vendredi 19 avril 2019

Carpaccio de saumon fumé et fruits rouges printaniers... parce que j'arrive à me perdre dans mon jardin...

J'ai toujours été plutôt un urbain et même plutôt plutôt... et donc forcément par opposition le vert et la campagne ne sont pas vraiment mon premier choix quand je dois choisir un lieu pour aller me poser que ce soit pour quelques jours ou même pour quelques heures. S'il m'arrive de passer par un champ, un p'tit bois ou un vert vallon, c'est souvent à cause du hasard d'une route ou plus certainement parce que je me suis perdu, j'ai quelque fois l'orientation approximative.
Du coup j'ai pendant longtemps regardé le jardin qui entoure notre maison assez perplexe en me demandant si comme toutes les campagnes ce petit bout de chez moi était aussi habité par des bestioles farouches et si ce vert jardin n'était pas prêt à avaler toute la maison en la couvrant de verdure et de fleurs... Comme je l'ai dit, plutôt plutôt urbain.
Et puis on a commencé à rendre notre jardin comestible et là, ça changeait bien bien des choses. Parce que je ne regardais plus l'herbe pousser, ce qui ne m'a jamais vraiment passionné, j'attendais patiemment que fruits et légumes me tombent dans un bec que j'avais grand ouvert comme l'autre goupil attendant son fromage. Et petit à petit, je ne me suis plus gratté quand un brin d'herbe me touchait, ni parti en courant en agitant des bras mous parce qu'un insecte était passé dans mon environnement proche... enfin proche.
Et aujourd'hui il m'arrive même d'aller y voir de plus près à la recherche d'herbes, de celles qui se mangent et de fleurs qui elles aussi peuvent finir dans l'assiette. Bon je ne me roule pas encore sauvagement dans l'herbe mais maintenant au lieu de passer par le jardin par hasard, ou parce que je m'y suis perdu, je me pose et je regarde pousser... aujourd'hui les dernières primevères qui m'ont servi à réaliser ce petit plat au saumon et aux fruits rouges.
Carpaccio de saumon fumé et fruits rouges printaniers
Ingrédients : 12 tranches de saumon – 1 quinzaine de framboises – 1 dizaine de mûres – 1càs de myrtilles – 2 tiges d'origan frais – quelques fleurs de primevères - de l'huile d'olive – sel et poivre
Posez trois tranches de saumon sur un film alimentaire de manière à former un rond même approximatif. Remettez un film par-dessus et passez un coup de rouleau pour étalez un peu le saumon, retirez le film du dessus et à l'aide d'un cercle ou d'une assiette plus petite taillez un cercle de la taille du fond des assiettes que vous allez utiliser, regardez la photo vous allez comprendre plus facilement.
Déposez le saumon à l'aide du film dans le fond de l'assiette, recommencez de manière à préparer trois autres assiettes. Arrosez les assiettes avec un filet d'huile.
Coupez les framboises en deux et les mûres en tranches. Parsemez-les dans les assiettes ainsi que les groseilles et les feuilles d'origan, terminez en déposant les fleurs.
Pour réaliser cette recette j'ai utilisé un saumon écossais pure origine, salé au sel sec, fumé par combustion lente au bois de hêtre et tranché sans congélation proposé par Kritsen, un saumon donc aussi bien élevé, parce que toute les étapes sont maîtrisées, que préparé.
Mais pourquoi, bon de toute manière je ne crains plus les bestioles j'ai mes vaccins en règle... est-ce que je vous raconte ça...

mardi 16 avril 2019

Madeleines pécan et tonka ! Épicez-moi ! Épicez-moi !!!

Dis voir qu'est ce qu'on pourrait mettre comme épices ? C'est sans doute une des questions qu'on me pose le plus souvent dès lors que c'est un des autres habitants de la maison qui cuisinent. Il faut dire que si je ne me retenais pas en plus de ce que je mange, je crois que je serais capable de me couvrir d'épices entièrement...
Les épices sont pour moi le plus facile des voyages culinaires, il suffit d'ouvrir et de sentir du curry, du ras el hanout ou du zaatar ou tant d'autres, et le temps que mes narines se mettent à frémir de bonheur et je suis déjà en Inde, de l'autre côté de la Méditerranée ou du côté du Liban. Du coup je frétille de joie à chaque fois qu'une nouvelle épice entre dans ma cuisine, j'ai failli dire dans ma vie, ou qu'un livre qui leur est consacré vient se poser sur mes étagères... enfin pour peu qu'il soit bon !
Marie-Lou et Charles aiment aussi s'épicer la vie, vous les avez peut-être déjà croisé du côté de leur
blog Gratinez ou depuis maintenant deux ans sur Nomie leur site de vente d'épices. Et presque logiquement quand on mélange les épices et les rec
ettes, aujourd'hui c'est aussi à travers un livre, Le bar à épices paru chez Marabout que vous pourrez les suivre ! Un livre pour lequel le couple a eu la bonne idée de confier les photos à Emilie Guelpa.
Les livres ont bien sûr une odeur et je dois dire qu'en prenant celui-là je n'ai pas pu m'empêcher de le renifler, jefais ça souvent, mais là j'avais presque l'espoir de voir toutes les épices qu'il contient me sauter au nez... De bien belles épices et de bien belles recettes qui répondent parfaitement au sous-titre du livre La cuisine simple des épices, mais qui sont aussi souvent fraîches, inspirées et réjouissantes ! Du coup encore un livre qui va souvent traîner dans ma cuisine...
Et pour illustrer l'ouvrage je me suis dit que des madeleines entre leur manière et la mienne, la leur c'était à la vanille, la mienne sera à la fève tonka puisque pour une fois je n'ai pas la moindre gousse dans ma cuisine... et pécan pour tout le monde !
Mes madeleines pécan et tonka
Ingrédients : 3 œufs –200 g de farine – 150g de sucre – 180g de beurre – 5g de levure chimique – 20g de lait – 45g de noix de pécan et un cerneau par madeleine (comme j'ai fait moitié avec et moité sans ça m'a fait une dizaine de noix) – ½ fève tonka râpé très très finement
Hachez les 45g de noix de pécan assez finement.
Mélangez dans un saladier les œufs et le sucre en poudre, fouettez bien longuement.
Incorporez la farine, la levure tamisées et la fève tonka.
Incorporez le beurre fondu et le lait. Ajoutez enfin les noix de pécan hachées.
Beurrez généreusement vos moules à madeleines.
Versez la pâte sans remplir les moules, aux ¾ c'est bien. Déposez les noix de pécan entières sur les madeleines et appuyez un peu pour les faire entrer à mi-hauteur dans la pâte. Attendez cinq minutes avant d'enfourner.
Enfournez dans un four préchauffé à 220° puis baissez tout de suite à 200°.
Faites cuire pendant 8 à 10 minutes en surveillant bien la cuisson.
Laissez à peine tiédir puis sortez les madeleines du moule et laissez-les refroidir sur une grille.
Mais pourquoi, si je me couvrais d'épices ça serait laquelle d'abord... est-ce que je vous raconte ça...

lundi 15 avril 2019

Encornets farcis et risotto... parce que décidément j'ai la marée qui me prend...

Avec le temps il est assez rare que je me retrouve devant quelque chose qui se cuisine en me grattant la plume comme une poule face à un œuf carré à me dire, mais qu'est-ce que je vais bien pouvoir faire de ça ! Mais ça m'arrive encore, le monde de la cuisine étant infini et la connaissance relative, et quand ça m'arrive je suis souvent devant un poisson !
Et c'est pas que je n'ai pas envie, il y a tellement de plats venant des océans que j'aime dévorer, c'est juste que quand tu sais pas bien, eh ben des fois tu choisis la facilité et tu mets de côté ce que tu ne sais pas faire pour retourner au confort des habitudes...
Pourtant la curiosité est un de mes principaux défauts en cuisine, mais des fois il faut me pousser un peu, quand l'obstacle me semble un peu trop haut, pour que cette curiosité se remette en marche. Et c'est ce qu'a fait Sophie et la Godaille en me proposant de recevoir ses poissons et d'autres produits de ses pêches, des poissons que je connais déjà et que j'ai déjà pratiqué en cuisine et d'autres...
Aujourd'hui ce sont des veilles connaissances issus de ces pêches que j'ai choisi de préparer, des encornets de belle taille que j'ai décidé de me farcir !
Encornets farcis et risotto
Ingrédients : 4 encornets d'environ 20 cm – 300 g de riz à risotto – 2 chorizo à cuire – 10 cl de vin blanc – 90 cl de bouillon de légumes - 400 g de tomates concassées - 1 càs de concentré de tomate - 4 échalotes – 1 pincée de filaments de safran - 1 gousse ail - 4 tiges de basilic effeuillées – 1 càc d’origan séché - 1 càs de pignons de pin hachés grossièrement - 2 càs d’huile d'olive – 20 g de beurre – 30 g de parmesan râpé - sel et poivre
Nettoyez soigneusement les encornets. Détachez les têtes des encornets et coupez les tentacules, lavez-les sous un filet d'eau puis coupez les nageoires et réservez. Videz consciencieusement l'intérieur des encornets.
Hachez les échalotes et l'ail très finement sans les mélanger. Ôtez la peau des chorizos et émiettez-les à l’aide d’une fourchette. Coupez les tentacules et les nageoires en petits morceaux.
Faites chauffer 1càs d'huile dans une casserole et faites-y revenir la moitié des échalotes 3 à 4 minutes en remuant régulièrement sans faire colorer. Ajoutez le chorizo émietté et faites-le colorer rapidement. Ajoutez le riz et mélangez pendant 1 à 2 minutes. Versez le vin blanc, ajoutez le safran et l’origan, et faites cuire jusqu’à évaporation du vin.
Ajoutez les tentacules et les nageoires, et versez le bouillon louche par louche en remuant régulièrement jusqu’à obtenir un riz « al dente » (une quinzaine de minutes environ).
Farcissez les encornets avec une partie du risotto et refermez-les à l’aide de cure-dents.
Faites chauffer l'huile restante dans une grande poêle, ajoutez les échalotes restantes et l'ail ciselé puis ajoutez les tomates concassées et le concentré de tomate, portez à frémissement, salez, poivrez et laissez revenir 5 minutes en remuant de temps en temps.
Déposez les encornets farcis dans la sauce, couvrez et laissez cuire pendant 20 à 25 minutes en les retournant de temps en temps.
Une fois les encornets cuits, réchauffez le risotto en ajoutant 1 dernière louche de bouillon dans la casserole, mélangez, puis une fois le liquide absorbé ajoutez le beurre et le parmesan, mélangez à nouveau.
Servez le riz dans les assiettes, ajoutez les encornets, puis finissez en parsemant les feuilles de basilic et les pignons de pin par-dessus.
Vous pouvez retrouver la Godaille sur leur site, où vous pourrez d'ailleurs commander et recevoir les produits de leurs pêches aussi frais que sortis de l'eau, par là : La Godaille, et vous pouvez aussi les retrouver sur leur compte Facebook et sur leur compte Instagram...
Mais pourquoi, je me demande si je n'ai pas un turbot qui m'attend moi... est-ce que je vous raconte ça...

dimanche 14 avril 2019

Ma jardinière du jardinier... parce que le jardinier et le cuisinier ont bien des choses à faire ensemble...

Je n'ai pas vraiment la main verte... enfin il faudrait sans doute que j'essaie un peu plus souvent de traîner dans mon jardin pour vraiment en être sûr, mais la cuisine n'est pas partageuse et le temps file tellement vite... Et pourtant mes plus lointains souvenirs ne se déroulent pas dans une cuisine mais bien dans le jardin familial, dans ce jardin où j'ai vécu bien des aventures et planté de mes petites mains quelques-unes des plantes qui se mangent qui y poussaient.
Il faut dire qu'à cette époque-là j'étais entouré d'un père qui adorait son jardin et d'une mère qui était aussi rare en cuisine qu'un pingouin en visite estivale du côté de Tamanrasset. Logiquement j'avais donc plus de chances de finir les mains dans la terre, plutôt que de les faire tourner au dessus de mes gamelles, enfin logiquement si j'avais été plus attentif et passionné par les plantations paternelles... Mais je dois avouer qu'à cette époque mes aventures imaginaires me prenaient bien du temps et qu'il en restait bien peu pour le reste...
Enfin bon même si le potager n'est toujours pas mon royaume, d'autres à la maison me soulagent de devoir m'y installer souvent et me permettent d'en tirer principalement les bénéfices donc sans trop d'efforts. N'empêche que de temps en temps j'y traîne pour aller y chercher une petite herbe ou un beau légume arrivant à point nommé pour finir dans ma gamelle.
Et du coup quand Gamm vert chez qui je vais régulièrement chercher graines, plants et conseils, m'a proposé de réaliser une jardinière de légumes à ma manière, un plat que je ne me lasse pas d'essayer de réhabiliter. Je me suis dit que l'on pourrait sans doute associer dans l'assiette le jardinier et le cuisinier...
Ma jardinière du jardinier...
Ingrédients : 300g de petites pommes de terre du type grenailles - 4 carottes fanes - 4 petits navets nouveaux - 1 vingtaine de pointes d'asperges vertes - 150g de haricots verts - 2 oignons nouveaux - 180g de petits pois - 180g de fèves fraîches - 4 tiges de basilic effeuillées -30g de beurre - 1,5 litre de bouillon de légumes - sel et poivre – quelques fleurs de primevère
Pelez les pommes de terre puis coupez-les en deux ou en 4 selon leur taille.
Lavez les carottes en les frottant, coupez-les en deux dans la longueur puis en petits tronçons.
Lavez les navets puis coupez en fins quartiers.
Coupez les pointes d'asperge en deux dans la longueur.
Équeutez les haricots puis coupez-les en petits tronçons.
Coupez les oignons nouveaux en fines tranches.
Portez à ébullition 1 litre de bouillon de légume et mettez-y à cuire les pommes de terre à petits bouillons pendant une douzaine de minutes, elles doivent alors être presque cuites.
Ajoutez alors les carottes, les navets, les haricots verts et les petits pois puis deux minutes plus tard les asperges et prolongez la cuisson de deux minutes.
Égouttez tous les légumes puis versez-les rapidement dans un grand saladier d'eau bien froide puis égouttez-les de nouveau.
Faites alors cuire à part les fèves fraîches dans le bouillon restant toujours à petits bouillons pendant 2 minutes. Gouttez-les, versez-les rapidement dans un autre saladier d'eau bien froide puis égouttez-les de nouveau. Enlevez la peau des fèves et ajoutez-les aux autres légumes.
Faites chauffer une poêle à feu moyen et mettez-y le beurre. Dès qu'il commence à mousser ajoutez les oignons nouveaux puis les autres légumes bien égouttés et laissez-les dans la poêle juste le temps de les réchauffer.
Salez si nécessaire, poivrez et servez dans les assiettes.
Terminez en parsemant les feuilles de basilic et les primevères sur les assiettes.
Article sponsorisé
Et si vous aussi vous aimez cuisiner ce qui pousse au jardin, je ne saurais trop vous conseiller d'aller y voir du côté du blog de ma voisine du bout de la rue... par là : Un jardin dans ma cuisine !

Mais pourquoi, et si j'allais voir si j'ai déjà quelques petites choses à récolter dans le potager ? Est-ce que je vous raconte ça...

mardi 9 avril 2019

Quand l'un cuisine l'autre tricote... petit hors sujet familial !

Je suis un peu monomaniaque... un peu ! Enfin ça c'est ma version de l'histoire, chez moi ils en ont une autre que je vais oublier après l'avoir résumée en un mot, horriblement ! D'après eux je suis donc « horriblement monomaniaque » mais j'ai dit que j'oubliais. Et donc je cuisine, je cuisine, je... mais ça vous vous en doutez un peu.
En tant que père, j'ai sans doute quelques défauts... quelques, mais pas celui de vouloir que mes enfants reprennent à tout prix mon flambeau culinaire et se mettent eux aussi à cuisiner, cuisiner... vous connaissez la suite. Et du coup mes enfants ont des passions bien bien lointaines de mes chers fourneaux même s'il m'arrive de les voir popoter de temps en temps.
Et c'est comme ça que j'ai découvert il y a quelques temps qu'une de mes merveilles, une de mes filles, mon fils aussi est merveilleux mais comme il est définitivement mon hamster, un hamster merveilleux ça faisait beaucoup... J'ai donc découvert qu'une de mes filles se passionnait pour... le tricot !
Bon je dois avouer que quand on me parlait de tricot, avant, mon imagination composait plutôt l'image d'une grand-mère souriante assise au-dessus d'un berceau mesurant la longueur d'un bras d'un petit d'homme avec la ferme intention de le couvrir de laine chaude et réconfortante, il est difficile de lutter contre ses idées préconçues. Mais ça c'était avant...
Avant que ma fille ne me montre ce qu'elle tricote et ce que d'autres créent les aiguilles à la main. En découvrant ça je me suis dit que je me fourvoyais sans doute et qu'il pouvait y avoir dans le tricot, comme dans la cuisine, de la création, de l'imagination et même de l'amusement !
Du coup aujourd'hui pas de recettes par ici mais juste un petit coup de pouce paternel pour cette merveille tricoteuse et pour vous dire que si vous voulez voir ce qui sort de ses mains et des ses aiguilles c'est par-là que ça se passe sur son compte Instagram : Ma merveille tricoteuse...
En plus comme elle n'est pas du tout du tout comme son père, pas du tout monomaniaque donc, elle a réussi à se faire une tendinite à force de manier les aiguilles, du coup tous vos encouragements seront les bienvenus !

Mais pourquoi, après un point à l'endroit c'est quoi déjà... est-ce que je vous raconte ça...

En mai variation autour du cheesecake pour Cuisine Actuelle ! Trois recettes sinon rien...

En mai fait ce qui te plaît... Je crois que ce proverbe n'a jamais aussi bien collé à la rubrique mensuelle que je tiens chez Cuisine Actuelle ! Simplement parce que moi et le cheesecake c'est une vieille histoire et parce que, comme toujours, j'avais carte blanche, enfin bien sûr guidé amicalement par l'équipe de la rédaction, pour m'amuser en cuisine avec le cheesecake.

Et ce sont donc trois recettes que vous pourrez retrouver dans le numéro de Mai d'ores et déjà en kiosque, des bonbons cheesecake au chocolat, une glace cheesecake à la framboise et un cheesecake stracciatella ! 
Et bien sûr vous pourrez retrouver dans ce numéro bien d'autres choses, 10 idées autour du lait de coco, un superbe nid de Pâques en Paris-Brest et plein d'idées pour votre table de Pâques, plein d'idées pour cuisiner de saison, découvrir le goût de l'Iran et tellement d'autres choses !
Et petite info... n'oubliez pas que vous pouvez vous inscrire pour participer au Grand Prix Cuisine Actuelle 2019 en recevant les 66 produits participants et en votant pour vos préférés ! Vous pouvez vous inscrire jusqu'au 15 avril 2019 sur grandprix.cuisineactuelle.fr pour avoir une chance d'être sélectionné(e) pour participer au Grand Prix !
Mais pourquoi, et en juillet aussi tu feras ce qui te plait ? est-ce que je vous raconte ça...

samedi 6 avril 2019

Tortillons pour les ours... parce que j'aime la cuisine d'Émilie depuis...

Depuis longtemps j'aime la cuisine d'Émilie, enfin pas des dizaines d'année non plus, simplement depuis le début quoi ! C'est un des avantages des dinosaures comme moi, de voir grandir avec plaisir, celles et ceux qui, comme elle, sont arrivés quelques temps après l'arrivé de ces T-Rex recettetovore ou Velociraptore cuisinovore que nous sommes. Un jour, je vous parlerai des désavantages d'avoir un âge de dinosaure, mais ça prendrait fort fort longtemps et ce n'est pas le sujet...
Ça a donc été un plaisir de la voir arriver dans sa cuisine virtuelle au nom si bien porté, son Plus unemiette dans l'assiette... Puis de la voir grandir et de nous proposer ensuite de la suivre sur ce papier qui me tient tellement à cœur au fil des pages de quelques jolis livres.
Et aujourd'hui elle continue son chemin en nous proposant, non pas un mais quatre livres ! Tous sortis dans la collection Lundi c'est Veggie ! proposée par Marabout. Vous pourrez donc y retrouver sous la signature d'Émilie Franzo, Petits déjeuners, Apéros entre amis, Assiettes et bowls et Desserts aux légumes, ce qui fait un panorama gourmand de cette cuisine végétarienne que bien des cuisiniers sont en train de découvrir depuis quelques années et que les livres d'Émilie permettent d'aborder en toute simplicité. Parce que c'est pour moi un des grands intérêts de ces quatre ouvrages, montrer à chacun que la cuisine végétarienne peut être gourmande sans demander des ingrédients introuvables et sans passer des heures en cuisine.

Du coup si vous êtes curieux comme moi et prêt à vous lancer dans cette cuisine végétarienne, ces quatre livres sont là pour vous guider et vous accompagner tout en douceur et en gourmandise !
Et comme le temps où les ours sont dans les prés à la recherche de leur ail préféré, l'ail des... ours, j'ai eu envie de mettre à ma sauce une des recettes proposée par Émilie, des tortillons pour les ours !
Tortillons pour les ours...
Ingrédients : 2 rouleaux de pâte feuilletée – 1 vingtaine de belles feuilles d'ail des ours – 8 tiges de persil plat – 90g de beurre demi-sel – 1ou 2càc de zaatar – 1 jaune d’œuf - fleur de sel et poivre
Mettez l'ail des ours et le persil grossièrement haché dans un mixer et mixez assez finement.
Ajoutez le beurre coupé en cubes, poivrez généreusement et mixez de nouveau.
Versez le contenu du mixer dans un bol et passez rapidement au micro-onde, il faut juste ramollir le beurre et surtout pas le faire fondre.
Déroulez les rouleaux de pâte puis coupez-les en bandes d'environ 3cm de large.
Étalez le beurre aux herbes sur les bandes puis entortillez les bandes de manière à ce que la partie badigeonnée soit à l'intérieur.
Badigeonnez alors les tortillons avec le jaune d’œuf mélangé à 1càs d'eau puis déposez-les sur une plaque couverte de papier de cuisson. Enfournez une quinzaine de minutes à 180° en surveillant la cuisson.
Quand les tortillons sont cuits déposez-les d'abord sur du papier absorbant puis sur une assiette avant de les dévorer, ce qui va aller très très très vite !
Mais pourquoi, je n'aurais jamais imaginé que mes amis les ours pouvaient avoir une haleine de poney... est-ce que je vous raconte ça...

jeudi 4 avril 2019

Ma tarte citron et fraises printanières pour mes premières fraises de l'année...

Il y a des fruits auxquels je ne résiste pas facilement et les fraises font parties de ceux-là... Bon je m'évite quand même celles venant du sud du sud d'où viennent aussi les miens parce que s'il y a bien des choses que j'aime de cette Espagne d'en bas, les fraises n'en font pas vraiment partie... Par contre je n'y résiste pas dès lors qu'elles arrivent de par-ici.
En plus comme si la tentation n'était pas suffisante la variété des... variétés de fraises fait que j'attends aussi chacune au fur et à mesure alors que la saison avance, Gariguette, Ciflorette, Charlotte ou Marat des bois et bien d'autres ponctuent ainsi la saison et mes petits plaisirs ! Et aujourd'hui j'ai eu envie d'une tarte où les fraises, des Gariguettes, sont associées au citron à la menthe et à la pistache, des ingrédients qui se marient fort fort bien ! Et si vous voulez être plus généreux que moi en fraises et en couvrir toute la tarte n'hésitez pas à doubler leur quantité...
Ma tarte citron et fraises printanières
Ingrédients : 1 rouleau de pâte sablée – 30g de pistaches – 150g de fraises – 1 douzaine de feuilles de menthe – quelques feuilles de primevère sauvages
Pour la garniture au citron : 90g de beurre fondu – 180g de sucre glace – 20g de Maïzena – 4 œufs –15cl de jus de citron moitié jaune moitié vert et le zeste d'1/4 de citron jaune et autant de vert
Commencez en réalisant la garniture au citron.
Mélangez dans une casserole le beurre, le sucre glace et la Maïzena en fouettant le tout. Ajoutez les œufs, mélangez de nouveau puis ajoutez le jus et le zeste des deux sortes de citron et mélangez encore. Ne vous inquiétez pas si la crème obtenue n'est pas très homogène, elle va le devenir en chauffant. Mettez donc la casserole sur le feu et faites épaissir environ 5 minutes sans arrêter de la remuer avec un fouet. Dès qu'elle est bien épaissie, elle doit avoir la consistance d'une crème pâtissière, versez dans une assiette, filmez au contact et laissez refroidir au réfrigérateur.
Occupez-vous ensuite du fond de tarte. Mixez assez finement les pistaches mais sans les réduire en poudre. Étalez la pâte, parsemez la moitié des pistaches dessus donnez un coup de rouleau, retournez la pâte et faites de même de l'autre côté. Déposez alors la pâte dans un moule d'environ 24cm de diamètre puis déposez dessus un papier de cuisson et remplissez-le de farine ou de semoule (vous pouvez aussi utiliser du riz ou des haricots) et faites cuire pendant environ 8 minutes à 180°. Enlevez ensuite la feuille de cuisson et son contenu et remettez au four environ 8 minutes.
Sortez du four et laissez refroidir.
Quand la pâte est froide, versez-y la crème au citron après avoir redonné un coup de fouet. Remettez au frais le temps de laver et couper les fraises en deux. Après c'est tout simple il ne vous reste plus qu'à déposez les fraises, les feuilles de menthe et les fleurs sur la tarte.
Si vous êtes très fraises comme moi vous pouvez retrouver bien des infos sur la page Facebook des Fraises de France !
Mais pourquoi, bon après les Gariguettes on passe à la suivante ? est-ce que je vous raconte ça...

jeudi 28 mars 2019

Tarte au saumon et aux épinards et accords mets vins...

Une nouvelle fois c'est à Aude et Vinibee, sa cave virtuelle, que je dois une belle découverte, une de ces bouteilles qui ravissent sans que l'on ait besoin de trop se poser de questions et qui permettent de les mettre à table avec un joli plat sans non plus s'interroger longuement.
J'aime les vins qui me facilitent la tâche en provoquant une adhésion joyeuse et Dans l'Absolu du domaine de Roa est de ceux-là. Dans l'Absolu est un Saint Pourçin bien élevé, sans pesticides, sans produits de synthèse, et bien vinifié, aussi naturellement que possible, tout en fraîcheur, en fruits blancs avec quelques notes épicées. 
Un vin blanc que j'ai aimé poser sur ma table et partager. Et pour une fois je ne me suis pas trop longtemps demandé ce que j'allais servir avec ce vin-là, je n'ai presque pas eu à me tréfouiller la barbe avant de lancer un sonore... Bon sang mais c'est bien sûr, celui-là avec une tarte au saumon et aux épinards il va bien s'entendre ! Et il s'est effectivement bien entendu !
Tarte au saumon et aux épinards
Ingrédients :
Pour la pâte brisée : 250 g de farine type 55 - 120g de beurre coupé en petits morceaux - 1 jaune d’œuf - 6 cl d'eau – sel
Pour la garniture : 500g d'épinards – 2 pavés de saumon – 45cl de crème fraîche entière – 90g de chèvre frais - 4 œufs – 1càc de zeste de citron bio râpé très finement – 1 tige d'aneth - sel et poivre
Préparez d'abord la pâte. Mélangez dans la cuve un robot muni d'une pale la farine et le beurre jusqu'à obtenir une sorte de sablé.
Mélangez dans un bol, le jaune d’œuf, l'eau et une pincée de sel, puis versez l'ensemble dans le robot jusqu'à obtenir une pâte homogène.
Filmez la pâte avec un film alimentaire et réservez au frigo une trentaine de minutes.
Étalez ensuite la pâte dans un moule beurré et fariné d'environ 22cm.
Couvrez-la d'un papier sulfurisé, remplissez de poids de cuisson, de haricots ou comme moi de farine et enfournez dans un four préchauffé à 180° et laissez cuire une douzaine de minutes. Sortez du four, retirez le papier et son contenu et remettez au four pour 6 à 8 minutes en surveillant la cuisson, il faut que le fond soit bien sec mais pas trop doré.
Préparez la garniture. Hachez grossièrement l'aneth. Écrasez le chèvre à la fourchette.
Équeutez, lavez et séchez les épinards. Faites chauffer le beurre dans une grande sauteuse et mettez-y les épinards. Au début ça va être juste en taille mais les épinards vont vite tomber. Remuez-les jusqu'à ce qu'ils soient tout flétris. Égouttez-les ensuite bien bien, n'hésitez pas à les égouttez dans quelques feuilles de papier absorbants. Terminez en les hachant grossièrement.
Pochez les pavés de saumon dans une casserole d'eau frémissante légèrement salée pendant environ 5minutes. Égouttez-les, enlevez la peau puis effeuillez-les.
Fouettez rapidement les œufs dans un saladier, ajoutez la crème fraîche et mélangez, ajoutez les épinards et mélangez encore, ajoutez enfin le saumon, le chèvre, l'aneth et le zeste de citron, salez, poivrez et mélangez une dernière fois.
Versez la garniture sur le fond de tarte et enfournez pendant 30 à 35 minutes. La tarte doit être bien cuite dedans et bien dorée dessus. Vous n'avez plus qu'à déguster, éventuellement avec une petite salade d'herbes et de pousses.
« L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération. »
Mais pourquoi j'ai pas un joli rouge qui attend son tour ? est-ce que je vous raconte ça...

dimanche 24 mars 2019

P'tits pains pour l'apéro au cheddar et aux herbes ! Parce que des fois j'arrive à manquer d'idées...

A force de cuisiner, cuisiner, cuisiner certaines imaginent que je suis une sorte de corne d'abondance d'où tombent des recettes quelque soit la demande... Alors que des fois non justement.. parce que dans certains cas j'ai beau me gratter et me regratter la barbe, j'ai à peu près l'inspiration du bulot à marée basse voyant l'océan s'éloigner et se demandant comment rejoindre les flots bleus... et donc rien ne vient, rien ne sort ni de ma barbe, ni de mon imagination.
L'inspiration à trouver des recettes tous les jours, tous les... est une chose curieuse qui ne fonctionne pas toujours de la même manière. Quelques fois il suffit de poser un ingrédient devant moi et une sorte de frénésie cuisinière me fait remplir des pages et des pages d'idées et d'envies et d'autres fois donc... C'est curieux parce qu'il n'y a pas vraiment de logique dans tout ça, un jour un produit rare, que j'ai peine déjà goûté peut provoquer bien des choses et le lendemain un autre avec lequel j'ai déjà fait moult recettes me laisse aussi sec qu'un pingouin après un sauna dans le Sahara...
Et cette fois la demande était pourtant facile puisque Marie me demandait juste un p'tit apéro à emmener le soir venu à une soirée entre copines... Et là fanfaronnant j'ai lancé un mais comment donc ma p'tite dame, deux ou trois grattages de barbe et j'te fais ça dans la foulée ! Tu parles d'une foulée... Les seules recettes qui me venaient, je les avaient déjà faites et refaites, ou alors il me manquait ça et ça et ça... en fait presque tous les ingrédients pour pouvoir la préparer, ou montraient que j'étais à la limite de la surchauffe creative... Ce dont je commence à me rendre compte quand je suis en train de me dire qu'une p'tite trompe d'éléphant farcie aux nénuphars finalement ça s'rait pas une si mauvaise idée...
Heureusement, à ce moment-là je me suis souvenu que j'avais bien des adresses de cuisinières aussi inspirées qu'inspirantes chez qui je pouvais aller chercher une bonne idée et qu'en fouillant l'indispensable Amuses Bouche j'ai enfin trouvé, des petits pains visiblement aussi odorants que savoureux ! Ce qui m'a permis quelques heures plus tard, devant des p'tits pains pour l'apéro au cheddar et aux herbes de lancer un superbe « TsinTsin ! » et de faire ainsi retentir quelques applaudissement joyeux de ma demanderesse avant qu'elle enlève le plat sans que j'ai même le temps de le goûter...
P'tits pains pour l'apéro au cheddar et aux herbes !
Ingrédients : 450g de farine – 5g de levure de boulanger - 150g de cheddar – 2 oignons nouveaux – 4 branches de persil plat – 25cl d'eau - 2càc d'huile d'olive – 30g de beurre fondu – 1càc de fleur de sel
Commencez en coupant une trentaine de petits cubes de cheddar d'environ 1cm de côté puis râpez le cheddar restant.
Hachez assez finement les oignons nouveaux et le persil.
Mettez dans le bol d'un mixer équipé d'un crochet la farine, la levure de boulanger, 1càc de fleur de sel et l'eau et faites tourner jusqu'à ce que la pâte se décolle des parois puis laissez encore tourner pendant 5 minutes. Faites une boule avec la pâte et remettez-la dans le bol, couvrez d'un torchon puis laissez lever pendant une heure.
Ajoutez dans le bol l'oignon, le persil et le cheddar râpé et mélangez le tout en insistant bien.
Faites alors une trentaine de portions de pâte, ça fait des portions d'environ 30g, puis formez des boulettes avec.
Aplatissez légèrement une boulette, déposez un cube de cheddar dessus et refermez de manière à reformer une boule. Recommencez autant de fois que nécessaire en déposant les boulettes dans un plat légèrement beurré, je n'ai pas trouvé de plat rectangulaire comme Amuses Bouches, alors j'ai rempli deux plats ronds... Quand toutes les boules de pâte sont prêtes couvrez le plat ou les plats avec un torchon et laissez reposer de nouveau une heure.
Badigeonnez alors avec le beurre au pinceau, parsemez un peu de fleur de sel et enfournez pour une trentaine de minutes et... « TsinTsin ! »
Mais pourquoi, c'est la saison des nénuphars d'ailleurs ? est-ce que je vous raconte ça...