lundi 26 juin 2017

Beignets de tomates à la mayonnaise d'estragon parce que c'est la saison des bonnes tomates ! Enfin !!!

J'ai dû déjà le dire par ici, s'il y a vraiment une chose que je regrette du sud du sud d'où vient ma famille, ce n'est bien sûr pas la chaleur, ce sont les tomates ! Une de mes premières rencontres avec les tomates de là-bas date d'un étrange voyage que ma mère avait projeté pour retrouver les siens et comme bien des choses que faisait ma mère, il y a eu plus d'orage que de retrouvailles...
Quoi qu'il en soit c'est la seule fois où j'ai rencontré un de mes oncles, celui qui faisait un peu honte à la famille, sans doute parce que lui et le travail ça n'avait jamais été une histoire d'amour et qu'il tâtait un peu trop de la bouteille... enfin je suis sûr pour le travail, pour la bouteille je me suis toujours demandé si ce n'était pas qu'un ajout familial histoire de pouvoir dénigrer un peu plus l'oncle... En même temps, comme moi et les histoires de famille... Je ne m'en suis pas préoccupé plus que ça.
Il vivait dans une sorte de bicoque avec pas grand chose, et pas grand chose c'était encore beaucoup dire. Une vieille table, des vieilles chaises, un vieux lit... tout était vieux d'ailleurs, le peu qu'il avait semblait avoir vécu trois ou quatre vies et autant de morts. Et comme lui-même n'était plus tout jeune, le tableau qu'il composait avec sa maison et ses meubles pour l'enfant que j'étais ne me choquait pas, tout était homogène, vieux et poussiéreux. L'oncle n'avait pas de frigo, il avait des champs, tout petits champs où il allait cueillir le nécessaire et où il m'a entraîné un jour attraper quelques tomates.
Ce jour-là il en a arraché quelques-unes, pas trop, rien d'avance et m'en a tendue une. En bon urbain j'attendais qu'elle soit lavée, qu'elle soit dans un plat et là rien, juste une tomate... L'oncle a vu mon regard interrogateur, ça l'a fait sourire comprenant sans doute mon hésitation. Il a alors croqué la sienne à pleines dents en me disant juste, asi (comme ça) ! Inutile de vous dire que je n'ai jamais oublié le goût de cette tomate-là...
Mes beignets de tomates à la mayonnaise d'estragon (une recette attrapée dans le dernier Delicious que j'ai remis largement à ma sauce..)
Ingrédients :
Pour les tomates : 2 grosses belles tomates – 2 oeufs battus - 150g de farine (ou plus si nécessaire) –  150g de semoule très fine (attention pas du couscous de la semoule et pareil que la farine s'il en manque ajoutez-en un peu) – 1càc d'origan frais – 1càc de feuille de basilic – ½ càc d'ail en poudre – sel et poivre
Pour la mayonnaise d'estragon : 1 œuf - 12cl d'huile neutre – 12cl d'huile d'olive (vous pouvez utiliser seulement de l'huile d'olive) – le jus d'1/2 citron – 3 ou 4 belles tiges d'estragon effeuillée – 1 gousse d'ail – sel et poivre
Commencez en préparant la mayonnaise, mettez dans le bol d'un mixer plongeant le jus de citron, les feuilles d'estragon et la gousse d'ail passée au presse-ail et mixez le tout. Ajoutez les huiles et redonnez un coup de mixer. Ajoutez l’œuf, salez et poivrez et mixez cette fois jusqu'à obtenir une mayonnaise onctueuse. Mettez-la au frais.
Préparez les tomates. Coupez-les en tranches d'environ 1cm puis enlevez les graines, vous pouvez les passer sous l'eau comme moi, comme ça les graines partent toutes seules. Séchez ensuite les tranches de tomates avec du papier absorbant, insistez bien.
Mixez ensemble la semoule avec l'origan, le basilic et l'ail, du sel et du poivre puis mettez le tout dans une assiette. Mettez dans une autre assiette la farine et dans une troisième les œufs battus.
Trempez vos tranches de tomates dans les trois assiettes dans l'ordre suivant, la farine, l’œuf et la semoule en insistant bien dans l'assiette de la semoule.
Passez ensuite les tranches dans une friteuse préchauffée à 140° jusqu'à ce qu'elles soient bien dorées, comptez 3 à 4 minutes en les retournant de temps en temps. N'en mettez pas trop dans la friteuse sinon vous allez avoir du mal à les retourner. Quand elles sont bien dorées déposez-les sur du papier absorbant.
Dégustez-les sans attendre, sinon elles risquent de ramollir.
Mais pourquoi, et dire qu'il m'a fait le même coup avec ses pêches l’oncle... est-ce que je vous raconte ça...

21 commentaires:

  1. Je me souviens moi aussi du parfum des tomates de mon grand père, de cet arôme puissant de feuille et de tige de tomate qui régnait dans la serre , et du plaisir de manger ces tomates chaudes du soleil de juillet, je n'ai jamais pu retrouver ce gout, ça doit être ça le gout du bonheur insouciant... en attendant je vais aller à la chasse à la grosse tomate de plein champ pour essayer cette jolie recette , j'ai peut être enfin une chance d'en faire manger à mon raptor mâle ^^ il aime pas les tomates , mais il aime les beignets :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que c'est exactement ça Hélène, le gout du bonheur insouciant ! Je pense que celle de mon oncle et de ton grand-père avaient le même goût !!! Un raptor mâle qui n'aime pas les tomates ? ça existe ça ,-) ???

      Supprimer
  2. Dans le même style que ton oncle, connais-tu le texte de Joseph Delteil, tiré de Choléra, sur l'amateur de tomates ? Un régal. Je ne l'ai qu'en occitan, si tu le veux, dis-moi et j'envoie ! Belle journée à regarder mûrir les tomates...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai parlé trop vite ! Voilà ton message et oui je veux bien le texte si tu l'as et désolé d'avoir été soit trop vite avant de voir soit trop doucement... En tout cas merci et très belle journée ! Mes tomates sont encore juste des fleurs ,-) !

      Supprimer
  3. Avec une telle anecdote, je comprends ta nostalgie. Et aussi l'impression de découvrir le vrai goût d'une tomate (chose qui m'est arrivée en Turquie, je me suis plutôt trouvé abasourdie)! Ces beignets sentent bons jusqu'ici! Pareil, à faire lorsque j'aurai un peu plus de courage! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est étonnant parce qu'on s'habitue à certaines choses et d'un coup on le goûte ailleurs et... là on se rend compte que ça n'a rien à voir et que c'est encore mieux que ce qu'on pensait être le mieux ! c'est étonnant !

      Supprimer
  4. Je ne pense pas à faire des beignets de tomates et cette recette m'en donne l'envie, par contre au lieu de la mayonnaise je préfère du yahourt grec battu avec un peu d'origan et de menthe fraiche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Forcément du yaourt à la grec et des herbes ! Des fois en cuisine il ne faut aller contre les évidences et ta proposition est juste évidente ! En tout cas si je refait cette recette je l'utiliserai ! Merci Liza !

      Supprimer
  5. de beaux souvenirs et d'excellent beignets, je sens que je vais craquer!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Sotis ! Je ne laisse pas de messages mais j'ai croisé de sacré jolis défauts chez toi !

      Supprimer
  6. Quelle belle histoire en tout cas, merci de nous la raconter !
    Lorsqu'un plat ou un aliment reste en mémoire, aucun autre n'aura la même saveur surtout si on l'associe à une personne et/ou un moment de sa vie. Nos souvenirs gustatifs et olfactifs (aussi) nous marquent à tout jamais :-)
    Belle soirée Dorian...
    Corinne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais que j'aime les histoires ,-) ! Et combien tu as raison le petit plat de tantine Martine pour les uns ou du cousin Marcel pour les autres ont un goût complètement différent que le même plat si c'était un autre qui l'avait copié... le goût est une chose curieuse qui n'est pas si simple qu'il parait à certains ! Très belle soirée Corinne !

      Supprimer
  7. Cette recette est apprétissante, J'ai envie de le goûter. La décor est aussi sympa, merci pour votre partage. Bonne continuation!

    RépondreSupprimer
  8. Merci pour cette bonne idée recette.
    Étant aussi dans le sud et plus particulièrement de la Provence, on fait traditionnellement les beignets de courgettes ou de fleurs de courgettes !
    A tester, donc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour l'idée ! parce que depuis que j'ai lu le commentaire j'ai une furieuse envie de mélanger beignets de tomate, de courgettes et de fleurs de courgettes !

      Supprimer
  9. Je suis votre blog depuis tellement d'années et vous lis régulièrement.
    Merci pour cette histoire de souvenir et de transmission. Je n'ai pas d'oncle ni d'histoire de tomates mais ma mère était aussi une histoire à elle toute seule.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de me suivre depuis tellement longtemps ! Je me dis que des fois raconter qu'on peut penser autre chose de sa mère que juste l'aimer... ça peut faire du bien à ceux qui le vivent aussi comme ça mais qui n'ose pas forcément le dire...

      Supprimer
  10. J'ai envoyé un mail pour te proposer une version occitane de "l'amateur de tomates" extrait de Choléra de Joseph Delteil... Point de réponse... Tant pis, c'est un très chouette texte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais aller fouiller dans les mails parce que je ne l'ai pas vu passer sinon j'aurais pris ça avec grand plaisir ! Merci pour le texte !

      Supprimer
  11. Whaouaa super souvenir Dorian !!! Moi aussi la première fois que mon père a croquer dans une tomate gorgée de soleil, je l'ai regardé en me disant qu'il était fou ^^
    Tes beignets sont superbes et j'ai hâte que les tomates du jardins soient mûres pour les faire avec une pt'ite sauce fromage blanc mélangé à du pesto de basilic du jardin ;)
    Bizzzzz et beau dimanche
    Justin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Décidément tu as toujours la petite idée qui change mes recettes et qui me plait bien bien ! Donc merci pur cette idée de sauce fromage blanc et perto de basilic qui va alléger ma recette !!!

      Supprimer