dimanche 26 juin 2016

Mon cocktail très fraise du dimanche soir... Parce que pour me reposer de la cuisine un peu d'cuisine...

Comme bien des week-ends j'ai passé celui-là à cocher une bonne quinzaine de cases, des cases correspondant à autant de recettes pensées, cuisinées et écrites pour quelques futurs projets.
Et comme souvent une fois terminé ma journée, je me gratte la tête pour me demander si je ne pourrais pas en faire une p'tite dernière, une qui cette fois est souvent juste pour les miens, une juste pour le plaisir... Peut-être que j'ai besoin de cette dernière pour vérifier que même après une dizaine d'heures passées derrière les fourneaux, je peux encore cuisiner juste pour le plaisir, le plaisir des autres...
Et souvent aussi cette dernière recette est réalisée avec ce que je trouve dans le frigo, enfin je devrais dire dans les frigos, puisqu'ils sont maintenant trois à peupler ma cuisine, mon sous-sol et même mon ex-garage. Je manque donc rarement de choix, mais quand j'ai de la chance, les ingrédients m'évitent de longues heures de réflexion à me rafraîchir devant la porte ouverte. 
Un peu comme aujourd'hui où j'ai trouvé un plateau de fraises qui commençait à faiblir vu le temps ambiant... Des fraises donc, et quelques tiges de rhubarbe qui battaient des bras pour que je m'occupe de leur sort et... et c'est comme ça que m'est venue l'idée d'un cocktail diablement rafraîchissant pour finir notre soirée.
Mon cocktail très fraise du dimanche soir...
Ingrédients : 750g de fraises – 5 tiges de rhubarbe moyennes – 10cl de sirop de canne (plus ou moins selon votre goût mais attention il faut faire face à l'acidité de la rhubarbe) – 15cl de gin
Lavez, séchez et équeutez les fraises. Lavez les tiges de rhubarbe puis coupez-les en tronçons.
Passez ensuite la rhubarbe à la centrifugeuse. Si ça se passe comme chez moi, vous allez voir le jus joliment rose couler au fond de votre verre et une mousse verdâtre venir le couvrir. Une fois toute la rhubarbe passée, laissez reposer le verre le temps que la mousse remonte bien au-dessus puis enlevez-la délicatement avec une cuillère. Ce n'est pas que cette mousse soit mauvaise, c'est juste qu'un cocktail c'est aussi joli et un côté verdâtre...
Centrifugez aussi les fraises, vous pouvez éventuellement les mixer mais comme la centrifugeuse est de sortie autant ne pas nettoyer deux machines.
Mélangez les deux jus, ajoutez le sucre et éventuellement le gin, puisque bien sûr vous pouvez boire ce cocktail sans alcool, mélangez bien le tout avec un fouet, ajoutez une poignée de glaçons et fouettez de nouveau le tout.
Là, il n'y a plus qu'à servir et à déguster en vous disant peut-être que même après une bonne journée en cuisine, une petite dernière c'est bien bien...
« L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération. »
Mais pourquoi, bon une dernière c'est bien mais deux... est-ce que je vous raconte ça...

samedi 25 juin 2016

Le samedi c'est retour vers le futur... Tarte aux framboises à l'accent du Québec !

Des fois quand je dois choisir ma recette du samedi, je lis mes recettes d'avant et je tombe sur certaines en me disant tiens celles-là je ne changerais rien et d'autres fois...
La recette du jour fait plutôt partie de la deuxième catégorie puisque dans la version originale j'avais utilisé de la gelée d'érable, une gelée certes fort fort bonne mais aussi fort fort rare. Du coup je me suis dit qu'elle méritait un deuxième tour de manège dans ma rubrique du samedi avec comme je le proposais du sirop d'érable pour se substituer à cette jolie gelée que je n'ai plus et que beaucoup ne trouveraient pas de toute manière... parce que des fois la simplicité...
Tarte aux framboises à l'accent du Québec
Ingrédients : 1 rouleau de pâte sablée – 2 barquettes framboises – 90g de sucre en poudre – 30g de farine – 30g de poudre d'amande – 2 œufs – 2càs d'amandes effilées - 3 ou 4càs de sirop d'érable
Commencez par étaler la pâte dans votre moule. Comme j'ai utilisé un moule rectangulaire et que la pâte est ronde j'ai dû couper un morceau de pâte pour réussir à couvrir complètement mon moule.
Piquez la pâte et réservez.
Versez dans un saladier le sucre en poudre, la farine, la poudre d'amande et les œufs et fouettez le tout jusqu'à obtenir une jolie crème.
Versez-la sur la pâte puis ajoutez les framboises, ne cherchez pas forcément à les étaler régulièrement puis ajoutez les amandes effilées.
Mettez au four pour une quarantaine de minutes à 160°.
Pendant ce temps faites chauffer le sirop d'érable dans une petite casserole, portez à ébullition puis laissez réduire en bloblotant doucement jusqu'à ce que le sirop est réduit d'un bon tiers.
Sortez le moule du four puis arrosez-la avec le sirop.
Si vous voulez vous pouvez badigeonner la tarte avec la gelée au pinceau mais avec une cuillère ça le fait aussi.
Laissez refroidir et dégustez en vous disant qu'ils ont quand même de bonnes idées nos cousins québécois !
Mais pourquoi, bon et quel autre drôle d'ingrédient je pourrais remplacer... est-ce que je vous raconte ça...

vendredi 24 juin 2016

Le vendredi c'est No Meat Today... Petits burgers végétariens pompompom de terre et chou-fleur !

Encore un coup d'coeur trouvé cette fois en feuilletant Slowly Veggie ! un tout nouveau venu depuis deux numéros dans la presse qui se mange. Bon, faut dire que j'ai depuis quelques temps une activiste du tu mets trop d'viande papa ! à la maison, une qui n'arrête pas d'essayer de transformer le redoutable carnassier que je peux encore être en pacifique mangeur de ce qui pousse dans la terre.
Et je dois dire que comme elle connaît mes points faibles, elle appuie là où ça m'ouvre l'appétit. Et ce matin avec l'air de pas y toucher elle s'est donc amenée la revue à la main avant de me lâcher tu f'rais pas un burger végétarien hein ? surtout que ça tombe bien c'est vendredi hein... Et moi forcément entre l'envie de lui faire plaisir et celui de découvrir ce drôle de burger, que j'ai largement remis à ma sauce...
Petits burgers végétariens pompompom de terre et chou-fleur !
Ingrédients :
Pour les pains (vous pouvez aussi choisir de faire mes buns à la place de ces pains-là qui ce sont révélés très... pain) : 500g de farine – 1sachet de levure chimique – 30cl d'eau tiède – 2càs de lait - 1càc de sel – des graines de sésame et de pavot
Pour le dedans :
Pour le palet pommes de terre et chou-fleur :400g de pomme de terre à purée – 400g de chou-fleur – 2 jaunes d’œuf – 2càs de Maïzena – 30g de parmesan râpé – 1càc de curry en poudre – 1 petit bouquet de coriandre haché assez finement (si vous n'êtes pas très coriandre utilisez du persil plat) - sel et poivre
Pour l'assaisonnement : 1 yaourt à la grecque – 60g de feta – 1càs d'huile d'olive – sel et poivre
Pour finir : quelques feuilles de scarole rouge (ou verte) – quelques tranches d'oignon rouge
Commencez en faisant les pains.
Mettez la levure dans l'eau et laissez reposer une dizaine de minutes.
Mettez le sel et la farine dans un robot muni d'un crochet puis versez l'eau et la levure dessus.
Faites tourner le mixer pendant une dizaine de minutes.
Mettez la pâte dans un saladier légèrement huilé et laissez pousser une paire d'heures. Avec la chaleur et l'humidité ça monte bien bien mais pensez à augmenter le temps quand il fera moins bon.
Videz la pâte sur un plan de travail bien fariné et donnez quelques tours à la pâte en la pliant et repliant, la pâte aime bien qu'on lui masse la couenne alors n'hésitez pas à insister.
Coupez la pâte en huit, roulez les morceaux en boules, posez-les sur une plaque couverte de papier de cuisson. Laissez pousser vos petits pains une bonne trentaine de minutes avec un torchon sur la tête, la pâte à pain aime bien dormir sous la couette...
A ce moment-là badigeonnez les boules de pâte généreusement avec le lait, donnez quelques coups de rasoir ou de couteau bien bien coupant, et parsemez les graines dessus.
Enfournez dans un four préchauffé à 220° pendant 20 à 25 minutes. Pensez à mettre un grand plat plein d'eau dans le four.
Quand les pains sont prêts, laissez refroidir sur une grille, les pains aiment bien sécher avec les fesses en l'air...
Préparez ensuite les palet, aux légumes.
Faites cuire les pommes de terre pelées et coupées en morceaux pendant une vingtaine de minutes dans une grande casserole d'eau salée bouillante.
Taillez le chou-fleur en bouquets et faites-le cuire dans une grande casserole d'eau salée pendant 5minutes, puis passez-le sous l'eau froide et égouttez-le bien.
Mixez le chou-fleur de manière à obtenir une sorte de semoule assez grossière.
Mettez les pommes de terre dans un plat et écrasez-les bien.
Ajoutez les jaunes d’œufs et mélangez bien. Ajoutez le chou-fleur, la Maïzena, le parmesan, le curry, la coriandre, du sel et du poivre et mélangez le tout.
Préchauffez votre four à 180°
Formez des palets avec le mélange aux pommes de terre et au chou-fleur, les miens faisaient environ 100g (donc en bon mono-maniaque de la balance, plus ou moins... 1g). Faites chauffer un peu d'huile d'olive dans une poêle et faites dorer vos palets de chaque côté.
Déposez-les sur une plaque couverte de papier sulfurisé au fur et à mesure puis passez-les au four 5 à 10 minutes pour que ça dore un peu de tous les côtés. Si vous voulez utiliser du fromage mettez-le sur vos palets à ce moment-là.
Pendant ce temps mélangez tous les ingrédients de l'assaisonnement dans un bol et passez vos pains coupés en 2 au grille-pain.
Vous pouvez alors monter vos burgers. Du pain, de assaisonnement, de la salade, un peu d'oignon, un palet de pommes de terre et chou-fleur et pour finir un peu de coriandre et une tranchouille d'oignon. Refermez le pain et dégustez sans attendre ! Attention une grande bouche est conseillée !

Mais pourquoi, bon et dire que maintenant je vais avoir une deuxième végétarienne qui va revenir à la maison... est-ce que je vous raconte ça...

jeudi 23 juin 2016

Mes p'tites madeleines aux framboises parce que maintenant je ne choisis plus vraiment mes recettes...

Comme bien des blogueuses... et quelques blogueurs, le moment de choisir une recette est un moment comment dire... compliqué ! Fut un temps j'étais un collectionneur compulsif de recettes à faire et je me retrouvais, je ne pense pas que je sois le seul, avec des « marque-ta-page » plein mes dizaines de livres, avec des dizaines d'onglets ouverts un peu partout sur la toile, et des bouts de recettes copiées sur des post-it, des papiers ou même certaines fois au dos de mes mains... quand tu n'as que ça, tu fais avec !
Et puis à force d'avoir des milliers de recettes en attente j'ai commencé à renoncer et à devenir très très spontané. Et maintenant quand j'ai un coup de cœur, je fais ou je ne fais pas et si je ne fais pas j'oublie, avant parfois de retomber sur la même recette et de me redemander si...
Du coup cet après-midi en passant chez Tiphaine, je passe souvent chez elle me mettre l'appétit en effroi tant ses recettes me tapent directement au ventre, donc en passant chez elle après avoir traîné dans mon jardin, je suis tombé sur ses madeleines à la confiture et là je me suis rappelé de ces premières framboises... Et comme je n'avais pas encore assez chaud j'ai allumé les fourneaux et je me suis fait madeleine !
Mes p'tites madeleines aux framboises

Ingrédients pour une vingtaine de madeleines : 120g de beurre fondu – 90g de sucre en poudre – 2 gros œufs – 2càs de lait – 150g de farine – ½ sachet de levure chimique – 1 vingtaine de framboises

Tiphaine n'a pas utilisé les ingrédients dans le même ordre que moi,parce qu'en fait je me suis trompé en suivant sa recette et ça a très bien marché... de la à penser que l'ordre...

Fouettez le beurre avec le sucre en poudre, ajoutez les œufs et le lait et fouettez encore. Ajoutez la farine tamisée et la levure et cette fois mélangez bien à la spatule.

Mettez votre pâte au frais au moins une heure.

Beurrez vos moules même s'ils sont en silicone. Avec le dos d'une cuillère à soupe tapissez-les d'un peu pâte. Déchirez une framboise en deux de manière à l'étaler et déposez-la sur la pâte. Remplissez avec de la pâte de manière à couvrir la framboise. Il faut que la pâte arrive juste à hauteur du moule.

Remplissez toutes les alvéoles de la même manière.

Avec un couteau ou une spatule ramassez tout ce qui déborde des moules, la pâte doit donc être totalement lisse à hauteur du moule.

Enfournez dans un four préchauffé à 220°, baissez de suite à 200° et faites cuire 5 minutes. Baissez ensuite à 180° et poursuivez la cuisson 5 à 7 minutes, les miennes c'était 7.

Il ne vous reste qu'à les laisser refroidir dans leur moule puis sur une grille. Ne les mettez pas trop vite sur une grille sinon elles vont prendre sa forme.
Mais pourquoi, bon je râle tout de suite à cause de la chaleur ou j'attends... un peu... est-ce que je vous raconte ça...

mardi 21 juin 2016

Mon sushi-burger au saumon ! Parce que j'adooooore les sushis...

Le goût pour les choses est bien bien relatif, tiens moi j'adore les sushis et aujourd'hui ils ont failli s’entre-déchirer pour goûter mon sushi-burger alors qu'il y a quelques temps...
Il y a quelques temps, bon ça commence à remonter maintenant, quand nous écrivions avec ma complice préférée notre livre consacrée à la cuisine japonaise, et à ce moment-là pendant que nous testions à tour de bras et qu'invariablement quand on me demandait c'est quoi qu'on mange papa ? Je répondais préoccupé, ben japonais ! A ce moment-là, si au début j'ai bien vu leur curiosité alimentaire aiguisée, j'ai bien senti, au fur et à mesure de l'avancée de nos travaux, comme une lassitude qui n'a pas tardé à devenir une franche hostilité pour cette cuisine que moi je continuais à adorer !
Il faut dire que j'ai eu à ce moment-là le sushi tatillon et que le temps que nous trouvions la bonne quantité, d'eau et de riz, celle de l'assaisonnement et puis ensuite le pourquoi du comment on faisait... et ben il y a eu à la maison une spécialité qui a vite pris le nom de sushi-kilomètre...
Mais depuis le temps a coulé sous les ponts comme deux ou trois autres choses, et le plaisir de mes affamés face à la cuisine japonaise est revenu et m'a donc permis de me lancer dans un sushi-burger sans que je risque de finir couvert de goudron et de plumes !
Mon sushi-burger au saumon !
Pour 4 petits sushis burger :
Pour préparez le riz : 225g de riz « à sushis » donc rond et blanc – 26cl d'eau
Commencez en lavant le riz, vous couvrez le riz d'eau dans un petit saladier, vous le mélangez bien avec les mains, vous rincez et vous recommencez l'opération jusqu'à ce que l'eau soit claire.
Couvrez alors de nouveau le riz d'eau et laissez tremper pendant une trentaine de minutes.
Mettez le riz égoutté dans une casserole, ajoutez l'eau, couvrez et portez à ébullition. Faites bouillir pendant 2 ou 3 minutes baissez le feu et poursuivez la cuisson pendant une douzaine de minutes, attention toujours à couvert !
Retirez alors du feu et laissez reposer à couvert pendant une quinzaine de minutes.
Transférez alors le riz dans un plat puis tranchez-le avec une spatule pour l'aérer.
Le riz est prêt.
Vous pouvez l'utilisez tel quel ou lui donner un p'tit goût de sushi
Pour le petit goût de sushi : 1 morceau d'algue kombu d'environ 5g – 6cl de vinaigre de riz japonais – 30g de sucre en poudre – 5g de sel
Versez tous les ingrédients dans une petite casserole, portez à ébullition, remuez bien pour dissoudre le sucre et le sel puis coupez le feu et laissez refroidir.
Si vous utilisez cette préparation avec le riz, une fois le riz mis dans le plat, arrosez-le doucement en filet avec ce liquide tout en le tranchant, surtout assaisonnez le riz bien chaud ! Couvrez alors le  plat avec un torchon (le conseil du torchon propre ça faisait longtemps...) légèrement humidifié et laissez refroidir une trentaine de minutes.
A ce moment-là, formez les « buns ». Pour le dessous utilisez un petit cercle à pâtisser et pour le dessus un petit bol, il faut bien sûr que les deux fassent la même taille et pas trop grand. Je ne saurais trop vous conseiller de huiler le bol et le cercle, le riz ça colle ! Et de bien bien tasser le riz. Formez ainsi 4 buns. Ensuite vous n'avez plus qu'à monter vos sushi-burger !
Pour le dedans des sushi-burger : 4 belles tranches de saumon fumé coupées en lanières (j'ai utilisé le saumon en grandes tranches Labeyrie qui s'est relevé parfait pour l'exercice) – 4 petites feuilles de scarole – 1 douzaine de tranches de gingembre mariné -1avocat coupé en deux puis en fines tranches – ½ betterave coupée en deux puis en fine tranches – du wasabi – des graines de sésame doré ou au wasabi ou les deux – 4 bande d'algue nori d'environ 1cm de large - du soja pour servir
Tartinez d'un peu de wasabi le dessous de vos sushi-burgers, un peu sinon... déposez dessus une feuille de scarole déchirée, puis le saumon, personnellement je l'ai entortillé avant d'en faire un cercle, le tout c'est que ce soit joli... En tout cas déposez par dessus le gingembre chiffonné, les tranches d'avocat et de betterave et posez le haut de vos sushi-burgers.
Terminez en parsemant les graines de sésame et en les enrubannant avec les bandes d'algue.
Servez avec de la sauce soja, si vous avez du jus de yuzu mettez-en un peu avec le soja et dégustez...
Pour déguster, ce n'est pas évident de prendre d'un coup, j'ai planté 4 piques à brochette dans mon sushi-burger et j'ai coupé en quatre, c'est plus facile !
Après comme pour les sushi amusez-vous à changer les ingrédients à votre goût !

Mais pourquoi, tiens ça fait longtemps que je ne suis pas allé manger les meilleurs sushis de Paris chez Issa... est-ce que je vous raconte ça...

dimanche 19 juin 2016

Les classiques du dimanche le retour ! Mon gratin dauphinois...

Voilà que ça commençait à faire quelques temps que je ne m'étais pas attaqué à un de ces classiques, un de ces plats que l'on aime faire et refaire parce qu'ils font partie de notre histoire commune, de nos goûts communs.
C'est toujours difficile de dire ce qui fait vraiment partie de notre culture, ce qui nous est commun. Tiens, moi par exemple, ma culture de ce qui se mange tient autant à ce que j'ai mangé par ici depuis ma naissance du côté du 15e arrondissement parisien, que de ce qu'on mange au sud du sud de l'Espagne.
Bon, cette culture du là-bas ne tient vraiment pas à la cuisine familiale, je ne vais pas revenir une fois de plus sur ce qui était la grande spécialité de ma mère, le steak frit à l'huile et ses légumes en boîte, mais plutôt aux amis qui ont réussi à la supporter pendant quelques années...
Du coup si je devais citer les plats qui sont devenus des classiques pour moi, il faudrait mélanger paëlla et steak à l'huile, gaspacho et quelques plats attrapés lors de mes rares passages par les cantines scolaires... Un mélange un peu curieux, mais sans doute comme pour beaucoup.
Quoiqu'il en soit après, bien après, j'ai commencé à me créer mes propres classiques, ceux qui resteront peut-être dans la mémoire de mes enfants... et parmi ceux-là il y a un petit gratin, un gratin dauphinois.
Encore une fois il n'est pas question pour moi quand je parle de classiques de rentrer dans les querelles de clocher, je ne suis pas assez dauphinois pour ça, et de dire ce qui fait le vrai de vrai, mais de faire quelque chose qui ressemble tout en restant aussi à moi ! De toute manière il doit y avoir autant de gratins que de dauphinois et toutes ces recettes sont sans doute aussi bonnes les unes que les autres !
Mon gratin dauphinois
Ingrédients : 750g de pommes de terre à chair ferme – 70cl de lait entier – 2 feuilles de laurier – 1 gousse d'ail – 12cl de crème liquide entière – de la muscade à votre goût – 30g de beurre - sel et poivre
Coupez les pommes de terres assez finement, à la mandoline c'est plus simple mais avec un couteau on risque moins pour ses doigts ! Ne lavez surtout pas vos pommes de terre à ce moment-là sinon la sauce de votre gratin va rester très liquide.
Versez dans une casserole le lait, les feuilles de laurier (ça ce n'est pas très orthodoxe mais j'adore le petit goût du laurier dans mes gratins de patates), la gousse d'ail juste coupée en deux, du sel et du poivre et de la muscade à votre goût. Faites alors blobloter une quinzaine de minutes en remuant de temps en temps. Les pommes de terre doivent être cuites mais surtout pas trop et encore moins se défaire !
Beurrez votre plat, personnellement j'ai utilisé à un plat à tarte assez profond d'environ 24cm de diamètre et déposez-y les pommes de terre délicatement, vous pouvez faire joli sur le dessus en rangeant bien les pommes de terre mais rien d'obligatoire.
Versez la crème sur les pommes de terre, elle va gentiment couler, ajoutez du lait de cuisson jusqu'à ce que le jus arrive juste juste au dessus des pommes de terre. Normalement il vous restait du beurre, 30g pour beurrer un moule, ça fait beaucoup ! Coupez-le en petits morceaux et parsemez-le sur le gratin.
Passez le tout dans un four préchauffé à 180° une quarantaine de minutes, vérifiez la cuisson, si c'est bon couvrez d'une feuille d'alu et laissez reposez une dizaine de minutes. A la fin vous pouvez passez votre gratin sous un grill mais normalement il n'en aura pas besoin, et parsemez un peu de persil haché très fin, mais ça c'est à la limite de l’hérésie !
Avec une jolie salade bien rafraîchissante, c'est parfait pour un dimanche soir.
Mais pourquoi, bon dimanche prochain je fais des steak à l'huile ? est-ce que je vous raconte ça...