dimanche 9 octobre 2011

Petit bouillon et chowder maritime ou comment des fois le bonheur peut être au fond d'un bouillon…

Des fois quand j'ouvre mon congélo je me fais peur tellement j'ai dedans un tas de trucs et de machins étranges.
Il y a des tiroirs pleins où s'entassent et se côtoient, chacun bien rangé dans son petit sac, carcasses ou pattes de poulet, têtes de crevettes et épluchures de langoustines et tout un tas de restes de poissons, têtes et arêtes diverses et variés… Et encore plein d'autres choses extraites des parties pas mangeables des animaux qui passent par mes assiettes.
Et tout ça pourquoi ? Parce qu'une fois l'an et des fois moins je me lance dans la confection de bouillons maison en tout genre.
Le bouillon c'est un truc compliqué qu'il faut nourrir à grand coup de restes de viandes, de crustacés ou de poissons… Un truc naturel dans les restaurants où cette matière première court les frigos, mais un truc donc très très compliqué dès lors qu'il s'agit de les réaliser à la maison.
Du coup le reste de l'année, comme tout bon ménager, ce sont des petits bouillons cubes qui remplissent ce rôle bien difficile qui consiste à donner du goût à l'eau. Et à chaque fois que c'est le cas j'ai droit à ces petits dodelinements de la tête allant de l'Est à l'Ouest, un peu comme ces chiens ridicules que l'on trouve à l'arrière de certaines voitures, de la part des miens, un remuage de tête qui m'indique clairement que c'est pas aussi bon qu'un bon bouillon maison…
Forcément ! forcément que c'est moins bon, c'est qu'ils n'ont pas les papilles dans les chevilles chez moi et qu'un petit bouillon mitonné avec amour et quelques belles carcasses de poulet, de jolies carottes, quelques oignons, des herbes et un soupçon d'épices ça ne fait pas pareil que son collègue en cube… Forcément ! Mais pour celui que je fais dans mes marmites il faut que je me lève à l'aube et des fois le dernier dégraissage se fait quand la nuit est déjà tombée depuis longtemps. Et comme disait l'autre, c'est pas qu'on n'a pas envie de se gratter la démangeaison, c'est que la main et ben des fois elle est occupé ailleurs…
Et puis j'ai découvert les bouillons Ariaké et là les dodelinements ont changé de sens en se mettant à aller du haut vers le bas. Un acquiescement voulant dire cette fois et ben il était temps que tu te remettes à faire du vrai bon bouillon ! Forcément moi je n'ai rien dit… Et surtout pas que les carcasses qui hantent mon congélo n'avaient pas bougé d'un pouce et que j'avais juste glissé une petite mousseline délicate enfermant les étonnants donneur de saveurs réalisés par Ariaké, je n'ai rien dit comme les magiciens, je n'ai pas révélé mes tours ni comment grâce à un bouillon tout fait j'avais donné ce petit supplément d'âme qui vous chavire les papilles, juste grâce à un bouillon Ariaké.
Chowder maritime
Ingrédients : 400g de haddock – ½ litre de moules – 1 douzaine de praires – 2 tranches de lard fumé d'environ ½ cm coupées en lardons – 1 belle pomme de terre à potage ou 2 moyennes – 2 poireaux – 1 petite tige de céleri – 2 feuilles de laurier – 1 petit bol de maïs cuit surgelé – ½ litre de lait entier – 33cl de bouillon de crustacés Ariaké - 1càs d'huile d'olive -de la crème fraîche entière – du persil – sel et poivre
Commencez en préparant les légumes, pelez et coupez en deux la pomme de terre puis coupez la en demi- tranches d'environ un centimètre de largeur. Lavez puis coupez le poireau et le céleri et coupez-les en tronçons d'environ un centimètre de largeur.
Faites ensuite chauffer le lait avec les feuilles de laurier dans une casserole. Quand elle est bien chaude mettez-y le haddock et faites-le pocher doucement pendant 5 minutes.
Quand le haddock est cuit retirez-le de la casserole et effeuillez-le. Réservez le lait de cuisson.
Mettez alors l'huile dans une cocotte à feu moyen et faites-y rissoler les lardons jusqu'à ce qu'ils commencent à colorer. Ajoutez la pomme de terre, le poireau et le céleri et laissez sur le feu une paire de minutes en remuant bien.
Versez le lait et le bouillon, salez si nécessaire et poivrez puis portez à ébullition puis laissez blobloter une dizaine de minutes, juste le temps que les pommes de terre soient presque à point.
Pendant ce temps, jetez les praires dans une casserole à feu assez vif et laissez le temps de les faire ouvrir, pas plus. Eventuellement si elles sont sableuses passez-les rapidement sous l'eau. Faites de même avec les moules mais sans les passer sous l'eau.
Quand les pommes de terre sont presque à point ajoutez les praires, les moules et le mais et attendez cette fois que les pommes de terre soient bien cuites.
Ajoutez enfin le haddock et deux belles càs de crème fraîche, remuez bien et retirez du feu.
Servez de belles assiettes de chowder et parsemez le tout de persil haché.
Les bouillons Ariaké se déclinent dans les goûts suivants : Coquillages, Crustacés, Bœuf, Volaille et Légumes et vraiment n'hésitez pas à les essayer vous verrez la différence.
Produit offert

Mais pourquoi, ça me rappel le fois où nous avions fait un fond de veau… et trois jours plus tard le fond n'était toujours pas fini… est-ce que je vous raconte ça…

10 commentaires:

  1. J'utilise ces bouillons dénichés à Monop et j'en suis ravie . Et mon congélo aussi ....
    Bonne soirée et bises de Louise

    RépondreSupprimer
  2. Une assiette qui me plait et qui donne envie... Je vais me mettre activement à la recherche de ces petites merveilles.

    Amicalement de la vallée

    RépondreSupprimer
  3. C'est vrai que c'est bon les bouillons maison, surtout s'il y a du haddock!

    RépondreSupprimer
  4. Justement ça me faisait penser a un fond de veau que j'ai fait pour la 1 ère fois cette semaine ! Le bouillon maison je ne m'y suis jamais attelée , je vais commencer par tester les bouillons Ariake !

    RépondreSupprimer
  5. Moi aussi suis fan de leurs bouillons qui contrairement à ceux qu'on trouve habituellement sont sans trucs bizarres.
    Quand je t'ai chipé ta recette de risotto tomate, ni vu ni connu leur bouillon de boeuf m'a bien dépanné

    RépondreSupprimer
  6. j'ai posté un peu vite en oubliant l'essentiel : j'adore tes photos et je veux le secret pour réussir à photographier la sauce qu'on verse

    RépondreSupprimer
  7. Alors c'est simple pour les photos de sauce que l'on verse Bikini... déjà il faut trois mains deux pour l'appareil et une pour la sauce ! Donc à deux c'est mieux. Et après l'autre truc c'est déclencher des photos en rafales et quand la rafale est commencé faire couler la sauce... après il faut espérer qu'une des photos soit bonne ! Tout simple non ,-)

    RépondreSupprimer
  8. Bon Dorian,
    Tu prêches une convaincue, j'adore ta façon d'écrire, non, non je suis pas une fan qui s'époumone. j'aurais adoré être à côté de toi quand tu a ouvert ton bac réfrigéré tout plein de ces monstres, (tu vois je continue pas....)
    Bon allez ce bouillon n'a-t-il pas sa place sur "vive la soupe", comme ça t'auras encore plus de Fan ;)
    Amicalement
    Véronique

    RépondreSupprimer
  9. Une bonne et belle assiette :)

    RépondreSupprimer
  10. Je veux pas faire mon empêcheuse de tourner en rond, mais avec les ingrédients de larecette, y'a pa sbesoin de Monsieur Ariaké-Robuchon mon bouillon
    naaaaaaaaan on a tous envie de tricher sur le sacro saint fonds de cuisine de Mr Escoffié, et tanpis pour l'accumulation au fond du congélo même bien rangé comme ça doit être le cas chez Môsieur Pourquoi je vous raconte çà... ah ah ah
    L'eau à la bouche depuis que je vois ce post tourner dans la foodsphère, et je salive encore plus en lisant les ingrédients... seulement maintenant que je peux commenter ahhhhhhh la touche fumée avec le haddock (ça me manque) et le lard fumé, malin, très malin
    comme on dit de ce côté des Pyrénées, ñam ñam et 1000 mégapuntos pour les bivalves al dente!

    RépondreSupprimer