dimanche 20 janvier 2019

Mon gâteau croustifondant aux pommes... Parce qu'elles sont juste à point les pommes !

Je peux l'avouer du temps de mon passage à l'âge adulte et pendant quelques temps, quand j'ai commencé à me remplir moi-même le garde à manger, j'avais tendance à considérer ce qui était nouveau comme beaucoup plus fréquentable que... ce qui l'était moins. Peut-être qu'encore une fois je devais cette attitude à ma chère mère qui nous avait habitués pendant toute notre enfance à consommer pratiquement toujours les même fruits, les mêmes légumes, les mêmes viandes, les même poissons... d'ailleurs non, puisqu'on ne mangeait jamais de poisson. Enfin quoi qu'il en soit, ce qu'on mangeait à la maison était donc d'une triste répétition.
Du coup quand mon porte-monnaie a pris le pouvoir sur ma nourriture, je me suis jeté d'une manière presque effrénée sur tout ce qui ne ressemblait pas à ce que j'avais eu dans mon assiette pendant mon enfance... Les parents ne sont pas coupables de tout ce que font leurs enfant et ça m'arrange, mais des fois quand même un p'tit peu et dans ce cas un peu beaucoup !
Bon, comme la bouffe m'intéressait beaucoup beaucoup moins qu'aujourd'hui, je ne passais pas non plus ma vie à traquer la nouveauté de long en large dans les boutiques. C'est juste que quand j'avais déjà goûté quelque chose dans les rayons de mon Prisunic du coin eh bien ça disparaissait de mes courses à venir.
Aujourd'hui je suis toujours aussi curieux de nouveauté et il m'arrive de traîner le magasin toute une journée juste pour voir si les rayons pourraient me révéler un nouveau produit, une nouvelle tendance que je n'aurais pas encore vue passer. Mais aujourd'hui aussi je me rends compte que certaines de mes listes ressemblent à celles qu'aurait pu écrire ma mère...
Et c'est comme ça que la pomme est, par exemple, redevenue mon amie après bien des années d'absence... à cette différence près que je continue à découvrir les nouvelles venues et celles qui commencent vraiment à s'installer dans nos rayons. Et c'est comme ça que j'ai découvert il y a quelques temps la Tentation® , une pomme facile à reconnaître avec ses couleurs allant du jaune au rose orangé et son goût équilibré entre douceur et acidité. Une pomme que je peux déguster aussi bien à la pointe du couteau que cuisinée de bien des manières. Vous pouvez d'ailleurs retrouver ma précédente recette par ici : Mon granola Tentation. Et cette fois c'est donc en gâteau que j'ai eu envie de tester l'acidité et la douceur de la Tentation® et autant dire que ça a été mission accomplie !
Mon gâteau croustifondant aux pommes...
Ingrédients : 1 pomme Tentation® (la mienne faisait environ 240g) - 120g de beurre bien mou - 3 œufs - 150g de sucre en poudre - 180g de farine – 1 sachet de levure chimique – 90g de ricotta – 2càs de jus de citron – 90g d'amandes effilées – du sucre glace
Râpez la pomme avec une râpe à gros trous, pas la peine de l’éplucher, par contre vous pouvez faire comme moi et l'évider avant de la râper. Arrosez la pomme râpée avec le jus de citron.
Mettez dans la cuve d'un batteur équipé d'une pale (vous pouvez aussi le faire à la main) le beurre et le sucre en poudre et mélangez jusqu'à obtenir un mélange mousseux. Ajoutez les œufs un par un, puis, en mélangeant entre chaque ingrédients la ricotta, la farine et la levure, la pomme et 60g d'amandes effilées grossièrement écrasées entre les doigts.
Versez le tout dans un moule d'environ 22cm de diamètre parsemez sur le gâteau les amandes effilées restantes et enfournez dans un four préchauffé à 180° pendant 45 à 50 minutes.
Ensuite il n'y a plus qu'à sortir du four à attendre un peu et à saupoudrer généreusement de sucre glace avant de déguster.
Article sponsorisé
Mais pourquoi... découvrir la Tentation® un lapsus révélateur ? est-ce que je vous raconte ça...

lundi 14 janvier 2019

Mes p'tits biscuits aux dattes et sésame... Parce qu'encore une fois il me les fallait tout de suite...

Décidément des fois je suis capable de trépigner devant une recette parce que dès que je la vois je veux la faire tout de suite, là maintenant ! En fait ce n'est pas tant que je sois un enfant capricieux, qui veut son jouet même si Noël c'est dans... 11 mois, c'est juste que je me connais et que je sais que ce que je ne fais pas dans l'instant...
J'ai la mémoire d'un bulot à marée basse et je suis à peu près aussi organisé qu'un banc de truites voyant s'agiter l'asticot au loin, du coup je sais que si je « classe » la petite recette qui m'a fait de l’œil dans un dossier, que je classe lui-même dans un dossier que je pose sur une pile à côté bien d'autres... piles, eh bien il y a quand même des chances que, comme le pingouin cherchant dans un banc cette jolie sardine dorée aux yeux bleus croisée lors d'une précédente razzia, je ne la retrouve pas tout de suite, pas tout de suite du tout du tout du tout !
C'est donc pour ça que je la fais là tout de suite avant qu'elle ne s'évapore dans les piles et les piles où tout est bien classé... quelque part !
Et c'est donc ce que j'ai fait avec les p'tits biscuits aux dattes et sésame que j'ai trouvés sur le blog d'Ameera et Robin, Monkey and Me, un blog qui me fait baver régulièrement de joie devant les jolies recettes qui y sont proposées ! Une recette que j'ai à peine transformée pour la mettre à ma sauce...
Mes p'tits biscuits aux dattes et sésame...
Ingrédients : 180g de dattes Medjool dénoyautées (poids sans les noyaux) – 1càs de tahini – 150g de poudre d'amande – 30g d'amandes effilées légèrement dorées – ½ càc de levure chimique - ½ càc d'épices à pain d'épices – ¼ de càc de cannelle en poudre – 1 pincée de sel – des graines de sésame – des amandes effilées
Mettes les dattes dans un mixer et mixez-les sans trop insister. Ajoutez le tahini et redonnez quelques tours de mixer. Ajoutez la poudre d'amande, les amandes effilées, la levure chimique, les épices à pain d'épices, la cannelle et le sel et mixez jusqu'à ce qu'une boule de pâte se forme.
Formez ensuite des boulettes d'environ 30g avec la pâte. Roulez la moitié des boulettes dans des graines de sésame.
Déposez toutes les boulettes sur une plaque couverte de papier de cuisine et écrasez-les avec la paume de la main. Déposez deux amandes effilées sur chaque boule que vous n'avez pas couverte de graine de sésame... Je vous conseille d'ailleurs de ne pas faire comme moi et de mettre de côté quelques amandes effilées avant de vous rendre compte que vous n'en avez plus... ça vous évitera de tailler l'amande effilée une par une au couteau...
Enfournez la plaque dans un four préchauffé à 180° pendant 8 minutes, sortez la plaque, retournez les biscuits aplatissez-les légèrement puis remettez au four pendant 4 minutes.
Mon conseil c'est de les laisser ensuite refroidir et de les déguster alors qu'ils sont encore croustillants ou de les repasser un peu au four pour leur redonner du croquant.
Mais pourquoi, bon qu'est-ce que j'ai fait de la prochaine recette moi... est-ce que je vous raconte ça...

vendredi 11 janvier 2019

On cuisine le dimanche et on déguste toute la semaine ! Mon dernier livre à gagner...

Un jour où je déjeunais avec Pascale, elle m'a annoncé au détour d'une conversation... Je travaille sur mon prochain livre c'est sur le Batch Cooking... Là, je la regarde avec les yeux d'un pingouin devant une montagne de boîte de thon à qui ont aurait appris que le dernier ouvre-boîte vient de migrer sur Mars et je lui balbutie... Le Bateche Couking ? Pascale sourit gentiment parce qu'elle a toujours été prévenante avec moi et qu'elle sait que moi et les tendances culinaires... enfin qu'il m'arrive de me rendre compte qu'une mode est arrivée alors qu'elle est déjà repartie, et elle m'explique donc.

Et quelques mois après mon éditeur m'appelle et me demande si je ne ferais pas un livre sur le... Batch Cooking en me demandant si je connaissais et là forcément j'ai pu faire mon pingouin caqueteur et me lustrer un peu la plume puisque, oui je savais ! Et voilà comment j'ai commencé à penser ce drôle de livre qui vous propose de cuisiner le dimanche et de déguster toute la semaine un joli plat chaque soir !
Enfin j'ai surtout commencé par me gratter la barbe sauvagement pour écrire des menus complets, suffisamment équilibré, divers et variés, comprenant viande et poisson, petits voyages dans les cuisines exotiques et même plats végétariens... et surtout surtout où les plats s'enchaînent les uns après les autres lors de leur préparation le dimanche après-midi... et ça, ça m'a coûté quelques poils de barbe vous pouvez me croire !


Et quelques mois plus tard, mon livre, après celui de Pascale que vous pouvez retrouver chez elle, arrive aujourd'hui dans toutes les bonnes librairies ! Un ouvrage sortit aux éditions Solar et qui s'intitule donc Cuisiner à l'avance pour toute la semaine ! Et c'est ce livre dont je vous propose de gagner 5 exemplaire !
Pour tenter de gagner un exemplaire, c'est très simple il vous suffit d'indiquer dans les commentaires si vous êtes cuisine à l'avance ou pas ! Après 5 de vos commentaires seront tirés au sort et ils gagneront donc mon dernier livre ! Vous avez jusqu'à mercredi prochain, le 16 janvier, à minuit pour participer.
Et comme toujours n'oubliez pas de me laisser un mail dans votre commentaire au cas où vous soyez la gagnante ou le gagnant. Et si vous ne voulez pas laisser votre mail visible dans le commentaire, copiez votre commentaire et envoyez-le moi là doriancuisine@free.fr comme ça j'aurai votre mail.
L'ensemble des visuels qui illustrent cet article sont extrait du livre... à vous de jouer !
Mais pourquoi, bon et d'ailleurs dimanche je prépare quoi ? est-ce que je vous raconte ça...

jeudi 10 janvier 2019

Et si on faisait des bredeles toute l'année ? Les boules au chocolat !

A défaut de grands bonheurs j'ai toujours trouvé qu'une multitude de petits bonheurs eh bien c'était déjà bien et même très bien ! Et l'un de mes petits bonheurs dans le domaine de ce qui se mange, c'est de perdre un peu de temps à ne rien faire d'autre que de boire un café en me trempant le bredele... Enfin ça dépend des bredeles, en fait je ne trempe pas toujours, tous ne sont pas faits pour le trempage...
J'ai une affection pour ces petits biscuits qui nous viennent de l'est, des biscuits que j'ai découverts grâce à quelques blogueuses de par là-bas et à un voyage du côté de Strasbourg, il y a quelques années déjà, au moment du marché de Noël. Ce que j'aime avec les bredeles, c'est que j'ai l'impression qu'ils sont sans fin, enfin leur variété en tout cas, parce que sinon leur fin est même assez rapide en ma présence. Il y en a de toutes les formes et de presque tous les goûts et je ne me lasse pas d'en découvrir ! Et du coup je me dit que 2019 pourrait bien être l'année des bredeles chez moi et toute l'année parce que finalement, c'est bon toute l'année ces petites choses là !
Et donc pour commencer l'année sous le signe du bredele, c'est forcément chez Flo, son Flo de bonnes choses que j'ai été cherché comme souvent un de mes petits plaisirs cette fois complètement enchocolaté ! Des boules au chocolat, une recette que je n'ai pratiquement pas changé à part pour enlever quelques pincées de sucre...
Boules au chocolat
Ingrédients : 120g de chocolat noir râpé (et surtout pas fondu!) - 240g d’amandes en poudre - 150g de sucre en poudre - 2 œufs – ½ càc de cannelle (Flo est plus généreuse que moi elle en met 1càc – 45g de farine – du sucre glace
Mettez les œufs et le sucre dans la cuve d'un batteur (vous pouvez le faire aussi à la main bien sûr) équipée d'une pale (attention surtout pas d'un fouet!) et faites tourner jusqu'à ce que ça blanchisse.
Ajoutez tous les autres ingrédients et mélangez jusqu'à obtenir une pâte souple, c'est pratiquement inratable ! 
Vous faites ensuite des boules d'environ 50g (donc 50g...). Vous roulez dans le sucre glace et vous posez au fur et à mesure sur une plaque de four couverte de papier de cuisson. 
Laissez ensuite sécher sur la plaque une paire d'heures et au four ! A 150° pendant une petite vingtaine de minutes, ça va joliment craqueler. Ensuite il faut juste la patience d'attendre que ça refroidisse...
Mais pourquoi, bon le suivant à quoi je vais bien pouvoir le faire... est-ce que je vous raconte ça...

vendredi 4 janvier 2019

Ne m'appelez pas bolognaise ! Et si mon ragù vegan devenait mon meilleur ami...

La bolognaise a toujours été mon amie, toujours, toujours, toujours... Faite en deux temps trois mouvements avec quelques oignons jetés dans une poêle, un peu de viande et de sauce tomate toute prête ou préparée paisiblement à petit feu avec tout ce qu'il faut dedans d'herbes et d'arômes, une sauce qui cuit donc au bord du feu en embaumant la maison... La bolognaise est donc mon amie.
Et puis il y a quelques temps en passant chez Rose, j'ai vu qu'elle proposait une jolie sauce vegan, qui certes n'était pas la même que la bolognaise classique, mais qui me semblait fort fort savoureuse. Et lors d'une de nos rencontres, je lui ai demandé si elle était aussi bonne qu'elle le semblait et son grand sourire et son hochement de tête frénétique m'a fait comprendre qu'elle était effectivement tombée, elle et toute sa famille, sous le charme de cette nouvelle venue. Il ne m'en fallait pas plus pour que celle-la devienne une obsession...
Je n'ai jamais aimé transposer ce qui n'est pas en quelque chose qui existe déjà, juste par ce que ça ressemble à... En gros, et je l'ai déjà dit ici, je trouve que les nouvelles cuisines et particulièrement la cuisine vegan mérite mieux que de singer cette cuisine plus traditionnelle, la cuisine carnée. Cette cuisine-là, et encore plus depuis quelques temps, est foutument inventive, innovante et gourmande et c'est ce que j'aime y trouver, de la nouveauté, de la nouveauté, de la...
Et donc après avoir vu la sauce de Rose, je l'ai mise à ma propre... sauce et voilà donc mon ragù vegan que je n’appellerai donc jamais bolognaise ! Mais qui, après dégustation sauvage, est en passe de devenir lui aussi un ami... un très bon ami !
Mon ragù vegan
Ingrédients : 120g de protéines de soja (attention il faut prendre de l'émincé assez fin, le mien était trop gros mais ce n'est pas grave quelques coups de couteau et ça le fait, par contre mixer interdit sinon vous allez le réduire en farine!) - 100g de tofu fumé – 800g de tomates concassées – 10cl de vin rouge (attention si vous voulez faire vegan vegan ça doit être indiqué sur le vin ! Le vin étant quelques fois filtré au blanc d’œuf...) - 30cl de bouillon de légumes – 2 petites carottes – 1 petite courgette – 1 oignon blanc – 2 gousses d'ail – 4 tiges de basilic effeuillées – 1càc d'origan séché – 2càs d'huile d'olive – quelques pincées de pimenton (paprika fumé) – 1càc de sucre en poudre - sel et poivre
Commencez en découpant séparément en petits cubes les carottes, la courgette, l'oignon et l'ail, émincez le céleri en tranches fines. Coupez aussi le tofu fumé en petits cubes ou comme moi en rectangles (oui je sais ça ressemble à des lardons comme ça...).
Faites chauffer l'huile dans une grande sauteuse et jetez-y les carottes, l'oignon et l'ail et faites revenir le tout 5 minutes en remuant régulièrement. Ajoutez la protéine de soja, l'origan séché et le pimenton et remuez bien. Ajoutez le vin et mélangez bien le temps qu'il soit absorbé.
Ajoutez la courgette et le céleri, remuez le tout puis ajoutez le bouillon, la tomate concassée, le sucre en poudre et le tofu et prolongez la cuisson d'une dizaine de minutes à couvert puis découvrez et poursuivez la cuisson le temps que votre sauce prenne la consistance souhaitée. La mienne était bien généreuse et épaisse après une dizaine de minutes de cuisson.
Après vous n'avez plus qu'à jeter les feuilles de basilic dessus et déguster ! Avec des pâtes ou du riz c'est bien bien ! Mais je pense que la prochaine fois je vais tester avec des jackets potatoes...
Mais pourquoi, bon et maintenant on va découvrir quoi ? est-ce que je vous raconte ça...

lundi 31 décembre 2018

Et si on mettait un peu d'Alsace dans ce monde de brutes... Kouglof aux cranberries et au chocolat et crémant... d'Alsace forcément !

Ça y est, j'ai fini de me gratter la barbe et je suis dans les préparations de ce dernier repas... de l'année ! Un repas tout simple avec quelques amis, mes repas préférées, où l'exotisme et... l'Alsace vont se mélanger joyeusement. L'exotisme parce que je ne sais pas vraiment cuisiner sans et l'Alsace parce que je cherchais comment finir mon repas par une jolie gourmandise qui embaumera ma cuisine le temps de finir de préparer le reste du repas et que j'ai retrouvée dans mes archives, une recette de kouglof qui m'a semblé parfaite pour l'occasion.
Et le crémant parce que forcément avec le kouglof rien de m'a semblé plus à même de l'accompagner... Et comme par chance j'ai reçu trois jolies bouteilles de crémant, l'idée, de bonne, est devenue incontournable. J'ai toujours eu un faible pour le crémant parce que ce pétillant-là vous laisse le porte-feuille tranquille, surtout quand on le compare dans ce domaine à quelques riches voisins, et vous tapisse le palais agréablement, souvent avec pleins de parfums de fruits et d'arômes pour peu qu'on choisisse quelques jolies bouteilles comme celles que j'ai eu la chance de recevoir.
Trois bouteilles de crémant donc, un crémant d'Alsace Brut « les Natures » du Domaine Jean-Batiste Adam, un puissant délicat, prêt à vous offrir tout ses arômes de fruits blancs, un AOC crémant d'Alsace brut 2014 du Domaine Wach un autre puissant fruité, plein de saveurs et d'arômes et pour finir un AOC crémant d'Alsace Rosé Domaine François Braun & ses fils, tout en fraîcheur et en fruits rouges à qui je vais sans doute confier mon kouglof ! Les deux autres accompagnant le reste de mon repas...
Voilà donc quelques dernières idées de... dernière minute, si vous hésitez encore... et moi je retourne mettre la dernière main à mon repas.
Et je vous souhaite le meilleur réveillon du monde mesdames messieurs ! Et à l'année prochaine !
Kouglof aux cranberries et chocolat !
Ingrédients : 250g de farine – 60g de sucre en poudre – 1 œuf – 90g de beurre à température ambiante donc mou – 15g de levure fraîche – 10cl de lait – 1 pincée de sel - 45g de cranberries – 45g de chocolat noir haché - une quinzaine d'amandes
Mettez le lait et la levure émiettée dans le bol d'un robot équipé d'un crochet et donnez quelques tour. Laissez reposer 10 minutes et redonnez un tour de crochet.
Ajoutez le sucre en poudre, l’œuf, le beurre, la farine et le sel et faites tourner à petite vitesse le robot pendant une douzaine de minutes.
Couvrez alors le bol d'un film alimentaire et laissez reposer une bonne heure.
Versez la pâte sur un plan de travail fariné et repliez-la deux ou trois fois.
Pendant ce temps mettez les cranberries dans une tasse de thé chaud et laissez-les gonfler.
Égouttez bien les cranberries et déposez-les dans la pâte en même temps que le chocolat. Déposez les amandes dans les rainures au fond de votre moule à kouglof beurré et fariné. Pliez quelques fois la pâte, déposez-la également, couvrez d'un film alimentaire et laissez reposer encore une heure.
Enfournez 45 minutes environ dans un four préchauffé à 180°.
Laissez légèrement refroidir, démoulez et laissez finir de refroidir sur une grille.
Si vous voulez en savoir plus sur les vins d'Alsace et sur les crémant c'est par-là que vous trouverez bien des infos à ces sujets : Vins d'Alsace
" L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération. "

Mais pourquoi, pourquoi j'ai toujours la sensation d'oublier un truc... est-ce que je vous raconte ça...

dimanche 30 décembre 2018

En janvier variations autour de l'omelette norvégienne pour Cuisine Actuelle ! Trois recettes sinon rien...

Aujourd'hui et demain nous allons être beaucoup à nous gratter la barbe... enfin pour ceux qui en ont une, sinon la tête fera l'affaire... à nous demander ce que nous allons mettre dans les assiettes le soir venu quand nos familles ou nos amis vont se mettre à table.
De mon côté je n'ai encore rien choisi, l'inspiration viendra sans doute en feuilletant quelques pages et en allant voir chez mes p'tits commerçants préférés ce qui traîne dans leurs étals... Je trouverai bien enfin j'espère !
Et si, vous aussi, vous êtes à la recherche d'un dernier plat, d'une petite entrée ou de votre dessert, vous pouvez aller voir du côté du numéro de janvier de Cuisine Actuelle qui vous propose encore bien des idées pour ce dernier repas de l'année ! Et comme c'est le numéro de janvier, vous trouverez bien d'autres choses et notamment des jolies galettes parce que leur temps va bien vite arriver.
Quant à moi, pour ce numéro j'ai exploré les omelettes norvégiennes avec, comme chaque fois, l'envie de vous étonner avec mes variations, vous étonner et j'espère vous mettre furieusement en appétit ! Pops norvégiens, bombe glacée norvégienne et shots guimauve au citron... sont au programme que vous pourrez retrouver dans les pages du magasine, alors bonne dégustation !
Ce numéro de janvier est bien sûr, d'ores et déjà en kiosque, alors arrêtez de vous gratter la barbe...
Mais pourquoi, tiens d'ailleurs si je faisais une galette ? est-ce que je vous raconte ça...

samedi 29 décembre 2018

Elle est de retour... Elle, c'est Nigella Lawson ! Et le brocamole de Nigella à ma sauce !

Elles ont été nombreuses ces dernières années à essayer... Brillantes, cuisinant en diable, avec le feu dans les yeux et dans les casseroles, proposant une cuisine comme je l'aime, multicolore, multiculturelle, aussi gourmande que colorée, aussi parfumée qu'épicée... Il y a eu Beth, Giada, Ravinder, Gemma et Rach el, Laura et Clodagh et même Gwyneth... que ce soit avec leurs livres ou leurs émissions, toutes elles ont essayé avec leur cuisine et leurs charmes de la détrôner mais aucune n'a réussi à vraiment prendre sa place, la place de Nigella Lawson ! Il faut dire qu'entre nous c'est une vieille histoire, enfin c'est surtout moi qui vit notre l'histoire commune, elle, elle ne s'est pas encore rendu compte que nous...

Une histoire qui date du début d'ici et de ma découverte de ses premiers livres et des émissions qui allaient avec et pendant lesquelles je restais devant l'écran, hypnotisé par la... cuisine de brune gironde. Il faut dire que pendant tous ces moments passés ensemble, j'ai bien senti qu'elle cuisinait d'abord pour moi, il suffisait de regarder la direction de son regard, moi, et comme il n'y avait personne d'autre autour de moi, l'évidence devenait évidente...
Bon d'aucun et surtout d'aucune par chez moi ont sous-entendu certaines fois que ce n'était pas que sa cuisine qui me faisait rester devant mon écran fasciné comme un pingouin devant un documentaire sur la mise en boîte des sardines. Et bien sûr je ne pouvais pas nier que je... l'écoutais avec une attention plus qu'attentive, mais la cuisine demande de ne pas en manquer une miette si l'on veut reproduire une recette au geste près, d'où mon intérêt intéressé.
Et aujourd'hui elle revient donc, les années ont un peu passé mais sa... cuisine reste toujours aussi attirante, peut-être s'est-elle même allégée, assagie, devenue un peu moins généreuse, un peu moins de si, un peu moins de ça, une cuisine peut-être plus dans notre air du temps. Et une fois de plus j'ai craqué pour son dernier livre, son Simplement Nigella paru chez Hachette Cuisine que j'ai déjà dévoré plusieurs fois en le marquant page après page.
Et pour illustrer son livre je me suis arrêté à mon premier « marque'ta'page » qui n'était pas bien loin puisque c'est la deuxième recette de l'ouvrage, un guacamole qui ressemble à sa cuisine, un guacamole avec un drôle de nom pour indiquer qu'il n'y a pas que de l'avocat dans ce plat-là... le brocamole de Nigella ! Que j'ai un peu remis à ma sauce.
Le brocamole de Nigella à ma sauce !
Ingrédients : 1 petite tête de brocoli – 5cl d'huile de colza – 1càs d'huile d'olive – 1 bel avocat voir 2 moyens – 1 oignons nouveau – 6 tiges de coriandre – quelques traits de sriracha – le jus d'1 ou 2 citrons verts – sel et poivre
Commencez en taillant le brocoli en bouquets puis faites-le cuire dans une grande casserole d'eau bouillante salée pendant 3 minutes. Dès que le brocoli est cuit plongez-le dans dans un saladier d'eau bien froide. Égouttez-le bien bien, n'hésitez pas à bien le secouer puis à le mettre sur du papier absorbant pour enlever toute l'eau.
Mixez-le ensuite avec l'oignon et la coriandre grossièrement haché et les huiles de colza et d'olive. Ajoutez l'avocat coupé en cubes puis mixez de nouveau. Ajoutez enfin le jus de citron, la sauce sriracha et quelques pincées de sel et de poivre et mixez une dernière fois.
C'est prêt ! Vous pouvez servir en arrosant d'un filet d'huile d'olive et en servant avec des tranches de pain ou avec des bâtonnets de légumes.
Mais pourquoi, bon et les pâtisseries toujours aussi sages ? est-ce que je vous raconte ça...

jeudi 27 décembre 2018

Petit voyage en macédoine... parce que bien des légumes pourraient vivre dans une assiette !

Petit, le seul lieu de socialisation que j'ai connu était la salle de classe dans laquelle j'allais poser mes culottes courtes... Comme tout le monde ? Presque ! Parce que quand je dis la salle de classe, c'est vraiment que ça s'arrêtait là, je n'allais pas à la cantine, je ne faisais partie d'aucune activité péri-scolaire comme on dit aujourd'hui, pas de foot, pas de musique, pas de... Et surtout, surtout pas de vacances collectives !
Enfin jusqu'au jour où la maîtresse nous a fait écrire dans notre carnet de liaison, madame, monsieur, votre enfant partira en voyage scolaire du... au... voilà ce qu'il faut commencer à préparer. Et là nous avions collé une liste de choses que je n'aurais jamais pensé entrer dans une seule et unique valise comme c'était aussi précisé. D'ailleurs la première question qui m'a traversé l'esprit c'était valise ? Valise ? On a ça à la maison ? Je suis donc rentré à la maison le soir venu et j'ai tendu le papier à mes parents qui ont commencé à se préparer... à trouver toutes les solutions possibles pour que je ne parte surtout pas aux colonies !
Peut-être était-ce cette longue longue liste dont nous n'avions à la maison qu'à peine la moitié, il faut dire que ces colonies-là allaient se passer à la montagne et que nous, les vacances d'hiver on les passait au chaud... à la maison. Peut-être ça et d'autres raisons qui tiennent plus aux habitudes de ceux qui voyagent peu avec les autres et peu de toute manière, enfin je vais laisser sommeiller le sociologue qui sommeille en moi même si je sens qu'il aurait bien à dire... Surtout qu'au final ma maîtresse d'alors est restée inflexible et je suis donc parti vivre avec les autres pendant 15 longs longs jours...
Et surtout que j'ai découvert une autre nourriture que celle de ma mère et que j'ai compris pourquoi certains mots comme betterave, blette ou poisson, pour peu qu'ils soient suivis de bouilli, terrorisaient mes camarades ! Ces mot-là et bien d'autres donc comme un des plus terribles... Salade russe ! La salade russe que j'ai découverte là-bas était une sorte de macédoine de légumes très très cuits sortant à peine de leur boîte, que l'on avait visiblement oublié d'égoutter et qu'on avait arrosé d'une « mayonnaise » sans le moindre goût qui avait fini par se diluer dans l'eau des légumes... Une vision de cauchemar pour les enfants que nous étions.
Et pourtant une macédoine de légumes ça peut être un petit bonheur surtout si on a la bonne idée d'oublier la mayonnaise et qu'on l'accommode d'un simple filet d'huile d'olive, si elles servie en salade, ou de beurre fondu si elle servie chaude...
Ma macédoine de légumes et betteraves en salade
Ingrédients : 150g de haricots verts – 150g de petits pois – 150g de petites pommes de terre à chair ferme - 2 carottes nouvelles – 2 oignons nouveaux – 2 petits navets – 4 petites betteraves crues de couleurs différentes – 2 tiges de basilic effeuillées – huile d'olive – sel et poivre
Commencez en taillant les légumes. Coupez en petits tronçons d'environ 1,5cm les haricots verts, taillez en petits cubes les carottes et les navets. Pelez les betteraves et les pommes de terre. Faites cuire les betteraves dans une casserole d'eau légèrement salée pendant 5 minutes, ajoutez les pommes de terre et poursuivez la cuisson pendant une quinzaine de minutes. Si vous utilisez des betteraves jaunes et chioggia vous pouvez tout cuire en même temps, par contre si c'est de la betterave rouge, évitez ! Égouttez le tout, coupez les pommes de terre en petits cubes et les betteraves en quartiers. Taillez aussi les oignons nouveaux en fins quartiers.
Faites chauffer une autre casserole d'eau légèrement salée et quand elle arrive à ébullition, jetez-y les haricots, les carottes et les navets et faites cuire le tout 2 minutes. Ajoutez alors les petits pois et poursuivez la cuisson 3 minutes. Passez les légumes sous l'eau froide et laissez-les s'égoutter.
Vous pouvez alors mélangez tous les légumes avec les oignons nouveaux et les feuilles de basilic, un peu de sel et de poivre, un filet d'huile d'olive et servez ! C'est un peu long à tailler mais c'est si bon !
Mais pourquoi, bon et il y avait quoi d'autre à manger d'ailleurs... est-ce que je vous raconte ça...

mercredi 26 décembre 2018

Petit apéro entre amis et si on se roulait l'arancini... Mes arancini parfumés mozzarella tomates séchées et basilic !

La cuisine du lendemain est pour moi un peu un mystère. Je l'ai souvent dit par ici je n'ai pas la cuisine spontanée et la cuisine du lendemain doit l'être parce qu'il faut souvent inventer quelque chose d'autre avec ces aliments qui se meurent dans votre frigo... Et ça, pour moi, ce n'est donc vraiment vraiment pas naturel !
Sauf qu'avec l'habitude j'ai quelques plats du lendemain qui n'attendent qu'une occasion pour bondir dans mes casseroles, le bœuf mironton du jour d'après le pot au feu, les lasagnes d'après poulet basquaise.... je vous donnerai la recette un de ces prochains jours... et les arancini du lendemain d'un risotto font partis de ceux là. 
Mais de temps en temps l'envie d'arancini devient trop forte et il m'arrive alors de me jeter dans un risotto que personne ne mangera, planqué qu'il se retrouve au fond du frigo à peine préparé, pour que je puisse à un moment m'écrier... Tiens, tiens ça s'rait pas un risotto en train de mourir dans mon frigo ? Est-ce que je f'rais pas des arancini ?
Bon depuis le temps je pense que que personne n'y croit chez moi, ils savent qu'ils n'ont pas mangé de risotto ni la veille, ni l'avant veille, ni... Mais comme ils aiment mes arancini presque autant que moi, ils font tous oui oui ! Avec des sourires complices... Et c'est ce qui est arrivé hier soir !
Mes arancini parfumé mozzarella tomates séchées et basilic !
Ingrédients pour un vingtaine d'arancini : 250g de riz à risotto – 10cl de vin blanc - 70cl de bouillon de légumes – 2 oignons nouveaux (le blanc seulement) – 1càs d'huile d'olive – 20g de beurre – 30g de parmesan râpé (on râpe le parmesan) - 1 boule de mozzarella – 1 vingtaine de petites feuilles de basilic – 4 beaux quartiers de tomates séchées – 1 bol de panko ou de chapelure – 2 œufs – sel et poivre
Commencez par le risotto.
Hachez les oignons nouveaux en tout petits cubes.
Dans une casserole versez l’huile d’olive et faites revenir l’échalote jusqu'à ce qu'elle soit bien tendre et commence à peine à colorer. Ajoutez le riz, remuez pendant 1ou 2 minutes, le temps qu'il soit bien nacré.
Versez le vin blanc et laissez réduire jusqu'à ce que le vin soit complètement absorbé.
Ajoutez au fur et à mesure le bouillon, louche par louche, tout en remuant constamment jusqu’à cuisson complète du risotto, comptez une vingtaine de minutes.
Quand le riz est cuit, ajoutez le beurre coupé en petits morceaux et le parmesan et remuez le tout jusqu'à ce que le risotto soit bien onctueux. Laissez-le complètement refroidir.
Coupez la mozzarella en petits cubes et hachez finement les tomates séchées.
Faites des boulettes de riz d'environ 40g.
Prenez une boulette dans la paume de votre main aplatissez-la et posez un cube de mozzarella, un peu de tomate séchée et une feuille de basilic. Repliez le riz de manière à y enfermer la farce. Compressez la boulette de riz en lui donnant une forme bien ronde. Réservez et recommencez autant de fois que nécessaire.
Une fois que tous les arancini sont formés, versez le panko dans une assiette et les œufs battus dans une autre. Roulez les arancini d'abord dans l'œuf, puis dans le panko, encore dans l'œuf et enfin de nouveau dans le panko.
Faites ensuite dorer les arancini dans un bain d'huile chauffé à 160° jusqu'à ce qu'ils soient bien dorés.
Réservez-les au fur et à mesure sur du papier absorbant.
Dégustez les arancini encore bien chauds.
Et à l'heure de l'apéritif essayez une association étonnante en servant les arancini avec du... cidre ! Le cidre Rubis Loïc Raison par exemple ! Un cidre aussi joliment coloré que parfumé qui fera merveille avec les délicieuses boulettes !

Mais pourquoi, j'aurais pas un pot au feu qui traîne moi... est-ce que je vous raconte ça...