samedi 27 juin 2015

Mes p'tites et mes grandes adresses... Le Pharamond !

A chaque fois que je rentre dans un restaurant j'ai tout un tas de questions qui m'arrivent en tête et ces questions commencent assez régulièrement par... pourquoi ! Souvent les réponses qui viennent petit à petit au fil du repas ne sont pas les mêmes selon le lieu où j'ai posé mes fesses et où je me tiens le couteau et la fourchette à la main.
Généralement quand je vais manger je n'aime pas savoir, je n'aime pas savoir ce que je vais manger, ni même ce qui m'attend derrière la porte d'entrée, je préfère la découverte, que la surprise soit bonne ou...
En entrant dans le Pharamond, j'ai eu un problème avec ma foutue imagination qui ne peut pas s'empêcher de tourner, tourner, tourner... parce que cet endroit-là, pour ceux qui ont comme moi des p'tits vélos qui se mettent en route assez facilement, est un véritable piège. Il faut dire que l'endroit semble avoir déjà eu mille vies et impossible pour moi de ne pas imaginer toutes les ambiances, tous ces gens qui sont passées par là souvent juste pour un moment, juste pour un repas, au fil des ans et même des siècles que le vénérable lieu a traversé.
Le Pharamond aurait pu devenir un musée poussiéreux mais au lieu de ça il s'est patiné au fil des années en gardant son charme intact, il reste tout aussi vibrant et vivant qu'aux meilleures heures du passé.
Mais un lieu n'est pas tout, même quand le charme agit, quand je m'assois à une table c'est d'abord parce que l'ogre qui vit en moi a faim et à lui, il ne faut pas en promettre, il faut le rassasier et le combler en même temps.
Si vous vous asseyez à cette table, n'oubliez pas que le lieu fut ouvert il y a fort fort longtemps par Alexandre Pharamond pour servir la Normandie à Paris, la Normandie avec un de ses incontournables produits, la tripe ! Et encore aujourd'hui cette tradition reste d'actualité au Pharamond. Si vous n'aimez ni les tripes odorantes, ni le boudin généreux, ni les poissons, ni les fromages au goût affirmé, ni le cidre, ni les pommes, ni le calvados... en peu de mots si vous n'aimez pas la Normandie qui se mange vous risquez de manquer ce qui fait le charme de la carte de l'établissement. Dans le cas contraire vous êtes au bon endroit pour une discussion gourmande avec cette région et ses spécialités.
Le Pharamond propose donc un cadre et une table qui va vous faire joliment voyager, dans d'autres temps et dans les verts bocages normands d'une manière bien agréable, à vous juste de savoir si ces voyages vous mettent en appétit !
Et petit conseil, les salons privés du dernier étage méritent le détour, je ne vous en raconte pas plus... mais si vous avez l'occasion d'y passer ou d'y diner, n'hésitez pas !
Le pharamond se trouve 24 rue de la grande truanderie dans le 1er arrondissement parisien.
Repas offert

Mais pourquoi, et encore je n'ai pas parlé d'autres recoins étonnants... à vous de les découvrir... est-ce que je vous raconte ça...

PS : Depuis longtemps j'ai envie de parler de ces lieux où je pose les fesses pour y manger, ils reviendront donc maintenant régulièrement sous cette rubrique... Mes p'tites et mes grandes adresses...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire