jeudi 14 février 2008

Burger day et retour vers le… passé ! Au temps d'avant, au temps où on ne mangeait pas encore de namburgers…

Du temps où je n'étais plus vraiment ado mais encore écervelé, un peu après que les dinosaures ont arrêté de courir dans les rues parisiennes… du temps où j'étais donc encore jeune, je vivais une vraie passion pour un petit casse-croûte de pain rond pour lequel j'étais prêt à traverser tout Paris. Et le fait que chez Ali, le plus grand génie inconnu du remplissage du pain rond, il y avait aussi sa fille une petite brunette aux cils qui papillonnaient, papillonnaient… n'avait rien à voir avec mon envie dévorante de… pan bagna ! La fille d'Ali avait un prénom à lire des contes et à chaque fois que je la croisais en entrant dans la boutique à sandwichs, tellement je ne regardais qu'elle, je finissais toujours collé sur l'angle d'une porte ou sur le coin d'une caisse. J'entendais alors en même temps que son petit rire la grosse voix d'Ali lancer dans un soupir, un pan bagna jeune homme !?
J'aimais bien Ali, ses casse-croûtes, sa fille… et aussi ses petites habitudes, moi qui ai toujours eu une tendance à collectionner les tocs, je me trouvais comme chez moi dans ce petit monde où tout se répétait avec la régularité rassurante d'une pointeuse.
C'est ainsi qu'après avoir répondu oui au pan bagna, c'était toujours la même question qui arrivait ensuite… Je mets le piment ? C'était un test pour Ali, ceux qui disaient non, rebuté par le long piment vert qu'il agitait du bout de sa pince en bois, Ali ne les regarderait plus jamais de la même manière, leur cas était définitivement réglé, ils ne savaient pas et ne sauraient jamais ce qu'était son pan bagna… ils avaient eu leur chance.
Tout se déroulait donc chez Ali dans cette régularité rassurante… Sauf qu'un jour en arrivant après avoir croisé Shéhérazade et m'être à moitié ruiné un genou sur l'arrête saillante d'une caisse de figues, il m'a manqué quelque chose… J'ai bien entendu le petit rire qui me faisait presque oublier mes douleurs, mais pas la grosse voix d'Ali. Et pourtant il était là derrière son comptoir visiblement trop affairé pour même me voir. Alors j'ai failli sortir pour rembobiner le film et le relancer, pour que ce soit comme d'habitude mais quelque chose m'a dit que ce n'était pas la peine… Et m'approchant j'ai vu qu'il préparait un nouveau pain rond avec des choses dedans, des choses curieuses qui n'avaient rien à voir avec un pan bagna…
Un namburger ! Qu'il m'a dit quand il s'est enfin rendu compte de ma présence il a juste dit… Un namburger ? que j'ai pensé… c'est nouveauté, qu'il a précisé en montrant le colis devant lui sur lequel on avait tracé en très gros au marqueur rouge " nouveauté ". Faut dire qu'à l'époque Ronald et ses amis, les Mcdonalds, venaient tout juste de poser un pied de ce côté de l'Atlantique et que du coup le namburger avait encore un côté très très… exotique pour nous ! Une fois fini, il en a poussé un devant moi et a commencé à en manger. La chose ronde dans mon assiette ressemblait à un amas ensaucés de langues de mouton après un week-end de beuverie entre deux tranches de pain mou… mais pour Ali, je l'ai quand même mangé !
En voyant mon air de grenouille écrasée, il a poussé de côté la boîte en carton encore pleine de " namburgers " en devenir, et m'a juste demandé… Je mets le piment ? Nous étions d'accord cet autre curieux pain rond n'aurait jamais de beaux jours par chez nous… jamais !
Et puis avec le temps j'ai oublié l'adresse d'Ali, de ses casse-croûtes et même de sa fille… et en repassant un jour par-là bien plus tard je me suis rendu compte qu'il n'y était là et j'ai pensé… c'est normal qui sait encore préparer un pan bagna entre Tunis et Paris, qui sait encore…
Et aujourd'hui c'est le
Burger Day d'Anaik alors j'ai décidé de ne pas faire un pan bagna mais peut-être le namburger que j'aurais aimé trouvé devant moi ce jour-là !
Baiser du dragon à la thaïlandaise, le namburger au goût sauvage…
Ingrédients pour 4 ventres creux (deux hamburgers par personnes)
Pour 8 petits pains : 450g de farine – 2càc bien pleine de levure (levure de boulanger) - 30cl de lait – 1càs de sucre de palme (ou une ½ de sucre roux) – ½ à café de sel fin – 1càc de graines de fenouil – 1càc de graines de coriandre – 1càc de graines de carvi – 1càc de curry – ¼ de càc de piment de Cayenne - 1càc de gros sel au moulin – 1jaune d'oeuf
Mettez dans le bol d'un mixer, les graines de fenouil, de coriandre et de carvi, donnez quelques tours de mixer, il faut que ça reste grossier, ajoutez le curry et le piment et mélangez. Réservez le tout. Mettez dans un bol le lait, la levure et le sucre de palme, mélangez et laissez de côté, le temps que la levure se réveille bien.Versez la farine dans un grand saladier, ajoutez le sel fin puis versez progressivement le contenu du bol de lait à la levure, mélangez bien le tout, ajoutez un peu d'eau si nécessaire, la pâte est alors encore assez collante. Posez ensuite la pâte sur une table bien farinée et pétrissez cinq bonnes minutes. Remettez dans le saladier et laissez reposer la pâte pendant une soixantaine de minutes. Mélangez alors la pâte avec une càc bien pleine du mélange de graines au curry, pétrisser jusqu'à ce que les graines soient réparties (n'insistez pas trop, il ne faut pas que ce soit trop régulier). Coupez alors la pâte en 8 morceaux, faites-en de jolies boules, aplatissez-les (plus que les miennes) et posez-les sur une plaque et laissez reposer une trentaine de minutes. Brossez-les ensuite avec le jaune d'œuf mélangé à 1càc d'eau et saupoudrez d'1 ou 2 belles pincées du mélange de graines et d'un tour de moulin de sel.
Mettez une assiette avec un peu d'eau dans votre four préchauffé à 175°, puis enfournez les pains pendant 20 à 25minutes, il faut qu'ils commencent à dorer gentiment mais pas trop. Réservez les pains sous un torchon.
Pour 8 palets de viande : 750g de viande hachée – 30g environ de ciboules émincées finement – 1ou 2 càs de gingembre râpé – 1ou 2 càc de racine de curcuma râpé (sinon remplacez la racine par ½ càc de curcuma en poudre) – les ¾ d'une tige de citronnelle émincée très finement – 2 piments oiseau émincés très finement - sel
Versez l'ensemble des ingrédients dans un saladier, salez et malaxez le tout jusqu'à ce que tout ça soit bien mélangé. Formez 8 palets de viande et faites les cuire au goût avec quelques gouttes d'huile neutre dans une poêle très chaude.
Pour le ketchup sauvage : 8càs de ketchup – 8càc de sauce pimentée Sriracha (divisez cette quantité par deux pour un baiser moins sauvage…)
Mélangez le ketchup et la sauce pimentée.
Pour le dessus des hamburgers : Plusieurs tiges effeuillées de basilic thaï, de menthe et de coriandre – quelques oignons nouveaux émincés très finement - 1/3 de tige de citronnelle – ½ càc de racine de curcuma (si vous n'avez pas, pas grave)
Il n'y a plus qu'à monter les baisers du dragon ! Coupez les pains en deux étalez sur le fond une bonne càs de ketchup sauvage, posez dessus un palet de viande et terminez par lui faire un joli chapeau d'herbes, d'oignons nouveaux,de citronnelle, de curcuma et d'un peu du mélange d'épices à votre goût. Et embrassez le dragon pour moi !

Mais pourquoi, et si justement je m'en faisais un de pan bagna moi… est-ce que je vous raconte ça…

39 commentaires:

  1. Le baiser du dragon waouuh j'imagine l'effet que doit faire un baiser de dragon sorti du feu du piment cela 'arrache" comme disent les "jeunes" et laisse les lèvres en " feu" aujourd'hui c'est permis non? lol

    RépondreSupprimer
  2. Oh oui, le baiser du dragon, comme c'est bien dit! cette pointe brûlante d'exotisme, un jour comme aujourd'hui, ça émeut ...

    RépondreSupprimer
  3. Waouhh....Je reste tout simplement sans voix devant ce très subtil mélange des saveurs pour ce hamburger.

    RépondreSupprimer
  4. Un namburger... c'est sûr c'est beaucoup plus joli comme nom! Dis donc il y en a eu des filles dans ton passé!!! Pfffffff..... liste est encore plus longue que mon bras!!
    J'aime beaucoup ton Kiss of the dragon!!!! C'est tellement exotique!!!

    RépondreSupprimer
  5. Foodie Froggy14/02/2008 11:34

    Très fusion, ton hamburger ! Tout ce que j'aime, quoi...

    RépondreSupprimer
  6. Tous les goûts que j'aime dans un hamburger, je n'aurais jamais cru! Décidément, ton imagination me laisse (presque) muette!

    RépondreSupprimer
  7. OUAAA.... Un "baiser" qui ne doit pas laisser indifférent!!!

    RépondreSupprimer
  8. C'est le bon jour pour lire ton billet avec "ce baiser".
    Une recette qui me va très bien et bien colorée.
    Bisous et bonne journée de Saint-Valentin, Doria

    RépondreSupprimer
  9. Un hamburger hors du commun! Fantastiquement épicé et quelles saveurs merveilleuses! Wahou!

    Bises,

    Rosa

    RépondreSupprimer
  10. Et aujourd(hui c'est le "baiser de la ST Valentin"......!bonne journée

    RépondreSupprimer
  11. Je millite pour la mise en place des hamburgers version bloggeurs dans tous les lieux servant des hamburgers ! Car LA je serais une cliente assidue :-)

    RépondreSupprimer
  12. Ahhh les hamburgers maison!!!
    Une merveille....

    RépondreSupprimer
  13. Ahhh les hamburgers maison!!!
    Une merveille....

    RépondreSupprimer
  14. Ces burgers asiatiques sont les 1ers à me tenter!

    RépondreSupprimer
  15. entre Gracianne et toi vous allez me faire faire des hamburgers! et pourtant je suis pas fan!

    RépondreSupprimer
  16. Ecervelé... je ne me prononcerai pas mais jeune oui tu l'es encore ! Surtout pour diffuser des contes culinaires aussi frais, qui exhalent tant de saveurs épiques et épicées !

    RépondreSupprimer
  17. Il va réussir à m'en donner l'envie de son fast-food, nettement moins fast d'ailleurs quand on fait tout soi-même... et tellement meilleur!
    S'il s'agit d'embrasser le Dragon, why not?

    RépondreSupprimer
  18. Ca me rappelle les premieres annees de Ronald en France ou mon pere appelait ses "namburgers" de la viande de chien ecrasee...
    Sinon, je veux bien le baiser mais je laisse la viande;-)

    RépondreSupprimer
  19. Une vraie perle, tant la recette que le texte..mais jusque là, pas de nouveauté. Autant dire que ce Dorian's Dragon Burger, je vais le tenter !!! et le plus vite possible de préférence! Bien joué, ciao

    RépondreSupprimer
  20. je vais peut-être me faire lyncher mais je déteste les hamburgers patmamy

    RépondreSupprimer
  21. J'aime beaucoup la p'tite histoire, ca me rappelle le temps ou j'etais a la fac et que je m'achetais des herissons en chocolat chaque fois que j'avais reussi mes exams :) Pourtant y'avait pas de beau patissier derriere le comptoir, nan-nan, juste une caissiere un peu grognon qui devait se demander si cette gamine qui lui achetait une enorme baguette tous les deux jours avait deja 5 enfants a nourrir... Ceci dit, j'adore la version de ton namburger!

    RépondreSupprimer
  22. Ta vie est un poème, Dorian :-) C'est toujours un plaisir et ces baisers du Dragon, hummmm! J'essaierais bien, mais je ne suis pas sûre qu'ils rendent aussi bien avec du poulet, à voir... à essayer :-)

    RépondreSupprimer
  23. Je me souviens de cette epoque ou les hamburgers etaient encore exotiques (je vous parle d'un temps...) mais jmais aussi beaux, ni aussi exotiques que les tiens. le melange ketchup-sriracha, mortel!

    RépondreSupprimer
  24. Pfiioouuu, Doridna, je ne m'attendais pas à moins de ta part, mais là, je suis vraiment épatée ! Du petit pain aux garnitures, c'est d'une originalité folle. Merci pour cette magnifique participation.

    RépondreSupprimer
  25. Je ne mange pas souvent de hamburger, mais appétissant comme celui-là avec tous ces épices, je ne dirai pas non et tout fait maison en plus.C'est vraiment tentant.

    RépondreSupprimer
  26. Outre le fait que tes billets mettent l'eau à la bouche, il me font également mourir de rire :-)

    tb journée à toi

    RépondreSupprimer
  27. Oui Dorian, après ce sympathique petit namburger qui dépayse, tu devrais tenter ta version personnelle du pan bagna...

    Je suis curieuse de lire ça...

    Amicalement blog,
    Ingrid

    RépondreSupprimer
  28. Oh! la jolie histoire.. On se demande toujours si c'est vrai ou pas! non, ne reponds pas laisse nous rêver! je veux bien croquer dans ton namburger, même si je ne suis pas shérazade! en plus si il pique c'est tout bon!!

    RépondreSupprimer
  29. merci pour ton commentaire sur mon blog
    ton burger a l'air delicieux je garde la recette pour l'essayer chui une fan de burger
    à bientot

    RépondreSupprimer
  30. J'en veux j'en veux du Mac Do'rian !

    RépondreSupprimer
  31. Tu viens d'etre tague ici:
    http://absolumentbon.canalblog.com/archives/2008/02/16/7917910.html

    RépondreSupprimer
  32. ça devrait pas être permis des trucs pareils...POur la peine tu me feras deux pater!!! oh et puis non, va donc voir là-bas et propose-nous aussi tes associations de saveurs
    http://delicesdemanon.canalblog.com/archives/2008/02/16/7979504.html

    RépondreSupprimer
  33. Tes recettes sont toujours ultra parfumées et tu réussis à me faire saliver systématiquement, chapeau bas ! Je te pique un namburger :p

    Bonne fin de dimanche :)

    RépondreSupprimer
  34. ça c'est du namburger!.....mes premiers namburgers à moi, je les ai goûtés en Angleterre dans les années 60 et ça me semblait le comble de l'exotisme!...si j'avais su qu'un jour arriveraient les tiens!....

    RépondreSupprimer
  35. Quelle touche d'exotisme qui me fait envie d'embrasser le dragon à peine bouche !

    RépondreSupprimer
  36. J'avais déjà adoré tes précédentes variations sur le thème du hamburger, et alors que je n'y croyais plus, voilà que tu récidives avec cette recette alléchante! Par contre, un peu trop épicée pour moi... ;)

    RépondreSupprimer
  37. Une belle histoire...
    Bonne journée, avec ou sans namburger !

    RépondreSupprimer