temps en temps.
Et puis les enfants sont devenus plus rares à la maison et, pour certaines, sont parties vers d'autres alimentations où mon poulet rôti n'a plus vraiment de place. Mais comme moi je continuais à aimer ça... j'ai simplement réduit la taille et je suis passé au coquelet ! Le problème, c'est que si le poulet bien arrosé au four peut rester moelleux à souhait, le coquelet, lui, a tendance à la perdre très vite même si vous passez votre cuisson à le nourrir de jus.
C'est en me demandant comment arranger ce problème que j'ai senti la chaleur de l'Omnicuiseur Vitalité, il trône dans ma cuisine et reflète le soleil, qui semblait me dire moi, ça, je sais faire ! 
Et effectivement c'est une de ses forces, de garder les viandes moelleuses, en les empêchant de sécher, tout en les cuisant tout doucement à cœur et en les dorant parfaitement à l'extérieur. Depuis un premier essai, c'est donc à lui que je confie dorénavant ce qui est devenu mon coquelet du samedi dont je vous propose une version « caliente » aujourd'hui.
Mon coquelet à la sauce diable
Ingrédients : 1 ou 2 coquelets – 20cl de coulis de tomate – 2 oignons nouveaux - 1 gousse d'ail – 6g de gingembre frais – 1càs de sauce sriracha – 1càc de sucre en poudre – 1 tige de citronnelle – 1càs d'huile d'arachide – quelques croûtons à l'ail (vous pouvez comme moi les préparer maison) - sel et poivre
Commencez en préparant la sauce. Mixez rapidement l'oignon nouveau coupé en morceaux, la gousse d'ail pelée et le gingembre. Chauffez l'huile dans une casserole et ajoutez le hachis du mixer et la tige de citronnelle coupée en 4. Faites revenir à feu moyen pendant 3 minutes. Ajoutez le coulis, la sauce sriracha et le sucre en poudre, salez, poivrez et poursuivez la cuisson pendant 5 minutes. Retirez la citronnelle et mixez le tout au mixer plongeant.
Versez 1 ou 2 càs de sauce dans le coquelet puis remplissez avec les croûtons. Badigeonnez entièrement l'extérieur de sauce et posez-le sur la grille de la grande cocotte en position basse.
Versez 4 càs d'eau dans le fond de la cocotte, refermez-la puis faites cuire 20 minutes au maxi en haut et en bas. Retournez la cocotte puis poursuivez la cuisson 25 minutes au mini en haut et en bas et enfin terminez en mettant au maxi en bas et en haut pendant une quinzaine de minutes pour bien dorer votre coquelet, donc en surveillant la cuisson !
Quand le coquelet est cuit à votre goût vous pouvez le servir avec la sauce restante.
J'ai choisi d'utiliser la grande cocotte mais vous pouvez aussi utiliser la cocotte de base et préparer ce coquelet avec l'Omnicuiseur Vitalité V4000 et déguster ce coquelet même si vous êtes seul à le dévorer !
Article sponsorisé
Mais pourquoi, un petit poulet c'est quand même un poulet... est-ce que je vous raconte ça...

mardi 28 janvier 2020

Pavlova passionnée aux kiwis parce que j'aime cette danseuse là...

Je ne me souviens plus exactement quand j'ai croisé ma première pavlova, sans doute après que j'ouvre ma cuisine virtuelle et elle devait être entre les mains d'une cuisinière qui m'a toujours fait frisonner d'envie... d'envie de sa cuisine ! Nigella Lawson...
Je ne sais pas le rôle qu'elle a tenu dans ma passion pour ce dessert-là, mais en tout cas c'est un des desserts que je fais et refais avec plaisir. Bon, je sais qu'à la maison il est dévoré sans autre forme de procès ce qui joue aussi sur mon envie de la retrouver une fois de plus. Et comme c'est d'une simple simplicité à faire je ne vois pas pourquoi je me priverais de ce plaisir partagé.
Et aujourd'hui revoilà donc la pavlova au menu de ma cuisine parce que j'avais envie de l'associer avec quelques kiwis de l'Adour qui étaient posés sur mon compotier. Ce joli kiwi qui est le seul avoir un double signe de attestant de ses qualités, le Label Rouge et une IGP.
Pavlova passionnée aux kiwis
Ingrédients : 120g de blancs d'œufs (environ 3) – 180g de sucre en poudre – 2càc de maïzena – 1càc de vinaigre de cidre ou de vinaigre blanc – 1 ou 2 kiwis de l'Adour – 2càs de graines de grenade
Pour le sirop passionné : 2 fruits de la passion – 2 càs de sucre en poudre
Pour la chantilly : 20cl de crème liquide – 90g de mascarpone – 2càs de sucre glace
Commencez en vous occupant de la meringue. Préchauffez votre four à 140°.
Fouettez les blancs et quand ils commencent à mousser ajoutez le sucre en pluie tout en continuant de fouetter. Quand vous obtenez un mélange bien homogène et onctueux arrêtez de fouetter. Ajoutez la maïzena et le vinaigre et mélangez le tout délicatement.
Étalez en faisant un disque épais sur une plaque couverte de papier sulfurisé puis avec le dos d'une cuillère tirez des pointes. On pose le dos de la cuillère sur le côté de la meringue et on tire la crème, la pointe se forme et c'est joli ! Enfournez et baissez le four à 110°. Faites cuire pendant 1h30.
Pendant ce temps occupez-vous du sirop passionné. Videz les fruits de la passion dans une casserole, ajoutez le sucre en poudre, mélangez et portez à ébullition, baissez le feu et laissez 1 ou 2 minutes. Passez le contenu dans une passoire et laissez refroidir.
Préparez ensuite la chantilly. Fouettez ensemble la crème, le mascarpone et le sucre glace jusqu'à obtenir une chantilly bien ferme.
Quand la meringue est froide vous pouvez monter votre pavlova. La meringue, de la crème, vous en aurez sans doute trop mais vous trouverez bien quelque chose à faire avec ce qu'il reste, le ou les kiwis épluchés, coupés en deux puis en fines tranches, le sirop passionné et on finit avec les graines de grenade. Et si vous avez plus de chance que moi vous pourrez en manger un bout !
Mais pourquoi, tiens ça fait longtemps que je n'ai pas crié... Nigellaaaaa ! est-ce que je vous raconte ça...