lundi 26 septembre 2011

Se souvenir des belles choses... Et c'est encore Pascale mon reporter préféré qui va nous raconter… Mama Mia !!!

Dire que je n'ai jamais de ma vie écouté volontairement un disque d'Abba est un euphémisme, les enguirlandés suédois étaient et sont toujours aux antipodes de ce que je mets habituellement entre mes oreilles ! 
Et pourtant… Et pourtant je ne pourrais pas dire non plus que je ne me suis jamais laissé attrapé par les musiques et les chansons du quatuor suédois et qu'au détour d'une écoute involontaire je ne me suis pas retrouvé à danser et chanter dans ma salle à manger le balai espagnol à la main… Ce n'est pas la première fois que je ne suis pas à une contradiction près !
Du coup quand on m'a proposé d'aller assister à une représentation de Mama Mia, la partie sombre qui est en moi m'a lancé un défi, vas-y qu'elle m'a dit et tu sauras si tu vas résister à l'agitation sauvage face à leurs chansons ! Et j'étais prêt à y aller quand l'imprévu s'est invité…
Du coup j'ai demandé à mon reporter préféré, Pascale, si des fois elle aussi agitait les bras en hurlant Gimme ! Gimme… faut voir qu'elle m'a dit… et elle a été voir et voilà comme elle a vu Mama Mia ce soir-là !
Et voilà, septembre est là, la rentrée, le changement de rythme, tout cela parfois un peu tristounet à la perspective de ce qui va suivre, inéluctable, la grisaille, la fatigue de la reprise du train-train quotidien, de devoir résister au froid qui va débarquer, c'est sûûûr...
Tout ça tout ça...
Il faut donc se résigner?
Eh bien non! J'ai LE remède pour affronter tout ça avec le sourire, et c'est une solution à long terme!
Petit flashback: en juin dernier, j'ai eu la chance de pouvoir assister avec quelques autres blogueurs à la comédie musicale Mamma Mia, dont on avait déjà fait un film à succès avec Meryl Streep.
Je dois préciser que les comédies musicales ne m'attiraient que très moyennement jusque là, sans en connaître grand chose, un bête a priori.
Par contre, les chansons de variété et particulièrement celles d'Abba sont génératrices d'une bonne humeur qui sont une solution toujours efficace quand le moral flanche (il y a Mika aussi ;))).
Mais le fait qu'elles soient ici reprises en français me laissait plus que sceptique, je dois dire!
Or, le cadre dans lequel nous avons été reçus, avec visite des coulisses avant le spectacle, m'a introduite dans un univers que je ne connaissais pas du tout: nous avons pu assister aux derniers raccords chorégraphiques et de chant, à l'échauffement des acteurs qui doivent être à la fois comédiens, chanteurs et danseurs, car rien n'est enregistré à l'avance. Le professionnalisme de l'ensemble, y compris l'organisation, tout le management du spectacle laisse admiratif une candide comme moi (et je n'étais pas la seule, je crois).
Nous avons été accueillis par Guillaume Decreuze, responsable de la régie de la troupe et Véronique Bandelier, metteur en scène résident qui nous ont informés et ont répondu extrêmement aimablement et avec passion à toutes nos questions. J'ai appris une foule de choses intéressantes.
Puis, place au spectacle!
Et là, franchement, les quelques réticences qui auraient pu me rester ont fondu comme neige au soleil!
L'énergie, la bonne humeur, et la précision de la mise en scène, des chorégraphies, du chant, tout est vraiment éblouissant, vous emporte pendant deux heures et vous laisse à la fin avec de la musique et de la gaieté dans la tête pour plusieurs jours.
On a le côté rétro années 70 avec des costumes... on s'y croirait!
On a les paillettes et les tenues de scène qui passent pour démodées mais dont beaucoup se sont largement inspiré depuis, non?
On a les beaux gosses...
... super sportifs, des performances acrobatiques
Le tout avec une histoire romantique et drôle, bref...
Je précise que j'étais accompagnée de mon fils et de sa chérie, qui sont plutôt branchés électro, métal (j'aime aussi) et musiques relativement incompréhensibles pour moi, et ils sont ressortis tout émerveillés et très contents de leur soirée! Rien à redire, je suis sûre qu'il y retourneraient sans hésiter !
Le CD de la bande son a tourné en boucle sur le chemin du retour, et quand, aujourd'hui, un trajet s'annonce morose, hop, je me le remets et je souris en retrouvant l'ambiance de cette soirée exceptionnelle!
Vous pourriez croire que j'en rajoute un peu mais pas du tout!
Et la preuve, c'est que j'ai attendu jusqu'à maintenant pour vous en parler! Si je l'avais fait en juin, vous seriez partis en vacances vers les distractions estivales attendues et ce serait parti aux oubliettes.
Alors comme le spectacle est repris à partir de la rentrée pour une nouvelle saison, il ne vous reste qu'à vous y précipiter entre amis, à envisager de l'offrir comme cadeau familial au moment des fêtes... que sais-je?
Très franchement, à moins que vous n'aimiez que les spectacles austères et au second degré impénétrable, vous avez peu de risque d'être déçus.
Un petit aperçu?


Donc
Mamma Mia, du 30/09/2011 au 31/01/2012
au Théatre Mogador
25 rue de Mogador
75009 Paris
Et je ne vous ai pas parlé de la salle! Le théatre Mogador, un lieu splendide, créé sur le modèle des théâtres anglais, un petit bijou...

Mais pourquoi, et dire que j'étais en train d'écouter Joy Division et en train de parler d'Abba… des fois la vie n'est pas simple ! est-ce que je vous raconte ça…

4 commentaires:

  1. Quelle chance, je suis fan des comédies musicales.
    A ce jour mon film préféré est Grease

    RépondreSupprimer
  2. je crois que j'aurais du mal avec la VF mais c'est une chouette idée.
    j'ai eu la chance de voir 3 comédies musicales et j'adore ça (on va voir le Roi Lion avec Mère quand elle viendra dans 3 semaines :D)

    RépondreSupprimer
  3. C'était une soirée très sympa. Je dois dire que j'y allais un peu à reculons pour cause de VF mais franchement les traductions sont formidables et l'énergie dégagé par la troupe donne juste envie de se dandiner sur place.

    RépondreSupprimer
  4. Ah mais pourquoi avoir traduit les paroles ! Mais pour l'avoir vu à Broadway, je dois dire que le spectacle est remarquable !

    RépondreSupprimer