dimanche 19 décembre 2010

Ce n'est quand même pas une recette qui va me stresser… quoi que… Osso buco et pamplemousse au menu !

J'ai toujours eu la recette inquiète, toujours, et à mon grand âge difficile de me transformer et de les traiter en toute zénitude ces foutues recettes. Mais avec le temps je pensais que j'en avais fini avec la grande stressouillerie des jours de choix de recettes… Eh ben non !
Pourtant quand on m'avait proposé d'organiser un dîner tout pamplemousse Florida, je me l'étais joué modeste, avec des vrais morceaux de doute dedans, mais quand même pas perdu… Juste ce qu'il faut entre incertitude et je trouverais bien.
Et en rentrant je me suis posé, tranquille, et j'ai jeté sur une feuille toutes mes idées. J'ai commencé par un pamplemousse un gros, un beau, et puis… et puis… Je me suis gratté la tête une fois, deux fois, trois fois… Et rien… Mais pas question de me truffer le karma de mauvaises ondes, il me suffit de regarder trois quatre revues et un ou deux livres et poumtagada et voilà mon menu, que je me suis dit alors …
C'est curieux comme on peut oublier les leçons du passé… Pourtant je le sais que je suis capable d'y passer la semaine à chercher et à rechercher, à fouiller la revue et le livre comme si j'allais y découvrir une nouvelle momie de Toutankamon, mon trésor à moi ! J'ai toujours été un monomaniaque compulsif ! Et pourtant… Me voilà donc devant mes douze mètres de revues et bouquins divers avec un pamplemousse à la place du cerveau…
Mes recherches commencent toujours bien, au début j'aime tout ce que je vois, au début je suis concentré je cherche consciencieusement toutes les recettes dans la cible, le mot d'ordre est simple, pamplemousse bon, pas pamplemousse pas bon… Et je commence à mettre des jolis marquetapages jaunes, c'est mnémomachin, jaune pour le pamplemousse logique… C'est là que je vois un marquetapage vert et que je commence à me demander pourquoi j'avais mis du vert, qu'est-ce que j'avais bien pu cuisiner, voyons c'est mnémomachin… du crocodile ? Et que d'ailleurs c'est curieux cette forêt de vert, un peu comme si j'avais pris tout et n'importe quoi… Les leçons du passé…
Et puis je me dis que c'est trop bête de retenir seulement le pamplemousse, alors qu'une bonne recette avec un autre agrume un peu adaptée et poumtagada hein ! Curieusement au bout d'un moment je commence à manquer de martapages jaunes… Surtout qu'entre un agrume et un fruit y'a quoi comme différence hein hein, et ben rien ! Alors hop on marque les fruits ça serait couillon de se louper une bonne recette qu'à cause de ça !
Trois heures plus tard quand Marie monte parce qu'elle m'entend radoter des trucs incompréhensibles, je suis en train de répéter nerveusement… Et c'est quoi une pintade, un pamplemousse qui a des plumes, c'est pas autre chose une pintade hein hein… Je suis au milieu de douze piles d'un bon mètre de revues, tout ce qui de prêt ou de loin ressemblait à du jaune est maintenant sous forme de marquetapage coincé dans mes livres et mes revues et quand je vois arriver Marie, je lui dis juste une pintade c'est un pamplemousse hein hein mais un poireau tu crois que…
Elle m'a juste dit t'as qu'a faire un osso buco ? A la pintade ou au poireau ? que je lui ai dit. Au pamplemousse qu'elle à répondu… au pamplemousse que j'ai repris avant de lui dire drôle d'idée ça…
Osso buco au pamplemousse 

Ingrédients : 1kg5 de jarret de veau coupé en tranches – 20g de beurre – 1càs d'huile d'olive – 1oignon coupé en petits cubes – 1branche de céleri émincée – 1carotte coupée en petits cubes – 75cl de bouillon de volaille – 4 tomates pelées épépinées et concassées – 2càs de jus de pamplemousse – ½ càc de sucre en poudre roux - 1gousse d'ail – 1petit bouquet de persil – 1càs de zeste râpé de pamplemousse – 1càs de pignons légèrement dorés – sel et poivre
Versez le beurre et l'huile dans une grande sauteuse ou une grande poêle et faites chauffer le tout à feu assez vif. Dès que c'est bien chaud posez les tranches de jarret et faites les dorer de tous les côtés. N'hésitez pas à passer la viande en plusieurs fois, le jarret aime bien le confort.
Quand la viande est bien dorée, salez-la et poivrez-la et mettez-la de côté.
Laissez la poêle sur le feu et versez-y l'oignon, le céleri et la carotte, remuez bien, et laissez à feu moyen pendant trois minutes en remuant régulièrement.
Ajoutez un peu de bouillon pour déglacer la poêle, puis remettez la viande. Versez alors les tomates et suffisamment de bouillon pour couvrir tout ça. Finissez en ajoutant le jus de pamplemousse et le sucre.
Couvrez alors la sauteuse et baissez à feu doux. Laissez blobloter tout doucement pendant une heure et demie. Découvrez juste en fin de cuisson si le jus demande à être un peu réduit.
Pendant que tout ça bloblotte, hachez très fin l'ail, un peu grossièrement le persil, très grossièrement les pignons et mélangez avec les zeste râpé de pamplemousse.
Quand la viande est prête, coupez le feu et saupoudrez d'un bon tiers du mélange précédent, remuez rapidement, couvrez et oubliez trois minutes.
Servez avec le reste du mélange.
Produits offerts
Et si vous voulez en savoir plus au sujet de ces biens étranges dîners Pamplemousse Florida allez donc voir ce qu'il en est du côté du blog I Love Pamplemousse ! Et du côté de la fan page Facebook I Love Pamplemousse si vous voulez gagner plein de cadeaux Pamplemousse Florida, quant à moi je vous raconte très vite la suite de l'histoire... à suivre !!!

Mais pourquoi , vert, vert… un sapin ou un nain des forêts… qu'est ce que j'ai bien pu cuire de vert… est-ce que je vous raconte ça…

4 commentaires:

  1. moi aussi j'ai des post-it spéciaux pour marquer les pages, mais je ne sais plus où ils sont rangés. Du coup, je corne les pages qui m'intéressent.

    RépondreSupprimer
  2. No stress! Ta recette est super! Et puis comme dirait ma maman, ce qu'on fait soi même, c'est toujours bon!

    RépondreSupprimer
  3. très jolie recette et je ne connaissais pas l'association du pamplemousse avec l'osso-bucco.
    Merci pour cette découverte :)
    bz

    RépondreSupprimer