mercredi 5 janvier 2022

Basque Burnt Cheesecake pour vous changer de Londres ou de New-York...

J'ai toujours eu une passion pour les cheesecakes, que ce soit ceux venant de l'autre côté du Channel ou ceux qui vous font traverser l'Atlantique. Et il y a tellement de versions et de manières de les préparer que je dois dire que je ne m'ennuie jamais avec cette gourmandise-là ! Et puis il y a quelques jours en me baladant sur la toile je tombe sur un petit nouveau... un petit nouveau pour moi, il traîne déjà sur la toile depuis un moment, un Basque Burnt Cheesecake plus que prometteur.

En cuisine je n'aime pas que les nouveautés, j'ai même une petite tendance à me méfier des nouvelles tendances quelquefois très prometteuses mais malheureusement... Enfin voilà quoi. Mais je suis aussi un impulsif qui forcément ne sait pas résister à ses envies... Certains disent qu'avec l'âge, la raison... Je peux les rassurer ce n'est pas toujours le cas et moi c'est même le contraire, peut-être l'impression que le temps file vite.

Quoiqu'il en soit, à peine vu que je savais déjà que lui et moi on se retrouverait vite en cuisine. Sauf qu'il fallait trouver une recette... Pas évident quand tu n'es sûr de rien et surtout pas du résultat, celle-là ou celle-ci ? Souvent ça finit avec une sorte de mélange de ci de là et un chouille de là-bas !

Cette fois ça a été plus facile... enfin après avoir regardé quelques dizaines de recettes, mon choix s'est arrêté sur celle de Sara sur son très estimable ButtermilkPastry ! Si vous aimez pâtisser n'hésitez pas, Sara aime les recettes précises et largement expliquées et si ça ne suffisait pas, vous pouvez en plus les retrouver en vidéo ! Une merveille que je vous dis !

C'est donc sa recette, que j'ai à peine modifiée à la marge, que j'ai utilisé et qui est juste parfaite.

Basque Burnt Cheesecake

450g de Philadelphia - 120g de sucre en poudre – 3 œufs moyens - 270g de crème liquide entière - 20g de farine à gâteau (donc avec poudre levante) – 1 gousse de vanille – le zeste d'½ citron râpe très finement (la micro-plane est ton amie!)

Commencez en tapissant u moule avec deux couches de papier de cuisson. Deux couches pas une ! Et n'essayez pas de faire quelque chose de lisse, au contraire même. Repliez le papier vers l'extérieur et si vous voulez coupez-en une partie. Pour la taille du moule le mien faisait 15cm de diamètre et 10cm de hauteur et c'était parfait.

Mettez la farine dans un saladier et ajoutez un peu de crème et mélangez bien. Incorporez ensuite toute la crème peu à peu. En commençant doucement et en ajoutant au fur et à mesure vous allez éviter les grumeaux et c'est mieux ! Quand c'est bien lisse et mélangé, grattez la vanille au dessus du saladier, ajoutez le zeste de citron et mélangez bien.

Mettez le Philadelphia et le sucre en poudre dans un saladier ou un batteur et fouettez le tout. Ajoutez ensuite les œufs battus un par un et incorporez-les bien avant d'ajouter le suivant.

Ajoutez la crème en fouettant doucement. Et... eh ben c'est tout ! C'est très simple à réaliser.

Versez la crème dans le moule, tapez le cul du moule sur une table pour que la crème se répartisse bien.

Enfournez 30 à 35 minutes dans un four préchauffé à 240°C. Le dessus doit avoir un effet « cramé » enfin bien foncé mais pas réellement brûlé ! Si vous voyez que ça vire au noire noire dessus mettez un papier d'alu au-dessus sans que ça touche pour finir la cuisson. Pensez à tourner votre moule à mi-cuisson, j'ai utilisé de la chaleur tournante, sinon votre cheesecake va être cramé cramé d'un côté alors que l'autre...

Sortez le cheesecake du four et laissez-le refroidir à température ambiante. Puis mettez-le au frais.

Vous pouvez le mangez dès qu'il est froid ou comme moi, il va alors se raffermir, en le laissant au frais pendant quelques heures. Sortez-le alors une vingtaine de minutes du frais pour qu'il ne soit pas trop froid.

Et encore une fois n'hésitez pas à passer chez Sara si vous avez un doute, j'ai l'impression qu'elle a des réponses à toutes les questions ! Même certaines que je n'avais pas imaginées !

Mais pourquoi, je me demande si je ne vais pas découvrir d'autres cheesecakes venant d'autres endroits... est-ce que je vous raconte ça...

jeudi 30 décembre 2021

Les castagnoles à ma manière... et direction l'Italie avec Mimi Thorisson !

J'ai toujours eu une cuisine un peu... enfin raisonnable n'est pas le mot qui peut la définir le plus précisément du monde. Il m'est même arrivé, quand on me demande de la résumer d'un mot de choisir le mot... bordélique... Qui je trouve la raconte bien.

Autant dire que classique ne correspond pas souvent aux gammes que je joue au-dessus de mon piano... oui, moi aussi je joue du piano debout... Et pourtant il m'arrive de temps en temps d'avoir des envies de petits plats moins aventureux, plus classiques donc. Peut-être parce que ces recettes sont rassurantes ou juste parce que finalement elles sont surtout bonnes parce que faites, refaites et refaites jusqu'à ce qu'on n'ait plus besoin d'en changer une virgule !

Et c'est ce que j'ai aimé dans le dernier livre de Mimi Thorisson, Recettes italiennes d'hier et d'aujourd'hui paru chez Hachette Cuisine et illustré par les photos d'Oddur Thorisson. Un livre qui a été très justement sous-titré Carnet de voyage gourmand. 

J'ai aimé retrouver tous ces plats de la cuisine italienne que l'on attend avec gourmandise... bagna cauda, aubergines alla parmigiana, tortillini in brodo, ragù bolognesse, spaghettis alle vongole, cacio e pepe, risotto milanese, zabainone... la liste est trop longue pour les citer tous. Mais aussi d'autres recettes moins connues que l'auteure a ramassé au fil de ses pérégrinations dans les provinces italiennes, parce que c'est bien un livre de recettes, mais aussi un livre de voyage !

Et parmi toutes ces dernières, j'ai découvert des castagnoles que j'ai eu envie de partager en mettant mon petit grain de sel dans la recette de Mimi Thorisson.

Les castagnoles à ma manière...

Les courses : 1 gros œuf – le zeste d'un citron râpé très finement – 30g de beurre fondu – 2 cuil. à soupe de liqueur d'anis – 1 gousse de vanille – 200g de farine – 1cuil. à café de levure chimique - 45g de sucre en poudre – 1 pincée de sel – ½ cuil. à café de graines d'anis (vous pouvez les passer au pilon) – de l'huile pour la friture

Mélangez dans un saladier la farine, la levure, le sucre en poudre, le sel, la gousse de vanille grattée et les graines d'anis. Dans un bol, mélangez l’œuf, le zeste de citron, le beurre et la liqueur d'anis.

Faites un petit volcan dans le saladier, versez le contenu du bol et mélangez le tout en incorporant peu à peu la farine au liquide. Mélangez jusqu'à obtenir une pâte homogène. Si elle reste trop sèche ajoutez une cuillerée de jus de citron.

Roulez en boule, filmez et au frais pendant une trentaine de minutes, et si c'est plus c'est bien aussi.

Faites un long boudin d'environ 3cm de diamètre avec la pâte puis coupez-la en petits morceaux d'environ 1cm. Et après on roule en boule, ça doit faire des petites boules d'environ la taille d'une noix.

Faites chauffer un bain d'huile à 150°C et faites-y dorer les castagnoles. Retirez-les et déposez-les sur du papier absorbant. Il n'y a plus qu'à poudrer de sucre en poudre et... ça disparaît terriblement vite ces charmantes petites gourmandises qui ont un petit côté sablé !

Mais pourquoi, tiens ça fait longtemps que je n'ai pas fait une caccio e pepe... est-ce que je vous raconte ça...

mardi 28 décembre 2021

Lièvre au vin de Noël et aux légumes racines pour les dernières idées recettes...

Les repas de réveillons sont toujours très compliqués à choisir... surtout quand on a quelques convives, ils seront sans doute moins nombreux cette année... des convives dont on n'est pas totalement sûr des goûts. Personnellement j'ai renoncé à jouer à qui-aime-quoi lors de la composition de ce type de repas, je préfère m'amuser, une fois de plus, en me demandant comment les surprendre ! Et je me suis rendu compte que ce principe, surprendre, surprendre... donne généralement un résultat plus que satisfaisant !

Et je vous propose donc de surprendre pour ce dernier jour de l'année en proposant du gibier et plus particulièrement un joli râble de lièvre arrangé avec quelques légumes racines ! Un plat qui, une fois de plus, montre que le gibier permet bien des plats qui selon les choix, peuvent être très sages ou beaucoup plus aventuriers !

Lièvre au vin de Noël et aux légumes racines

Les courses :

1 râble de lièvre - 30 cl de vin rouge - 1 cuil. à café d'épices à pain d'épices - 20g de beurre - 4 panais - 4 rutabagas - 4 topinambours - 8 cerfeuils tubéreux - 1 cuil. à soupe d'huile d'olive - 1 cuil. à café de miel liquide - 2 feuilles de laurier - 2 tiges de thym - 1 oignon - 5 cl de vin blanc - 1 cuil. à soupe de fond de volaille déshydratée - Sel et poivre

La cuisine:

Commencez en levant les deux filets du râble. Vous pouvez bien sûr demander à votre boucher de s'en occuper.

Mélangez le vin et les épices à pain d'épices, salez et poivrez, n'hésitez pas sur le poivre. Déposez les filets de lièvre dans une terrine et arrosez-les avec le vin parfumé. Filmez la terrine avec du film alimentaire et mettez au réfrigérateur au moins 4 heures et encore mieux la veille.

Pelez les panais et les cerfeuils tubéreux puis coupez-les en deux. Pelez puis coupez les rutabagas en quatre. Brossez les topinambours puis coupez-les en deux.

Préchauffez votre four à 240°C.

Coupez l'oignon en quatre puis mettez-le dans une grande sauteuse avec le laurier et le thym. Couvrez d'eau généreusement, salez, poivrez et portez à ébullition.

Faites-y cuire les légumes sans trop insister, ils doivent être cuits mais surtout pas se défaire.

Quand ils sont cuits à point, sortez-les de la sauteuse et égouttez-les bien sur du papier absorbant.

Déposez-les sur une plaque couverte de papier de cuisson puis badigeonnez-les avec l'huile d'olive mélangée au miel à l'aide d'un pinceau.

Enfournez-les 5 à 10 minutes jusqu'à ce qu'ils soient joliment dorés, attention surveillez bien la cuisson.

Égouttez bien la viande en la séchant sur du papier absorbant.

Faites chauffer le beurre dans une grande poêle à feu vif. Déposez-y les filets et faites-les dorer joliment de tous le côtés. Retirez la viande de la poêle et coupez-la en tronçons. Terminez la cuisson à votre goût en posant les tronçons cette fois sur les deux extrémités. Réservez-les.

Déglacez la poêle avec le vin et 5cl d'eau de cuisson des légumes puis ajoutez le fond de volaille et laissez réduire jusqu'à obtenir une sauce sirupeuse.

Déposez la viande au centre des assiettes, entourez-la avec les légumes et terminez en arrosant avec la sauce.

Astuce : N'hésitez pas à parsemer un peu de thym frais sur vos assiettes juste avant de servir.

Et si vous cherchez d'autres recettes de gibier n'hésitez pas à aller voir sur le site : je cuisine du gibier c'est une véritable mine d'idées !

Article sponsorisé 

Mais pourquoi, et voilà une année qui file... est-ce que je vous raconte ça...

mardi 14 décembre 2021

Bouddha bowl très chorizo pour finir une semaine très très chorizo elle aussi...

Je ne vais pas revenir sur tout ce que je vous ai raconté pendant ces différents articles consacrés au Consortium du Chorizo Espagnol, mais peut-être juste les résumer en quatre mots. Quatre mots seulement parce qu'ils me paraissent importants pour comprendre ce qui fait les chorizos portant ce sigle. Je pourrais en citer bien d'autres parmi lesquels, il faudrait sans aucun doute ajouter transparence, contrôle ou garantie mais je vous laisse les découvrir tous sur leur site, vous verrez que vous allez y apprendre de nombreuses choses.

Quatre mots donc pour résumer cette semaine très chorizo, Espagne, tradition, authenticité et savoir-faire sont donc pour moi les piliers sur lesquels s'appuie la production de cette charcuterie qui m'accompagne depuis... longtemps !

Et pour finir sur une nouvelle touche gourmande, je vous propose aujourd'hui un nouveau plat étonnant où le chorizo va trouver sa place... un bouddha bowl très chorizo !

Bouddha bowl très chorizo

Les courses pour un bouddha bowl à partager

90g de chorizo à cuire Consorcio del Chorizo Espagnol - 60g de chorizo extra en tranches très fines Consorcio del Chorizo Espagnol – 120g de riz – 90g de pois chiches cuits au naturel – 90g d'edamames cuits (poids décortiqués) - 1 œuf (vous pouvez en faire 2) – 1 poignée de roquette – 1 poignée de pousses d'épinard - 2 càs d'huile d'olive – quelques pincées de pimenton – sel et poivre

La cuisine :

Faites cuire le riz en suivant les indications portées sur l'emballage puis égouttez-le bien et laissez-le refroidir.

Coupez le chorizo à cuire en morceaux et faites-le sauter jusqu'à ce qu'il soit bien doré. Retirez le chorizo et faites frire l'œuf à sa place. Coupez les très fines tranches de chorizo extra en 4.

Vous pouvez maintenant tout ranger dans un grand bol. Le riz d'abord, ensuite l'œuf au centre. Déposez les tranches fines de chorizo en écailles, n'hésitez pas à en mettre plusieurs couches. Disposez en face le chorizo grillé et entre les deux les deux salades, chacune d'un côté, ainsi que les pois chiches et les edamames se faisant face.

Mélangez quelques pincées de pimenton avec l'huile d'olive. Salez, poivrez et mélangez de nouveau. Servez le bouddha bowl accompagné de cette sauce donc chacun pourra se servir à son goût.

Article sponsorisé

Mais pourquoi et vous le chorizo c'est comment ? est-ce que je vous raconte ça...

lundi 13 décembre 2021

Sfinciuni à ma manière parce que je sens que je vais adorer la cuisine sicilienne !

Quand je regarde un livre de cuisine pour la première fois, j'ai parfois un vrai coup d'cœur, et là je me mets à trépigner jusqu'à ce qu'il ait rejoint ma collection déjà bien garnie. C'est rare, souvent il me faut longtemps pour qu'un livre me devienne indispensable, et ça aussi ça n'arrive pas souvent.


J'ai beaucoup de livres concernant la cuisine italienne, des livres sur ses ingrédients, sur ses régions, ses villes et quelquefois même sur des p'tits bouts d'endroits que je ne saurais pas situer sur une carte... Des livres de recettes de nonna ou de chefs, des livres et des livres sur l'Italie et toutes ses cuisines quoi !

Et quand j'ai reçu le livre de Giuseppe Messina, A nuestro cucina siciliana... paru chez First éditions et illustré par les photos de David Japy accompagné du stylisme de Garlone Bardel et les illustrations de Martina Zitelli... Quand je l'ai reçu donc, je n'ai pas pu m'empêcher de me demander combien de livres concernant la cuisine sicilienne, j'avais déjà, au milieu de mon continent italien... Et quand on se demande ça, forcément la barre des attentes monte encore plus haut pour le nouveau venu.

Alors j'ai commencé à le feuilleter, je suis bien sûr tombé sur quelques recettes connues par ici, sauf qu'en les regardant, je me suis attrapé comme une envie de les refaire... presque avec étonnement, je n'aime pas refaire... Le charme commençait-il à opérer ?

Et puis j'ai croisé aubergines et plats de légumes gourmands, jolies sauces et belles soupes, plats généreux des terres et des mers... et en même temps plein d'histoires et de visages. Et comme les pages ne manquent pas de certains ingrédients qui me font furieusement saliver, sardines et anchois et poulpe et... Une fois arrivé au chapitre intitulé Dolci, j'ai senti que j'avais envie de vérifier que je n'avais pas oublié de me noter ni plats de pâtes, ni boulettes, ni salades... toutes ces autres choses qui m'avaient aussi fait envie.

Je pouvais alors m'attaquer aux douceurs avec déjà la certitude que ce livre et moi allions passer de longues longues heures ensemble en cuisine ! Du coup, je n'aurais qu'un conseil, que vous ayez déjà beaucoup de livres sur la cuisine sicilienne ou aucun, feuilletez celui-là et je pense que, comme moi, vous allez tomber sous le charme de ses pages !

Et pour vous donner envie d'aller plus loin, voilà ma version de la recette de sfinciuni

Sfinciuni à ma manière

Pour la pâte :

400g de farine T45 (ou T00 si vous utilisez une farine italienne) - 100g de semoule de blé fine – 300g d'eau tiède – 6g de levure de boulanger – 30g d'huile d'olive – 9g de sel

Pour la garniture :

2 oignons jaunes – 600g de tomates concassées en boîte – ½ càs de sucre en poudre - 1 càs d'huile d'olive – 1 càc d'origan frais (ou séché) - 6 filets d'anchois à l'huile d'olive – 150g de caciocavallo (ce dernier étant difficile à trouver je l'ai remplacé par du pecorino) – 3 càs de chapelure maison (j'ai utilisé du panko) - sel et poivre

Commencez par la pâte. Versez 6cl d'eau dans un bol, ajoutez la levure et mélangez. Laissez reposer une dizaine de minutes.

Versez le sel puis la farine dans le bol d'un robot équipé d'un crochet. Ajoutez la levure et l'eau restante. Mélangez jusqu'à obtenir une pâte homogène. Ajoutez l'huile d'olive et mélangez de nouveau jusqu'à obtenir de nouveau une belle pâte bien souple. Faites-la tomber sur votre plan de travail légèrement fariné. Donnez-lui quelques tours puis roulez-la et mettez-la dans un saladier. Filmez et laissez reposer deux heures.

Étalez la pâte sur une plaque à rebords d'environ 24 cm sur 32. Couvrez avec un torchon et laissez lever le temps de préparer les autres ingrédients.

Pelez les oignons puis émincez-les en tranches fines. Faites chauffer l'huile dans une grande sauteuse et faites-y revenir les oignons à feu doux une quinzaine de minutes jusqu'à ce qu'ils soient fondants en ayant à peine coloré.

Ajoutez la tomates, un peu d'eau en rinçant la boîte, le sucre en poudre et l'origan et faites cuire une trentaine de minutes jusqu'à ce que la sauce ait bien réduit. Laissez tiédir.

Préchauffez votre four à 210°.

Râpez 50g de fromage et coupez le reste en petits morceaux.

Avec les doigts pratiquer des trous sur toute la surface de la pâte. Mettez les morceaux de fromage dans les trous. Répartissez les anchois. Couvrez toute la pâte avec la sauce. Parsemez le fromage râpé puis enfin la chapelure.

Enfournez une trentaine de minutes en surveillant la cuisson.

Mais pourquoi, bon anchois ou sardines d'abord ? est-ce que je vous raconte ça...

vendredi 10 décembre 2021

Houmous et chorizo et s'il était maintenant question de savoir-faire...

La qualité du chorizo tient à bien des choses, l'Espagne où il est enraciné, les produits qui le composent et bien sûr, le savoir-faire des hommes, le savoir-faire de ces maîtres charcutiers qui font du chorizo espagnol un produit unique.

Parce que pour produire un chorizo, il faut être attentif à chaque étape. Il faut l'être dès le début pendant le hachage de la viande et du lard. Et encore quand il s'agit de mélanger et de pétrir la viande avec les épices. Aussi quand on pratique l'embossage de la chair dans les boyaux.

Et puis vient le temps du séchage pendant lequel les chorizos sont attachés et exposés à l’air libre dans un environnement naturel, en choisissant des endroits adaptés à leurs caractéristiques de température et d’humidité.

Et pour finir, celui du vieillissement, ce processus de séchage et d’acquisition de la fermeté et de la texture pendant lequel se forme l’arôme, fruit de l’addition des parfums naturels.

Tous ces moments sont importants et doivent être menés avec un savoir-faire attentif, et c'est ce que l'on peut retrouver dans les produits proposés par le Consortium du Chorizo Espagnol, ça et bien d'autres choses qui sont vérifiées avant d'être certifiées.

Et c'est grâce à tout cela que nous pouvons tranquillement passer en cuisine pour préparer par exemple, un houmous et chorizo comme je vous le propose aujourd'hui.

Houmous et chorizo

Les courses :

2 chorizos à cuire (environ 180g) – 240g de pois chiches cuits au naturel – 45g de tahini (pâte de sésame) – 1 gousse d'ail – 2càs d'huile d'olive – 2càs de jus de citron - 8 tiges de coriandre effeuillées – ½ càc d'origan séché - sel et poivre

La cuisine :

Coupez les chorizos en tranches d'environ ½ cm. Faites dorer le chorizo dans une poêle à feu moyen en remuant les tranches régulièrement. Egouttez le chorizo sur du papier absorbant.

Coupez les tranches en deux.

Mixez très finement la moitié du chorizo. Retirez-le du mixeur et réservez.

Mixez les pois chiches puis ajoutez le tahini, la gousse d'ail passée au presse-ail, l'huile d'olive et le jus de citron. Mixez en insistant bien et ajoutez 2 à 3 càs d'eau, si nécessaire pour réaliser un houmous onctueux. Ajoutez le chorizo mixé et mixez de nouveau jusqu'à obtenir une préparation onctueuse.

Étalez le houmous sur une assiette, répartissez dessus le chorizo restant, les feuilles de coriandre et l'origan. Servez avec des tranches de pain de campagne.

Article sponsorisé

Mais pourquoi, et maintenant on reprend tout... est-ce que je vous raconte ça...

jeudi 9 décembre 2021

Ricciarelli à ma manière parce que le dernier livre de Trish Deseine est arrivé !

J'ai installé mon premier livre de Trish Deseine sur les étagères de ma bibliothèque gourmande il y a... quelques temps déjà. A ce moment-là ils étaient rares les livres de cuisine chez moi, ils tenaient encore sur un p'tit bout d'étagère... Et son titre d'alors, Mes petits plats préférés, m'accompagne encore, c'est pour moi devenu un classique dans lequel je vais chercher quelques recettes que je fais et refais.

Et puis j'ai ouvert ce blog quelques mois plus tard et les livres de Trish sont régulièrement venus se poser sur mes étagères qui ce sont agrandies avant de devenir de plus en plus en plus en plus nombreuses...

Dans le désordre, et j'en oublie sans doute, sont alors venus rejoindre ce premier, Le bonheur est dans le plat, Ma petite robe noire et autres recettes, Je veux du chocolat, Et mourir de plaisir, Ma petite épicerie anglaise... et ce livre qui m'a particulièrement touché vu ma passion pour la verte Irlande... Home : Recipe from Ireland... Tout cela et quelques autres donc ont fait que je retrouve Trish au fil du temps avec le même plaisir.

Et aujourd'hui Trish Deseine nous propose son tout dernier La (bonne) cuisine veggie et vegan d'une omnivore réticente (mais amoureuse)... et sous-titré 80 recettes ultra-gourmandes (si, si, promis !) paru chez Hachette Cuisine et illustré par les photos de Gunda Dittrich. Les titres des livres de Trish Deseine ont souvent dit un peu plus que juste la cuisine que l'on trouvait dedans et ça aussi forcément moi...

Cette fois Trish passe donc au veggie et au vegan et raconte joliment dans son titre les raisons de ce voyage dans ces nouveaux horizons culinaires. Et nous, nous le suivons avec gourmandise parce que la cuisine de Trish Deseine n'a pas changé finalement, bien sûr les ingrédients ont changé, mais elle reste inspirée, réjouissante, généreuse et donc furieusement gourmande !

Ricciarelli à ma manière

Les courses :

2 blancs d’œufs – 250g de poudre d'amande – 200g de sucre en poudre – 1 càc de levure chimique – 1 càc d'extrait d'amande amère – 1càc de zeste de citron bergamote râpé très finement – 1 la pulpe d'une gousse de vanille – du sucre glace

La cuisine :

Commencez en fouettant les blancs d’œufs dans un grand saladier et quand ils commencent à bien monter, tout en continuant de fouetter, ajoutez 60g de sucre en poudre. Continuez de fouetter jusqu'à obtenir des blancs lisses et épais.

Mélangez dans un saladier la poudre d'amande, les 140g de sucre en poudre restant, la levure chimique, l'extrait d'amande amère, le zeste de citron et la pulpe de vanille. On mélange bien bien !

Versez la moitié de ce mélange sur les blancs montés et mélangez délicatement à la maryse. Ajoutez la deuxième moitié et mélangez toujours délicatement.

Filmez le saladier et mettez au frais deux paires d'heures.

Faites alors des petites parts de pâte d'une vingtaine de grammes. Vous pouvez les faire un peu plus petites, quinze grammes ça le fait aussi. Là, à vous de choisir leur forme, rond puis légèrement aplati ou de forme ovale comme moi. Quoi qu'il en soit déposez-les alors sur une plaque couverte de papier sulfurisée.

Poudrez alors de sucre glace et laissez reposer le temps de d'allumer votre four à 150°C. Enfournez alors pendant une quinzaine de minutes. Laissez refroidir avant de déguster.

Mais pourquoi, bon ils doivent être froid maintenant... est-ce que je vous raconte ça...

mercredi 8 décembre 2021

Pizza à l'espagnole parce que la tradition et l'authenticité n'empêche pas de s'amuser en cuisine !

Je cuisine beaucoup, je pourrais même dire beaucoup beaucoup si je me compare à ceux qui cuisinent comme je le faisais il y a quelques années, seulement pour nos repas. Et beaucoup de cuisine veut aussi dire beaucoup de courses... Je n'ai pas toujours le temps de me déplacer pour les faire et je dois confier aux autres des courses pas toujours évidentes, ils ne savent pas toujours exactement ce que j'espère retrouver dans mon panier à leur retour... et ce exactement...

Du coup chez moi, comme ils savent que je peux être tatillon, ils disent plutôt.. autre chose... quoi qu'il en soit, ils me demandent souvent avant de partir comment je veux telle ou telle chose... Et moi généralement je réponds alors juste, je veux que ce soit bon...

A ce moment là ils me regardent avec un œil de canard constipé et je sens bien que ce n'est pas le moment de lire dans leurs pensées.

Quand je fais moi-même mes courses j'ai quelques astuces pour m'aider, mes yeux bien sûr, mais aussi quelques labels qui me signalent que les produits que je vais acheter ont toujours les mêmes caractéristiques, la même qualité, parce que justement tout cela fait partie du label en question.

Et quand il s'agit d'acheter du chorizo, quelque soit sa forme, je m'attache à chercher le sigle du Consortium du Chorizo Espagnol qui m'évite toute mauvaise surprise.

Parce que ce label-là me garantit la tradition des savoirs-faire et l'authenticité des produits, qui viennent tous d'Espagne.

Il existe autant de recettes que de chorizos mais ce qu’ils ont tous en commun ce sont les ingrédients principaux : la viande et le lard de porc, le paprika, l’ail et le sel.

Les épices sont variées ; en réalité ce n’est pas une seule épice qui donne cet arôme tant caractéristique du chorizo mais c’est la somme de plusieurs parfums parmi lesquels nous retrouvons l’ail, le poivre, le cumin, le laurier, le thym, l’oignon, le paprika ou l’origan.

Pour s'y retrouver il faut savoir que le chorizo, pour être considéré comme tel doit nécessairement:

Contenir de l’ail et du paprika.

Être séché à l’air libre ou fumé.

Contenir comme base principale de la viande hachée de porc.

Être mariné dans des épices telles que le paprika, qui lui confère sa typique couleur rouge.

Une fois que vous avez donc trouvé le chorizo qui répond à tout cela et à vos attentes, vous savez maintenant comment le chercher, direction la cuisine ! Et là vous allez donc voir que l'on peut s'amuser...

Pizza à l'espagnole

Les courses :

90g de chorizo en tranches fines - 250g de pâte à pain – 3 cuil. à soupe de pulpe de tomate - 1 cuil. à soupe de concentré de tomate – 120g de mozzarella - 1 douzaine d'olives vertes - ¼ de poivron jaune - ¼ de poivron vert - ¼ de poivron jaune – ½ oignon rouge - ¼ de cuil. à café d'origan frais – 1cuil. à café d'huile d'olive - sel et poivre

La cuisine :

Préchauffez votre four à 240°C.

Coupez les poivrons et l'oignon en petits cubes. Faites chauffer l'huile dans une petite poêle et faites-y sauter les poivrons et l'oignon, salés et poivrés, pendant environ 5 minutes en remuant régulièrement.

Étalez la pâte à pain de manière à obtenir un disque d'environ 25cm de diamètre. Déposez la pâte sur une plaque couverte de papier sulfurisé.

Mélangez la pulpe et le concentré de tomate puis étalez le tout sur la pâte.

Egouttez la mozzarella et coupez-la en tranches fines, une fois coupée n'hésitez pas à l’égoutter sur du papier absorbant. Étalez la mozzarella sur la pâte.

Enfournez pendant 6 minutes.

Sortez la pizza du four et déposez dessus les tranches de chorizo, n'hésitez pas à les chiffonner. Ajoutez les poivrons et remettez au four pendant 6 minutes.

Coupez les olives en deux et parsemez-les sur la pizza, parsemez également l'origan.

Article sponsorisé

Mais pourquoi, et si on parlait de savoir-faire... est-ce que je vous raconte ça...

lundi 6 décembre 2021

Cannelés à l'espagnole et petit voyage en compagnie du chorizo du côté de l'Espagne...

De temps en temps, on me demande quel est l'ingrédient ou le savoir faire qui fait que telle ou telle préparation ou plat soit ce qu'il est... ce qui fait son essence même. Et selon les cas, après m'être interrogé parfois longuement, il m'arrive de trouver une réponse qui me satisfait à peu près... 

A peu près donc pour beaucoup, mais pour certains autres je ne réfléchis pas deux secondes et ma réponse m'apparait comme une évidence...

Et quand on me pose la question en ce qui concerne le chorizo, je réponds que pour moi c'est l'Espagne qui fait son essence même, tant cette charcuterie et le pays d'où venaient les miens sont pour moi intimement liés.

Il faut dire que l'histoire qui lie l'Espagne et le chorizo ne date pas d'hier, vraiment pas d'hier... Le chorizo tel que nous le connaissons aujourd’hui, est né au 17ème siècle avec l’arrivée en Espagne, depuis l’Amérique, du paprika. Cette épice qui depuis lui donne sa jolie couleur caractéristique et son goût relevé. Et avant ? Il existait déjà ce chorizo mais il était alors noir ou blanc, selon s’il comportait du sang ou pas...

Vieille histoire donc mais aussi une histoire qui n'oublie pas d'évoluer ! Et cette semaine je vais vous présenter des chorizos particuliers à l'origine inconstestablement espagnole, à la qualité et au savoir faire reconnaisable simplement parce qu'ils portent tous le logo du Consortium du Chorizo Espagnol tel que vous le voyez à côté de mon plat.

Mais avant d'entrer dans le détail de la promesse de ces chorizos, direction la cuisine pour faire voyager le chorizo dans nos provinces en réalisant des... Cannelés salés à l'espagnole ! Parce que le chorizo s'il est porteur d'histoire ne craint pas non plus l'innovation et le métissage...

Cannelés à l'espagnole

Les courses : 45g de petits dés de chorizo Consorcio del Choriso Español - 100g de farine - 2cl d'huile d'olive – 8cl de lait – 90g de mascarpone – 2 œufs – ½  sachet de levure chimique - 60g de fromage râpé (vous pouvez utiliser du Manchego) – 30g de parmesan râpé - 12 olives vertes dénoyautées - 1càs d'origan frais – quelques belles pincées de piment d'Espelette - poivre

La cuisine : Mettez dans la cuve d'un mixeur le chorizo et donnez un tour de mixeur, ajoutez les olives et mixez de nouveau jusqu'à obtenir un joli hachis.

Ajoutez les œufs, l'huile, le lait et le mascarpone et mélangez bien le tout.

Ajoutez la farine et la levure, les deux fromages, l'origan et le piment, et faites de nouveau tourner le mixeur jusqu'à ce que tout soit bien mélangé.

Huilez vos moules à cannelés puis remplissez-les un peu plus qu'à moitié

Enfournez une quinzaine de minutes dans un four préchauffé à 180°C, si vous utilisez un moule à mini-cannelés comme moi ou une bonne vingtaine de minutes s'ils sont de taille normale.

Laissez refroidir ou au moins tiédir et démoulez -les.

Article sponsorisé

Mais pourquoi, tradition et authenticité au programme du prochain article... est-ce que je vous raconte ça...

dimanche 5 décembre 2021

Rôti de bœuf charolais chutney d'oignon et purée de potimarron parce que le Bœuf Cooking Show est arrivé !

Le Bœuf Cooking Show est officiellement lancé. Les amateurs de bœuf, de cuisine bien ficelée et d’ambiance camarade vont pouvoir suivre sur Internet et les réseaux sociaux, une émission 100% dédiée aux nouvelles tendances culinaires, mettant en scène le bœuf « autrement ».

Des invités, acteurs incontournables de l’univers Food, montreront les multiples possibilités de cuisiner le bœuf, avec des idées recettes inédites !

Le Bœuf Cooking Show, c’est 8 émissions, 8 thématiques, 14 invités et 17 recettes, à découvrir sur Facebook, Instagram et Youtube !

Et c'est dans ce cadre que je vous propose une recette de Camille Maury, accompagnée de Marie Testud de Quitoque. Cette recette, présentée dans le 4e épisode du Bœuf Cooking Show, vous permettra de cuisiner le bœuf vite et bien ! Une recette à retrouver dans la vidéo ci-dessous !

Et si vous voulez suivre les autres vidéos du Bœuf Cooking Show, voilà le programme !

Épisode 1 - L’APÉRO DÎNATOIRE

Épisode 2 - LE BATCH COOKING

Épisode 3 - LA WORLD FOOD

Épisode 4 - CUISINER VITE ET BIEN

Épisode 5 - LA CUISINE NOMADE À retrouver en ligne dès mi-décembre 2021

Épisode 6 - LA CUISINE ANTIGASPI À retrouver en ligne dès mi-janvier 2022

Épisode 7 - CUISINER FACILE ET MALIN À retrouver dès mi-février 2022

Épisode 8 – CUISINE HEALTHY avec À retrouver dès mi-mars 2022

Et maintenant à vous de jouer !

Article sponsorisé

Mais pourquoi... et maintenant les autres épisodes ! est-ce que je vous raconte ça...