mardi 30 mai 2006

Le pain est un loup pour l'homme… non à la réflexion le pain est surtout un loup pour le couillon !!!

Le pain fait partie des choses que je ne maîtrise pas du tout en cuisine, j'aimerais… mais à part de rares victoires, ma relation avec le pain est surtout jalonnée de choses plates, caoutchouteuses, cramées que même les canards de la rivière d'à côté regardent avec dédain quand je leur lance… et pourtant j'aimerais ! Alors hier matin après avoir déposé les enfants dans leur école respective… trois enfants, trois écoles, le bonheur… je me suis dit, y'a pas de raison, on y retourne et je l'aurai ! Et je me suis lancé à corps éperdu dans mon nouveau défi !
Et tout se passait bien, je maîtrisais assez bien la recette de Sandra que j'avais choisi… bon quand j'ai mélangé la farine et l'eau je me suis bien retrouvé avec deux gants de boxe en pâte… mais avec un couteau j'ai réussi à tout éplucher sans enlever la peau en même temps et au final j'avais une jolie pâte tout bien comme il faut ! Et après que nous nous soyons reposé la pâte et moi, et après différents remuages, pliages et découpages j'avais devant moi huit jolis petits pains comme je l'espérais… forcément j'avais changé de couleur et la maison aussi ! nous étions légèrement plus enfarinés qu'au début… mais c'est rigolo de laisser ses traces de pas dans la farine ça donne un petit côté Hollywood Boulevard ! J'avais donc mes petits pains devant moi et je les regardais avec amour... et c'est là que j'ai eu l'idée ! l'idée qui m'a fait basculé de l'homme à son cousin : le couillon !!!
C'est là que je me suis dit, tiens si je faisais comme les boulangers, le petit coup de lame pour faire les jolies ouvertures… et comme avec mon couteau le plus tranchant j'ai juste réussi à aplatir ma pâte… je sais pas avec quoi votre Il se rase mais moi c'est avec un superbe 26 lames de chez Mr Gilette, donc pas la moindre lame de rasoir libre à la maison… à moins que… à moins de… je vous passe tous les détails du dépeçage de la bête pour récupérer une lame, mais forcément p'tain j'ai eu l'pouce et dans la foulée je me suis fait l'index et puis l'autre main ! et après la lutte avec le sparadrap qui est pas prédécoupé évidemment, et que ça colle sur les ciseaux et que t'en fous partout et que purée, infirmière c'était vraiment pas pour moi et que surtout ne pense pas que tu ne supportes pas la vue du sang… et tout ça pour avoir une lame qui fait 1,5mn de large ce qui a fait bien rire mes futurs petits pains (les traces de griffure sur les photos ce sont mes tentatives…)!!!
Du coup pendant que mon pain cuisait j'ai nettoyé le sol de la farine (beaucoup) et du sang (quelques gouttes)… une fois pendant que je travaillais un gigot au hachoir, le facteur est venu frapper à la porte pour me remettre un quelconque colis… et en voyant son regard quand j'ai ouvert, passablement énervé parce que j'arrivais pas à avoir cet os de… le hachoir à la main, des mains ensanglantées, que j'avais essuyé sur mon vieux tee-shirt de cuisine, j'ai senti que ce n'était pas la peine de lui proposer un café ! depuis je nettoie et je range!
Quand Marie est rentrée hier soir elle m'a retrouvé accoudé à la table avec mes pansements et mes petits pains devant moi, l'œil hagard, enfariné des pieds à la tête mais heureux comme un boulanger !!! Du coup le temps de cicatriser et lundi prochain on r'met ça !!!
La baguette de Sandra qui a fini en petits pains (cliquez sur le nom de la recette pour arriver sur l'original)

Ingrédients : 500g farine T55 – 40cl d'eau (350g)- 10g sel (12g) - 8g levure fraîche (7g) – entre parenthèses ce sont les quantités originales
Mélangez l'eau et la levure. Mélangez dans un grand saladier (c'est important la pâte lève beaucoup donc vraiment un grand saladier !) la farine tamisée et le sel, ajoutez le mélange liquide en mélangeant bien, attention ça colle ! Laissez reposer pendant 1h30, Sandra conseille de rabattre la pâte toutes les 20min, je l'ai fait trois fois, pour rabattre vous décollez la pâte avec la main, vous glissez la main sous la pâte, vous la soulevez doucement et la remettez en place (enfin c'est ce que j'ai compris ;-)). Ensuite quand la pâte est bien gonflée, déposez là sur une table bien farinée, ça colle toujours autant, là vous l'étirez, on tire de chaque côté jusqu'à avoir une sorte de pain d'une cinquantaine de cm. Vous devez alors replier la pâte en trois comme un portefeuille et je tourne la pâte d'un quart de tour, je laisse reposer sous un linge pendant 20min et je recommence 3 fois (si ce n'est pas clair je peux essayer de faire mieux, vous me direz !!!). Diviser alors votre pâte en huit, roulez légèrement, laissez reposer 20min puis formez vos petits pains et laissez de nouveau reposez 20min. Enfournez à four préchauffé très chaud, à 240°, pensez à mettre de l'eau dans la lèchefrite, baissez tout de suite votre four à 210° et laissez cuire pendant 20min. Laissez-le refroidir puis mangez, si quelqu'un à une idée pour les rendre un poil plus croustillants… c'est tout ce qu'il leur manque !!! mangez avec ce que vous voulez ! par exemple…
Mousse au thon et au citron et à l'origan d'après une recette de P. Wells, Tratoria chez J.C.Lattès
1 boîte de thon à l'huile d'olive (190g) – 40g de beurre mou – le zeste d'un demi citron – 2càs de jus de citron – 2 càs d'huile d'olive – ½ càc d'origan séché ou d'une autre herbe sèche – 1 gousse d'ail épluchée – poivre – piment d'Espelette en poudre
Mettez l'ensemble des ingrédients dans le bol de votre mixer, mixez jusqu'à obtenir une pâte fine et légère, c'est tout ! Servez sur des tranches de pain éventuellement grillées et saupoudrez de poivre ou de piment !
Bon la semaine prochaine je r'mets ça sans doute avec la baguette Monge d'Anne… je me demande si j'arriverai à la faire en mettant les pansements avant ???

Mais pourquoi est-ce que, aaïïïïeee foutues coupures, je vous raconte ça…

samedi 27 mai 2006

Quand on parle de femme au foyer subitement je me demande si je ne dois pas me sentir concerné !!!

L'autre jour j'étais tranquillement en train de repasser… ben oui Il repasse, surtout quand Il a rien à se mettre sur les fesses et qu'Il a une formation en fin d'après-midi et que l'armoire est vide… donc je repassais tranquillement, quand j'entends un type sur 'Rope Un, je ne sais plus qui ni pourquoi, dire, il m'arrive de cuisiner et de faire le ménage et je vis très bien avec mon côté féminin… et puis comme ce n'était pas du tout le sujet ils ont continué à papoter… Mais à ce moment-là, moi, je me suis entendu penser, si tu savais ce qu'il te dit le côté féminin!!!
Là je me suis assis et je me suis demandé, mais qu'est-ce que t'es en train de faire ? tu serais devenu une femme ? Et j'ai récapitulé les indices que l'andouille précité aurait sans doute relevé pour répondre… mes envies de rentrer dans mes petites tenues d'été, ma manière de dire un non qui peut vouloir dire oui, les blogs sur lesquels j'aime traîner, hormis bien sûr ceux concernant la cuisine, ce qui en soit est déjà suspect… Celui Lambchop où j'adore suivre, au milieu d'une forêt d'autres choses, ses aventures à la recherche l'Ultimat vêtement avec 3 €77 en banque, celui d'Hélène et son irrésistible blog de fille où j'apprends même à détourner la Biafine pour me réhydrater la couenne et qu'il va sans doute me falloir un gourou… celui de Lulu, mais Lulu c'est encore autre chose…et quelques autres… mes occupations, la cuisine, le ménage, le repassage, les enfants à l'école… Je m'enfonçais de plus en plus dans le canapé… et là je me suis dit il faut faire un test… Je suis allé chercher une bière, brune, corsée… j'ai pas pris de verre, comme ça direct à la canette ! Je l'ai posée près de moi, j'ai allumé la télé, et j'ai zapé, zapé jusqu'à enfin trouver sur Canal Sport du FOOT ! Et j'ai attendu, attendu, la passe, fait la passe, p'tain la balletringue, la paaaassseee et ça s'est produit… il l'a mis, il l'a mis !!! et Il a crié (Il a même renversé la bière et Il va se payer le nettoyage…) BUUUUUUUUUUUT!!! en levant les bras au ciel… j'étais encore un Il dans l'fond !!!
Et subitement je me suis dit, t'inquiète donc pas ce n'est pas le fer à repasser, l'envie de maigrir ou la manière de tourner la sauce qui fait l'homme ou la femme, ce ne sont que des choses que les Ils ou les Elles font et peut importe lequel ou laquelle ! et puis tant qu'on ne te parle pas au féminin…
Rassuré, sûr de nouveau de ma force tranquille, j'allais de bon pas planter une étagère à coup de poing… quand je me suis dit, j'ai peut-être des courriers et là je suis tombé sur un petit message d'Adèle qui me proposait de répondre au questionnaire de Déborah
Quelle gourmande êtes-vous ?
J'ai eu un spasme, du type volcan fondant en larme et avant de déprimer sérieusement je me suis dit, va chez le boucher prendre un petit morceau d'veau et prépare-toi donc un bon ragoût histoire de montrer qui t'es !
L'ragoût d'Raoul ! un petit ragoût de veau à la bière et au paprika
Ingrédients ! : 1kg de tendron de veau (plus c'est persillé=gras plus c'est tendre…) – 2 càs de vinaigre de Xérès – 1càs de sucre roux - 40g de beurre – 4 oignons émincés – 1 bonne càs de papika – 3 tomates pelées, épépinées et concassées – 20cl de bière brune du type Pelfort brune (attention n'utilisez pas des bières du type Guiness beaucoup trop fortes) – sel et poivre – une dizaine de feuilles de basilic
Dans une poêle ou une grande sauteuse, avec la moitié du beurre, faites colorer la viande salée et poivrée à feu vif. Réservez-la, et faites revenir les oignons jusqu'à ce qu'ils deviennent transparents, sans coloration donc. Ajoutez le vinaigre puis le sucre remuez, laissez compoter une minute. Ajoutez le paprika, remuez, enlevez du feu et ajoutez 10cl de bière. Ajoutez ensuite la viande puis la tomate concassée, remuez doucement le tout. Faites cuire pendant 1h à 1h15 en vérifiant la cuisson de la viande et en ajoutant un peu de bière seulement si nécessaire (la sauce doit au final être assez épaisse). Quand c'est cuit, mettez le basilic coupé à votre goût et mangez tout chaud avec des pâtes… par exemple !

Dès que je me serais fini l'ragoût, je commencerais à penser comment répondre à cette étonnante question : quelle gourmande je suis ! dans quelques temps donc ;-)

Mais pourquoi, moi gourmande ? est-ce que je vous raconte ça…

vendredi 26 mai 2006

Ça sent une drôle d'odeur… quelque chose qui me rappelle, ça me fait penser à quoi déjà ??? La suite et la fin…

Le début se trouve sur le message précédent...

La suite…

L'hiver c'est la seule saison où je suis dans la maison et où m'emplissent d'autres odeurs. Comme celle du linge propre et du savon de Marseille qui a servi pour le laver, ma mère passe son temps à laver, nos vêtements, les draps, les torchons… puis elle recommence sans fin… c'est une laveuse ! L'année dernière mon père a acheté une machine à laver, une merveille qui sait tout faire toute seule! lui avait dit le vendeur… quand elle est arrivée à la maison, ma mère l'a toisée et depuis elle dort au milieu de la cuisine, elle ne l'a jamais utilisée !

Et puis quelques odeurs de cuisine, celle de la sorte de paella que fait ma mère, ma mère est une sorte de cuisinière, qui va trop vite parce qu'elle n'a pas le temps… c'est normal qu'elle ne fasse qu'une sorte de paella… mais elle y met quand même l'épice magique, ces tout petits brins orangés prêts à s'envoler au moindre souffle, cette épice qui donne au riz sa couleur de soleil et ce goût, un petit goût d'Espagne…cette épice qui fait qu'on appelle le riz de ma mère une paella !

Et puis l'odeur de la poussière parce que j'aime aussi me cacher sous les lits, malgré les araignées qui me font si peur… sous les lits c'est bien le seul endroit où ma mère n'arrive pas l'enlever, là où la poussière résiste à ma mère... c'est de là que je l'ai entendue crier pour m'appeler…

Le dragon crie ! entre mon frère et moi ma mère c'est le dragon… elle dit qu'il faut y aller et on est sorti, on a pris le taxi, je me suis dit, tiens on ne prend jamais le taxi, on allait voir mon père comme souvent à l'hôpital… Quand on est arrivé et ce n'était pas comme d'habitude, les infirmières se parlaient tout bas en me regardant et quand on est entré dans sa chambre j'ai pris une grande bouffée d'une odeur que je ne connaissais pas, une odeur curieuse, âcre, aux relents de métal glacé… mon père était sur son lit les yeux grands ouverts mais quand je suis passé devant ses yeux, ça n'a pas allumé la petite lumière, ses yeux ne sont pas plissés comme toujours pour me dire je suis content que tu sois là… il est resté sans bouger, il n'a plus jamais bougé… et moi l'odeur ma imprégné jusqu'au dégoût, je ne l'oublierai jamais, cette odeur d'hôpital que je détesterai toute ma vie…

C'est fini…

Et pour répondre à une dernière question, la saveur et l'odeur d'un blog… Celui de Leeloo évidemment, a pour moi un petit goût de crayon à papier que l'on mâchonne en réfléchissant, pas que mais aussi… la saveur d'un de ces plats indiens dont on n'arrive pas à définir précisément les épices qui le compose et l'odeur d'une rue Barcelonaise après la pluie, une en particulier, j'ai oublié son nom mais si vous voyez l'enseigne de Viader c'est que vous y êtes… quoique...

et pour continuer dans les parfums, cuisine indienne au menu !

Poulet trempé d'épices et bronzé au grill

Ingrédients : 8 pilons de poulet sans la peau – 1càc de piment moulu (la force c'est à votre goût) – 1càc de curcuma moulu – 1càc de toute-épice moulu (piment de Jamaïque) – ½ càc de garam massala – 1 càc de gingembre frais râpé – 1 càc de d'ail écrasé - 2 càc de jus de citron – sel – 60ml d'huile

Mélangez tous les ingrédients sauf l'huile, puis badigeonnez-en le poulet, réservez pendant au moins 30min. Tapissez un plat allant au four de papier aluminium. Mettez le poulet dans le plat, sur l'aluminium, versez l'huile en filet sur tout le poulet puis refermer avec une autre feuille d'aluminium, de manière à faire une sorte de papillote. Enfournez à four préchauffé à 190° pendant 40min. Ouvrez ensuite la papillote en aluminium, posez la viande sur une grille et passez sous le grill très chaud quelques minutes de chaque côté, en arrosant régulièrement du jus restant dans le plat, jusqu'à atteindre une belle couleur dorée (5min environ de chaque côté), mangez ! avec du riz et du soleil…

Mais pourquoi, tient ça sent pas le brûlé là… est-ce que je vous raconte ça…

mercredi 24 mai 2006

Ça sent une drôle d'odeur… quelque chose qui me rappelle, ça me fait penser à quoi déjà ???

Il y a quelque temps Leeloo me proposait de répondre à son questionnaire sur les odeurs… et comme je ne sais pas m'arrêter, j'en ai fait des bouts, de ma réponse, un aujourd'hui, un autre demain ou après demain… et comme d'autres fois la forme n'est peut-être pas… enfin voilà… quoique…
Encore une fois ma mère me badigeonne d'eau de toilette, c'est toujours comme ça quand nous devons sortir, que ce soit pour aller chez des amis ou des gens comme elle dit, j'ai beau me débattre comme un chat qu'on essaye de noyer, elle y arrive toujours… quand je serais grand je ne me parfumerai jamais, je ne sentirai plus cette odeur, ni aucune autre ! Mais là à onze ans je n'ai pas le choix…
Dès quelle me lâche, je me sauve rejoindre mon territoire, mon jardin. On n'a pas beaucoup de temps, on doit partir bientôt qu'elle a dit, j'ai juste le temps d'aller voir si mes comics sont à leur place à côte des lilas. C'est là que je passe mon temps à rêver et à lire les aventures des X-Mens et puis de l'homme à l'armure et aussi de Cap América et de… tous les autres, je les aime tous même si je sais que quand je serais grand c'est Marie-Jeanne la petite amie de l'Araignée que j'aimerai plus que les autres… enfin je sais qu'il n'existe pas vraiment mais si je pouvais…
J'ai pas le temps mais je monte quand même sur mon lilas, je ne devrais pas j'ai les vêtements pour sortir et le bois est encore humide, je reconnais avec plaisir cette odeur de bois mouillé et de mousse, trop tard j'ai déjà de longues traces vertes sur mon pantalon trop court... Mon jardin est plein de ces odeurs que j'aime y retrouver… Celle avec lesquelles j'aime me frotter les mains, le thym, le romarin et puis la marjolaine celle que mon père a plantée à la fin du printemps dernier, quand il pouvait encore, et puis les feuilles du laurier, celui que je préfère, ce grand laurier au pied duquel j'ai trouvé mon chat, il miaulait comme un perdu avec les yeux encore collés, à peine sevré… et plein d'autres odeurs selon les saisons celle de mon lilas qui reprend vie au printemps, les feuilles de tomate de l'été, encore les feuilles en automne mais celles à moitié mouillées à moitié pourries, il n'y a que l'hiver qui n'a pas d'odeur de jardin…
à suivre…
En attendant demain voilà d'autres odeurs celle de notre petit déjeuner en famille, les odeurs , des saucisses, des œufs, du lard… et puis des autres petites choses que l'on ajoute de temps en temps comme aujourd'hui les lemon bars d'Estelle et
les pancakes de Thalie, deux recettes auxquelles je n'ai pratiquement pas touché tellement elles sont bien…
Petites barres au citron d'Estelle
Ingrédients : Pâte : 150g de farine – 60g de sucre – 125ml de noix de coco (Estelle propose une version à la poudre d'amande à essayer aussi) – 90g de beurre froid coupé en tout petits cubes - Garniture : 180g de sucre - 2 œufs – le jus d'1 citron - 1 càs de zeste de citron rapé - 1 càc de farine - 1 càc de levure chimique - 1 pincée de sel
Dans un bol versez la farine, le sucre, la noix de coco, mélangez. Ajoutez le beurre et travaillez avec le bout des doigts jusqu'à obtenir un mélange grossier, du type que l'on utilise dans les crumbles suggère Estelle. Après versez cette pâte dans un moule rectangulaire que vous aurez tapissé de papier sulfurisé puis étalez bien, n'hésitez pas à lisser avec le dos d'une cuillère. Enfournez pour une vingtaine de minute à 180°, les bords doivent commencer à brunir sans brûler ! Pendant ce temps préparez la garniture. Versez les ingrédients de la garniture, le sucre, le jus de citron, le zeste, la farine, la levure et le sel dans un bol et mélangez ça bien jusqu'à obtenir une belle pâte bien homogène. Quand la pâte est cuite, sortez-là et versez dessus la préparation au citron, remettez au four entre 30 et 40 min. Attention dès que le dessus commence à dorer il faut arrêter la cuisson, il faut seulement qu'une croûte se forme. Ensuite attendez que ça refroidisse, coupez à votre goût, mangez-en regardant vers l'Amérique !
Pancake comme au Canada de Thalie
Ingrédients : 2 œufs - 12cl de lait - 120g de farine - 1 càc de levure chimique - 2 càs de sucre vanillé de préférence maison - 1 pincée de sel – du beurre pour la cuisson
Séparer les blancs des jaunes des deux œufs. Dans un saladier mettez les jaunes, le lait, la farine tamisée, la levure et le sel puis mélangez. Ajoutez le sucre mélangez encore. Battez les blancs en neige avec une pincée de sel. Ajoutez au mélange précédent, n'hésitez pas à mélanger fermement. Laissez reposer ½ heure (la prochaine fois j'essayerai de préparer la pâte la veille au soir). Faites chauffer une poêle avec du beurre, faites cuire à feu moyen en retournant dès que c'est cuit sur la première face, des grosses bulles se forment en surface. Servez avec moult sirop d'érable et éventuellement avec des noix, des pistaches ou des noisettes si vous aimez. Ne lâchez pas votre plat sinon comme moi vous ne les goûterez pas ! Que booonnnn ! m'ont-ils tous dit la bouche pleine !

Mais pourquoi est-ce que je vous raconte ça… demain?

lundi 22 mai 2006

J'y arriverai pas, j'y arriverai pas… puisque je vous le dis que j'y arriverai pas… y'a plus qu'un mois avant l'été !

Purée je viens de voir le calendrier et c'est le choc ! Lundi 22 mai et j'ai encore mes formes de l'hiver, vous voyez une bouteille d'Orangina… ben y'a d'ça ! Forcément l'hiver moi je fais ma " petite " couche de gras pour supporter les grands froids et quand le printemps revient, elle s'est attachée à moi et elle est toujours là ! Du coup là je n'y coupe plus, il y a urgence, faut faire quelque chose sinon mon maillot de bain peau de panthère va rester accroché à son clou encore une fois ! Bon, comme d'habitude quand je dois faire quelque chose je rationalise… donc je me lève et je cours dans tous les sens en criant j'y arriverai pas, j'y arriverai pas !!! Et quand finalement je suis fatigué je m'assois et je réfléchis et j'essaye de résumer mes connaissances dans le domaine des régimes (régime, rien que le mot me fait froid dans le dos)… En fait, ces connaissances se résument aux lectures diverses des magasines dits féminins que j'ai lu chez le médecin, le dentiste et le garagiste et aux visionnages matinaux de la boutique de M6…
De tout ça j'ai tiré la conclusion qu'en terme de régime, si on met toutes les propositions bout à bout, on peut choisir entre différentes possibilités, soit on ne mange rien… bon là c'est simple, mais mourir de faim je n'y tiens pas… soit on ne mange qu'une chose, de l'ananas ou du raisin ou des radis ou du… mais là j'ai peur de me lasser très très vite… soit on peut manger de tout, ça c'est ce que je fais et je ne maigris pas du tout, vraiment pas du tout comme ça… mais j'ai pas dû tout comprendre à ce dernier type de régime… soit on porte leshortquimasselebourelet enroulé dans lefilmquifaitsuer en avalant lespilulesquifontfondrel'gras attaché au rameurcyclomarcheur branché sur le 220v de laceinturequifaitrireaudébutmaisquifinipartegriller ! Mais comme tout ça coûte une demie fortune et que le fait d'évoquer le mot acheter devant mon banquier lui provoque des crises d'urticaire galopant, je sens que ce n'est pas non plus la bonne piste !
Du coup j'essaye de rationaliser… je me relève et je recommence à crier j'y arriverai pas, j'y arriverai pas, en courrant dans tous les sens tel un poulet désorienté !!!
J'ai donc décidé, après avoir arrêté de crier, de creuser la question avant de me lancer, après tout il me reste tout le mois de juin pour perdre 37 kilos, ça doit être faisable… bon par contre comme je ne sais pas où creuser, dans l'jardin, dans la cuisine, dans la pharmacie d'à côté… j'espère donc vos suggestions, vos encouragements ou vos découragements et tout le reste afin de me lancer ou pas dans ce grand défi !
En attendant comme c'est la semaine
Fraîch'attitude, je me suis dit ça ne peut pas me faire de mal, mangeons des fruits et des légumes en chantant joyeusement moi aussi j'suis fraîchhhhhhhh!!! et comme je suis dans ma période indienne, toujours extrait de Inde, saveurs du monde chez Michel Lafon, ça donne ça !
Lassi ensoleillé à la mangue
Ingrédients : 250g de mangues bien mûres – 20cl de lait – 12,5cl de yaourt nature (1yaourt) – une pincée de sel et du soleil
Mettez l'ensemble des ingrédients dans un mixer ou dans pot pour utiliser un mixeur plongeant et mixez avec une poignée de glaçons (très bon test de résistance pour le mixer… heu donc si vous n'êtes pas sûr ajoutez les glaçons ensuite) jusqu'à obtenir une boisson homogène et mousseuse. S'il reste des filaments, ça arrive avec la manque, mixer encore et filtrez. Allumez le soleil et buvez !
Aubergines sous les épices
Ingrédients : 800g d'aubergines le plus petites possibles coupées en morceaux d'environ 8cm – 500g de tomates bien mûres ou de tomates en boîte – 1 morceau de gingembre de 2cm râpé – 4 gousses d'ail hachées – 150ml d'huile neutre – 1 càc de graines de fenouil – ½ cac de graines de nigelle (kalonji mais si vous ne trouvez pas… pas dramatique) – 2 càc de coriandre en poudre – ½ càc de curcuma en poudre – ¼ de càc de piment de cayenne – 1càc de sel
Saupoudrez les morceaux d'aubergine avec le sel et mettez-les à dégorger dans une passoire pendant une bonne ½ heure. Pendant ce temps, pelez, épinez puis concassez grossièrement les tomates. Mettez dans un mixer, 1/3 des tomates, l'ail et le gingembre, réduisez grossièrement en purée, mettez dans un bol et ajoutez les tomates concassées restantes. Passez les aubergines sous l'eau puis séchez-les. Faites chauffer l'huile dans une poêle, ou une sauteuse à feu moyen puis faites-y dorer les aubergines de tous les côtés, faites-le en plusieurs fois si nécessaire, puis réservez les aubergines, j'avais oublié, réservez sur du papier absorbant pour suprimer un peu d'huile (merci Framboise !). Garder 1 ou 2 càs d'huile dans la poêle, jetez le reste, faites-la chauffer de nouveau. Quand elle est chaude mettez-y les graines de fenouil et de nigelle et couvrez, vous allez entendre les graines éclater, laissez quelques minutes (2 ou 3 pas plus). Ajoutez alors la préparation à la tomate, la coriandre, le curcuma et le piment, remuez et faites compoter pendant 5min à feu moyen, le temps que la sauce devienne consistante. Ajoutez les aubergines, mélangez délicatement afin de ne pas les réduire en purée, couvrez, baissez le feu et laissez une dizaine de minutes. Servez tout chaud avec un peu de coriandre si vous aimez !

Mais pourquoi, un mois… j'y arriverai pas, est-ce que je vous raconte ça…

vendredi 19 mai 2006

Comment quand je dis non ça veut dire oui…ou le contraire… et que tout ça finit en Un pour deux à la Bollywood…

Rien je t'assure, ça serait pas raisonnable… non, non vraiment n'insiste pas ça serait pas raisonnable… ça c'est typiquement le type de phrase qui veut dire le contraire de ce qu'elle dit… La preuve par l'exemple !
Marie est en stage depuis quelques jours et gentiment elle me téléphone le midi pour savoir si des fois je ne m'ennuierai pas entre les promesses de jardinage, que je n'ai pas commencé, et les promesses de bricolage, que ça je n'y pensais même plus… En plus de m'appeler elle en profite pour faire quelques courses, le stage c'est à côté de Parly 2 qu'elle m'avait dit… je vois le genre de stage ! que je lui avais répondu ! Bon, donc là quand elle m'appelle elle boutique joyeusement chez Mr Fnac… et me demande si par hasard… le livre dont je parle de temps en temps, 23h sur 24… je ne voudrais pas…
Quelques jours plus tôt j'étais passé moi-même chez Mr Fnac pour reremplir le rayon lecture de notre pré-ado qui dévore tout ce qui se lit en grognant régulièrement encoooore ! encooooree !… j'avais donc rempli mon petit panier et puis j'avais vu là-bas au fond le rayon des bouquins de cuisine et je suis passé, mais sans m'arrêter, surtout ne pas s'arrêter, purée ce qu'il est beau celui-là, t'arrête pas, et l'autre là encore plus… les vendeuses ont sans doute été surprises de me voir tourner sans arrêt une quinzaine de fois autour du même rayon avant de repartir… quoiqu'il en soit j'ai vaincu ! Je n'ai rien acheté !!!
Quand je suis rentré j'ai raconté ma victoire à Marie et j'ai à peine insisté sur les deux bouquins qui m'avaient fait de l'œil, à peine… j'ai juste donné le titre, le prix, le nombre de page, la liste des recettes et dit comment qu'elles sont terriblement bien et que même je suis sûr que j'en ai pas certaines ! Et donc là, elle est en train de me demander si par hasard je ne voudrais pas un de ces livres, alors que je dis depuis des lustres qu'on est tondu à ras de la couenne financièrement et que non non non plus un livre de cuisine, même pas un petit… et je m'entends lui répondre : non, non je ne veux pas ça ne serait pas raisonnable… ce qui en traduction veut dire : fais gaffe si tu ne fais que penser à me reposer la question, la réponse c'est OUI !!! HO OUIIII!!... et elle a fait pire, elle a reposé la question…
Quelques heures plus tard elle revenait donc avec Inde, saveurs du monde chez Michel Lafon.
Et demain comme je vais travailler à côté de la gare de l'Est c'est-à-dire juste à portée de fusil du passage Brady… le passage Brady souvent qualifié de l'Inde à Paris où j'irai donc entre douze et quatorze heures refaire mes stocks… mais en attendant je n'ai pas résisté je nous ai préparé un " Un pour deux à la Bollywood ", qui n'a duré… moins que ça ce midi !
Radis et cacahuètes
Ingrédients : 200g de petits radis coupés en 3 ou 4 selon la taille (mes morceaux sont un peu gros) – 1càs d'huile neutre – ¼ de càc de graines de cumin - ¼ de càc de graines de moutarde – 1 pincée d'asa foetida (facultatif) - ¼ de càc de curcuma – ¼ de càc de sel – 1càs de citron – 80g de cacahuètes grillées (non salées) hachées grossièrement – un peu de coriandre fraîche
Dans une petite casserole faites chauffer l'huile à feu moyen. Ajouter les graines de moutarde et de cumin, couvrez, les graines vont alors éclater, laisser sur le feu quelques minutes en secouant la casserole. Ajouter l'asa foetida (qui porte bien son nom!), le curcuma et le sel, mélangez, enlever du feu puis ajoutez le citron, laissez refroidir, mélangez vivement. Dans une assiette mettez les cacahuètes, les radis, mélangez rapidement, versez l'assaisonnement, remélangez, mettez la coriandre et mangez à la petite cuillère !
Lassi mousseux salé et parfumé
Ingrédients (quantité pour deux verres, à multiplier si besoin) : un yaourt de 125ml – 2 pincées de cumins en poudre + quelques graines de cumin – 2 pincée de sel – 60ml d'eau
Versez dans un pot ou un pichet le yaourt, le cumin en poudre, le sel et l'eau, ajoutez une poignée de glaçons et battez le tout, je l'ai fait avec un mixeur plongeur mais faites avec ce que vous avez, le tout c'est de bien mélanger et de faire mousser l'ensemble. Ensuite servez dans des verres et décorer avec quelques graines de cumin (pas trop) et buvez !
Doigts de poulet trempés dans les épices
Ingrédients (pour 4) : 3càs de graines de coriandre – 2 càc de graines de cumin – 1 bâton de cannelle – 1 càc de graines de cardamome – 1 oignon haché grossièrement – 6 petites gousses d'ail hachées grossièrement – 1 morceau de gingembre de 2cm haché grossièrement – ½ càc de clous de girofle – ¼ de piment de cayenne en poudre – 3 càs d'huile neutre – 1 càs de coulis de tomate – 3 càs de vinaigre de riz (ou de vinaigre blanc) – ½ càc de sel – 600g de blancs de poulet, sans la peau, taillés en lanières d'environ 1cm de large – quelques rondelles d'oignons rouges
Mettez dans une poêle sur un feu moyen la coriandre, le cumin, la cannelle, la cardamome et les clous de girofle, faites griller quelques minutes en remuant dans arrêt. Versez le tout dans un saladier, ajoutez le piment en poudre et prélevez un tiers de ce mélange. Réduisez ce tiers en poudre, au moulin à poivre, au moulin à café (attention j'ai déjà fracassé deux moulin à café comme ça), au marteau… comme vous voulez… versez la poudre dans votre mixeur (vous pouvez en prélever un peu pour saupoudrer à la fin, ce que j'ai fait). Ajouter dans le mixeur tous les autres ingrédients, les épices entières, l'oignon, le gingembre, l'ail, l'huile, le vinaigre et le sel, mixer jusqu'à obtention d'une pâte grossière mais assez homogène. Versez dans un saladier ajoutez le poulet mélangez et laissez au frigo jusqu'au lendemain. Faites cuire sur un grill très chaud (c'est ce que j'ai fait), sous le grill d'un four, sur un BBQ… c'est assez rapide mais attention que la viande soit cuite à cœur ! Servez avec l'oignon rouge, mangez avec les doigts c'est encore meilleur !

Mais pourquoi, demain direction Bollywood sur Seine, est-ce que je vous raconte ça…

mercredi 17 mai 2006

Lulu's life in Rizland… ! ou comment transformer des souvenirs en riz au lait !!!

La pile de questionnaires est en face de moi… elle est plus petite que moi mais à peine… j'en connais chaque feuille, chaque colonne, âge, lieu, club, présence, antécédent, blessures… c'est à croire que les sportifs ont plus d'os que les autres et qu'ils ont une capacité étonnante à se les casser ! Malléole cassée, astragale cassée, tarse… cassée aussi… encore et encore des questions, entraîneur, pratiques, sociabilité… ils n'en finissent pas, je n'ai jamais vu un questionnaire aussi long… et ils sont là par centaines, et feuille après feuille je viens d'entrer tout dans ma machine, la moindre croix ne manque pas, la moindre remarque est prise en compte… toutes leurs histoires … l'un qui m'avait dit, mon frère c'est l'entraîneur m'sieur et il me fait pas jouer… et l'autre qui trouvait, moi je méritais, j'vous jure que je méritais, alors pourquoi… et encore l'autre qui disait, quand je suis rentrée dans la salle et que j'ai entendu le public, c'était mieux que... oui même que ça c'était mieux… des heures et des heures et des heures d'entretiens.
Mais j'ai fini, je l'ai eu, je viens de tourner la dernière page, la dernière question, réponse 2 c'est fini… pour la saisie, il ne me reste plus qu'à analyser tout ça et à en faire un joli rapport, moi j'appelle ça des cales à armoires mes rapports… et encore dans ce cas ils serviraient à quelque chose ! J'ai mal au yeux, j'ai mal au dos, j'ai mal au ventre à force de café, j'ai commencé vers 9h après les enfants et il est 23h, heureusement que Marie s'occupe de tout le reste… j'ai mal partout mais je ne me plains pas, il y a bien plus malheureux, j'ai juste besoin de m'étirer pendant… un jour ou deux ! Je jette le dernier questionnaire par terre juste pour le plaisir de penser j't'ai eu ! Nous savons bien, lui et moi, que je finirais par le ramasser pour le ranger avec les autres. Je prends une respiration, je sauvegarde et je lance l'analyse, demain je saurais à quelle sauce manger mes sportifs, ils seront triés, comparés, croisés et recroisés… mais pour l'instant j'ai envie de ne plus penser, de prendre mes chats sur les genoux, d'avoir Marie pas loin et de manger un truc réconfortant, rassurant, une douceur parfumée… comme un petit riz au lait…
Ce petit bout d'vie date de quelques mois mais quand Lulu m'a écrit il y a quelques jours…pour le kedgéré c'est râpé, mais tu peux sûrement trouver une autre recette à base de riz à mettre sur mon piti blog dans quelques jours, j'en suis sûre ;)… j'ai pensé à ça, va savoir pourquoi ;-)… et à ce petit riz au lait dont j'ai eu tellement envie, mais commencer un riz au lait à 23h… en espérant que toi tu le mangeras Lulu dès que tu auras fini (passez du côté de chez Lulu's life in Cornland vous verrez qu'elle aussi doit avoir mal au yeux et au dos et…), le nez sur la vitre avec la buée qui s'y forme et les deux chatounes qui te réclament à coup de miaulements et de ronronnements… bientôt donc !
Riz au lait parfumé pour Lulu si affinités… (une recette qui doit beaucoup à P.Wells)
Ingrédients : 70g de riz blanc à grains ronds – 1 gousse de vanille – 50cl de lait – le zeste d'une orange et d'un citron prélevé en une ou plusieurs larges bandes d'1 ou 2cm – 20g de beurre – 50g de sucre vanillé maison – 20g de raisins secs – 20g d'amandes émincées – une pincée de 4 épices
Lavez le riz et égouttez-le. Mettez-le dans une casserole, puis couvrez le largement d'eau. Sur un feu moyen portez à ébullition puis laissez cuir 5 min. Mettez-le alors dans une passoire et rincez-le puis égouttez-le. Mettez le lait dans une casserole, ajoutez les petits grains noirs prélevés dans la gousse de vanille (il faut la fendre et gratter avec un couteau ou une petite cuillère) et les zestes des agrumes. A feu moyen, portez le tout à ébullition. Dès ébullition retirez du feu et ajoutez le beurre et le sucre, mélangez délicatement. Laissez refroidir une dizaine de minutes puis versez dans le plat de cuisson, moi j'utilise un plat en terre qui ressemble à un saladier (à l'origine ce plat sert à faire le cassoulet). Couvrez le plat d'une feuille d'alu et enfournez dans un four préchauffé à 170° pendant 1h30 puis découvrez et laissez cuire jusqu'à la consistance désirée entre 15 et 30min de plus. Pendant ce temps faites griller les amandes émincées (je préfère émincer mes amandes, comme ça je taille plus gros et ça croustille sous la dent…), quelques minutes dans une poêle. Quand le riz est cuit, ajoutez délicatement les raisins et saupoudrez avec la pincée de 4 épices et les amandes, ne mélangez pas… vous pouvez enlever les écorces si vous n'aimez pas ! après vous vous collez le nez sur la vitre et vous mangez en regardant le bleu de l'horizon…


Mais pourquoi, tiens je ne suis pas seulement chez moi, est-ce que je vous raconte ça…

lundi 15 mai 2006

Dès lors qu'il s'agit de rejouer la guerre du feu le IL se lève et dit : laissez-moi faire, moi je sais !!!

J'ai souvent remarqué que certaines tâches semblent être dévolues aux ILS, un exemple au hasard, la tâche principale du IL quand les beaux jours arrivent : allumer le barbecue !
Généralement lors des journées BBQ ça se passe comme ça… Après que la petite phrase innocente, il faudrait allumer le barbecuuue ♪♪ ! soit prononcée, souvent depuis le fin fond de la cuisine par une voix chantonnante ! Il y a d'abord râlerie du IL qui se sent concerné, forcément là il était en train de recomposer l'équipe de France, bah oui lui à l'arrière autant que ce soit ma grand-mère, moi j'te l'dis… du coup, c'est pas l'moment ! Et puis après que le : quand faut y'aller, faut y'aller ! de circonstance soit prononcé, dans un bel ensemble, il y a un vol de ILS qui s'élève et qui va se poser devant le lieu du crime. Et là se déroule le rituel de la guerre du feu ! Le IL et le feu c'est une vieille histoire qui remonte à… longtemps… et c'est donc logiquement que chacun a sa manière de faire… Du papier et après tu mets le petit bois, du bien sec hein ! D'abord le petit bois et après le charbon mais pas trop, stop, stop… Tu n'as pas des… tu sais les trucs là où que tu mets le feu, oui ça… donne la boîte ça ira ! Le petit bois c'est bien mais faut les tremper avec un peu d'alcool… un demi litre pas plus… et si ça prend pas tu vides le reste ! Faut pas prendre du papier de magasine t'y arriveras pas comme ça… faut du Libé, ça pour le barbeuk c'est bien…
Pendant ce temps le BBQ s'allume… s'éteint… se rallume… il arrive qu'il se… mais au final en mélangeant les recettes, ou pas, un des ILS reviendra en cuisine pour annoncer fièrement : C'est prêt, on attend quoi là, ça traîne !
Et moi ? heu comme je suis pas très doué et que dans ce domaine je suis une couleuvre qui a un baobab qui lui pousse dans la main, depuis longtemps j'utilise une manière un peu sauvage mais terriblement efficace… je l'allume au chalumeau…
Après cet allumage rapide, j'ai donc refait les délicieux travers porc sucrés et épicés et grillés (la photo du haut montre la marinade) de… de… non je vais pas recommencer, la recette est d'AnneE et se trouve sur sa délicieuse Station Gourmande (cliquez dessus pour trouver la recette originale et profitez-en pour découvrir les archives d'un site passionnant !).
Et pour accompagner ça, une salade étonnante et une crème fondante, fondante… que j'ai prises chez une grande brune aux yeux… enfin vous voyez… (sinon c'est N. Lawson dans Forever Summer).
Salade toute rouge et verte
Ingrédients : 1 oignons rouge coupé en 4 – 2 citrons verts – 1kg 5 de pastèque – 250g de feta – une dizaine de feuilles de menthe fraîche – une dizaine de brins de persil plat effeuillés à la main (soyez généreux en persil) – 4 càs d'huile d'olive – poivre
Pressez les citrons verts et mettez le jus dans un bol. Emincez assez finement les morceaux d'oignons rouges et mettez-les à mariner dans le citron. Coupez les pastèques en gros cubes de 2 à 3cm de côté, mettez-les dans un grand plat de service. Coupez la feta en petits cubes, ajoutez là à la pastèque. Emincez assez finement la menthe, ajoutez-là aussi dans le plat, mélangez délicatement le tout. Ajoutez l'oignon et le jus de citron, puis l'huile, remélangez rapidement. Poivrez au goût puis saupoudrez du persil et redonnez un dernier tour (avec les doigts dit la brune…).
Nuage de rhubarbe

Ingrédients : 1kg de rhubarbe (le plus rose possible juste pour faire beau !) – 300 g de sucre vanillé maison (sinon un mélange de sucre et de quelques sachets de sucre vanillé) – 500ml de crème fleurette entière
Lavez puis couper la rhubarbe en petits tronçons d'un ou deux cm, puis mettez-la dans un plat allant au four. Ajouter le sucre et mélangez bien (on met les mains évidemment). Mettez une feuille d'alu sur le plat et mettez au four préchauffé à 190° pendant 50min. Videz l'ensemble du plat dans une passoire fine posé sur un saladier afin de recueillir le liquide qui va s'échapper. Pressez légèrement avec une fourchette sur la pulpe de rhubarbe, puis fouettez la légèrement, toujours avec la fourchette pour la défaire. Mettez la pulpe dans un bol et réservez le, mettez le jus au feu et faites le réduite pratiquement de moitié. Pendant ce temps fouettez la crème en chantilly pas trop aérée, dès que ça prend bonne tête on arrête de la battre. Quand le jus est réduit faites le refroidir. Quand tous les ingrédients sont froids (si la chantilly est presque glacée, moi j'aime), mélangez délicatement la crème et la pulpe, il ne faut pas que le mélange soit homogène. Répartissez dans des coupes (attention aux doses c'est de la chantilly à la base !) puis nappez généreusement avec le jus réduit. Comme ça c'est booooon, mais doit pouvoir trouver aussi des duos avec des glaces par exemple… à vous de jouer !


Mais pourquoi est-ce que, je vais aller fouiller chez qui maintenant, je vous raconte ça…

samedi 13 mai 2006

C'est l'été, le temps des rires et des chants… enfin surtout le temps d'aller faire un petit nettoyage dans les placards !!!

C'est l'été, ça y est !!! quand je commence à avoir chaud je déclare officiellement l'été ouvert… à la maison en tout cas, et quand c'est l'été ça veut aussi dire rangements et changements en tout genre !!! du coup hier j'ai pris la direction de la réserve… d'abord les fringues, fini les pulls et les écharpes, revoilà les… non pas les robes qui tournent, ça c'est fini pour la pré-ado depuis longtemps et la pré-pré-ado quand je lui propose, elle me regarde avec un air de dire mon pauvre papa tu crois vraiment que je peux encore porter ça… et mon hamster… bon on va peut-être pas le mettre en robe… donc des robes qui tournent pas, souvent noires ou grises, pas gaies quoi ! Les fleurs non plus c'est plus l'âge… et des shorts et des tee-shirt à fleurs, les fleurs j'essaye encore… on ne s'habille plus pareil et on ne mange plus pareil… le charbon de bois commence à dresser son nez d'un air de dire, alors y vient l'barbecue ?!
Du coup je suis aussi allé du côté du garde-manger, là où j'entasse avec amour toutes mes petites réserves… enfin avec amour, disons plutôt que ça tasse dur dans les placards, c'est un peu comme les heures de pointe dans le métro, on se pousse dans l'fond la p'tite dame ! et ce qui est là depuis un moment, forcément, c'est souvent de plus en plus oublié dans le fond… le fond c'est souvent le territoire perdu des périmés ! Quoi que je fasse, j'en retrouve toujours ! Pourtant j'ai fait attention à la date de cette pâte de cacahuète amère à l'aileron de requin complètement indispensable pour… pour… pour quoi déjà ? n'empêche que je ne pensais pas l'avoir acheté en… 1992 ! Déjà ! En poussant les soupes chinoises dans le fond, où elles vont attendre l'hiver prochain, je suis tombé sur un paquet de nouilles de riz… j'ai posé ça à côté de moi et j'y suis retourné et j'ai trouvé là, des algues, des graines de coriandre, des petites nouilles vous savez celles qui ressemblent à des grains de riz et du sucre de palme, ça c'est trop bon râpé et du lait concentré du pas sucré et…et j'en passe, j'ai sorti une demie montagne de produits oubliés… et tout ça était encore bon ou presque… décidément des fois ça a du bon d'aller traîner dans les placards…
Et quand j'ai fait ma pose-blog du coup au lieu de me jeter sur les dernières recettes je suis allé fouiller les archives, voir si des fois… et c'est dans les archives de… de… en tout cas en date du 26 mars 2005 que j'ai trouvé cette petite recette qui après avoir mariné toute la nuit a été avalée aujourd'hui !
Cochon sucré et épicé et grillé

Ingrédients : 1 beau travers de porc donc entre 1kg 2 et 1kg 5 – Une marinade composée de : 2 càs de miel assez liquide et neutre - 1 càs de sauce aigre-douce de prune - 1 càs de sauce soja - 1 càc de vinaigre de riz – 1 càc de pâte de curry rouge - ½ càc de coriandre moulue - 4 grains de cardamome écrasés – 1 càc de gingembre frais râpé - 1 gousse d'ail écrasé – 1 bâton de réglisse taillé en morceaux – 2 càc de satay en poudre (n'hésitez pas à doubler les quantités si nécessaire).
Dans un petit saladier mélangez tous les ingrédients de la marinade. Coupez le travers en morceaux, un os un morceau, donc coupez juste entre deux os à chaque fois. Mettez les morceaux dans un plat, puis versez dessus la marinade et mélangez bien. Couvrez avec un film étirable et mettez au frais au moins pendant une nuit, vous pouvez retournez la viande de temps en temps. Le lendemain grillez la viande sur un barbecue bien chaud, pas trop près de la flamme, pendant une bonne quinzaine de minutes. Après quand c'est bien grillé et croustillant mettez en suffisamment, c'est-à-dire beaucoup, dans les assiettes avec un peu de riz blanc, mangez avec les doigts et laissez-vous envahir par les parfums, c'est… encore mieux !
Cette recette peut aussi se réaliser au four préchauffé à 210° pendant une petite heure et sans doute aussi sous le grill, à vous d'essayer maintenant !
Alors c'est à qui est cette recette d'y'a longtemps ? je vous le dirais la prochaine fois… peut-être !!! à moins qu'elle s'en souvienne ce dont je ne doute pas… heu tu t'en souviens ?
Bon chez qui je vais aller fouiller maintenant ?

Mais pourquoi, tiens je rentrais là-dedans moi, est-ce que je vous raconte ça
P.S.: Cette recette je ne l'ai que cuisinée, la version originale est là chez AnneE dans sa Station Gourmande... (cliquez sur Sation Gourmande pour rejoindre le site, pensez d'abord à mettre le panneau ne pas déranger) je vous ai déjà conseillé d'aller fouiller sa malle aux trésors ? alors n'hésitez pas !!!

mercredi 10 mai 2006

J'veux plus choisir ! j'veux plus choisir !!! J'veux tout le fromage le dessert le café et puis… et puis j'veux recommcer!!!

J'ai l'impression de passer mon temps à choisir, choisir toujours et encore… Fromage ou dessert, alors qu'une toute petite tranche de Roquefort avec la poire là, celle-là la bien mûre, ça serait tellement bien, à moins que ce soit avec la petite tarte aux pommes… Théo ou Agathe, une fille ou un garçon, une fille je voulais des filles que des filles et j'ai failli en tuer quelques-uns qui m'ont dit à ma deuxième fille, c'est pas grave elle est en bonne santé, c'est déjà ça… ma merveille, c'est déjà ça !!! j'te jure…
Laurel ou Hardy, le gros ou le maigre… Manger ou maigrir, passer l'été sous le parasol et pas pour éviter le soleil, juste le regard des autres ou courir sur le sable jusqu'à se jeter dans les vagues tel un chien fou et en ressortir en s'ébrouant sous les whaou le mec !!! Thé ou café, moi c'est thé d'abord et café ensuite d'abord ! l'un pour apprécier l'autre juste au moment où je suis vraiment réveillé ! Vanille ou chocolat, vous n'avez pas autre chose je n'aime ni l'un, ni l'autre, de la fraise, encore pire, quand je veux choisir subitement je ne peux plus…
Se coucher tôt ou se lever tard, pourquoi on ne peut pas se coucher tard si tard qu'on n'a presque plus à se lever tôt, puisque qu'au moment de se coucher c'est déjà tôt ! Le film ou le foot et d'ailleurs le foot ou le rugby… et au fait quel film, le Scharzy où il revient du futur ou Orgueil et préjugés… Vert ou bleu clair pour la chambre vert ça serait bien tu trouves pas, ça serait bien dis ! bon ça sera jaune de toute façon tu n'aimes jamais ce que j'aime… choisir toujours encore et toujours !!!
Et ce matin je devais choisir c'était Kedgeree ou Kedgeree ou Kedgeree forcément à force d'acheter des livres de cuisine, j'ai un tas de fois certaines recettes et ben forcément il faut choisir ! et là j'ai dit NON ! c'est fromage et dessert et dessert pour une fois donc j'ai fait toutes les recettes !
Par contre en voyant la table ce soir ils n'ont pas choisi si dans mon cas c'était il s'arrange pas ou il s'arrange pas… je crois que j'aimerai qu'ils ne choisissent pas !!!
Le kedgeree de M'mame Wilson – Extrait de Cuisine anglaise de A. Wilson chez Könemann
Ingrédients : 500g de haddock – 1 càc de zest de citron râpé – 1 feuille de laurier – 250g de riz cuit (type Basmati) – 3 œufs durs coupés en morceaux – 1 pincée de noix de muscade – 1 càs de jus de citron – 50g de beurre – 15cl de crème fleurette – sel et poivre
Après avoir enlevé la peau, découpez le haddock en cube, mettez-le dans une casserole avec le zest de citron et le laurier, portez à ébullition et faites cuire à petit feu pendant une dizaine de minutes. Retirez le haddock, égouttez-le bien puis écrasez le grossièrement à la fourchette. Dans un plat allant au four mettez le riz, les œufs, le haddock, le jus de citron, mélangez délicatement salez, poivrez, remelangez. Parsemez le dessus du beurre coupé en petits morceaux puis nappez le tout avec la crème fleurette. Mettez au four préchauffé à 180° pendant 20min.
Le kedgeree et curry – Extrait de Simply british ! de P.Holmes et S. Mallet chez Marabout
Ingrédients : 500g de haddock – 350g de riz de basmati – 3 oeufs durs (il est possible d'utiliser des œufs de caille 6 à la place) coupés en 4 – 4 càs de persil plat haché – 75cl de bouillon de volaille – 1 oignon haché – 1 càc de curry – 1 feuille de laurier – 1 càs d'huile d'olive – sel et poivre
Après avoir enlevé la peau, mettez le haddock coupé en larges morceaux dans une casserole, ajoutez le laurier, poivrez et couvrez d'eau. Portez à ébullition et faites gentiment cuire une dizaine de minutes. Après cuisson effeuillez-le et réservez-le au chaud. Dans une casserole, faites chauffer l'huile à feu moyen, pour y faire revenir l'oignon 2 ou 3 minutes. Ajoutez le riz, le curry, salez, remuez bien pendant une minute puis ajoutez le bouillon. Portez le tout à ébullition puis baissez le feu, couvrez et faites blobloter une bonne dizaine de minutes, ne remuez pas mais faites attention que ça ne colle pas trop en fin de cuisson. Dans un plat mettez alors le riz, le haddock, presque tout le persil et mélangez délicatement, ajoutez les œufs et finissez le persil.
Le kedgeree au saumon pas comme tout le monde de Nigella – Extrait de Nigella bites d'elle-même !
Ingrédients : 750g de saumon – 2 feuilles de citronnier (j'avais pas j'ai mis du laurier et ça l'fait!) – 50g de beurre – 1càs d'huile – 1 oignon haché finement – 1càc de coriandre en poudre – 1càc de cumin en poudre – 1càc de curcuma – 250g de riz de basmati – 3 œufs durs coupés en 8 – 3càs de coriandre fraîche hachée – ½ jus de citron vert et son zest râpé – de la sauce du type Nuoc Nam ou Nam pla.
Dans un plat allant au four mettez votre saumon et couvrez-le avec 50cl d'eau, ajoutez les feuilles de citronnier ou de laurier, couvrez d'une feuille d'aluminium et mettez au four préchauffé à 220° pendant 15min. Retirez le saumon du plat, réservez-le au chaud puis filtrez le bouillon et réservez-le aussi. Dans une casserole à feu moyen, mettez le beurre et l'huile, ajoutez l'oignon et faites revenir jusqu'à ce qu'il devienne transparent. Ajoutez alors les épices et remuez bien pendant 2 ou 3 minutes, ajoutez le riz, remuez bien, ajoutez le bouillon de cuisson du saumon. Apportez le tout à ébullition, baissez le feu, couvrez et laissez cuire doucement une quinzaine de minutes. Versez alors le riz dans un plat, ajoutez le saumon que vous aurez effeuillé grossièrement avec une fourchette après avoir enlevé la peau, presque toute la coriandre hachée, le jus du citron et quelques gouttes de sauce. Mélangez délicatement, puis ajoutez le zest du citron et la coriandre restante. Mangez !
Et vous, vous choisissez pas ??? vous z'allez quand même pas me faire ça !!!
Mais pourquoi est-ce que, subitement je me demande si je dois finir ma phrase ou pas… je vous raconte ça…
P.S.: Tout à l'heure pendant ma pause, je suis passé par chez Miss Lulu et je me disais, tiens un plat d'riz ça serait bien pour elle… et en repassant chez moi avant d'm'y remettre je trouve ce petit commentaire de Lulu : " t'as oublié la façon miss lulu!! Le kedgeree d'Lulu (cliquez pour y aller) " j'l'avais loupé... le choix devient encore plus difficile allez voir ! Au fait t'es pas sensé travailler toi aussi…,-) !!!

samedi 6 mai 2006

Quand je suis au rayon culinaire d'une librairie, Docteur Jekill devient Mister Hyde… Les livres de cuisine 5e et dernier épisode !

5: Vos derniers achats ou cadeaux en date...
Généralement quand j'achète un livre ça se passe souvent
comme ça…
On se promène avec Marie, pas assez souvent d'ailleurs, main dans la main… et soudain je renifle l'air, le nez au vent et je sens qu'il y a quelque chose, un parfum connu… je sens cette odeur, papier, encre… je tends l'oreille, au loin des feuilles bruissent sous les doigts… une librairie !!! Il y a une librairie à moins d'une heure de route ! Un petit coup de reniflette de plus… et en plus elle a un rayon culinaire ! Bon, comme je connais pratiquement toutes les librairies ayant un rayon culinaire dans les cinquante kilomètres autour de la maison, ça facilite la chose… Là je regarde Marie l'œil humide, le menton tremblant et je lâche la phrase fatidique : " on jette un œil ? "… Jeter un œil, chez moi, ça veut dire être occupé le temps qu'il faudra pour ressortir avec un livre au moins… au moins un !
Donc on rentre, parce que Marie aime aussi les livres, bon des livres moins intéressants puisqu'ils ne parlent même pas de cuisine… des romans ! à peine passé la porte on fonce chacun vers son rayon, et quand j'arrive devant mes livres c'est là que la transformation s'opère !!! Je deviens alors un fauve prêt à tout pour défendre son territoire… le rayon culinaire devient alors ma tanière ! Qu'une vendeuse, une possible acheteuse ou même un enfant égaré tente d'avancer une main vers mes livres et ma main maintenant griffue viendra alors l'arrêter dans son erreur et d'un hochement de tête qui dit non je lui indiquerai que ce n'est pas une bonne idée, pas une bonne
idée du tout, dans mes yeux il voit que ce pourrait être son dernier jour de chance et que finir en steak haché n'est pas un sort enviable, pas enviable du tout… généralement on entend alors un grand cri, un bruit de course et je peux reprendre ma lecture, paisible, libéré des contingences terrestres ! Je n'ai plus qu'à choisir… plus qu'à… un parmi ces milliers de merveilles… Après, après je n'aurai plus qu'à convaincre Marie… mais ça c'est une autre histoire…
Les derniers que j'ai choisi de cette manière c'est donc Avec un nuage de lait, s'il vous plait de J. Betham chez Minerva, Sandwiches de P.Holmes et S.Mallet chez Marabout et enfin Soufflés d'Estérelle Payany chez Librio (oui, oui Estérelle d'Ester Kitchen ! passez chez elle les peintures viennent d'être refaites...), dont j'ai tiré la recette suivante… un soufflé !
Le soufflé au chocolat au lait et aux
épices d'Estérelle
Ingrédients : 150g de chocolat au lait pour pâtisserie (ou de chocolat noir si vous préférez, moi je tenterai ça la prochaine fois j'ai trouvé le chocolat au lait un peu léger en goût) – 6 œufs blancs et jaunes séparés – 80g de beurre – 80g de sucre en poudre – 50g de farine – 35cl de lait – 1 bâton de cannelle – ¼ de càc de gingembre en poudre (Estérelle propose 1càc) – grains de poivre – 4 gousses de cardamome légèrement écrasés (vous pouvez varier les épices au goût) – Sel
Faites chauffer le lait puis ajouter les épices, laissez infuser pendant une dizaine de minutes. Filtrez le lait et enlevez les épices. Chauffez-le de nouveau puis ajoutez le chocolat en morceaux et le sucre, remuez jusqu'à ce que cela devienne homogène. Faites fondre le beurre dans une casserole puis, hors du feu, ajoutez la farine tamisée et mélangez bien. Ajoutez ensuite, tout doucement, le lait chocolaté, mélangez bien. Remettez sur feu moyen 1 ou 2 minutes en remuant sans arrêt jusqu'à ce que le mélange s'épaississe, ça va très vite, attention ça attache aussi vite ! Laissez refroidir puis ajouter les jaunes d'oeufs. Battez les blancs en neige pas trop ferme en y ajoutant une pincée de sel. Ajoutez un tiers des blancs à la crème chocolatée, mélangez vivement ! Ajoutez le reste des blancs mais très délicatement en soulevant avec une cuillère.
Versez tout ça dans des ramequins que vous aurez beurrés puis saupoudrés d'un tout petit peu de sucre. Passez sous le grill préchauffé à feu très fort (250°) pendant 2 minutes, il faut que le dessus soit grillé, puis au four à 210° pendant une quinzaine de minutes (ça dépend largement de la taille du moule, individuel c'est largement suffisant, pour un plus grand je suis passé à 25 minutes). Après vous avez environ DEUX minutes pour les manger… sinon… vous verrez qu'un soufflé ça peut avoir des points communs avec un escargot qui rentre chez lui !
6: Dans ma wish list, il y a ...
Rien, rien de rien… j'ai promis-craché plus de livre, plus un même pas un demi… un quart? non même pas un quart donc rien…
Je ne dirais donc pas que je rêve depuis quelque temps du dernier livre d'Hélène Darroze édité par Le cherche midi, même son titre me fait rêver, Personne ne me volera ce que j'ai dansé… mais…
Moi ??? j'ai rien dit…
Mais pourquoi, les livres de cuisine a'y'est, est-ce que je vous raconte ça...
Et dire que j'ai failli oublier... les livres sont dans des rayons mais ils sont aussi ici : Passion livres... un forum où ils sont rangés, choyés et parfois critiqués ! et vous pouvez participer !

vendredi 5 mai 2006

Je t'assure que c'est les mêmes que sur la photo… mais puisque je te le dis !!! Les livres de cuisine 4e et avant dernier épisode...

4 : Une déception?
Ça fait deux ou trois fois que les parents de Marie nous prêtent leur maison de campagne et que la bande d'amis vient s'y installer, les amis ce sont ceux de Marie et nous apprenons à nous connaître doucement… on se renifle, on s'apprivoise, ça vient doucement…
Faut dire que maintenant ça fait déjà trois ans qu'on est ensemble avec Marie et on ne disparaît plus toutes les cinq minutes pour visiter tous les coins et recoins de la maison… maintenant on tient dix minutes… cette fois avec Marie, on a décidé de faire de la cuisine parce qu'ici tout le monde s'y colle et nous jusqu'à présent on passait notre tour, trop occupés par nous, ça aussi on découvre… ça fait presque deux ans qu'on achète Saveurs on s'est laissé prendre par la revue, parce qu'on aime qu'il y ait aussi autre chose que des recettes, des histoires, des petites, des grandes, des voyages, des gens, des beaux mais aussi des " gueules "… tout ce qu'on aime avec les recettes… et là dans le numéro on s'est fait accrocher par les Spaghettaccini carolini, ça jette comme nom et la photo est… Alors on s'y colle, forcément la recette c'est pour quatre et on est quatorze, alors nous on multiplie tout par quatre, pour avoir assez… Les quantités nous affolent, mais nous font rire aussi… deux kilos de nouilles wwhhaaaooo!!! Et la crème fraîche 200cl… et le reste c'est pareil… on coupe tous, l'aïl, forcément quatre vingt seize gousses, les crevettes, et puis les poivrons, les brocolis et puis aussi les champignons et on cuit et on mélange… et on arrive au point 5 de la recette, " égouttez les spaghettis, mettez-les dans un saladier, ajoutez la sauce avec la moitié du parmesan… " on les met dans le saladier géant de Kas, le saladier à manger le mafé, on nappe généreusement avec la sauce… et… et... et on se retrouve devant un étrange marécage de sauce gluante où surnagent nos pauvres spaghettis !!! vu la tête de tous les autres ils trouvent aussi… on regarde la photo, on regarde notre plat et on éclate de rire !!!
N'empêche que je m'en souviens encore de cette recette du Saveurs n°22 de Juillet 92… et depuis j'aime toujours quand les livres de cuisine me racontent des histoires et des gens... mais surtout, surtout j'aime quand ils n'oublient pas de tester leurs recettes !!! et c'est pour ça que ma déception, c'est… Cochon et fils de S. Raymond chez Marabout qui avait décidément tout pour me plaire sauf les recettes !
La poitrine sous les épices…
Ingrédients :
4 morceaux de 300g de poitrine fraîche – ½ litre de vin blanc sec – 3gousses d'ail hachées – 1càc de paprika en poudre – 1càc curry en poudre – ¼ càc de filaments de safran – 1càc gingembre en poudre – 1càc du cumin en poudre - 1càs de fond de veau déshydraté – 2 càs de sucre roux
Dans une poêle, à bon feu, faites dorer les morceaux de poitrine, jusqu'à ce qu'ils soient bien dorés. Quand ils sont dorés mettez-les dans un grand plat allant au four et déglacez la poêle avec le vin blanc, puis versez le sur la viande. Préparer le fond de veau avec un ½ litre d'eau bouillante, hors du feu ajoutez les épices, le sucre et l'ail, mélangez bien. Versez sur la viande. Mettez au four préchauffé à 180° pendant deux bonnes heures. Surveillez bien pendant tout ce temps, arrosez régulièrement. A la fin de la cuisson il ne doit pratiquement pas rester de jus et la viande doit être caramélisée. Donc si vous voyez que vous manquez d'eau rajoutez-en un peu et si au contraire comme moi presque à la fin de la cuisson vous vous rendez compte que le jus est encore trop liquide, prélevez la plus grande partie et faîtes la réduire dans une casserole sur un bon feu puis remettez la sauce en fin de cuisson.

Au fait les pâtes on les a quand même mangées… c'est vrai qu'on était jeunes et beaux à l'époque et peut-être un peu moins chi… qu'aujourd'hui !!!

Mais pourquoi est-ce que Elvis Costello chantait The other side of summer, et je vous raconte ça...

mardi 2 mai 2006

Un livre sur une île déserte ? en voilà une drôle d'idée… un seul livre !!! Les livres de cuisine 3e épisode

3: Quel est votre livre de cuisine fétiche, celui que vous emporteriez avec vous sur une île déserte?
Pour répondre à cette question je me suis mis en face de ma bibliothèque culinaire, je l'ai toisé et j'ai dit, bon alors j'emporte qui ? c'est à ce moment-là que j'ai entendu un MOI!!! franc et massif un MOI!!! prononcé en même temps par tous mes livres de cuisine… et puis ça a été une cacophonie monstrueuse, ils voulaient que je les emmène, tous ! Comme mes livres ne sont pas raisonnables et n'ont aucun sens du sacrifice, c'est donc à moi de faire un choix… mais lequel !
J'ai commencé à laisser traîner mes doigts sur les couvertures pour les redécouvrir et enfin choisir… " Saveurs de Chine " de Ken Holm… non, j'ai déjà fait pratiquement toutes les recettes qui me faisaient envie et il y en avait… la " Nouvelle cuisine japonaise " de Hisayki Takeuchi, déjà dans une cuisine ce n'est pas simple alors sur une île déserte… tiens faudrait qu'on se fasse un Kikivient chez Kyoto un de ces quatre… Et j'ai continué Trish, Patricia, Julie… je m'arrêtais, mais je repartais aussi… puis mes doigts se sont arrêtés sur Nigella… et non… je me suis dit que l'emmener sur une île déserte ne serait pas raisonnable !
Et finalement, j'ai tiré de la bibliothèque le dernier que j'ai acheté, simplement parce que c'est le dernier, sans doute parce que je suis volage… en cuisine, seulement en cuisine, je n’ai donc pas de fétiche même si je reviens plus souvent en voir certains que d'autres ! Je l'ai ouvert, j'ai commencé à lire et relire les recettes, je me suis fait un thé et je me suis installé sur une chaise longue… et j'ai encore lu… au bout d'un moment je me le suis posé sur le ventre, j'essaye depuis longtemps cette nouvelle méthode de lecture, la lecture par le ventre, avec des résultats mitigés… et finalement je me suis endormi !
Quand je me suis réveillé, j'étais sur une île déserte, une jolie fille, élancée, brune avec de longs cheveux frisés et sales me regardait drôlement, au fond j'ai vu une épave d'avion… mais c'est une autre histoire… en tout cas j'avais toujours le livre sur le ventre, " Avec un nuage de lait, s'il vous plait " de J. Betham chez Minerva.
Eton Mess à deux dans les yeux
Ingrédients (pour 2 qui ne mangent que ça, en se regardant dans les yeux…) : 250g de fraises – ½ meringue nature (environ 40g, celles de mon boulanger étaient roses...) – 2 càs de citron – 2 càs de sucre – 2 càs de porto (à enlever si vous le faites pour des enfants) – 20cl de crème fleurette entière – quelques feuilles de menthe
Lavez les fraises et coupez les en 4. Mettez-les dans un bol, puis ajoutez le citron, le sucre et le porto, mélangez bien et laissez reposer au moins 30min. Pendant ce temps montez la crème en chantilly. Utilisez-là très froide ainsi que le saladier dans lequel vous allez la battre. Cassez les meringues en petits morceaux. Vous n'avez plus qu'à monter le plat, quelques fraises au fond, un peu de meringue, de la chantilly et on peut recommencer à volonté ! Saupoudrez d'un peu de menthe fraîche puis prenez votre Il ou votre Elle sous le bras et allez mangez ça au fond du jardin ou du placard en tout cas où personne ne vous trouvera !!!

Mais pourquoi, tu m'imagines comme ça
Kitchenette ? est-ce que je vous raconte ça…