mercredi 17 octobre 2007

Alors, elles naissent pas dans les choux et dans les roses les recettes ? La preuve en blanquette de veau !

Après les recettes à la lettre, je suis donc entré dans une autre ère… l'ère du grand n'importe tout ! Faut dire qu'à ce moment les grands mélangeurs de styles, de cultures et de tout ce qui se mange étaient partout et mélangeaient à tour de bras. Alors moi aussi j'ai commencé à mélanger, mélanger, mélanger… en espérant qu'il en sortirait bien quelque chose ! Mais la cuisine ne s'est pas laissée faire…
Au début du grand mélange tout, mon pas était hésitant et les mélanges " raisonnables ", la choucroute était devenue de la mer et les crumbles salés… rien de révolutionnaire, du déjà fait ailleurs, et à la maison généralement après l'étonnement de la découverte c'était plutôt souriant… Et puis mon pas s'est accéléré. Les mélanges des goûts et même des couleurs sont devenus plus… " étranges ", tout comme les questions devant les assiettes… t'es sûr papa que ton truc cuit, c'est une salade ? Espagne, Suède et Japon c'est pas beaucoup comme influences pour une seule petite salade ? et la batavia rose fluo t'es sûr… mais comme le goût ressemblait encore à quelque chose ça pouvait passer. Alors, sans doute grisé par cette approbation pourtant timide des miens, je suis passé à marche forcée ! et là…
Bon maintenant je comprends les réticences devant certaines de mes " créations ", le thon mi-cuit mi-congelé aux deux sojas attrapés au miel… je comprends maintenant que… et pourtant à l'époque j'étais vachement fier quand je suis arrivé à table avec… comment dire, un truc qui ressemblait à une glace brûlante, j'avais même planté le thon sur des bâtonnets de glace comme dans les magazines, avec dessus des petites pustules marronnasses et des poils verts végétaux… je comprends maintenant que… et je comprends aussi pourquoi Marie passait régulièrement la tête dans l'entrebâillement de la porte de la cuisine pour me demander avec des interrogations plein les yeux… t'es sûr que… suivi de… le poulet t'es obligé de le déstructurer à la masse avant de le faire en boudin Chouchou… ou… l'idée de manger les trognons des pommes c'est marrant… mais que les trognons ! t'es sûr Chouchou ???
Et puis après quelques mois de ce type de régime, de questions et surtout de plats qui revenaient étrangement pleins en cuisine… je me suis gratté le menton et je me suis dit, c'est peut-être qu'i'z'aiment pas alors… bizarre… bizarre… et j'ai continué, ça pouvait pas être ça, ils ne pouvaient pas me faire ça !
Et puis un jour Marie est arrivée avec son air un peu ennuyé, quand elle est ennuyée elle tord bizarrement la bouche, et là pour tordre plus il fallait que la bouche sorte du visage. Et avec un petit air mi-gentil, mi kalachnikov prête à me couper en deux, elle m'a dit, demain on veut des frites Chouchou… et avant même qu'elle ne finisse j'ai enchaîné… pas d'problème ! alors frites, frites… je peux en faire avec de l'ananas ketchupé mélasse ou classique pomme de terre en frite bouillue restructu… là c'est moi qui n'ai pas eu le temps de finir, elle m'a posé la main sur la bouche… Frites à l'huile, Chouchou… à l'huile et c'est tout ! qu'elle a précisé, et là l'époux que je suis a senti que son mariage ne tenait qu'à une frite, et même si j'ai failli lui demander si l'huile c'était autour ou dedans… je ne lui ai pas dit…
et j'ai fait des frites aux frites et à l'huile !
L'ère du grand n'importe tout venait de finir… et depuis je fais classique classique… enfin presque ! la preuve j'ai même fait une blanquette hier… et je ne l'ai même pas faite à la perruche malgache et aux ongles d'éléphant confits… classique classique… enfin presque !
Ma blanquette de veau à moi

Ingrédients pour 8 : 1kg5 d'épaule de veau en gros cubes – 500 à 750g de tendron de veau en gros cubes – 2carottes pelées coupées en 2 – 2poireaux coupés en 2 dans la longueur – 1branche de céleri – 1bouquet garni (thym, laurier, persil) - 350g de petits champignons de Paris – 10 beaux oignons nouveaux– 50g de beurre – 50g de farine – 2 jaunes d'œuf - 20cl de crème fraîche épaisse – le jus d'½ citron – 2ou 3 belles poignées de feuilles de cresson – 10tiges de persil plat effeuillé – 20 à 25 petites girolles selon la taille – sel et poivre
Mettez dans une grande casserole, 2litres d'eau froide et ajoutez le tendron, les carottes, le poireau, le céleri et le bouquet garni, salez et poivrez et portez le tout à ébullition à bon feu. Quand ça commence à bouillonner ajoutez l'épaule, redonnez un bouillon, laissez 5minutes à découvert en écumant et poursuivez la cuisson à feu doux pendant une bonne heure et demie toujours en écumant bien régulièrement.
Pendant ce temps nettoyez les champignons de Paris, coupez en 2 les plus gros, faites de même avec les oignons nouveaux. Mettez dans un grand bol le cresson et le persil et dans un autre plus petit, les girolles que vous aurez nettoyées et émincées si elles sont trop grosses. Réservez-les pour la fin.
Au bout de l'heure et demie, retirez tous les éléments solides de la casserole, la viande et les carottes que vous réservez au chaud et les poireaux, le céleri et le bouquet garni que vous jetez (vous pouvez aussi faire un fond de soupe). Filtrez le bouillon et remettez-le dans la cocotte avec la viande, les carottes et les oignons nouveaux, cuisez en faisant blobloter pendant une vingtaine de minutes. Ajoutez alors les champignons de Paris et poursuivez encore 10minutes.
Pendant ce temps, mettez dans une casserole le beurre à fondre à feu doux et dès qu'il est bien chaud ajoutez la farine tamisée. Remuez constamment en incorporant la farine au beurre, ajoutez ensuite 5 ou 6 louches de bouillon prélevé dans la cocotte, louche par louche en mélangeant bien de manière à allonger la sauce. Fouettez rapidement dans un bol la crème et les jaunes d'œufs. Retirez la casserole du feu et versez en mélangeant bien le bol de crème aux œufs. Ajoutez enfin le jus de citron.
Quand la blanquette a fini de cuire, retirez tout le bouillon restant et versez la crème citronnée dans la cocotte sur la viande et les légumes, redonnez un coup de chauffe à feu doux, ne faites surtout pas bouillir ! Vérifiez l'assaisonnement et allongez un peu la sauce au bouillon si vous la trouvez un peu trop épais (moi je n'ai pas allongé… mais j'aime quand c'est riche ,-)). Servez dans de grandes assiettes et laissez chacun ajouter cresson au persil et girolles, poivrez et… mangez tout chaud !

Mais pourquoi, et le soufflé au fromage si je le faisais à l'écaille de requin finalement… est-ce que je vous raconte ça…

23 commentaires:

  1. Grand retour de la blanquette on dirait ! J'aime ton classique, pas si classique...Tes photos sont très très belles, j'ai honte de la mienne faite à la va vite mais bon tant pis, c'était très bon, alors ce sera en ligne quand même...

    RépondreSupprimer
  2. ah là! tu t'attaques à un de mes grands projets: me lancer dans la blanquette!! quoi? c'est pas classe comme projet? m'enfin si! mais j'ai encore jamais osé et de lire que tu mélanges et oses, alors moi ça me donne des ailes!

    RépondreSupprimer
  3. Ohlala, tu as posté des tonnes de merveilles depuis la dernière fois que je suis venue!!!
    Bravo pour ton inspiration toujours renouvelée, mon cher Dorian, tout ce temps passé et toujours autant de recettes appétissantes!
    Félicitations pour cette recette (presque) classique, je te rassure le classique ça te va (aussi) très bien!!! (des frites à l'huile!! et tu y es arrivé??:-D) Bisous à toi et à Marie

    RépondreSupprimer
  4. Un de mes plats préférés! Mais la tienne est très élaborée...
    Superbe photo!

    RépondreSupprimer
  5. pas au nato ton soufflé ! pas au nato !!!! enfin, si tu veux en même temps, c'est pas moi qui le mange :))))
    blanquette forever ! un de mes plats préférés avec la poule au riz. Mais celle de ma mère est la meilleure du monde (la tienne doit pas être trop loin derrière ;op)

    RépondreSupprimer
  6. Les classiques ça a du bon, c'est indémodable, et ça plaît à tout le monde en général, en tout cas ta blanquette m'a l'air lumineusement fabulous!!
    Et puis un homme qui cuisine pour sa petite femme et ses enfants, si c'est pas le nec plus ultra...franchement hein?
    La première fois que je suis venue sur ton Blog, j'arrivais pas à croire que tu étais un "hoommmeee". Je me suis pris un Boeing de plein fouet, car dans mon entourage, c'est plutôt Muy Macho!!
    Sinon...dans ton précédent message, tu m'invites à te donner une recette? De mon crue?? ou alors j'ai pas bien compris...Enfin si tu aimes la cuisine Asiatique bien sûr!
    Bon maintenant je te laisse et je vais visiter le blog de ta petite fille, a bientôt!

    RépondreSupprimer
  7. hoolàlà ! il est temps que je t'envoie des queues d'iguanes et une bosse de zébu moi on dirait !! tu pourras toujours faire des frites aux frites en accompagnement non ??

    RépondreSupprimer
  8. T'as pas osé planter le thon sur des bâtonnets de glace !!! t'as pas osé les frites-ananas pour satisfaire les désirs de Marie !!! ??? décidément t'es mal barré comme diraient certains de mon entourage ;-) le classique dans la cuisine a du bon parfois, la preuve ça va préserver ton mariage !Pour le soufflé, je séche car tout comme toi j'aurais tendance à y mettre de la moustache de chat !!

    RépondreSupprimer
  9. miam et miam.....la photo qui tue!!!
    kashyle

    RépondreSupprimer
  10. Moi je me dis que si faire du classique ça préserve les mariages et les enfants, faut pas se poser plus de questions. Mais en temps, le petit grain de fantaisie, la pirouette cacahouète que l'on attend pas, l'accident maîtrisé d'une cuisson improbable, les associations alambiquées... ça donne un peu de piquant ? ... Mais pourquoi est-ce que je te raconte tout ça ? ;-)

    RépondreSupprimer
  11. Parce que j'aime beaucoup ton blog...
    Ceci est pour toi:

    http://pralinettes.canalblog.com/archives/2007/10/17/index.html

    RépondreSupprimer
  12. Très jolie, ta blanquette. Quand je reprendrai dedicacessen, un jour, je te montrerai la mienne. Tu les laisses crues et non assaisonnées, les girolles ou j'ai sauté un paragraphe ? indécrottable. Sinon, la première photo est............. ! vache !!!! comme ça et même mieux.

    RépondreSupprimer
  13. Du cresson dans la blanquette, ouiouioui... et quelques fleurs de mafane? Je suis sûre que Marie adorerait! Non, je rigole, elle est super comme ça ta blanquette! Enfin, les giroles crues j'ai jamais essayé, mais pourquoi pas?

    RépondreSupprimer
  14. Ça fait bien longtemps que je n'ai pas mangé de blanquette!!! T'aurais pu me le dire!! Je serais venue!!!! ;-)

    RépondreSupprimer
  15. Pour une fois je vais essayer de faire un commentaire sur la recette et pas sur tout le reste, c'est pas gagné. quand j'ai lu ton titre, je me suis tout de suite revu en camp scout a 12 ans, devant une assiette avec un truc blanc tout pas beau et surtout tout pas bon...soit disant de la blanquette de veau. Et le pire dans tout cela, c'est que j'ai appris bien des années plus tard que ce n'étais pas du veau mais du porc en plus, bien moins cher....dégouté le pauvre claude. Du coup la blanquette je n'en garde pas un très bon souvenir. Et ce n'est pas trop un plat que je me cuisinerais pour moi tout seul ;-) du coup ta version pourrait bien me rabibocher avec ce plat au combien connu et fameux...je peux venir gouter mr. Dorian ??? ;-) a tout bientot! Bye

    RépondreSupprimer
  16. Un classique même pas revisité ??? J'en suis baba ... d'admiration

    RépondreSupprimer
  17. moi je met de la vanille dans ma blanquette! c'est vrai que la tienne parit bizzarre! mais bon, faut gouter!
    certaines fois, il faut bien bousculer les classiques. on te reconnais quand même dans ta recette.
    biz

    RépondreSupprimer
  18. Ah tiens c'est vrai l'automne a commencé, on peut faire de la blanquette sans culpabiliser...

    RépondreSupprimer
  19. la blanquette rien de tel mais meme si les basiques ont vraiment du bon, un peu d'ingéniosité ce n'est pas mal non plus!!!enfin, disons qu'à force de vouloir etre original on se laisse parfois entrainer dans des dérives que nous seuls comprenons!!!!

    RépondreSupprimer
  20. C'est la blanquette qui arrive en N°1 dans mon classement (tout à fait personnel) des plats terroirs
    Bon week end!

    RépondreSupprimer
  21. niark le classique ça fait peur, je retrouve jamais le goût que je cherche alors j'évite les désillusions avec des mix parfois étranges! mais sérieux les frites à l'ananas et au ketchup ça doit déchirer!!

    RépondreSupprimer
  22. Ohhh j'ai l'impression de m'entendre parler ... heureusement que nos proches nous ramene a la realite de temps en temps car l'imagination culinaire est tellement debordante .. pour le soufflé au requin je demande a voir !!!

    Bises
    Jess

    RépondreSupprimer
  23. Un de mes plats préférés!
    on peut faire de la blanquette sans culpabiliser...

    RépondreSupprimer