vendredi 15 janvier 2021

Notre cacio e pepe au zaatar... parce que le même cuisinier nous tracasse toujours...

Avec Nicolas, quand nous cuisinons à distance nous passons parfois plus de temps, comme je l'ai déjà dit, à choisir LA ou LES recettes du jour que vraiment à la cuisiner... Et ce n'est pas du temps perdu parce que pour moi, et sans doute pour lui, c'est aussi ce qui nourrit notre imagination, ce sont ces moments d'échanges entre passionnés qui enrichissent nos cuisines ! Il faut dire que nous ne manquons ni l'un ni l'autre d'envies et d'idées...

Sauf que depuis un moment ça va quand même " un peu " plus vite parce que nous explorons la cuisine de Yotam Ottolenghi et Ixta Belfrage et et que cette cuisine-là nous met souvent d'accord ! Et une fois encore c'est une recette de Flavour qui a retenu nos attentions, une recette à sa manière bien particulière et parfumée d'un grand classique le cacio et pepe que nous avons mis à peine à notre sauce !

Notre cacio e pepe au zaatar...

Les courses :

240 g de spaghettis - 30 g de beurre - 1 c. à café de zaatar - 1/2 c. à café de poivre concassé - 60 g de parmesan râpé très finement - 15 g de pecorino romano - 1 c. à soupe d'huile d'olive - Quelques feuilles de menthe et d'origan frais (dans la recette originale c'est seulement de l'origan frais) - sel et poivre

Faites cuire les pâtes al dente dans une grande casserole d'eau légèrement salée, attention cuisson al dente veut dire qu'il faut cuire un peu moins qu'indiqué sur l'emballage. Égouttez-les en réservant 30 cl d'eau de cuisson des pâtes.

Faites mousser le beurre dans une grande sauteuse à feu assez vif. Ajoutez le zaatar et le poivre et remuez pendant 1 minute. Ajoutez les 30 cl d'eau de cuisson des pâtes et portez à ébullition puis laissez réduire à petits bouillons pendant quelques minutes. Ajoutez les pâtes et mélangez vivement.

Ajoutez la moitié du parmesan et mélangez bien jusqu'à ce que le parmesan soit complètement fondu. Ajoutez la deuxième moitié du parmesan et mélangez encore vivement et terminez en faisant la même chose avec le pecorino, vous devez alors avoir une jolie sauce qui enrobe les pâtes. N'hésitez pas à ajouter un poil d'eau si la sauce fait quelques grumeaux ou n'est pas assez fluide.

Jetez dans les assiettes et terminez en parsemant quelques herbes, mais ça peut aussi être plus classiquement seulement de l'origan.

Mais pourquoi, je sens que la prochaine fois le céleri boule... est-ce que je vous raconte ça...

mardi 12 janvier 2021

Ma tarte aux kiwis très exotique tique tique ! parce l'exotisme fait maintenant partie de nos assiettes...

Du temps de mes culottes courtes, certains fruits et légumes qui aujourd'hui peuplent nos assiettes avaient alors un furieux goût d'exotisme, alors qu'aujourd'hui ils sont tellement entrés dans nos cuisines qu'on s'étonnerait presque d'apprendre qu'elles n'y ont trouvé leur place qu'il y a quelques années... bon quelques dizaines d'années plutôt.

Tiens par exemple, ce kiwi qui maintenant se retrouve dans bon nombre de nos desserts, de nos brunchs et même de quelques plats salés. Ce drôle de fruit que j'ai découvert pendant mon enfance n'a été appelé kiwi qu'à la fin des années cinquante... du siècle dernier. Certes c'est un temps que les moins de vingt ans... ni moi d'ailleurs n’avons pas connu, mais ce n'est pas si loin que ça...

Bien sûr depuis le kiwi a perdu, et tant mieux, de son exotisme puisque maintenant il est très largement produit par chez nous et qu'il dispose même d'une IGP, le kiwi de l'Adour. Et l'on peu donc le consommer, pour peu qu'on fasse attention à ses dates de production, sans qu'il vienne du bout du monde.

Et c'est donc ce kiwi en version bicolore aujourd'hui que j'ai envie de vous proposer sous forme d'une jolie tarte où il est rejoint par d'autres fruits... exotiques !

Ma tarte aux kiwis très exotique tique tique !

Les courses :

- 1 rouleau de pâte sablée - 8 kiwis verts et jaunes - 1 blanc d'œuf - 4 càs de gelée de fruits de la passion

Pour la crème : 20cl de lait - 25cl de lait de coco - 4 jaunes d'œufs - 60g de sucre en poudre - 45g de Maïzena - 1 gousse de vanille - 2 feuilles de gélatine

La cuisine :

Étalez la pâte sablée et couvrez-en un moule à tarte d'environ 24 cm beurré et fariné. Couvrez la pâte avec une feuille de papier de cuisson puis avec des poids de cuisson ou des haricots secs et enfournez 15 minutes das un four préchauffé à 180°.

Sortez le moule du four, retirez le papier de cuisson et son contenu. Badigeonnez le fond de tarte avec le blanc d'œuf puis enfournez de nouveau entre 5 et 10 minutes le temps que la pâte soit bien dorée. Laissez refroidir.

Étalez la gelée de fruit de la passion sur le fond de tarte.

Faites tremper les feuilles de gélatine dans un bol d'eau froide.

Versez les deux laits dans une casserole, grattez la gousse de vanille au-dessus de la casserole et portez à ébullition.

Fouettez dans un saladier les œufs et le sucre jusqu'à ce qu'ils blanchissent. Ajoutez la Maïzena et incorporez-la. Tout en continuant de fouetter versez les laits dans le saladier en filet. Versez le contenu du saladier dans la casserole et faites chauffer à feu moyen en remuant régulièrement jusqu'à ce que la crème épaississe. Laissez tiédir puis versez-la sur le fond de tarte et laissez refroidir avant de mettre au frigo pendant une paire d'heures.

Pelez et coupez les kiwis en tranches puis déposez les tranches sur la crème.

Vous pouvez parsemez un peu de noix de coco légèrement torréfiée sur la tarte juste avant de la déguster.

Mais pourquoi, tiens et le fruit de la passion il est arrivé quand par ici ? est-ce que je vous raconte ça...

dimanche 10 janvier 2021

Nos dumplings au chou chinois parce que ma cuisine est régulièrement habitée...

Du temps de mes culottes courtes il m'arrivait souvent d'aller m'installer dans le lilas du jardin avec quelques petits livres de science-fiction à pas cher, souvent de la collection Anticipation, avec leurs couvertures flashy et leurs histoires qui m'entraînaient souvent au cœur du futur. C'était mon moyen de m'évader de notre jardin familial en me dirigeant vers les étoiles à bord de vaisseaux spatiaux étranges peuplés d'hommes du futur qui me promettaient un monde bien bien différent de celui dans lequel je vivais.

Et du haut de mon arbre, qui n'était d'ailleurs pas bien haut, je m'imaginais dans ce 21e siècle encore lointain, à bord des voitures volantes qui me conduiraient vers l'astroport, affublée de ma combinaison rouge fluo, j'aimais bien le rouge fluo... à l'époque, d'où je pourrais enfin m'envoler travers le ciel et les nuages, traverser l'atmosphère et éventuellement quelques galaxies si l'envie m'en prenait... pour vivre d'aventureuses aventures.

Bon, maintenant que je vis au 21e siècle depuis quelques années... je me rends compte que ce siècle-là ressemble quand même pas mal à celui pendant lequel un simple lilas pouvait encore résister à mon poids... Enfin, il y ressemble presque...

Parce que maintenant quand je cuisine chez moi, souvent je suis réellement seul mais virtuellement bien accompagné ! Et c'est encore ce qui est arrivé l'autre jour avec Valérie et Nicolas avec qui nous avons passé une bien bonne matinée à cuisiner de jolies choses à manger... d'autant meilleures grâce à cette cuisine partagée... et donc notamment des dumplings trouvés par Nicolas du côté du blog de Madeline Lu, une recette que nous avons chacun mise un peu à notre sauce !

Nos dumplings au chou chinois

Les courses :

Pour la pâte : 120g de farine - 6cl d'eau chaude - 1 pincée de sel

Pour la garniture : 1/2 chou chinois - 1 càs de gingembre râpé - 1 gousse d'ail râpé - 2 échalotes hachées très finement - 2 cives émincées très finement - 1 càs de sel - de la sauce sriracha

Pour la cuisson : 2 càs d'huile de tournesol - 30cl de bouillon de légumes - 2càc de sauce soja - le vert d'1 poireau finement émincé

Commencez en préparant la pâte à dumplings.

Mélangez dans un saladier la farine, le sel et l’eau chaude. Mélangez rapidement à la cuillère au départ, puis pétrissez à la main environ 5 minutes pour avoir un mélange lisse et homogène, qui ne colle pas aux mains.

Emballez la pâte dans du film alimentaire et laissez reposer une heure à température ambiante.

Pendant ce temps préparez la garniture. Coupez le chou en 4 dans la longueur puis en très très fines tranches. Mettez dans un saladier, saupoudrez le sel et laissez dégorger une bonne trentaine de minutes. Mettez-le alors dans une passoire et passez-le sous l'eau pour éliminer le sel. Essorez bien ! Personnellement je l'ai mis dans un torchon avant de lui torde le cou... au torchon !

Mettez-le alors dans un mixer et ajoutez le gingembre, l'ail, les échalotes, les cives et de la sauce sriracha à votre goût, pas trop c'est bien ça pique vite. Et donnez quelques tours de mixer rapide, n'insistez pas il ne s'agit pas de hacher fin mais de mélanger en hachant rapidement.

Vous pouvez préparer la pâte.

Coupez-la en deux et faites deux boudins d'environ 24cm de long, coupez chaque boudin en douze petits morceaux de 2cm, vous avez donc de quoi faire 24 dumplings.

Faites 24 petites boules rondes. Étalez en quatre en farinant légèrement votre plan de travail de manière à obtenir 4 disques d'environ 8cm de diamètre.

Déposez 1 belle cuillère à café de garniture et refermez les dumplings. Il faut d'abord ramener deux côté opposé puis les autres bords en plissant la pâte puis finir en pinçant la pâte pour sceller les dumplings. Une fois fermés, déposez-les sur une assiette avec un peu de farine dessus, sinon les dumplings vont coller et se déchirer.

Recommencez la même chose avec le reste des petites boules de pâte.

Une fois terminés les dumplings vous pouvez les faire cuire, vu la quantité il vaut mieux le faire en deux fois.

Versez un peu d'huile dans une grande poêle et dès qu'elle est chaude posez la moitié des dumplings dedans. Faites leur rapidement dorer les fesses à feu assez vif, 2 à 3 minutes. Arrosez avec la moitié du bouillon et de la sauce soja, parsemez la moitié du poireau, baissez le feu, couvrez et laissez cuire jusqu'à ce que les dumplings soient cuits, comptez 5 minutes.

Servez avec de la sauce soja et de la sriracha.

Mais pourquoi, bon alors elles volent les voitures ? est-ce je vous raconte ça...

mercredi 6 janvier 2021

Nos amaretti très parfumés pour commencer l'année en chantonnant Sweet ! sweet ! sweet...

Je ne sais pas pourquoi mais quand nous nous sommes demandé ce que nous allions cuisiner ensemble, à travers nos écrans, avec Nicolas, nous n'avons pas hésité pour nous dire qu'une petite sucrerie... Peut-être parce que nous avions envie de douceur pour commencer cette année après celle que nous venons tous de vivre. Et une fois que nous avons décidé que le sucré allait s’installer dans nos cuisines nous ne nous sommes pas demandé où nous allions fouiller pour trouver notre recette du jour... Sweet, sweet, sweet forcément Yotham Ottolenghi ! 

Et voilà comment nous nous sommes retrouvés à préparer des jolies amaretti en forme de bouchon, des amaretti qui ont été dévorés avec un p'tit café !

Nos amaretti très parfumés

Les courses :

180g d'amandes en poudre - 90g de sucre en poudre - 60g de blanc d’œuf - 20g de miel liquide - quelques gouttes d'extrait d'amande amère - 1/2 càc d'eau de fleur d'oranger - 1càc de zeste de citron finement râpé - 1càc de zeste de mandarine finement râpé (normalement c'était de l'orange) - 60g d'amandes effilées - 30g de sucre glace - 1 pincée de sel

La cuisine :

Mélangez dans un saladier la poudre d'amande, le sucre en poudre, les zestes et le sel.

Portez à ébullition le miel dans une petite casserole et dans le même temps commencez à fouetter les blancs d’œufs dans le bol d'un robot ou dans un saladier avec un fouet électrique. Retirez le miel du feu et versez-le en filet sur les œufs qui ont monté en neige, surtout sans arrêter de battre ! Une fois tout le miel versé continuez de battre jusqu'à ce que les blancs soient bien lisses et onctueux.

Remplacez le fouet de votre robot par la feuille.

Ajoutez le contenu du saladier, l'extrait d'amande et l'eau de fleur d'oranger puis mélangez le tout jusqu'à obtenir une pâte homogène. Ramassez la pâte, faites en une boule, mettez dans un saladier et hop au frais pendant 1 heure.

Coupez la pâte en 4 puis faites-en des boudins d'une trentaine de centimètres de long. Étalez les amandes effilées sur votre plan de travail et roulez les boudins dedans de manière à les " cuirasser " d'amandes. Déposez-les ensuite sur une plaque couverte de papier sulfurisé. J'ai utilisé une large règle pour faire le déplacement sinon ce n'est pas évident ! Et retour au frais pendant 2 heures, ça peut être plus.

Mettez le sucre glace dans une assiette creuse. Coupez les boudins en cinq puis roulez-les dans le sucre glace, enlevez le surplus de sucre glace et reposez sur la plaque couverte de papier sulfurisé.

Et direction le four ! Enfournez dans un four préchauffé à 180°C pendant 12 à 15 minutes en retournant la plaque à mi-cuisson.

Après il n'y a plus qu'à attendre que ça refroidisse avant de les dévorer !

Mais pourquoi, Sweet, sweet, sweet... est-ce que je vous raconte ça...

jeudi 31 décembre 2020

Nos financiers au café et aux noix de pécan... pour finir l'année en douceur !

Dernière recette de l'année et une recette tout en douceur parce que je trouve qu'on a bien besoin de ça par les temps qui courent ! Et quand nous avons cherché quelque chose de doux à cuisiner avec Nicolas, mon complice de cuisine, nous nous sommes rappelé que nous avions tous les deux Sweet de Yotam Ottolenghi et que nous n'avions pas encore réalisé la moindre recette du livre... une erreur que nous avons décidé d'arranger sur le champ ! Enfin le temps que nous décidions quelle recette faire, ce qui, comme d'habitude avec nous, a pris un peu de temps et bien des hésitations.

Finalement nous nous sommes décidé pour ces financiers qui ont presque tous été dévorés séance tenante à la maison et que nous avons un remis à notre sauce en enlevant surtout pas mal de sucre par rapport à la recette originale.

Et comme c'est la dernière recette du dernier jour de l'année enfin terminée... j'en profite pour vous souhaiter pour celle qui vient du bon, du doux, du plaisir et peut-être encore plus du partage ! Parce que, quant à moi, c'est sans doute ce partage avec vous qui m'a manqué le plus le long de cette foutue année.

Nos financiers au café et aux noix de pécan...

Les courses :

Pour les financiers : 90g de noix de pécan - 90g de chocolat noir - 90 g de farine - 120g de beurre - 150g de sucre glace - 1càc de levure chimique - 90g de poudre d'amande - 210g de blancs d’œufs - 1càc de café lyophilisé

Pour le glaçage au café : 120g de sucre glace - 1càc de café lyophilisé - 2cl de lait chaud - 9g de miel liquide

La cuisine :

Hachez les noix et le chocolat.

Mettez le beurre dans une petite casserole et faites-le chauffer à feu moyen. Laissez-le sur le feu jusqu'à ce que la mousse qui va se former au-dessus du beurre colore très légèrement et tombe au fond de la casserole. Attention il ne faut pas faire noircir le beurre, sinon il faudra recommencer, noisette pas plus !

Filtrez le beurre pour enlever les impuretés tombées au fond.

Mettez la farine, la levure, le sucre glace, le café lyophilisé et la poudre d'amande dans un saladier et mélangez bien le tout.

Ajoutez les blancs d'œufs et mélangez, ne fouettez pas, mélangez.

Ajoutez le beurre et mélangez de nouveau.

Terminez en ajoutant les noix et le chocolat.

Laissez reposer une demi-heure au moins.

Beurrez et farinez des moules à muffins, des petits ou des grands, moi j'ai choisi de faire les deux.

Versez la pâte dans les moule en remplissant au 3/4.

Enfournez dans un four préchauffé à 210° et faites cuire une vingtaine de minutes pour les grands et une douzaine de minutes pour les petits. Comme toujours il vous faudra peut-être ajuster un peu le temps, aucun four ne cuisant de la même façon.

Pendant ce temps, préparez le glaçage. Mélangez tous les ingrédients dans un grand bol et mélangez jusqu'à obtenir un glaçage homogène, n'hésitez pas à ajuster les quantités si nécessaire.

Quand les financiers sont cuits laissez-les refroidir puis trempez-leur la tête dans le glaçage en laissant s'écouler le surplus. Pour finir déposez une noix de pécan sur chaque financier avant que le glaçage ne sèche.

Mais pourquoi, bon et maintenant un p'tit thé et un financier... est-ce que je vous raconte ça...

mercredi 30 décembre 2020

Cromesquis ou arancinis de foie gras aux noisettes et au piment d'Espelette... entre les deux mon cœur balance...

Certaines fois j'hésite... Je devrais plutôt d'ailleurs dire que j'hésite tout le temps, mais ça vous le savez déjà si vous venez de temps en temps par ici. Comme vous le savez sans doute aussi, ces hésitations peuvent chez moi durer des heures et même ne pas finir puisque je n'aime pas choisir entre ça et ça... je n'aime pas du tout du tout du tout !

Alors généralement je me simplifie la tâche en ne me laissant pas de choix, aussi difficile qu'épineux, dans ce que je fais, et particulièrement dans ce que je cuisine. Sauf que des fois le diable vient se glisser dans l'histoire...

Tiens par exemple, l'autre jour j'avais décidé de faire des cromesquis avec le joli bloc de foie gras entier des Landes mi-cuit que la Maison Lafitte avait eu la bonne idée de m'offrir. J'avais même eu la recette avec, donc a priori rien à choisir, juste à faire... Sauf qu'à un moment, j'ouvre mon frigo, sans doute pour chercher quelque chose qui ne s'y trouvait même pas... Donc j'ouvre la porte et me voilà nez à nez avec un reste de risotto de la veille et là le diable commence à me souffler à l'oreille... cromesquis ou arancinis ?

Comme je sais d'expérience que je pouvais rester là des heures à commencer à me geler devant ma porte ouverte, j'ai décidé, assez rapidement pour une fois, de ne pas choisir ! ça ne serait pas l'un ou l'autre, mais l'un et l'autre !

Cromesquis et arancinis foie gras aux noisettes et au piment d’Espelette !

Pour les cromesquis :

Les courses :

Un bloc de foie gras entier des Landes mi-cuit Lafitte (il vous en restera beaucoup mais vous pourrez le finir sur du pain toasté tout simplement !) – 2 œufs – 30g de farine – 30g de poudre de noisettes - 3 pincées de piment d’Espelette - 60g de chapelure (j'ai utilisé du panko) – sel et poivre – un bain d'huile de friture

La cuisine :

Découpez le foie gras en cubes d’environ 2 cm de côtés.

Réalisez des boules de foie gras avec les mains puis réservez-les au frais une trentaine de minutes. Vous pouvez aussi passer les boulettes au congélateur mais moins longtemps.

Versez la farine, du sel, du poivre et le piment d’Espelette dans une petite assiette creuse et mélangez.

Versez la chapelure et la poudre de noisettes dans une autre assiette et mélangez.

Battez les œufs dans une troisième.

Panez les boules de foie gras, d’abord dans la farine, puis dans l'œuf battu et enfin dans la chapelure à la noisette. Insistez bien avec la farine et la chapelure.

Répétez l'opération mais seulement en passant dans l’œuf et la chapelure.

Réservez au frais une trentaine de minutes. Faites chauffez votre bain d’huile à 180°C, plongez les petits cromesquis et laissez-les dorer une minute.

Égouttez-les puis déposez-les sur une feuille de papier absorbant afin de retirer l’excédent d’huile. Attendez un peu avant de déguster !

Pour les arancinis :

Les courses :

On ne change rien, on ajoute juste 90g de risotto (le mien était nature, sans sauce tomate) par arancinis, donc pour 6 ça fait 540g de risotto

La cuisine :

On prépare les boulettes de foie gras de la même façon mais on les fait plus petites, en partant de cubes d'1,5 cm c'est assez.

Une fois passées au réfrigérateur, on enrobe les boulettes dans le risotto et on les ferme en insistant bien.

On passe les arancinis dans la farine, l'œuf battu et la chapelure, une seule fois en insistant bien bien.

Et pareil, direction la friture à 180°C. On les dépose aussi sur du papier absorbant en attendant de toutes les finir. Là, par contre il ne faut pas attendre et les déguster encore chauds !

Et donc cromesquis ou arancinis à vous de choisir !

Produit offert

Mais pourquoi, après il faut choisir de les manger le midi ou le soir... est-ce que je vous raconte ça...

lundi 28 décembre 2020

Ma galette aux noisettes parce que ce qu'on préfère dans la galette c'est... la galette !

A chaque fois qu'on se rapproche de la date de la galette à la maison il y a une histoire qui revient inévitablement... Une de ces anecdotes que l'on ressort avec plaisir régulièrement parce qu'elle fait partie de l'histoire familiale.

Cette histoire-là date d'il y a fort fort longtemps... puisque mon hamster de fils arrivait encore à se glisser sous la table à l'heure de choisir à qui irait la part de galette à grand renfort de... C'est pour qui celle-là ? ça l'amusait encore... Bon aujourd'hui vu sa taille et son âge même sous la torture ou pour faire plaisir à ses vieux parents, il me regarderait d'un air qui fait monter les yeux au ciel avant de conclure mes espoirs d'un... M'enfin papa !

Donc à cette époque, la télévision était venue à la maison pour un petit tournage autour de la galette et du prix de la galette et après avoir filmé la préparation, la dégustation et tout l'toutim voilà que la journaliste, pour conclure le reportage, demande à mon fils... Qu'est-ce que tu préfères dans la galette ? Et lui sortant de sous la table avec une logique implacable répond... Ben la galette !

Depuis on se rappelle tous du sourire hilare de David Pujadas à la fin du reportage face à cette logique enfantine et donc on en parle encore presque tous les ans...

Et cette année, comme souvent, je vous propose donc une galette cette fois très très noisettes ! Une galette que je vous propose de déguster avec un cidre Perle de cidre fruité Val de Rance. Un cidre aux bulles fines, à la robe or et cristalline, développant des arômes légèrement acidulés avec de subtiles notes florales et d’agrumes, un cidre parfait pour ce moment festif qu'est le partage de la galette...

Ma galette aux noisettes

Les courses :

- 2 pâtes feuilletées - 1 jaune d’œuf - 45g de pralin - 45g de noisettes entières - 4cl d'eau - 20g de sucre en poudre

Pour la crème de noisettes : 120g de crème pâtissière - 60g de poudre de noisette - 45g de pralin - 60g de beurre mou - 60g de sucre glace - 1 œuf

La cuisine :

Préparez la crème de noisettes. Mélangez le beurre et le sucre glace. Ajoutez la poudre de noisette et le pralin et mélangez. Terminez en ajoutant l’œuf et en mélangeant encore.

Mélangez la crème pâtissière à la crème de noisettes.

Étalez une pâte feuilletée sur un papier sulfurisé, étalez la garniture de manière à obtenir un disque d'environ 16cm de diamètre. Mouillez au pinceau avec de l'eau la partie sans garniture. Posez la deuxième pâte par-dessus en chassant bien l'air. Scellez bien la pâte en appuyant tout autour de la garniture avec le pouce. Posez un cercle ou une assiette d'environ 20cm de diamètre sur la pâte et découpez le surplus de pâte avec un cutter ou un couteau.

Mettez au congélateur une vingtaine de minutes.

Sur une plaque couverte avec le papier sulfurisé, retournez la galette de manière à mettre la partie bombée en dessous. Badigeonnez le dessus avec le jaune d’œuf puis passer au réfrigérateur pendant 20 minutes. Badigeonnez alors une deuxième couche de jaune d’œuf. Faites un petit trou au centre de la pâte avec un cure dent puis tracez avec la pointe 8 parts égales, attention à ne pas percer la pâte.

Réservez 2 heures au réfrigérateur.

Enfournez 10 minutes dans un four préchauffé à 200° puis prolongez une trentaine de minutes à 180° en surveillant la cuisson.

Pendant ce temps, mixez grossièrement les noisettes entières, ajoutez le pralin et redonnez un tour de mixeur. Portez à ébullition l'eau et le sucre en poudre dans une petite casserole et continuez à frémissements pendant 1 minute.

Sortez la galette du four, badigeonnez sans attendre le sirop à l'aide d'un pinceau sur 4 parts et parsemez dessus les noisettes au pralin.

Laissez tiédir ou refroidir avant de déguster.

Vous pouvez retrouver les cidres Val de Rance sur leur site.

Article sponsorisé

" L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération."

Mais pourquoi, et c'est toujours la galette qu'on aime... dans la galette ! est-ce que je vous raconte ça...

samedi 26 décembre 2020

Tarte Bakewell pour un tea time à Downtown Abbey !

L'amateur de polar noir et de science fiction que je suis, autant vous le dire, n'est pas très sensible à ces séries où on voit régulièrement des vieilles dames anglaises, ou pas que des veilles d'ailleurs, lever le petit doigt à l'heure du thé pour se raconter des histoires de famille... Bon, je suis d'accord, c'est un raccourci très court de ce que peut être Downtown Abbey ! Donc pas la peine de sortir le goudron et les plumes... on fait déjà ça très bien quand je dis ça à la maison.

Sauf que dans ce type de série on mange, on déjeune, on teatime et on dîne souvent... et là le coyote de recettes que je suis a la truffe qui devient humide de bonheur et l’œil qui commence à friser ! Et il n'est pas rare que je me dise mais pourquoi, pourquoi donc n'ont-ils pas eu la bonne idée de faire un livre avec toutes ces jolies recettes !

Et justement c'est la très bonne idée proposée par le livre Tea Time à Downtown Abbey paru chez Solar, nous permettre de réaliser un afternoon tea comme à Dowtown Abbey. Et je dois dire que j'ai corné pratiquement toutes les pages de ce délectable livre, parce que forcément moi et la cuisine anglaise...

C'est comme ça que je vais bientôt préparer pâtisseries, buns et biscuits, gâteaux, tartes et puddings, confitures et garnitures... toutes ces gourmandises que l'on trouve dans le livre à grand renfort de brit'tea et bien sûr le petit doigt...

Et pour vous donner le goût de ce livre je vous propose une de mes tartes anglaises préférées, une tarte tout en amande et framboise, une bakewell tart que j'ai mise un peu à ma sauce...

Tarte Bakewell pour un tea time à Downtown Abbey !

Les courses :

- 1 rouleau de pâte sablée - 120g de beurre mou - 90g de sucre en poudre - 3 œufs - 1 blanc d’œuf -

150g de poudre d'amandes - 30g de farine - 1/2 càc d'extrait d'amande amère - 90g de confiture de framboise - 30g d'amandes effilées

La cuisine :

Couvrez un moule à tarte beurré et fariné d'environ 24cm de diamètre avec la pâte sablée. Couvrez-la d'un papier sulfurisé, remplissez avec des haricots secs ou des poids de cuisson et enfournez une quinzaine de minutes dans un four préchauffé à 180°C.

Sortez le moule du four, retirez le papier de cuisson et badigeonnez le fond de tarte au blanc d’œuf puis remettez au four pendant 5 minutes.

Préparez la garniture. Fouettez le beurre et le sucre jusqu'à ce qu'il blanchisse puis incorporez les œufs un par un. Ajoutez alors la farine, l'amande en poudre et l'extrait d'amande et fouettez encore jusqu'à obtenir une jolie crème bien homogène.

Couvrez le fond de tarte avec la confiture de framboise. Répartissez la crème d'amande en petits tas puis lissez-la délicatement. Terminez en parsemant les amandes effilées.

Enfournez cette fois à 160°C et faites cuire 35 à 40 minutes en surveillant la cuisson.

Laissez refroidir, vous pouvez alors saupoudrer d'un peu de sucre glace. Thé anglais et petit doigt en l'air de rigueur !

Mais pourquoi, et dire que la recette suivante du livre ce sont des puddings au toffee... est-ce que je vous raconte ça...

jeudi 24 décembre 2020

Petites Saint-jacques et polenta pour une entrée gourmande en accord mets-vins !

Aujourd'hui je vous propose un accord mets-vins avec un joli vin Roche Mazet  !

Un vin à la jolie couleur fuchsia et aux arômes de fruits rouges.

Un vin que je vous propose de déguster avec... de jolies Saint-jacques posées sur un lit de polenta crémeuse ! La douceur du plat et des jolies bulles ... pour un plat tout simple pour les fêtes !

Petites Saint-jacques et polenta

Les courses :

- 120 g de polenta prête à cuire - 16 noix de Saint-jacques - 16 tranches très fines de lard – 20 g de beurre – 10cl de crème liquide entière - sel et poivre

La cuisine :

Commencez en préparant la polenta en suivant les indications portées sur l'emballage. Une fois la polenta prête, ajoutez la crème et la moitié du beurre en petits morceaux et mélangez bien le tout. Réservez.

Entourez les noix de Saint-jacques avec les tranches de lard puis maintenez-les en les  piquant avec un cure-dent.

Faites-les dorer rapidement de tous les côtés dans une poêle bien chaude avec la moitié du beurre restant. Quand elles sont bien dorées, retirez-les et faites de même avec les corails.

Retirez les piques, servez la polenta dans des petites assiettes et déposez par-dessus les noix et les corails et c'est prêt !

Vous pouvez retrouver les vins Roche Mazet sur leur site, sur leur page instagram.

Article sponsorisé

" L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération."

Mais pourquoi, et bon réveillon tout l'monde ! est-ce que je vous raconte ça...

mardi 22 décembre 2020

Blancs de volaille crémeux et purée de céleri et pistaches pour un accord mets vins avec les Champagne de Vignerons...

Pour moi le champagne est un vin qui peut accompagner bien des moments et bien des repas et du début à la fin. Mais comme tous les vins, il est aussi divers et varié et parfois, quand je dois choisir une bouteille, je ne suis plus sûr de mon choix, je me demande ce qui va aller avec ma jolie entrée, accompagner parfaitement mon plat ou trouver sa place au moment du dessert.

On se sent donc quelques fois bien seul... et pour accompagner au mieux les amateurs de fines bulles dans leur choix de cuvées selon leurs goûts et leurs attentes, Champagne de Vignerons propose un Carnet d’Empreintes construit autour de trois dominantes aromatiques. Les empreintes Sol, Fruit, Cave invitent à la découverte des champagnes élaborés par les vignerons dans toute leur diversité.

Chacune de ces catégories a pour vocation de guider l’amateur vers différents moments, vers différentes saveurs selon ses goûts, ses attentes et ses plaisirs.

Et aujourd'hui c'est plus particulièrement avec l'Empreinte Cave que je vais vous proposer mon accord mets vins, une empreinte de temps et de maturité

Ces champagnes-là sont affinés plusieurs années dans les caves des vignerons, élevés parfois en fût. Les sols de marnes leur confèrent de la puissance. Ils expriment des arômes de fruits confits, de figues, de noix, de miel, de vanille ou d’épices allant parfois jusqu’à des notes torréfiées ou fumées.

Ils s’accordent parfaitement aux viandes blanches en sauce, ris de veau, truffe, foie gras, viandes persillées, fromages affinés, ou encore aux poissons à chair ferme (thon, sole, rouget…).

Et justement je vous propose aujourd'hui de déguster ce champagne extrait de l'Empreinte Cave avec une jolie volaille tout facilement préparée, parce qu'on peut se faire plaisir en toute simplicité...

Blancs de volaille crémeux et purée de céleri et pistaches

Les courses :

4 blancs de volaille de préférence avec la peau - 400g de pommes de terre à purée - 400g de céleri boule - 20cl de lait chaud - 40g de beurre - 20cl de crème liquide entière - 1càc de fond de volaille déshydraté - 20g de pistaches - sel et poivre

La cuisine :

Pelez et coupez en cubes les pommes de terre et le céleri. Faites-les cuire une vingtaine de minutes dans une casserole d'eau bouillante légèrement salée. Égouttez bien le tout puis remettez dans la casserole. Faites sécher à feu doux quelques minutes en remuant constamment. Écrasez au presse-purée en insistant bien.

Ajoutez le lait, salez, poivrez et remuez bien jusqu'à l'incorporer. Faites de même avec 30g de beurre coupé en morceaux.

Préchauffez votre four à 180°C.

Chauffez à feu moyen les 10g de beurre restant dans une grande poêle. Faites-y dorer de tous les cotés les blancs de volaille. Quand ils sont bien dorés, déposez-les dans un petit plat allant au four.

Versez la crème liquide dans la poêle et ajoutez le fond de volaille, fouettez le tout puis versez sur les blancs de volaille.

Couvrez le plat d'une feuille de papier sulfurisé et enfournez une dizaine de minutes.

Hachez les pistaches.

Servez la purée dans les assiettes, déposez un blanc de volaille, arrosez de crème et terminez en parsemant les pistaches.

Servez accompagné d'une petite salade.

Vous pouvez retrouver le Carnet d'Empreintes par ici : Carnet d'Empreintes et les Champagnes de Vignerons sur leur compte instagram.

Article sponsorisé

« L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à boire avec modération »

Mais pourquoi, et si on gardait le champagne pour le reste du repas ? est-ce que je vous raconte ça...