mardi 27 février 2024

Mon bibimbap à toute vapeur ou presque ! Bibimbap multicolore !

On pense souvent que certains plats de la cuisine asiatique sont longs à préparer et pour certains c'est vraiment le cas. Mais pour d'autres avec un peu d'organisation...
L'organisation est mot que je ne maîtrise par forcément, si je me fie à la réaction des miens qui finissent souvent hilares quand je prononce ce mot. Enfin ça c'est ce qu'ils pensent eux. Moi au contraire je pense que je la maîtrise très très bien mais que j'ai juste un léger problème qui produit entre la théorie et la pratique, une sorte de décalage qui fait que le mot prend un sens plus inattendu !
Donc avec un peu, juste un peu d'organisation on peut vaincre un bibimbap en un temps raisonnable !

 Bibimbap multicolore !
Ingrédients : 240g de riz – 4 œufs - 1 petit saladier de feuilles d'épinard – 1 belle carotte – 1 petite courgette jaune ou verte – 1 bol de chou rouge – 2 bol de champignon (j'ai utilisé moit'-moit' champignons de Paris et shitakés) – 1 bol de pousses de soja – 1 bol de kimchi (on trouve maintenant assez facilement le kimchi sur internet et dans les épiceries asiatiques) – 4 càs de gochujang (c'est la fameuse pâte de piment coréenne que vous trouverez aussi soit sur internet, soit dans les épiceries asiatiques) - de la sauce soja – de l'huile de sésame – des graines de sésame dorées - du poivre
Pour la viande et sa marinade : 120g de viande de bœuf en fines tranches – 1càs de sauce soja – ½ càc de sucre en poudre – ½ gousse d'ail – ¼ de càc de gingembre frais râpé très fin - poivre
Commencez en faisant mariner la viande. Coupez-la en petits morceaux, mettez la dans un saladier puis ajoutez tout les ingrédients de la marinade et mélangez bien.
Lavez le riz en insistant bien puis égouttez-le.
Mettez deux casseroles d'eau sur le feu, une d'eau salée pour le riz et une autre sans sel pour faire cuire les légumes à la vapeur.
Nettoyez les feuilles d'épinard en enlevant les tiges puis hachez-les très grossièrement.
Pelez puis taillez les carottes en bâtonnets, pour allez plus vite vous pouvez utiliser une râpe à gros trous.
Taillez la courgettes en 4 dans la longueur puis en quart de lune.
Émincez finement le chou.
Coupez éventuellement les pieds des champignons puis coupez-les en tranches.
Normalement les deux casseroles d'eau seront bouillantes.
Faites cuire le riz dans l'une et posez un panier vapeur sur l'autre et faites cuire les séparément les épinard, la carotte (à peine!), la courgette, les champignons, le brocoli et les germes de soja jusqu'à ce qu'ils soient cuits à point. Là, je ne vous donne pas les temps de cuisson c'est la pointe d'un couteau ou votre bouche qui va vous dire ! En tout cas on cuit très rapidement pour que les légumes restent croquants.
Le seul légume qui ne cuit pas, c'est donc le chou !
Égouttez bien les légumes puis arrosez-les d'un filet de sauce soja et d'un autre plus léger d'huile de sésame. Si vous êtes joueur, vous pouvez ajouter un peu d'ail passé au presse-ail avec les épinards et les champignons. Ensuite réservez les légumes séparément à couvert.
Normalement le riz est cuit, égouttez-le puis réservez-le à couvert.
Faites chauffer une poêle à feu vraiment vif, versez un filet d'huile neutre et quand elle commence à fumer jetez-y la viande rapidement égouttée. Faites vite juste un aller-retour sinon elle va durcir.
Là, il ne reste plus que les œufs ! Faites chauffer une très grande poêle avec un fond d'eau dedans à peine 1 demi-centimètre. Mettez-y les œufs couvrez et faites cuire rapidement. Personnellement je dépose mes œufs dans des cercles mais chez moi on dit quand je fais ça que je suis un grand malade alors c'est vous qui voyez !
C'est prêt... enfin presque il faut maintenant faire joli !
Mettez dans chaque bol le riz puis au centre déposez une belle ças de pâte à piment ou moins si vous craignez le feu. Ensuite un œuf sur chaque bol puis en couronne, le kimchi, la viande, les épinards, la carotte, le chou, la courgette, le brocoli et les champignons.
Et pour finir parsemez quelque graines de sésame sur les champignons, la viande et les courgettes.
Et bien sûr, si vous voulez un bibimbap végétarien, enlevez... la viande !
Multicoloured bibimbap!
Ingredients: 240g rice - 1 small bowl fresh spinach - 1 big carrot - 1 small yellow or green courgette - 1 bowl red cabbage - 2 bowls mushrooms (I used 1 bowl button mushrooms and 1 bowl shiitake) - 1 bowl bean sprouts - 1 bowl broccoli florets - 1 bowl kimchi (you can now find it quite easily online or in Asian supermarkets) - 4 Tbsp gochujang (the famous Korean chilli paste, again that you can find online or in Asian supermarkets) - soy sauce - sesame oil - golden sesame seeds - pepper
For the meat and marinade: 120g finely sliced beef - 1 Tbsp soy sauce - 1/2 tsp caster sugar - 1/2 clove garlic - 1/4 tsp finely grated fresh ginger - pepper
Start preparing the meat. Cut it into small pieces, put it in a bowl with all the ingredients for the marinade and give a good mix.
Thoroughly rinse the rice and drain it well.
Put 2 saucepans of water on the hob. One with salted water for the rice, the other without salt to steam the vegetables.
Remove the stalks from the spinach leaves and chop them roughly.
Peel and cut the carrot into matchstick. Or to go faster, grate it very coarsely.
Cut the courgette in 4, lengthwise and then, in slices.
Finely slice the cabbage.
Cut off the stems of the mushrooms and slice them.
By now, the two pans of water should be boiling.
Put the rice in the salted boiling water. Place a steaming basket on top of the other. Steam, separately, the spinach, carrot (barely, though), mushrooms, broccoli and bean sprouts, until they’re done. I can’t tell you how long they each should cook, it depends on how you like them. The tip of a knife should help you know if they’re done or not. Just make sure they are firm with a bite to them. The only one that doesn’t need to be cooked is the cabbage, then.
Drain them well and drizzle some soy sauce on top as well as a tiny bit of sesame oil. You could also add some pressed garlic to the spinach and mushrooms. Keep each vegetable aside, separate from one another, covered to keep warm.
The rice should be done, now. Drain and keep it aside and covered as well.
Heat up a frying pan on very high heat. Pour a lug of neutral oil and when it starts to smoke, toss in the meat, quickly drained. Really just a toss, if you cook it for too long, it will become hard and chewy.
Now, all there is left to do is the eggs. Heat up a large frying pan and put barely half a centimetre of water in it. Crack in the eggs, cover and quickly cook. What I do is I put them in a pastry ring but when I do that, my family usually call me crazy so, do as you like.
It’s ready! or almost, it’s time to plate.
In each bowl, put rice with a tablespoon of chilli paste in the middle (or less, if you’re not into such hot foods), then an egg and around, forming a lovely crown, the kimchi, meat, spinach, carrot, cabbage, courgette, broccoli and mushrooms.
Put some sesame seeds on the mushrooms, meat and courgette.
And of course, you can discard the meat of a vegetarian version.

Mais pourquoi, bon et si je trouvais un autre mot pour dire que je suis organisé... est-ce que je vous raconte ça...

lundi 19 février 2024

Et si on oubliait les burgers pour les Baooooo ! Tome 1 je me garnis le Bao... Cochon Bao bien confit !

Je sais pas vous mais moi certaines modes qui concernent ce qui se bouffe m'amusent et d'autres...
Comme je reste un carnassier quand j'ai vu arriver les premiers burgers avec des buns et de la viande de rêve forcément... Mais petit à petit j'ai vu passer de plus en plus de burgers, des burgers partout et tout le temps et des burgers qui me faisaient de moins en moins rêver ! 
Bon, je reste quand même fidèle à certaines adresses et quand je passe du côté du PNY, du Camion qui fume ou de Frenchie to go, je ne résiste pas encore au plaisir de m'en avaler un p'tit, mais bon je frise quand même l'overdose de burgers !
Et voilà qu'arrive le Bao, cet autre petit plaisir venant de loin, du côté du levant, un petit plaisir que j'ai dégusté de par ici et de par là-bas comme chantait l'autre en parlant d'une autre invasion... Et du coup je me suis dit et si on oubliait le burger et si on se mettait au Baooooo ? Le temps d'attraper quelques jolies recettes par-ci par-là et de les mettre à ma sauce et voilà donc en deux temps ma version du Bao !
Et on va commencer par ce qui garnit cette petite gourmandise, en ce qui me concerne de jolies tranches de cochon bien bien confit !
Cochon Bao bien confit !
Ingrédients : une belle tranche de poitrine fraîche pas trop grasse d'environ 10 à 12cm de largeur – 2càs d'huile neutre - 2 oignons nouveaux finement émincés – 2 gousses d'ail passées au presse-ail – 6 tranches de gingembre d'environ 2 ou 3mn d'épaisseur – 1 piment oiseau émincé finement – 1étoile de badiane - 1càs de sauce soja (il y en a du réduit en sel et c'est bien) – 2càs de nuoc nam – 2càs de vinaigre de riz – 30g de sucre brun en poudre (de canne ou si vous avez du rapadura c'est encore mieux) – 12cl d'eau - sel et poivre et poivre de Sechuan (ça c'est facultatif mais c'est bien)
On va d'abord passer le cochon au four. Pour cela salez et poivrez la poitrine, utilisez du poivre « normal » et du poivre de Sechuan, salez légèrement et poivrez généreusement. Emballez dans du papier alu en mettant deux ou trois tours et au four, à 140° pendant deux bonnes heures.
Laissez refroidir la poitrine dans l'alu et puis oubliez-la de préférence jusqu'au lendemain au frigo.
Le lendemain coupez la poitrine en tranches d'environ 12 à 15mm, il faut de belles tranches car ça va réduire à la cuisson !
Faites chauffer à feu vif l'huile dans un wook ou une grande sauteuse et faites-y dorer les tranches de cochon. Une fois le cochon bien grillé, déposez-le sur une assiette et jetez l'huile du wok, pas la peine de nettoyer. A feu moyen maintenant mettez dans la poêle l'oignon nouveau, l'ail, le gingembre et le piment et faites revenir le tout pendant 2 ou 3 minutes en remuant bien.
Ajoutez ensuite la badiane, la sauce soja, le nuoc nam, le sucre en poudre et l'eau et donnez un bouillon au tout.
Remettez le cochon dans le wok en l'étalant bien, redonnez un coup des deux poivres et faites cuire à couvert et à tout petits bouillons pendant 10 minutes en retournant la viande à mi-cuisson. N'hésitez pas à ajoutez un poil d'eau si ça manque pendant la cuisson.
Le cochon confit est prêt !
Normalement en même temps que le cochon on prépare les pains et on mange tout ensemble tout juste prêt et c'est ce que je ne saurais trop vous conseiller de faire... mais pour la recette du Bao on voit ça... demain ! Donc à suivre !
Mais pourquoi, bon et y'a quoi d'autre à la mode en ce moment d'ailleurs... est-ce que je vous raconte ça...

Et si on oubliait les burgers pour les Baooooo ! Tome 2 maintenant on s'occupe du pain !

Je ne sais pas pourquoi mais pour moi en cuisine le pain c'est toujours un truc à part, peut-être parce que c'est « vivant », peut-être parce que je dois à la boulange mes pires loupés de cuisinier amateur... Peut-être pour un mélange des deux !
Du coup en commençant mes bao, mes inquiétudes sont revenues à la charge aussi vite qu'un pingouin voyant un banc de sardines au fin fond de l'horizon. Et... et ben ça s'est passé tout seul, la boule de pâte s'est faite pratiquement toute seule, enfin à l'aide de mon ami batteur, elle a joliment levé, elle s'est bien étalée et finalement après la cuisson ils étaient juste comme je les rêvais !
Bon, en victorieux modeste je sais que le pain m'attend au coin du bois et qu'un jour ou l'autre il me le fera payer mais en attendant j'ai juste profité de ces petits pains qui, une fois garnis, pourraient bien me faire oublier tous les burgers du monde !
Mes p'tits pain Bao !
Ingrédients : 90g de beurre fondu mais pas chaud – 35cl de lait à température ambiante – 15g de levure de boulanger déshydratée – 750g de farine – 60g de sucre en poudre – 5g de de sel – 1càc de levure chimique
Commencez en mélangeant le lait et la levure et laissez reposer le temps que la levure commence à faire effet, 5 à 10 minutes. Ajoutez ensuite le beurre fondu et mélangez le tout.
Tamisez ensemble la farine, le sucre en poudre, le sel et la levure chimique.
Versez le liquide dans la cuve d'un batteur équipé d'un crochet et faites tourner. Ajoutez alors le mélange à la farine peu à peu. Quand vous avez tout mis faites tourner pendant une dizaine de minutes. Il faut obtenir une pâte bien élastique et homogène, si vous voyez qu'il manque un chouille de liquide, ajoutez un peu de lait mais attention un tout petit peu !
Faites une jolie boule avec la pâte. Mettez-la dans un saladier très légèrement huilé, filmez et oubliez 1 heure à température ambiante.
Étalez alors la pâte sur un plan de travail légèrement fariné, étalez de manière à obtenir un grand disque d'environ 1/2cm d'épaisseur.
Ensuite découpez des disques à l'emporte-pièces, le mien faisait environ 9cm de diamètre.
Pliez vos petits pains en deux de donnez un très très léger coup de rouleau dessus. Puis rangez-les dans un panier vapeur couvert de papier cuisson avec un trou au milieu, regardez la photo c'est plus clair pour le trou...
Faites cuire pendant 8 à 10 minutes et c'est prêt !
Si vous avez préparé la viande à l'avance vous n'avez plus qu'à laissez tiédir vos pain avec le cochon, une tranchouille de concombre, un rien de carottes râpées, quelques feuilles de basilic thaï... et pour la sauce soit de la sauce Hoïsin, soit comme moi vous sortez votre sauce Sri Racha préférée.
Mais pourquoi, bao boulettes... je me demande... est-ce que je vous raconte ça...

vendredi 16 février 2024

Mes choux très très chocolat... parce que mon estomac a subitement eu envie de douceur...

Je me demande si finalement ce n'est pas mon estomac qui pense plus que mon cerveau... Ce dernier se contente souvent de faire marcher la machine et d'avancer un pied devant l'autre... Bon, c'est sans doute lui qui me fait aussi ouvrir la bouche et mâcher, mâcher, mâcher... Mais en ce qui concerne mon appétit, là, mon cerveau ne fait pas le poids face à mon estomac !

Pourtant des fois le cerveau essaie d'aligner quelques arguments sensés me faire changer d'avis... Tu sais bien que tu risques de ressembler à un saucisson quand tu vas enfiler ton string panthère cet été sur la plage... Sauf que l'estomac, à ce moment-là, me souffle, l'été, la plage, franchement... reprend une p'tite bouchée ! Et comme je suis plus, beaucoup plus, petite bouchée que plage l'été ,sur laquelle je ressemble de toute manière à un maquereau fumé si on me pose 5 minutes sur le sable. Du coup, je reprends une bouchée, ou plutôt aujourd'hui un petit chou très chocolat... Enfin un petit chou ou deux, ou trois, ou...

Et si à vous aussi, votre estomac vous parle et que vous avez envie de reprendre un de mes petits choux très chocolaté...

Mes choux très très chocolat...

Les courses :

Pour la ganache :

- 450g de chocolat noir – 30cl de crème liquide entière – 45g de beurre – 1cuil. à soupe de pralin

Pour le craquelin :

- 60g de beurre - 60g de sucre en poudre - 60g de poudre d'amande - 30g de farine

Pour la pâte à choux :

- 12cl d'eau - 45g de beurre - 2g de sel - 5g de sucre - 75g de farine - 2gros œufs – 1 cuil. à soupe de cacao en poudre

La cuisine :

Commencez en préparant la ganache. Cassez le chocolat en morceaux, mettez-le dans un saladier et faites rapidement fondre au micro-onde. Faites ensuite chauffer la crème et le beurre aussi au micro-onde et versez le tout bien chaud sur le chocolat. Posez une assiette sur le saladier et attendez deux ou trois minutes. Mélangez délicatement et quand vous avez une jolie crème onctueuse mettez au frigo.

Préparez le craquelin en mélangeant à la main tous les ingrédients.

Étalez la pâte obtenue entre deux films alimentaires. Étalez de manière à obtenir une feuille d'environ 2 mm d'épaisseur. Et hop au congélateur.

Si vous êtes prévoyant préparez la ganache et le craquelin la veille. Sinon vous faites comme moi vous mettez aussi la ganache au congélateur pendant une heure en mélangeant à mi-temps et ça le fait aussi. Après il vous reste à attendre que le craquelin soit bien figé...

En tout cas quand tout ça est prêt, on passe aux choux !

Faites chauffer dans une casserole, l'eau, le beurre, le sel et le sucre. Retirez du feu. Jetez la farine dans la casserole. Mélangez vivement sur feu doux jusqu'à obtenir une pâte homogène. Retirez du feu. Incorporez les œufs un par un par en remuant vivement à la spatule jusqu'à ce que l'œuf soit bien incorporé.

Préchauffez votre four à 170°C.

Mettez la pâte dans une poche équipée d'une douille d'environ 1cm. Déposez la pâte sur une plaque couverte de papier sulfurisé en formant des choux d'environ 5cm de diamètre. Découpez le craquelin avec un emporte-pièce d'environ 6cm de diamètre. Déposez un disque de craquelin sur chaque choux.

Enfournez une trentaine de minutes en surveillant la cuisson !

Laissez refroidir.

Pendant ce temps fouettez la ganache, si elle est trop dure laissez-la se détendre quelques minutes à température ambiante et profitez-en pour vous détendre aussi... il faut être détendu pour apprécier les choux...

Coupez le sommet des choux. Et garnissez avec la ganache à la poche à douille, poudrez le pralin. Reposez les chapeaux sur les choux.

Poudrez  avec le cacao en poudre.

Mais pourquoi, et si on continuait dans la douceur ? est-ce que je vous raconte ça...

vendredi 9 février 2024

Pizza quinoa aux trois fromages tout blanc et à plein de choses... Parce que je m'amuse toujours autant à faire d'étranges pizzas...

Je crois que je n'aime pas les pizzas, enfin les pizzas tristes que l'on trouve malheureusement dans bien des pizzerias qui n'ont d'italien, dans le meilleur des cas, que les boîtes qui finissent sur de tristes ronds de pâte mal fagotés... Ben, c'est simplement pour ça que je n'aime pas ces pizzas-là ! Parce qu'une pizza faite comme ça, c'est pas bon !
Par contre pour peu que ça ait un peu d'originalité, beaucoup de goûts et de saveurs, je crois que je pourrais m'y faire à cette drôle de pâte avec plein de choses dessus. Et si en plus celui qui la prépare s'amuse avec ce qu'il cuisine, là, ça pourrait même me passionner...
C'est ce que je me suis dit en voyant la drôle de pizzas que Lindsay a proposée sur son blog, Café Johnsonia, un blog qui m'a souvent interpellé l’appétit tant la cuisinière qui est là, derrière ses fourneaux met de l'originalité et de la gourmandise dans ses assiettes !
C'est donc grâce à elle que j'ai eu envie de me lancer dans une pizza tout en fraîcheur, un truc dont le pingouin que je suis manque quelque peu ces derniers temps !
Pizza quinoa au trois fromage tout blanc et à plein de choses...
Ingrédients : 350g de pâte à pain – 50g de quinoa cuit al dente – 1 mozzarella – 3 ou 4càs de ricotta – 50g de feta – ½ citron jaune – 4 ou 5 oignon nouveaux – 2 ou 3 tiges de menthe effeuillées – 2 ou 3 tiges de coriandre – 1 petit avocat pas trop mûr – de l'huile d'olive – sel et poivre
Étalez le quinoa sur votre plan de travail et étalez la pâte dessus de manière à bien l'incruster dans la pâte. Quand le quinoa est bien incrusté, n'hésitez pas à retournez la pâte s'il en reste qui essaie de s'échapper, roulez la pâte en boule, donnez quelques tours puis étalez-la en forme de pizza sur une feuille de papier de cuisson bien farinée. Mettez sur une plaque et couvrez d'un torchon le temps de préparer tous les autres ingrédients.
Coupez la mozzarella en tranches fines puis égouttez-la bien sur du papier absorbant.
Coupez le ½ citron en très très très fines tranches un peu comme si vous vouliez faire une chiffonnade de citron.
Émincez finement les oignons nouveaux, le blanc et le vert.
Hachez grossièrement la coriandre.
Parsemez sur la pizza la mozzarella, tartinez la ricotta sur le tout, parsemez les ¾ du citron et de l'oignon nouveau et arrosez d'un filet d'huile d'olive. Salez léger et poivrez généreux puis enfournez dans un four préchauffé à 210° pendant une vingtaine de minutes.
Pendant ce temps coupez l'avocat en tranches très fines. Personnelle  ment je ne l'ai même pas épluché et je l'ai passé à la mandoline, après j'ai enlevé la peau et les tranches de noyaux qui n'a pas frimé longtemps face à ma mandoline et qui s'est donc laissé couper en tranches. Vous pouvez aussi plus simplement couper en deux l'avocat enlever la peau et le noyau qui ne frimera pas plus, et couper ensuite la chair en tranches fines. Quoi qu'il en soit arrosez les tranches avec un peu de jus de citron.
Quand la pizza est cuite sortez-la du four, laissez refroidir à peine puis juste avant de servir parsemez le citron et les oignons nouveaux restant, les herbes, l'avocat, la feta émiettée, un dernier filet d'huile et un coup d'poivre si vous êtes très poivre comme moi !
Mais pourquoi, bon j'ai pas oublié un truc au potager moi... est-ce que je vous raconte ça...

mardi 6 février 2024

Babka au chocolat qui croustille ! Parce que le choix d'une recette...

Quand je dois choisir une recette, j'en ai souvent parlé par ici, c'est un drame pour moi parce qu'en choisir une c'est ne pas en choisir beaucoup beaucoup beaucoup... enfin beaucoup quoi ! Et pour peu que je sois un peu sommeillant à ce moment-là il arrive des fois ce qui doit arriver, mon imagination...
Le rêve à moitié éveillé est quelque chose que j'ai souvent pratiqué, surtout à ce moment du choix d'la recette. Et le plus souvent je me retrouve alors dans une sorte de croisement entre l'apprenti sorcier et 20 000 lieux sous les mer... à cause de la pieuvre ! Parce que là ce ne sont pas les seaux qui se multiplient mais les recettes et moi au lieu d'essayer de les rejeter et bien j'essaie de les accueillir dans mes bras... deux bras puis trois puis quatre puis... des dizaines et de plus en plus de recettes et de plus en plus de bras...
Généralement c'est à ce moment-là que Marie me réveille goguenarde d'un et alors t'a réussi à les attraper toutes ? Je me lève dignement, je me recolle la mèche folle sur le front et je me dirige en glissant vers la cuisine en lui lançant j'vais préparer... une phrase que j'évite de finir avant de refermer la porte et de voir quelles recettes j'ai attrapées avec mes tentacules...
Cette fois c'est une babka que nous avons préparées avec Nicolas à 4 bras... au moins. Chacun avec une pâte à tartiner différente, lui au dulcey et moi à la pâte à tartiner cacao noisette de Gavottes, comme ça vous pourrez choisir... ou pas ! Une recette que nous a inspiré Babka zana la boulangerie levantine que vous pouvez retrouver sur leur page Instagram et j'espère de nouveau bientôt chez eux !
Babka au chocolat qui croustille !
Ingrédients : 
Pour la pâte : 240g de farine - 6g de levure sèche de boulanger - 60g de sucre en poudre - 90g de lait tiède - 90g de beurre - 1 œuf - 2 pincée de sel - 180g de pâte à tartiner cacao noisette Gavottes - 30g de noisettes - 30g de pistaches 
Pour le sirop : 45g de sucre en poudre -45g d'eau
Diluez la levure dans le lait et laissez reposer 10 minutes.
Versez le sucre, la farine et le sel dans la cuve d'un robot équipé avec le crochet. Ajoutez l'œuf et le lait avec la levure. Pétrissez le tout à vitesse moyenne pendant une dizaine de minutes. Ajoutez le beurre coupé en morceaux puis pétrissez jusqu'à ce que la pâte se décolle des parois (environ 15minutes).
Roulez la pâte en boule et déposez-la dans un saladier. Couvrez d'un torchon et laissez reposer environ 2 heures. Vous pouvez faire cette pâte la veille et la mettre au frigo couverte cette fois avec un film alimentaire, pensez juste à la sortir du frais 2 heures avant de l'étaler
Étalez la pâte en forme de rectangle d'environ 28x38cm. Recouvrez-là de pâte à tartiner en laissant un bord d'environ 2 cm tout autour.
Hachez grossièrement les noisettes et les pistaches. Éparpillez les ¾ sur la pâte à tartiner. Roulez la pâte dans la largeur puis mettez-la au frais une trentaine de minutes. Coupez le boudin en deux sur toute la longueur. Torsadez les deux parties, faces coupées vers le haut.
Beurrez un moule d'environ 25x12cm et posez du papier cuisson. Déposez la torsade dans le moule, vous allez peut-être devoir la tasser un peu en longueur, et parsemez le reste de noisettes et de pistaches. Couvrez le tout d'un torchon. Laissez reposer 1 heure.
Préchauffer votre four à 180°. Faites cuire environ 30 minutes. 
Pendant ce temps versez le sucre en poudre et l'eau du sirop dans une casserole et portez le tout à ébullition puis retirez du feu et laissez tiédir.
Quand la babka est cuite sortez-la du four puis badigeonnez-la généreusement avec le sirop.
Mais pourquoi, je me demande si je ne manque pas d'énergie... balls... est-ce que je vous raconte ça...

Mes crêpes à la coréenne... parce que j'avais envie de passer la chandeleur en Corée...

J'avais dit par ici que j'allais sans doute publier aujourd'hui une recette classique de crêpes... Et... et... La Corée m'a susurré à l'oreille que là-bas on faisait de drôles de jolies crêpes... c'est donc en direction du pays du matin calme que j'ai décidé de me diriger pour préparer des " crêpes " bien différentes de celles que nous retrouvons à l'occasion de la chandeleur.


Le " pajeon " est une simple crêpe aux ciboules que l'on trempouille dans une petite sauce. Mais il existe aussi de nombreuses autres recettes où les ciboules partagent la vedette avec d'autres légumes ou de bien d'autres ingrédients, notamment des fruits de mer.

De là à penser que ces crêpes-là sont parfaites pour s'amuser en cuisine en les faisant à son goût... C'est en tout cas ce que j'ai fait en utilisant dans mes crêpes à la coréenne, des ciboules, mais aussi d'autres légumes, histoire de mettre tout ça en couleur !

Mes crêpes à la coréenne

Pour la pâte à crêpes : 150g de farine (j'ai utilisé un mélange 90g de farine de blé et 45g de farine de riz et 15g de maïzena, mais tout farine de blé, vous pouvez) – 1 œuf - 20cl d'eau (j'utilise de l'eau " qui pique " donc pétillante dans mes crêpes) – 2 càc de levure chimique – ½ càc de sel

2 bols de légumes : j'ai utilisé 6 belles ciboules et 60g de chou, 60g de pleurote, 60g de poivron rouge le tout émincé finement et une petite carotte que j'ai taillée en allumettes (vous pouvez la râper avec une râpe à gros trous) - de l'huile neutre pour la cuisson

Pour la sauce :

6càs de sauce soja – 2càs de vinaigre de riz – 1càc de sucre en poudre – 1 petite gousse d'ail hachée - quelques pincées de flocons de piments - quelques pincées de graines de sésame doré

Mélangez tous les ingrédients de la pâte à crêpes et fouettez le tout jusqu'à ce qu'il n'y ai plus de grumeaux.

Mélangez tout les ingrédients de la sauce.

Mélangez tous les légumes dans un saladier, ajoutez la pâte et mélangez de nouveau.

Faites chauffer à feu moyen une crêpière ou une poêle avec de l'huile, versez la moitié du saladier et étalez-la bien. Laissez sur le feu 3 à 4 minutes jusqu'à ce qu'elle soit bien dorée, retournez et faites de même (n'hésitez pas à ajouter de l'huile). Profitez-en pour écraser encore la crêpe. Recommencer avec le reste de préparation.

Coupez en carré et manger sans attendre !

J'ai badigeonné les miennes de pâte de piment coréen (gochujang) et j'ai parsemé des ciboules dessus, mais ça...

Mais pourquoi, je me demande si je ne vais pas rester en Corée en cuisine... est-ce que je vous raconte ça...

jeudi 1 février 2024

Nos msemmens, nos crêpes feuilletées... parce que les six mains sont de retour !

Depuis un moment nous ne cuisinions plus à six mains avec Valérie et Nicolas... forcément c'est un peu plus difficile en ce moment, mais ce que nous pouvions à quatre mains virtuellement nous nous sommes dit que nous pouvions aussi le faire à six mains. En fait il a suffit que Valérie nous lance... les garçons ça vous dirait de faire des msemmens ? Pour que, nous les garçons, nous battions joyeusement des mains et l'affaire était dans le sac.
Surtout qu'elle nous avait assuré qu'elle avait la recette parfaite, une recette Saléha trouvée sur son blog Aux délices du palais, un petit paradis aux odeurs d'Orient comme d'Occident, qui s'est effectivement révélée comme promis, parfaite ! Je ne saurais d'ailleurs trop vous conseiller son pas à pas, parce que souvent une image vaut de longs discours !
Nos msemmens, nos crêpes feuilletées...
Pour la pâte à msemmen : 300g de farine - 300g de semoule extra fine - 1càc de levure chimique - 15g de sucre - 5g de sel - 35cl d’eau tiède, la quantité d’eau peut être ajustée légèrement en fonction de l’absorption de la farine
Pour le façonnage : 60g de beurre fondu - 6cl d’huile de tournesol - 3g de levure chimique -
Pour saupoudrer durant le façonnage : 1 bol de semoule fine 
Mettez dans le bol d'un robot équipé d'un crochet la farine, la levure, la semoule, le sucre et le sel.
Ajoutez l’eau tiède et pétrissez une dizaine de minutes, vous devez alors obtenir une pâte homogène, élastique et légèrement collante.
Déposez la pâte sur le plan de travail huilé.
Détachez des boules de pâte d'environ une soixantaine de grammes. Normalement vous devriez arriver à faire 16 jolies boules de pâte. En tout cas quand vous avez vos boules, huilez-les sur la table, posez-les dans un plat et couvrez-le avec du film alimentaire. Oubliez-les comme ça pendant une dizaine de minutes.
Pendant ce temps faites fondre le beurre du façonnage dans un bol au micro-ondes, ajoutez l'huile et la levure et mélangez.
Commencez alors à préparer un msemmen.
Aplatissez une première boule de pâte sur le plan de travail huilé en étalant la pâte avec les mains enduites du mélange beurre huile. Il faut que la pâte soit alors bien bien fine à la limite de la transparence ! Faites de même avec une deuxième boule de pâte puis déposez cette fine pâte sur la première. Et on recommence à étaler le plus fin possible ! Toujours bien sûr en enduisant bien du mélange de beurre et d'huile. Ne vous inquiétez pas au final c'est moins gras que ça ne paraît et vous aurez les mains d'une douceur... enfin retournons en cuisine !
A ce moment-là on remet un peu du mélange de beurre et d'huile et on poudre légèrement avec la semoule fine. Je vous conseille de mettre une main dans le gras et l'autre dans la semoule sinon...
Rabattez alors d'abord une fois en portefeuille, donc en repliant en trois en ramenant le bord du bas au centre, puis celui du haut vers le centre. On n'oublie pas gras et semoule à chaque pliage.
On replie alors le tiers de gauche vers le centre puis celui de droite, et si tout va bien vous n'avez pas oublié le gras et la semoule, et vous avez un carré !Aplatissez encore le carré pour l'agrandir.
Vous pouvez faire cuire votre premier msemmen dans une poêle bien chaude pendant que vous préparez le second ! Enfin vous pouvez aussi le faire cuire et après faire le second...
Quand ils sont tous cuits, ne prévenez personne ! Sinon ils vont vous les manger... partez simplement avec eux loin loin loin en compagnie d'un pot de miel.
Mais pourquoi, vivement notre prochain six mains... est-ce que je vous raconte ça...