jeudi 17 septembre 2020

Mes pancakes très fruités... parce que la bouffe ça ne sert pas qu'à se remplir le ventre...

La bouffe c'est quand même un truc particulier... à première vue ça ne pourrait servir qu'à se remplir la panse. C'est ce que pensait ma mère, pour elle ce qui se mangeait n'était que le carburant qui permettait au corps d'avancer et d'aller travailler pour remplir le porte-monnaie... une occupation qui a pratiquement rempli toute sa vie souvent à mi-temps, donc une douzaine d'heures par jour. 

Il n'y a presque qu'à la fin quand son corps ne lui a plus permis le travail qu'elle s'est un peu, un tout petit peu rendu compte que l'on pouvait manger par plaisir.

Et moi, en bon fils, j'ai bien sûr fait tout le contraire et je me suis toujours dit que le plaisir, et quelques autres petites choses, était sans doute tout aussi important que de mettre du carburant dans le moteur. Du coup il m'arrive même d'utiliser ce qui remplit mes assiettes comme anti-dépresseur... Bon, mes petits coups de déprime sont passagers et relatifs et ne résistent pas à la préparation et la dégustation d'un bon plat... Mais des fois j'ai quand même le tempérament, on va dire maussade, et quelques petites choses plaisantes à manger à ces moments-là ne sont donc pas de trop.

Dans ces cas-là il peut y avoir plein de choses réparatrices dans mes assiettes, autant salées que sucrées.

Il ne faut bien sûr pas aller loin dans les lectures pour découvrir le rôle que peut avoir le sucre sur nos petits neurones et se rendre compte qu'il peut provoquer une petite euphorie réparatrice. Et cette fois, pour écarter les quelques nuages maussades qui me passaient au-dessus de la tête j'ai donc choisi de me mettre face à une montagne de pancakes avec autant de fruits que de sirop d'érable pour retrouver l'envie de regarder le soleil se coucher avec le même plaisir que d'habitude...

Mes pancakes très fruités...

Ingrédients : 90g de fromage blanc - 90g de compote de pommes - 90g de flocons d'avoine - 90g de farine T65 - 1 sachet de sucre vanillé (ou l'équivalent de sucre vanillé maison comme moi) - 1 sachet de levure chimique - 3 œufs blancs et jaunes séparés - 30g de sucre en poudre (comme c'est pour monter les blancs en meringue du sucre blanc...) - du lait d'amande... éventuellement si votre pâte est un peu trop épaisse - du beurre pour cuire les pancakes - 240g de fruits rouges mélangés (framboises, myrtilles, groseilles ...) - du sirop d'érable... beaucoup !

Commencez en mixant assez finement les flocons d'avoine puis mettez-les dans un saladier. Ajoutez le sucre vanillé, la farine et la levure et mélangez bien le tout.

Dans un autre saladier, fouettez le fromage blanc, la compote de pommes et les jaunes d’œufs, on n'hésite pas sur le fouet.

Avec votre batteur préféré commencez à monter en neige les blancs d’œufs puis ajoutez le sucre en poudre en pluie tout en continuant de fouetter jusqu'à obtenir une jolie meringue. Si vous êtes plus bec sucré que moi, je le suis de moins en moins, vous pouvez ajouter un peu plus de sucre...

Mélangez bien le contenu des deux saladiers, le sec et le reste puis incorporez les blancs battus, vous pouvez fouettez vivement un tiers de la préparation et incorporez le reste délicatement.

Laissez reposer le temps d'un café ou deux, soit une demi-heure et passez à la cuisson.

Si votre pâte est un peu trop épaisse ajoutez un " chorrito " (un filet) ou deux de lait d'amande comme moi et mélangez de nouveau avant d'utiliser.

Un peu de beurre au fond d'une poêle, une louchette de pâte et quelques fruits, un peu de chaque. Cuisez à feu pas trop fort sinon les fruits risquent de brûler, retournez dès que c'est prêt d'un côté et faites de même de l'autre... logique.

Montez une petite montagne de pancakes, j'ai fait 8 pancakes avec cette quantité, vous pouvez donc doubler... parsemez les fruits restants, il devrait vous en rester, et arrosez le tout de sirop. Personnellement j'ai parsemé quelques feuilles de basilic thaï sur le tout, rien d'obligatoire, mais c'était bien bon... à vous de voir.

En tout cas comme anti-dépresseur c'était la quantité parfaite pour... une personne !

Mais pourquoi, c'est vrai que je passerai mes soirées à regarder le soleil tomber... est-ce que je vous raconte ça...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire