mercredi 24 février 2010

Cuisini… culiniste… culinistologue… et voilà que je ne sais même plus ce que je suis… Et chocolat et gingembre pour aider à y réfléchir !

Je suis un catalogue de métiers à moi tout seul, j’ai l’impression d’avoir eu plusieurs vies tellement je ne me suis jamais arrêté d’être des choses et des choses encore, des choses qui ont toujours été différentes...
J’ai été vendeur de billets de bateau et rangeur de tonnes de cartons de papier et resserreur de joints de lavabo et sociologue et imprimeur de papiers que personne ne lisait et vendeur de bijoux en toc sur les marchés et formateur en espagnol et marchand de légumes, j’ai même vendu des saucisses corses et quelques autres charcutailles et j’ai été animateur de messagerie et manager d’un groupe de musique qui faisait du bruit et documentaliste et serveur dans une créperie enfin pour les crèpes que je ne mangeais pas et j’ai été pas mal d’autres choses encore…
Et un jour je suis même devenu ménager de moins de 50ans… et maintenant… maintenant je fais de la bouffe !!!
En tout cas, c’est ce que j’essaye de dire quand on me demande et il fait quoi le monsieur dans la vie ? Bouffistologiste que je répondrais bien ! Mais pour me donner un peu de contenance et me laisser le temps d’expliquer, je réponds que je fais de la bouffe… parce que je ne sais pas vraiment dire ce que je suis.
Aujourd’hui le problème c’est que je suis en train de devenir ce que j’espérais depuis longtemps, je gagne ma vie en faisant, en écrivant, en parlant de ma passion, de la bouffe, enfin ça commence à venir en tout cas… et que je ne sais pas comment le dire.
Je ne sais pas comment dire que je trempe dans cette foutue bouffe qui me fait me coucher bien des jours à l’heure où Paris s'éveille, parce qu’il me restait encore une recette à écrire ou la mousse de demain à mettre en route ou… Cette foutue bouffe qui me fait me réveiller en pleine nuit parce que dans un demi sommeil j’ai enfin trouvé le fruit qui manquait à mon petit velouté… et que je crie d’la poire j’vais y coller de la poire dans l’céleri !!! Et le pire c’est que mes révélations nocturnes n’étonnent plus personne chez moi… Même Rantanplan ne bouge pas une oreille, blasée, il me semble l’entendre souffler de dépit…
Mes enfants ne me demandent même plus pourquoi je m’attaque un travers de porc à la scie à métaux ou pourquoi je frappe une tablette de chocolat furieusement par terre pendant qu’ils goûtent avec quelques copains de passages, et même eux se sont habitués…
Tous savent que j’ai choisi mon camp, à force de chercher, j’ai enfin trouvé ce que je veux faire quand je serai grand, je veux être cui… cunilistique… cuistonome… Et pourtant ce n’est pas compliqué, je veux juste continuer à me chauffer les doigts au dessus des feux, à faire sauter, griller, mijoter, bloblotter et… recommencer encore et encore et aussi m’échauffer la tête avec les histoires et les recettes… Je veux juste CUISINER et en vivre et c’est en train de m’arriver…
Et si jamais vous trouvez le mot qui rentrerait bien dans les cases, mon burelier à moi, dites-le moi. Sinon ce n’est pas grave de toute manière ceux qui veulent me trouver savent bien où chercher, je suis là-bas au fond de la cuisine là où la flamme de la gazinière brûle pour moi… Et où naissent aujourd’hui les recettes très chocolat et gingembre.
Truffes au chocolat au sucre et gingembre
Ingrédients : 200g de chocolat à cuisiner au lait (vous pouvez aussi choisir du chocolat noir) – 20g de beurre – 10cl de crème fleurette entière – 2fruits de la passion – 2càs de sucre en poudre – 2càs de sucre en poudre roux – 25g de gingembre confit
Commencez en faisant coupant en fines tranches le gingembre, posez-les au fur et à mesure sur une plaque couverte de papier sulfurisé. Quand tout le gingembre est tranché faites-le sécher une quinzaine de minutes dans un four à 120°. Quand il est bien sec laissez refroidir puis mixez avec le sucre jusqu’à obtenir un sable assez fin.
Faites fondre doucement le chocolat au bain marie. Mélangez dans une petite casserole le beurre coupé en morceaux et la crème fleurette. Mettez sur feu moyen et portez à ébullition. Quand le chocolat est bien fondu ajoutez-y la crème au beurre pett à petit en fouettant bien comme pour obtenir une mayonnaise.
Laissez tiédir, puis glissez au frigo deux bonnes heures.
Quand le chocolat est bien ferme, formez ensuite des petites boules avec une cuillère, puis roulez-les entre vos mains jusqu'à les rendre bien rondes.
Versez le sucre au gingembre sur une planche et roulez les petites boules de chocolat dedans, recommencez jusqu'à épuisement du chocolat.
Cupcakes truffes et gingembre
Pour les cupcakes : 120g de beurre – 90g de sucre en poudre – 2 œufs – 60g de farine à poudre levante incorporée (ce qu'on appelle aussi farine à gâteau) - 60g de farine – 15g de gingembre confit
Pour coller dessus : Une portion de pâte à truffes selon la recette précédente – des tranches très fines de gingembre confit
Commencez par mixer le sucre avec le gingembre jusqu’à ce qu’il soit réduit en poudre fine.
Mettez ensuite dans la cuve d’un batteur (vous pouvez aussi utiliser un batteur à main) le sucre et le beurre et laissez tourner jusqu’à obtenir un mélange bien homogène. Ajoutez alors les œufs, un par un et incorporez-les bien à chaque fois.
Ajoutez les farines (vous pouvez aussi utiliser de la farine classique mélangée à ½ càc de levure chimique) petit à petit, finissez en ajoutant les noix de pécan et la confiture de lait, mélangez encore.
Tapissez les cagettes à cupcakes d’un peu de ce mélange, puis ajoutez une petites noix de pâte à truffe, comme sur la photo. Finissez ensuite de remplir les caissettes à cupcake’s, pas trop, et enfournez dans un four préchauffé à 170° pendant 15 à 20minutes selon la taille des caissettes.
Quand les cupcakes sont prêts, laissez-les refroidir.
Formez ensuite des petites boules de pâte à truffes, posez-en une sur chaque cupcake, puis écrasez d’un côté avec le dos d’une cuillère pour les faire adhérer au cupcake. Décorer enfin avec une fine tranche de gingembre.

Mais pourquoi, cuicui… non j’peux quand même pas dire que je fais cuicui dans la vie… est-ce que je vous raconte ça…

36 commentaires:

  1. J'aime bien ton histoire, et les truffes aussi, je crois que je les aimerais bien...

    RépondreSupprimer
  2. Cuisinologiste !
    En voila un joli mot pour une bien belle évolution.
    P.....! (bipbip) j'en prendrai bien un de tes enormous amazing cupcake!

    RépondreSupprimer
  3. Chocolat gingembre, un de mes duos préférés. Et je dis bravo pour ton beau métier !

    RépondreSupprimer
  4. Moi, je te vois plutôt en agitateur d'appétit ou en excitateur de papilles !

    RépondreSupprimer
  5. Ces cupcakes aphrodisiaques sont sûrement un régal, chocolat et gingembre, quelle belle association, sans parler des effets secondaires ;)
    ta vie de travailleur est bien riche en expériences, et ce doit être avec satisfaction et épanouissement que tu réalises enfin ce dont tu rêves depuis toujours…

    RépondreSupprimer
  6. N'est ce pas formidable qu'un jour on arrive à dire : j'ai réalisé mon rêve! Je fais ce que je suis!
    Et c'est ce que tu nous racontes aujourd'hui. Chouette! Et ce qui est encore plus chouette, c'est de nous le faire partager, merci Môssieur le CUI.....

    RépondreSupprimer
  7. Ca fait 5 ans que je cherche.... Agitateur de papilles? Éveilleur de sens?... Consultexpert-oui-mais-pas-vraiment.... stylidisigneur culinogourmand... non tjrs pas...... Oh pi flute! Juste des passionnés qui éclaboussent tellement tout le monde avec leur fichue passion que, forcément, au bout d'un moment, ça tombe ;-) see you soon ! H7.1 G37 ... Coulé ! ;-)

    RépondreSupprimer
  8. La cuisine c'est l'amour et l'amour c'est la vie
    tu as bien choisis ton métier!

    RépondreSupprimer
  9. surtout ne te soigne pas, reste bouffophile miamologue longtemps, et passe moi donc une truffe au lieu de t'interroger

    RépondreSupprimer
  10. Quelque soit le nom de ce que tu fais ou ce qui évolue, ne le mets pas dans une case, à moins que ce soit tout simplement et tout bonnement "TOI".

    Bonne continuation et au plaisir de chauffer mes doigts sur ta gazinière ou inversement... une promesse de coucous que je n'ai pas oubliée.

    Amitiés

    RépondreSupprimer
  11. bouffo-cuisino-blogo-logiste?....non, juste Dorian!

    RépondreSupprimer
  12. je comprend je comprend, allongez vous là, sur le divan, nous allons reprendre tout depuis le début cher monsieur Dorian.
    Alors nous disions donc que vous faisiez quoi comme métier ?
    Vous êtes à un stade où la psychanalyse va surement prendre quelques années, en êtes vous conscient Mr Dorian ???
    Alors si vous disiez simplement que vous êtes cuisinier, on gagnerait du temps. NON ? j'ai bien compris que vous rédigiez aussi, alors quoi !! dites que vous êtes cuisinier-rédacteur, parce que les qualités avec des logues à la fin ça fait un peu psy ! et le psy c'est moi !

    non mais !

    allez fichez le camps vous êtes trop atteint pour moi.

    Laissez moi qd même une truffe, ma femme adore les truffes au chocolat au lait et à la passion, le gingembre est en bonus, mais elle ne dira pas non.

    non non vous ne me devez rien monsieur Dorian, vraiment, n'insistez pas.

    Bon vent !

    RépondreSupprimer
  13. au moins tu as fini par trouver! moi je continue de faire tout et nimporte quoi (mon cv vaut bien le tien :) dans ton cas, appelles-ça comme tu voudras... le talent peut-etre? :)

    RépondreSupprimer
  14. Cuisinier (parce que quand même, c'est de ça qu'il s(agit) et agitateur de papilles-conteur... En tous cas, le principal est que tu sois bien et heureux et qu'en plus tu gagnes ta vie...
    A très vite monsieur l'agitateur... je vous embrasse.

    RépondreSupprimer
  15. Dis donc ! Quelle expérience variée ! Je trouve ça incroyable ! Ravie que tu te sois posé dans un univers qui te plaise autant aujourd'hui.

    RépondreSupprimer
  16. un trés bel article comme d'habitude j'ai beaucoup de plaisir à te lire.

    Ne cherche pas savoir ce que tu es, le plus important à mon avis est de faire ce qui te passionne et te fais avancer et si tu peux en vivre c'est encore mieux !!

    bonne journée
    hervé (lesateliersdhys)

    RépondreSupprimer
  17. Quelle chance de pouvoir vivre de sa passion!! J'aime beaucoup ton sucre parfumé au gingembre,excellente idée!!

    RépondreSupprimer
  18. Quoi de plus merveilleux que de vivre sa passion et d'en vivre par la même occasion, bon vent Mr l'agitateur de papilles et de mots, on est content pour toi et on te suis
    Bises gourmandes

    RépondreSupprimer
  19. Quel que soit le mot qui corresponde à ce que tu fais, l'important c'est que tu aimes ça ! Et quand on voit ce que tu nous prépares quotidiennement on se dit que tu vas forcément réussir à vivre de ta passion ! Moi j'aspire à la même chose : je suis en train de créer mon site de vente de matériel pour la décoration de gâteaux, cupcakes... Si t'as des suggestions n'hésite pas !

    RépondreSupprimer
  20. Si tu nous inventes des métiers, on va peut-être résoudre le problème du chômage en France !
    Peut-être qu'il faudrait que tu écrives à notre cher président... ;-)
    Je suis sûr qu'il te répondrait d'une belle lettre !

    RépondreSupprimer
  21. je suis une très grande accro au gingembre confit... que j'adore !!! ta recette est une vraie tentation !

    RépondreSupprimer
  22. Il vaut mieux cui-cui que cu-cu...
    Mais culinottéraire te convient mieux.
    Ou gourmand invétéré,surtout devant de telles truffes!!!
    Bisous.
    Caro

    RépondreSupprimer
  23. cuisinovore ? cuisinolove ?
    en tout cas, pas cunilistique, ça fait ... enfin, dans mon esprit tordu... bref... j'me comprends ! lol
    jolies truffes ! à découvrir !

    RépondreSupprimer
  24. ma princesse qui pourtant n'aime pas manger dirait mnam-mnam...ologue (la terminaison c'est moi qui la rajoute), très heureuse en tout cas que t'y arrives. bisous

    RépondreSupprimer
  25. Moi je dirais que peut importe comment ça s'appelle ce que tu aimes faire, tu le fais.. c'est ça qui compte!

    RépondreSupprimer
  26. Passionné, enthousiaste, ah, non, ça rentre pas dans les cases (boulot)... En belgique il y a le statut d'indépendant, et on peut faire ce qu'on veut la dedans. ça peut être une réponse pour les gens qui aiment bien les cases (dans ce cas, moi je suis dans la case attachée, j'ai jamais bien compris attachée à quoi et pourquoi, mais bon...)
    Le plus important est que tu continues à nous permettre de nous évader dans ton monde poétique et gustatif, même si on est attachés!

    RépondreSupprimer
  27. chocolat-gingembre, la perfection comme toujours !!!

    RépondreSupprimer
  28. Bonjour, je me permets de t'inviter à un petit concours culinaire sur le thème de Pâques. Je te laisse le lien si le coeur t'en dit: http://karine100705.canalblog.com/archives/2010/02/15/16925935.html
    Bon apres midi.

    RépondreSupprimer
  29. Bonjour,
    j'adore votre blog, toujours très bien rédigé, les phoptos sont magnifques et les recettes je n'en parle même pas... J'espère qu'un jour le mien y ressemblera, mais j'en doute...

    RépondreSupprimer
  30. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  31. Il fut un temps où les charcutiers s'appelaient "ingénieur en gastronomie porcine" (!), puis la profusion des titres trop parlants est devenue ringarde, on préférait un flou plus artistique, genre "qualiticien ès...", car on aime bien cumuler aussi, aujourd'hui, je ne sais même plus dans quelle surenchère de titres vasouillards on en est arrivé, alors je te propose "papilloexcitologue" (ce qui pourrait se traduire par celui qui bâtit une science sur l'excitation des papilles !), trois en un, ça va en jeter sur une carte de visite !!! Ben, moi, j'aime bien Doriantoutcourt, finalement !
    PS : j'ai l'heur de porter le nom d'un chef parisien très célèbre, ce qui est assez cocasse lorsque je réserve dans les restos : "Trucumuche du restaurant Trucchouette ?" me demande-t-on immanquablement (surtout ceux qui viennent d'avoir une étoile !) "Trucmuchetoutcourt" répondis-je les premières fois, pas vicieuse du tout. Puis, je répondais "Trucumuche de Machin de Machin..." en y ajoutant les noms de mes bleds (les plus paumés de France). Ben, particule pour particule, allons-y pour une double !!! Mes copains me disent "t'es c..., tu devrais dire oui, que t'es une cousine, comme ça tu serais royablement servie !" Bon, heureusement que je ne passe pas tous les jours dans ta cuisine, hein Dorian, je suis trop bavarde, tu ferais tout cramer, et je serais interdite par femme et enfants !!!

    RépondreSupprimer
  32. Bon moi, je dis souvent que je suis un mouton à cinq pattes...
    Une de tes photos me fait penser au puits d'amour, mais au chocolat ;-)

    RépondreSupprimer
  33. C'est sûr que "cuisinier" ça ne suffit pas comme définition, parce que ce que tu écris est au moins aussi important que ce que tu mijote, je trouve! Mais avec ton talent, tu pourrais trouver un beau terme qui définit ce que tu fais, et dans quelques années il serait dans le dictionnaire, ça ça serait classe, non? :)
    Tes truffes me donnent trop envie, je crois que je vais me lancer et essayer de les faire!

    RépondreSupprimer
  34. Moi aussi ca m'arrive de me réveiller avec la réponse à une question culinaire que je me posais depuis longtemps! Pour te définir je dirais "culinologue" et je te souhaite de pouvoir en vivre encore longtemps... En attendant continue à nous régaler de tes belles recettes.

    RépondreSupprimer