jeudi 8 janvier 2015

Quelques mots sans importance pour ce souvenir que c'était la vie… et peut-être pourquoi aujourd'hui #JeSuisCharlie !

Quand il y a quelques temps j'ai reçu l'invitation d'Elisabeth de Meurville de la retrouver pour le diner de clôture du salon des Coq d'Or dans son mail elle avait précisé qu'il y aurait aussi la fille de Pierre Desproges et quelques copains journalistes, dont ceux de Charlie Hebdo avait-elle écrit…
Je n'ai jamais eu besoin de quoi que ce soit d'autre qu'une invitation de sa part pour courir ventre à terre et profiter de la drôle de dame. Mais quand j'ai lu le mail à haute voix à Marie, j'ai vu dans ses yeux qu'elle me traitait de salopard même si elle ne l'a pas dit parce qu'elle aurait aimé être à ma place, avant de lancer cette fois vraiment à haute voix… Charlie c'est toute mon adolescence…
Contrairement à elle à l'époque de mon adolescence on me voyait rarement sortir d'une librairie avec l'irrévérencieux Charlie sous le bras… à vrai dire on me voyait surtout rarement entrer dans une librairie. De temps en temps leur Une m'attirait l'œil, et quelques fois c'était au point de l'attraper au vol sans toujours le payer d'ailleurs. Mais c'était rare, tellement rare, je ne vais pas aujourd'hui m'inventer un passé de lecteur fervent, pas aujourd'hui…
Je trouvais alors ce Charlie-là bien compliqué, je ne comprenais pas vraiment tout ce que racontait ce curieux journal qui me semblait partir dans tous les sens, trop à lire, seul quelques dessins me sauvait l'attention, quelques dessins et peut-être quelques lignes de François Cavanna… et puis j'avais tellement mieux à faire que de tenter de comprendre… Il y avait toujours une fille qui courrait plus vite que moi.
Plus tard j'ai continué à croiser Charlie de temps en temps, toujours de manière aussi irrégulière…
Le soir du diner de clôture du salon des Coq d'Or il y avait bien tous ceux dont Elisabeth m'avait parlé, Perrine, les copains journalistes, les Charlie, et quelques autres, des concubines et des maris, les Coqs, les exposants, des garçons les fesses à l'air et des filles qui parlaient un peu fort après quelques verres de vin, il faut dire que le vin était bon…
Et la soirée a coulée comme on vide certaines fois les verres de vin, un peu trop vite. Elle est passée à manger en faisant des blagues peu coûteuses en efforts, à éclater de rire pendant les discours ou les non-discours des uns et des autres, à discuter de bouffe et… de bouffe encore, des exposants et des produits et d'un tas de choses sans queue ni tête mais qui finissent quand même dans les assiettes, à écouter comment Elisabeth avait réussi à faire entrer Pierre Desproges à Cuisine et Vins de France et quelques autres de ses surprenantes histoires, j'ai toujours aimé l'écouter raconter, à faire encore d'autres blagues encore plus mauvaises sur tout ou sur pas grand-chose…
En partant trop tôt j'ai dit à Elisabeth qu'on se reverrait vite plus vite qu'entre nos deux dernières rencontres, une fille m'a glissé sa carte dans la main, elle voulait être juste sûre que je n'oublierai pas de parler de ses produits… rien de plus… Je crois que je n'ai pas serrés toutes les mains en partant.
Quand j'ai franchis la porte de la salle à manger je me suis dit que j'avais peut-être un peu trop bu pour conduire et que je n'avais pas vraiment parlé avec les Charlie de Charlie, et que je n'aurais pas grand-chose à raconter à Marie quand elle lancerait son alors raconte ! insistant… pas grand chose pour confronter à ses souvenirs d'adolescence.
Je me suis dit que c'était con et puis j'ai pensé que finalement non ce n'était sans doute pas l'endroit ni le moment et puis ce n'était pas grave j'aurais sans doute d'autres occasions… C'est en tout cas ce que je me suis dit ce soir là… que j'aurai d'autres occasions…

Depuis hier je sais que je n'aurais plus jamais, jamais, jamais ces occasions…

Mais pourquoi, pourquoi… pourquoi… est-ce que je vous raconte ça…

Aujourd'hui moins que jamais je ne modérerai les commentaires que vous laisserez après cet article, comme toujours je n'enlèverai que ceux qui peuvent blesser ou attaquer injustement. 
Néanmoins je vous demande d'être avare de mots, ce n'est pas encore l'endroit et le moment, nous aurons d'autres occasions de le faire…

14 commentaires:

  1. Il est des "si" qu'on souhaiterait n'avoir jamais à se demander....
    Une pensée sincère pour ces moments terribles qui résonnent tellement fort au dedans de nous

    RépondreSupprimer
  2. J'étais partie pour écrire quelque chose de plus long... peut-être un peu trop pour l'instant. Mais j'en parlerai plus longuement demain. J'en ai envie. J'en ai besoin.
    Je fréquente quotidiennement un lieu qui nous enseigne l'expression. Je fréquente quotidiennement cette école dans laquelle j'ai la rare chance d'apprendre le dessin de presse.
    Les écoles d'art sont peut-être en crise. Les écoles d'art sont avant tout en deuil !

    RépondreSupprimer
  3. Je suis émue par cette lecture. Nous avons tous un peu des Charlie en nous, qu'on ai lu, joui, rigolé ou bu un verre de vin en leur compagnie.

    RépondreSupprimer
  4. Je suis Charlie, comme des millions d'autres....

    RépondreSupprimer
  5. Se dire que cela ne sera plus possible,,c'est la triste réalité,
    Se dire que plus jamais plus jamais cela ne doit exister...
    Se dire aussi qu'ils resteront avec nous à tout jamais,
    ayant traversés nos vies à un moment donné ...
    Ils font partie de notre décor, de notre paysage...
    et maintenant encore plus....ils y sont encrés !

    RépondreSupprimer
  6. Merci pour ton post. Emotions :-(

    RépondreSupprimer
  7. Je suis Charlie...
    Elo à la bouche

    RépondreSupprimer
  8. Il n'y a pas de mots pour décrire l'horreur absolue dans laquelle ce drame terrible rassemble aujourd'hui la France...c'est horrible et en même temps ton texte est sublime...
    Nous sommes Charlie...

    RépondreSupprimer
  9. Un message bien émouvant de ta part.
    Nous sommes Charlie......à tout jamais

    RépondreSupprimer